Menu Fermer

Weekend coquin en amoureux sur un fauteuil de cuir noir

Ma femme et moi sommes toujours à la recherche d’endroits et de positions intéressantes pour faire l’amour.

Récemment, nous avons pris un long week-end de vacances en ville et nous sommes restés dans un hôtel. Un soir, après une douche ensemble, nous avons fait une longue partie de jambes en l’air nus sur le lit en nous embrassant et en nous doigtant partout pour nous déchaîner. Ma femme a une bonne silhouette, des jambes bien formées, de gros seins lourds et un beau buisson de poils de chatte bruns autour de la fente de son vagin. Soudain, elle s’est détachée de moi. Je la trouvais sexy et je voulais que je me mette sur elle et que je lui enfonce ma bite, mais elle est sortie du lit.Weekend coquin en amoureux sur un fauteuil de cuir noir

Dans la chambre se trouvait un grand fauteuil en cuir noir avec de larges bras en cuir et un dossier bas. Ma femme s’y est mise face au dossier du fauteuil avec un genou sur chaque bras. Son corps nu légèrement bronzé avait un aspect superbement érotique contre le cuir noir ! C’était une position qui lui donnait des jambes incroyablement larges, avec ses gros seins qui se balançaient lorsqu’elle se penchait vers l’avant avec les mains sur le dossier du fauteuil. Ses fesses étaient vers moi avec sa chatte poilue entre ses fesses. En écartant ses jambes comme ça, son vagin s’est ouvert en grand avec ses lèvres roses qui regardaient à travers la frange de ses poils pubiens. De derrière elle, je pouvais voir sa main sous ses fesses qui doigtait sa chatte comme si elle était chaude. Elle m’a regardé par-dessus son épaule et a dit : « Comme ça ! » Sa voix était excitée.

Je me suis mis derrière elle. J’ai vu instantanément que le fait de s’agenouiller vers l’avant comme ça a amené son vagin à la bonne hauteur pour que ma bite puisse entrer quand je me suis mis derrière elle. J’ai eu l’idée de retourner la chaise pour que ma femme soit devant un grand miroir mural afin que je puisse voir son visage et ses seins et aussi qu’elle puisse me voir pendant que je jouais avec elle par-derrière.

J’ai commencé à lui caresser les fesses et l’intérieur de ses cuisses écartées, la chatouillant le long de la fente de ses fesses. Après l’avoir taquinée comme ça, ma main s’est glissée entre ses jambes pour froisser ses poils de chatte et taquiner ses lèvres comme elle l’aime. J’étais assez près d’elle pour que ma bite dure se frotte délicieusement contre sa jambe nue. Bientôt elle couinait et haletante d’excitation pendant que mes doigts la travaillaient à chaud. Dans le miroir, je pouvais voir ses gros seins se balancer et se trémousser alors qu’elle s’agitait de haut en bas sur les bras de la chaise avec excitation. Dans ce miroir, je pouvais aussi voir mon pénis se balancer avec mes mouvements, mon pénis étant presque à la verticale, dans l’attente de glisser dans la fente béante de ma femme.

J’ai commencé à la caresser le long des lèvres de son vagin comme je l’excitais dans les préliminaires avant le sexe. Ça l’a rendue frénétique. Ses poils pubiens et ses lèvres étaient imbibés de son jus au moment où mes doigts se sont déplacés vers le petit pic dur de son clitoris, près du haut de son vagin. Mon pénis gonflé par la luxure et sensibilisé au plaisir s’est frotté contre sa cuisse nue et lui a poussé les fesses pendant que je lui faisais plaisir. Ma bite était assez serrée pour se casser ! J’ai doucement tourné et croisé son clitoris du bout des doigts tout en caressant sa cuisse et ses fesses avec ma main libre.

L’excitation de ma femme ne cessa de croître. Soudain, elle s’est mise à crier. Dans le miroir, je vis sa tête se soulever d’extase et sa bouche s’ouvrir en grand dans un cri d’orgasme étouffé. Son corps se tendit, elle poussa ses hanches, et ses seins rebondirent et se balancèrent tandis que tout son corps, jugé comme un orgasme manifestement exquis, explosait et semblait durer des lustres. Finalement, elle s’effondra vers l’avant en gémissant de plaisir. Je suis resté derrière elle en tenant ma main sur sa chatte trempée de jus et en lui caressant la cuisse pendant qu’elle tremblait avec les pulsations de sa rémanence.

C’était mon tour maintenant ! J’ai poussé et brossé ses fesses avec mon pénis pour lui rappeler que j’étais là. Elle me regarda par-dessus son épaule.

« Je te veux ! » était tout ce qu’elle disait, et elle a pointé sa chatte pour me montrer exactement ce qu’elle voulait.

J’ai tenu les cuisses écartées de ma femme et j’ai doucement poussé ma bite entre elles, juste en dessous de ses fesses. J’ai savouré la pression des lèvres de son vagin contre mon pénis pendant un moment. Ensuite, ses lèvres vaginales lubrifiées au jus chaud et lisse se sont séparées autour de ma tête de bite et j’ai glissé sur toute la longueur jusqu’à ce que mes poils pubiens soient contre ses fesses. Certains hommes aiment que leurs femmes aient des chattes bien rasées, mais j’aime la sensation des poils pubiens de ma femme qui brossent mon pénis quand je me glisse dedans. J’ai tenu ses cuisses et j’ai poussé méthodiquement et rythmiquement avec mes hanches en tapotant ses fesses comme une levrette classique. Dans le miroir, je regardais ses seins se balancer au rythme de mes poussées et son visage se tordre avec le plaisir sexuel que je lui donnais.

Je connais le corps de ma femme, et je me suis retenu jusqu’à ce qu’elle atteigne à nouveau l’orgasme. D’habitude, quand on baise, je la baise au doigt jusqu’à l’orgasme d’abord parce qu’elle me dit que ça rend le deuxième que je lui donne avec ma bite tellement meilleur. Cette fois, son deuxième orgasme était au moins aussi bon que le premier. Elle a crié et ses cuisses ont tremblé dans mes mains pendant qu’elle se tortillait dans son orgasme pendant que je continuais à la pousser. Le plaisir dans mon pénis s’est lentement accru. Dans mon orgasme délicieusement puissant, j’ai involontairement tiré ses fesses contre moi et j’ai poussé mes hanches vers l’avant en les appuyant contre ses fesses molles pendant que je remplissais son vagin de sperme.

Un moment plus tard, quand je me suis éloigné d’elle, ma femme est restée avec ses genoux sur les accoudoirs du fauteuil, s’est affaissée contre le dossier du fauteuil, gémissant de plaisir et tenant sa main accrochée à sa chatte lancinante. Ma bite était encore à moitié en érection, et avec mon pénis blotti dans la vallée entre les fesses de ma femme, j’ai fait jaillir une ou deux dernières giclées de sperme de ma bite dans la fente de ses fesses. Mon sperme a coulé le long de sa fente et l’intérieur de ses cuisses s’est étalé.

Après cela, nous nous sommes allongés nus ensemble sur le lit en vidant une bouteille de vin du minibar de la chambre pendant que nous regardions un film X sur la chaîne porno de l’hôtel, tard dans la nuit. Ça m’a fait bander et ma femme m’a fait une pipe. C’est un week-end que je n’oublierai pas de sitôt !

histoirestaboues
recap
bandeau post content

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

Posted in Divers, Histoires taboues

Vous aimerez aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *