Menu Fermer

Un professeur d’anglais qui baise son élève à fond Chapitre 11

Je gémissais doucement et je lui ramenais mon cul au visage. Mes tétons étaient pressés sur le drap et ce simple contact les faisait souffrir de désir. J’ai écarté les jambes et j’ai gémi pendant qu’il continuait avec enthousiasme à me donner un travail de jante.

Difficile de croire qu’il y a une semaine, j’étais assis là, avec une indignation vertueuse, à dire à Richard que je ne ferais jamais ça. À ce moment-là, penché sur le lit avec une langue de jeune homme chaud dans le cul, j’ai dû admettre que l’argent n’avait rien à voir avec la raison pour laquelle je faisais cela.

C’était exactement ce dont j’avais besoin ! Un grand moment avec un bel homme, bien que jeune, qui voulait profiter de chaque partie de moi.

Comme s’il lisait dans mes pensées, Max a baissé sa langue et l’a enfoncée dans ma chatte.

“Oui !” me suis-je écrié, en repoussant mon cul dans son visage pour faire travailler sa langue plus profondément. “C’est ça, bébé, mange cette chatte !”

Max avait mes joues bien écartées et son visage y était enfoui alors que sa langue sondait ma fente d’écoulement. Il m’a sucé la chatte à fond, ce qui m’a fait haleter, et il a gémi lorsque ses efforts ont été récompensés par une bouchée des jus collants de sa salope de tutrice. Alors même qu’il me baisait avec sa langue, je savais que je goûterais bientôt à ces jus de sa bite.

L’autre chose que je savais, c’est qu’il n’allait pas me baiser une seule fois. Je n’avais aucune idée de ce qui allait se passer après ce soir, donc il n’était pas question que Max parte après m’avoir emmenée pour la première fois. Ce soir, j’avais prévu de découvrir combien de fois un garçon de son âge pouvait se lever et j’étais sacrément confiant dans les capacités de ma bouche à le maintenir intéressé toute la nuit.

“Oh, mon clitoris, chérie.” Je gémissais en pensant à la nuit qui s’annonçait encore, avec mes hanches qui se tortillaient et ma chatte qui palpitait. “Suce mon clito !”

Max a glissé sa langue de l’intérieur, mais il m’a taquiné en la faisant tourner entre mes lèvres pour explorer les plis roses et humides de ma chatte, tout en prenant son temps pour se frayer un chemin jusqu’à mon clitoris. Je gémissais et je poussais sur mes orteils, en essayant d’amener sa langue jusqu’à mon bouton douloureux, mais il bougeait avec moi et riait.

“Oh, c’est drôle maintenant, n’est-ce pas ? Attendez que je vous fasse attendre pour vous fourrer dans votre… Oh !”

J’ai gémi quand il a attaché ses lèvres à mon clitoris et a sucé assez fort pour faire claquer ses lèvres. Max a fait tournoyer sa langue autour de mon bouton gonflé et m’a fait haleter lorsqu’il a poussé deux doigts en moi. J’ai contracté ma chatte autour de ses doigts et quand il a gémi, j’ai demandé,

“Imaginez ce que vous ressentirez autour de votre bite.” J’ai soupiré : “Pense à moi en train d’y aller, comme ça va être bon, je…oh, merde.”

J’ai suivi le mouvement pendant que Max faisait travailler mon clitoris avec ses lèvres, l’embrassant doucement puis le glissant entre elles. Ses doigts se sont lentement enfoncés en moi et en faisant bouger mes hanches en même temps que lui, je les ai enfoncés plus profondément.

J’ai tourné la tête pour me regarder dans le miroir. Max était agenouillé, son visage enfoui entre mes cuisses et son dos bien musclé juste visible sous cet angle. Sa grande et forte main semblait bien posée sur mon cul et son bras travaillait d’avant en arrière pendant qu’il me baisait le doigt.

Quelque part, je savais que je devrais me sentir mal pour ça, payé pour séduire ce gentil garçon, mais là où était ce quelque part… il n’y en avait pas en ce moment !

Alors que je restais penché sur le lit, j’imaginais son énorme queue, dure et dégoulinante, s’efforçant de se dégager de son pantalon et désireux de goûter à sa première chatte. J’ai poussé sur la pointe des pieds et en glissant mes bras en dessous, j’ai trouvé mes tétons et les ai roulés entre mes doigts.

Je gémissais et je lui enfonçais davantage les hanches dans les doigts. J’avais voulu qu’il aille lentement et qu’il prouve qu’il pouvait être patient et m’apprécier avant que nous fassions l’amour, mais pour l’instant, il n’y avait rien que je voulais plus que cette jeune bite entre mes jambes.

“Plus fort”, je lui ai dit : “Allez, bébé, fais travailler cette chatte !” Cédant à mes désirs, je lui ai donné une motivation. “Dès que je viens, tu vas me baiser, Max !”

J’ai crié quand il m’a enfoncé ses doigts dans la chatte et a aspiré mon clitoris dans sa bouche.

“C’est vrai, chérie, dès que tu me feras ronronner, tu seras à l’intérieur ! Tu vas fourrer cette belle jeune bite dans la chatte chaude de ta sale prof !”

Max me claquait les lèvres sur le clitoris et claquait grossièrement ses doigts dans ma chatte. Je n’ai pas eu à me plaindre, en fait, son manque de prudence était excitant. Je me suis tordu les tétons plus fort et j’ai gémi.

“Oh, lèche-le !” J’ai gémi, Max a obéi et mes jambes se sont serrées et j’ai levé mon cul en l’air alors que mon corps tremblait. “Plus vite !” J’ai gémi alors que sa langue baignait mon bouton palpitant. J’étais si près du but !

“Un peu plus ! Oh, juste un peu plus !” Je l’ai imploré : “Allez, bébé, fais-moi…. Oh putain !”

J’ai crié pendant que Max se servait de son autre main et, sans prévenir, m’a plongé le doigt dans le cul. Ce cri a été suivi d’un long et fort gémissement lorsque mon corps a explosé en plein orgasme. Ma chatte et mon cul se sont contractés autour de ses doigts et, alors que j’enfonçais mon cul dans sa langue vacillante, j’ai émis une série de cris aigus et forts.

Max a continué à bouger ses doigts, les enfonçant dans mes trous convulsifs tout en me dévorant la chatte avec ardeur. J’ai pincé mes tétons et cette fois-ci, j’ai crié de plaisir en me tortillant et en me tortillant pour lui enfoncer ma fente humide dans le visage.

“Oh mon Dieu, c’était vraiment génial.” J’ai soupiré alors que le dernier orgasme me traversait.

Mon corps s’est détendu et j’étais content d’être penché sur le lit parce que mes genoux étaient si faibles que je ne pensais pas pouvoir me tenir debout pour le moment. Derrière moi, Max a dégagé ses doigts de mes trous et dans le miroir, je l’ai vu se lever derrière moi.

Il a enlevé ses chaussures et a poussé son jean au sol. Quand il s’est mis debout, sa longue et épaisse bite était au garde-à-vous et, en la saisissant, il l’a frappée contre mon cul.

“Tu cherches quelque chose, chérie ?”

“Oui.” Il a dit doucement et j’ai gémi quand il a glissé la tête de sa bite dans la fente de mon cul.

J’ai haleté quand il a glissé sur mes lèvres et Max a gémi en le secouant d’avant en arrière, le frottant contre mon clitoris.

“C…je peux ?”

“Ne demande pas, chérie.” Je lui ai dit, en me poussant sur les coudes et en le regardant par-dessus mon épaule. “Max, si une femme te laisse lui faire ça, elle ne va pas t’empêcher de la baiser.”

“O…okay.” Il a hoché la tête puis a glissé sa bite à travers mes lèvres.

Je gémissais quand je sentais la tête de sa bite à l’entrée de ma chatte et je ne voulais rien d’autre que de le pousser en arrière et de le faire rentrer en moi, mais j’avais une meilleure idée, du moins pour le moment, parce que j’allais bien sûr prendre cette bite en levrette à un moment donné.

“Stop”. J’ai dit et je me suis levé devant lui.

“Ai-je fait quelque chose de mal ? Je suis désolé, je…”

“Shhh.” Je me suis tourné vers lui et j’ai mis mon doigt sur ses lèvres. “Pas du tout, mais pour ta première fois.” J’ai fait un clin d’oeil, “Notre première fois ce soir, je veux te regarder.”

Je me suis assis sur le lit et, allongé, j’ai levé mes jambes et les ai écartées.

“Entre, bébé.” J’ai murmuré : “L’eau est très bien.”

Max a regardé ma chatte et s’est approché du lit. Sa magnifique bite était au-dessus de ma chatte et en posant mes pieds sur ses épaules, j’ai levé mes hanches, faisant glisser sa tête entre mes lèvres. Il a gémi et a regardé fixement la vue de sa bite glisser dans ma chatte. J’ai pompé mes hanches en le taquinant, puis je me suis arrêté et je lui ai souri.

“Allez, bébé, prends ce que tu attendais.”

Max a relâché sa queue et j’ai gémi alors qu’il poussait sa tête contre moi et j’ai senti qu’il commençait à entrer en moi.

“Merde !” Il s’est arrêté.

“Quoi ?” ai-je demandé, en essayant de ne pas paraître frustré.Histoire taboue érotique d’une jeune ingénue Chapitre 1

“Je dois… tu sais, trouver quelque chose.” Il s’est penché sur son jean et a fouillé dans sa poche avant de fabriquer un préservatif.

“Chérie, pose ça, tu n’en as pas besoin.”

“Je n’ai pas ? Mais…”

“Avec d’autres filles, oui.” Je lui ai dit de rester patient. “Mais je n’ai pas été avec quelqu’un depuis des mois et tu n’as jamais été avec quelqu’un et je prends quelque chose donc pas de soucis” j’ai souri, “Je veux que tu ressentes vraiment ta première fois. Tu peux m’avoir à nu”.

“Bareback”. Il a fait tomber le préservatif. “Putain, t’es trop sexy.”

“Vous n’en avez aucune idée, mais il est temps de le découvrir.” J’ai fait un clin d’œil : “Maintenant, où en étions-nous ?”

Lorsque Max a glissé sa bite dans ma chatte, j’ai réalisé que j’étais à nouveau égoïste, parce qu’il n’y avait aucune chance que je ne sente pas chaque morceau de sa bite. Il s’est pressé contre moi une fois de plus et a commencé à se détendre.

Il gémissait quand sa tête entrait en moi et je gémissais impatiemment quand il hésitait. Appuyant mes pieds sur lui, j’ai poussé mes hanches et je l’ai enterré en moi. Nous avons tous les deux crié alors que ma chatte s’étendait autour de sa longue et épaisse queue et, avec un gémissement de pur plaisir, Max s’est retiré jusqu’au bout puis a poussé vers l’avant.

“Oh putain, tu as une grosse bite !” Je gémissais et je ne plaisantais pas, ça faisait longtemps et ma chatte s’étirait autour de son axe alors qu’il me pompait lentement.

“Vous vous sentez si bien !” s’exclama Max en bougeant ses hanches, me baisant de longs et lents coups qui me faisaient reculer les yeux.

“Alors continue à me sentir, bébé !” J’ai gémi : “Parce que tu te sens aussi bien !”

Bien était un euphémisme ! Max allait un peu plus vite et je gémissais à chaque fois qu’il se poussait en avant en bourrant ma longue chatte négligée de sa bite épaisse. Je me suis appuyé sur mes coudes pour pouvoir regarder sa bite glisser et sortir et j’ai remarqué que ses yeux étaient également fixés sur elle.

J’étais trempée et l’incroyable bite de Max scintillait avec mes jus. Il a mis ses mains sur mes cuisses et m’a pompé plus vite. Il gémissait à chaque coup et j’ai remarqué un léger sourire sur ses lèvres.

“Comment tu te sens, Max ? Qu’est-ce que ça fait de baiser une femme ?”

“Encore mieux que ce que je pensais.” Il a souri, “Et j’y ai beaucoup pensé !”

“J’espère que tu continueras à y penser !” J’ai poussé mes hanches pour rencontrer sa bite plongeante et l’enfoncer plus profondément. “J’espère que tu penses à cette chatte et à la sensation de bien-être qu’elle procure, car tu peux avoir toutes les chattes que tu veux, Max !”

“Toutes ces jolies filles qui flirtent avec toi ? Tu peux les avoir comme ça, tu sais comment maintenant et…” Je gémissais alors que mes mots le poussaient et il me baisait encore plus fort, “Mon Dieu, ils vont adorer cette bite !”

Max a gémi et m’a baisé plus vite. J’ai arrêté de parler et je me suis concentré sur la qualité de sa bite en moi. Il me baisait pas mal en ce moment et il me taillait les seins, je jouais avec mes tétons pour lui.

Max a remarqué et a fixé mes doigts pendant qu’il me baisait. La vue semblait vraiment l’atteindre alors qu’il passait de longs coups lents à des coups courts plus rapides. Je me fichais de la façon dont il me baisait tant qu’il continuait à me baiser parce qu’il se sentait incroyable.

“Oui, c’est ça chérie, baise cette chatte ! Tu as gagné cette chatte, Max, tu as travaillé dur pour ça, non ?”

Max a grogné une réponse en serrant mes cuisses et en m’enfonçant encore plus fort.

“Toute la nuit, Max, tu vas me baiser toute la nuit ! Dans toutes les positions, autant de fois que tu veux ! Je suis tout à toi ce soir Max !”

Il gémissait et me baisait encore plus vite. Je gémissais en appréciant l’effet que mes paroles avaient sur lui, je continuais.

“Et on n’est pas obligés de rester ici, chérie. Tu vas me baiser où tu veux. On peut baiser sur mon canapé, tu peux me baiser sur la table de la cuisine. ” Je gémissais alors qu’il me claquait si fort que ses couilles se plaquaient contre mon cul, “Et tu me baiseras sous la douche ce soir !”

Max a gémi et j’ai bougé mes hanches au rythme des siennes, le prenant aussi profond que je pouvais. Il a gémi plus fort puis a ralenti.

“Ne me taquine pas !” J’ai gémi : “Baise-moi, bébé ! C’est ce que tu voulais !”

histoires taboues
telephone rose amateur

Tél rose avec webcam

bantelskype

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

Posted in Histoires taboues

Vous aimerez aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.
Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.
Ce site est réservé aux adultes
Vous devez certifier que vous êtes majeur dans votre pays pour entrer sur le site. Vous engagez votre responsabilité en cliquant sur OUI. Toutes fausses déclarations sont passibles d'une amende.
Ce site est réservé aux adultes
Vous devez certifier que vous êtes majeur dans votre pays pour entrer sur le site. Vous engagez votre responsabilité en cliquant sur OUI. Toutes fausses déclarations sont passibles d'une amende.
Deviens un membre privilégié !
Rejoins nous ;)
GRATUIT !!!
100%
XFR
Rejoins la communauté
100% GRATUIT
Tu ne seras pas déçu ;)
Merci !
XFR
Tu ne seras pas déçu ;)
MERCI !!!