Menu Fermer

Une famille dépravée qui s’amuse dans une pièce cachée de la maison Première partie

Prologue

Commençons par des présentations des protagonistes de cette histoire :

Le père 43 ans de grande taille 1.85m 80 kg et d’un physique entretenu avec une petite bedaine naissante.

La mère 39 ans de petite taille 1.60m 50kg avec des petits seins 80 b, un physique de sportive. Et un corps très entretenu.

La fille 18 ans cheveux longs comme sa mère. Un physique de mannequin avec des seins assez volumineux. Elle est plus grande que sa mère. 1,70 m pour 55 kg et du 90 c.

Pour donner le contexte, le père est chef d’entreprise, la mère est attachée commerciale dans l’événementiel et la fille fait des études de droit.

Tout ce beau monde vie en banlieue d’une grande ville du sud ouest de la France. Dans une grande propriété de quelques hectares. La maison fait près de 150 m2 avec un sous-sol pour les voitures et une pièce isolée. Cette fameuse pièce la fille ne la connaît pas (enfin c’est se qu’elle veut faire croire) est une salle équipée de tout plein d’accessoires sexuels ainsi que des meubles étranges pour des novices.

Dans cette pièce monsieur domine madame qui est une folle du cul soumise maso. Elle cherche tout le temps à contredire monsieur pour se faire punir.

Mais se qu’elle apprécie le plus c’est d’être un objet sexuel pour son mari.

Elle veut satisfaire les désirs de son homme et il en profite en sodomisant madame sauvagement. Mais madame a du mal à absorber la queue de son mari dans son cul. Elle hurle de douleur, mais aussi de plaisir. Quand monsieur ralentit, elle en redemande. Et monsieur arrête et prend en cravache pour fouetté d’un petit cul endolorie et son dos. Mais comme madame sait qu’il est capable, d’être très violent (même si elle adore cela) essaye de s’échapper en vain. Il l’a rattrapé par ces cheveux et la fait tomber en arrière. Puis la traine sur plusieurs mètres jusqu’à une machine d’entravement qui permet le la suspendre en l’air en écartant les bras puis les jambes.

À sa merci la plus totale, il commence par doigter sa chatte tout épilée. Il introduit deux doigts brutalement de qui la fait crier. Une fois qu’il sent qu’elle mouille, il arrête. Et pavé dans son dos. Attrape la cravache et commence par rougir de petit cul.

Elle hurle au bout de dix minutes de coups et jouis comment une furie son jus coule discontinue de sa chatte. Monsieur repasse devant elle pour fouetté un peu plus doucement ses seins et la, c’est l’explosion. Madame hurle, mais cette fois-ci c’est pour une jouissance extrême. Monsieur de fais asperger tellement elle était excitée. Un jet de cyprine fut expulsé si violemment qu’on aurait pu dire qu’elle éjaculait. À la suite de cela, monsieur décida de rentrer trois doigts pour la branler. Elle continue de mouiller alors il ajoute un doigt de plus. Puis il introduit le pouce pour finir et continue de la branler. Le jus coule le long de son bras, elle continue de hurler, elle a les larmes aux yeux et monsieur commence à forcer le passage pour finir par rentrer sa main complètement dans son vagin.

Et à ce moment-là il commence à faire des mouvements plus rapides. Au bout de quelques minutes, l’extase ultime fut atteinte pour madame qui s’évanouit de plaisir. Alors monsieur se retire en douceur et installe un chevalet avec deux godes articuler. Madame a toujours les bras attachés, mais au lieu d’être suspendue elle est assise sur deux godes. Un énorme dans sa chatte et un second un peu plus petit en épaisseur, mais tout aussi long dans le cul puis éteint la lumière et ferme la porte de cette fameuse pièce pour la nuit.

Chapitre 1

Le lendemain matin la fille voit son père dans le salon à boire son café puis demande où est sa mère.Une famille dépravée qui s’amuse dans une pièce cachée de la maison Première partie

Il lui répond qu’elle dort encore, car elle est rentrée d’une virée entre filles hier soir.

Mais à vrai dire elle est toujours sur son chevalet dans la pièce secrète une bonne partie de la nuit. Après avoir utilisé le dispositif de libération de fin de séance. Elle était restée dormir là, épuisée. Il y a un lit et une douche dans une pièce à côté.

À 11heures elle fait son apparition dans le salon et embrasse son mari avec un grand sourire. La fille ne comprend pas, car en général le matin ils ne sont pas aussi émotifs pour se dire bonjour. Curieuse la fille fait mine de pas se rendre compte de ce changement d’humeur puis va mener son enquête en toute discrétion. Après le déjeuner, le père et la mère se lancent dans des occupations individuelles.

Elle se dit alors que c’est le moment de fouiner un peu. Au bout de quelques heures, rien, pas un indice. C’est là qu’elle pense à la fameuse pièce qu’elle n’a jamais pu ouvrir. Elle descend au sous-sol et arrive devant la porte. Tourne la poignée et là à sa grande surprise découvre des fouets, godes, bracelets au mur. Elle hésite à entrer, mais sa curiosité est plus forte. Elle commence par prendre une cravache en main puis la caresse et la fait claquer dans l’air puis la remet en place et passe au bracelet. Il y en a de toute sorte, pour les poignets les chevilles, le cou et même pour la taille avec des crochets. Elle attrape un et le met autour du cou. Puis passe ceux des poignets pour essayer de comprendre, de ressentir quelques choses.

Elle arrive au niveau des godes et entend la porte claquer. C’était sa mère qui la surprend dans la pièce, elle se retourne et crie « maman !!!! »

Et sa mère de répondre « dans cette pièce il n’y a pas de maman. Je vais t’apprendre à fouiller dans les affaires des autres ». Elle attrape sa fille par les cheveux et la jette à terre. La fille qui répond « mais maman je suis désolée ». La mère reste froide aux paroles de sa fille. Elle répond que dans cette pièce elle sera soumise à ses désirs et que pour la punir elle passera la journée attachée. La fille se met à pleurer et en réponse la mère la gifle et dit « voilà une bonne raison de pleurer. » Après avoir attaché sa fille elle sort éteint la Lumière et ferme la porte.

La fille crie maman et essaye de se détacher, mais en vain. Plusieurs heures passent et la mère vient voir sa fille qui résignée avait arrêté de pleurer.

La mère demande à sa fille si elle accepte les conditions qui règnent dans cette pièce.

La fille se dit qu’elle n’avait jamais vu maman aussi froide et fini par accepter.

La mère a un grand sourire aux lèvres attrape une cravache et commence à fouetter le cul de sa fille qui se met à pleurer. La mère lui dit pleure sa passera et tu vas aimer souffrir. La mère se déshabille et attrape une paire de ciseaux pour découper les vêtements de sa fille. Celle-ci se remet à pleurer et sa mère éclate de rire voyant sa fille entièrement nue.

Puis elle part et reviens quelques minutes plus tard avec un gode ceinture autour de la taille.

La fille très surprise essaye de s’échapper, mais n’y arrive toujours pas, sa mère passe derrière elle prend du gel et en enduit le sexe en silicone et la fente de sa fille.

La fille crie, mais maman arrête je suis ta fille. La mère claque le cul de sa fille et répond qu’ici elle est une chienne sexuelle comme les autres. Et place le phallus à l’entrée de sa chatte et l’enfonce doucement. Sa fille surprise par le froid de l’engin sursaute. Et commence à gémir. La mère se met à faire des va-et-vient de plus en plus rapides. La fille gémit de plus en plus et au bout de quelques minutes crie par l’arrivée d’un orgasme. Mais ce n’est pas pour autant que sa mère arrête de la pénétrer.

Au bout d’un moment le père ne voyant personne décide de chercher sa femme et sa fille. Il passe dans toutes les pièces de la maison, personne. Il descend et remarque que les voitures sont là. Il éteint la lumière du sous-sol et va pour remonter et c’est là qu’il aperçoit de la lumière dans le donjon. Il va et pose son oreille contre la porte pour écouter. Et là il entend sa femme dire alors petite chienne tu aimes te faire ramoner la chatte. Le père a un sourire aux lèvres et commence à bander.

Et surpris il entend sa fille répondre oui madame je suis votre petite chienne.

Il ouvre la porte et voit sa fille se faire baiser par sa mère, il s’approche et attrape sa fille par ses cheveux et lui demande alors tu es une petite chienne. La fille répond oui monsieur je suis votre petite chienne. Le père sort sa bite de son pantalon et la présente devant la bouche de sa fille. Celle-ci ouvre la bouche et commence à sucer son père pendant que sa mère continue de la limer.

Le père lève la tête et regarde sa femme en lui disant cette petite salope suce bien je vais pas tarder à jouir. Sa femme lui répond inonde lui la bouche et fait lui tout avaler.

Alors le père attrape la tête de sa fille continue à son tour ses va et viens dans sa bouche jusqu’à ce qu’il éjacule plusieurs jets de sperme dans la bouche de sa fille. Et lui dit avale-tout salope. Et c’est ce que la fille fît pour satisfaire les dominants et espérer être libérée.

Mais le père compte bien lui aussi baiser sa fille et vient prendre la place de sa femme. Celle-ci retire le gode ceinture et vient présenter sa chatte a sa fille en lui disant lèche moi bien salope.

Le père présente sa bite devant la chatte de sa fille et la pénètre d’un coup sec. La fille crie monsieur votre bite est très grosse. Le père commence ses va et vient avec une ardeur plus grande que sa femme. La fille gémit de plus en plus jusqu’à avoir un orgasme sous les coups de butoir de son père qui n’arrête pas de la baiser pendant plusieurs dizaines de minutes et finit par jouir de nouveau dans la chatte de sa fille.

Une fois fini. Ils sortirent en laissant leur fille attachée dans cette pièce. Ils montèrent prendre une douche ensemble et là le père plaque la mère contre le mur et la baise plusieurs minutes sous le jet de la douche. Puis lui dit on va aller voir comment se sent notre fille et faire une mise au point de cette pièce.

Ils s’habillent et redescendent pour détacher leur fille épuisée avec le sperme de son père qui coule de sa chatte.

Ils la firent s’allonger sur le lit et lui dirent qu’elle peut se laver à côté avant de remonter. La fille leur répondit merci puis s’endormit.

Le lendemain matin ils se retrouvent tous les rois dans le salon pour le petit déjeuner. C’est là que les parents posèrent la question à leur fille.

Que penses-tu des jeux sexuels de tes parents ?

La fille répondit qu’elle a été surprise d’aimer être traitée aussi. Elle trouve que ça change des positions classiques lors de relations sexuelles entre hommes et femmes et qu’elle aimerait en découvrir plus.

Alors ses parents se regardent, sourient et lui disent que le mois prochain ils recommenceront.

La fille pris son jus d’orange fit une bise sur la joue de sa mère et de son père et parti à l’école en leur disant à ce soir.

Suite demain !

Erwann

histoirestaboues
bandeau post content

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

Posted in Bi - Gay - Lesbien, Fétiche - BDSM, Histoires taboues, Inceste, Vieux - Jeunes

Vous aimerez aussi :

3 Comments

  1. Ping :L’initiation de la fille des parents pervers par des piercings - XFR - Histoires taboues et tél rose amateur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *