Menu Fermer

Un professeur d’anglais qui baise son élève à fond Chapitre 1

Dans des moments comme celui-ci, allongé au bord d’une belle piscine et se prélassant à la chaude lueur du soleil, il était facile d’oublier les soucis de la vie. En fait, en étendant les bras au-dessus de la tête et en arquant le dos, je me suis senti aussi heureux et satisfait qu’un chat et je me suis rappelé que la vie était belle.

La vie était toujours belle les mardis et vendredis, les deux jours par semaine où je donnais des cours à Max, un étudiant de deuxième année en informatique dont le père était un loup de Wall Street et qui possédait la magnifique maison de douze pièces qui allait de pair avec l’incroyable piscine olympique.

Je donnais des cours à Max depuis le lycée et, pour l’avoir sauvé de l’échec en anglais en dernière année, on m’a dit que je pouvais utiliser la piscine les jours de cours de Max. Ma routine était donc d’être ici quelques heures avant que Max ne rentre de son travail d’été, d’aller nager et de m’allonger au soleil.

Pendant que j’étais ici, il était facile d’oublier le reste de la semaine et la vie elle-même. Facile d’oublier que j’avais surpris Jeff, mon petit ami de ces trois dernières années, en train de me tromper avec Sarah, mon ancienne meilleure amie.

C’était facile d’oublier qu’après avoir jeté Jeff dehors, l’argent était serré et je transpirais le paiement de la copropriété ce mois-ci. Il était facile d’oublier que j’étais professeur d’anglais et que j’envisageais de prendre un emploi de serveuse, au moins pour l’été, pour joindre les deux bouts.

L’été dernier, j’ai donné des cours particuliers à une demi-douzaine d’autres lycéens et étudiants ; je leur ai donné un coup de pouce pour leurs prochains semestres universitaires, mais seulement trois cette année, ce qui n’a pas arrangé ma situation financière.

Mais pour l’instant ? C’était vendredi après-midi et j’étais dans un bikini rose deux pièces de coupe française que je m’étais acheté pour me faire plaisir et me sentir sexy, allongée ici au bord de la piscine, dans un quartier de puits à faire et sachant que le gars d’à côté me regardait.

La cour était clôturée, mais le voisin, je crois qu’il s’appelait Rob, semblait toujours être sur son patio du deuxième étage qui surplombait la piscine chaque fois que j’allais nager. J’ai tourné la tête et j’ai vu qu’il était là, en train d’arroser ses plantes.

Je me suis à nouveau étirée, en faisant semblant de cambrer mon dos et de pousser mes seins. J’étais assez ample sur le dessus ; probablement trop grande pour porter ce petit haut, mais techniquement, je n’étais pas en public et mes seins semblaient prêts à tomber des minuscules bonnets.

Une partie de moi a pensé à faire en sorte que cela se produise, à lui donner un petit coup de pouce, mais Max devait rentrer à tout moment et c’était déjà assez dur de le laisser me voir en bikini. Je me suis assise sur la chaise, et profitant de mon public plus que d’habitude aujourd’hui, j’ai décidé d’ajouter au spectacle.

Je me suis levée et après avoir levé les bras pour passer mes mains dans mes longs cheveux auburn mouillés et avoir soulevé mes seins à un angle de saucier en le faisant, je me suis penchée et j’ai fixé la serviette sur laquelle j’étais étendue.

Le bas du bikini n’était pas beaucoup plus qu’un string et je m’assurais de remuer mon cul bien rond en faisant semblant de fixer la serviette. J’ai pensé à lui en train de me regarder et j’ai senti la chaleur d’autre chose que la chaleur.

Non pas que je m’intéressais à lui, il était marié et plus âgé, et les hommes plus âgés ne faisaient rien pour moi, mais c’était agréable d’être regardé. J’avais perdu trop de temps avec Jeff et ses jeux. Je le laissais me prendre pour acquise et supporter ses deux nuits par semaine de sexe wham bam plutôt que de trouver quelqu’un qui m’apprécierait et me traiterait comme une femme.

Une chose est sûre, cela faisait quelques mois que je n’avais pas eu son attention limitée et il était grand temps que je sorte et que je trouve quelqu’un pour me rappeler que j’étais une femme attirante et que je lui montre à quel point j’apprécierais son appréciation.

Je me suis allongée sur la chaise et, me sentant malicieuse, j’ai regardé directement mon admirateur et lui ai soufflé un baiser. Il a sauté comme s’il avait été abattu et m’a ensuite fait un signe maladroit avant de rentrer en courant dans la maison.

Je me suis à nouveau étirée et j’ai soupiré alors que le tissu entre mes jambes frottait sur ma chatte. J’ai posé brièvement ma main dessus et j’ai gémi alors que mes doigts se posaient sur mon clitoris excité. J’ai rapidement bougé ma main avant de me retrouver assis ici à jouer avec moi-même en public. Oui, il était temps de mettre une robe courte, des talons hauts et d’aller s’amuser.

J’ai entendu une voiture dans l’allée annoncer l’arrivée de Max et j’ai pensé que c’était peut-être le genre de plaisir que je devais rechercher, un beau jeune garçon. Pas Max, bien sûr. Max venait d’avoir vingt ans et je n’étais pas sûr de vouloir un enfant aussi jeune, en plus c’était un bon garçon. Il était mignon, sacrément bien en fait, mais doux et nerveux, un gentil garçon et tout ce que Jeff n’était pas.

La plupart des types décents de mon âge ont été pris et les autres sont soit des imbéciles comme Jeff, mariés et sur la brèche, soit malheureusement célibataires pour une raison avec une tonne de bagages et cherchant une mère autant qu’une petite amie. Il y avait quelques bons gars, mais à ce stade, je ne voulais pas de sérieux, ce qui me laissait peu d’options.

Quelques-uns de mes amis sont sortis en tant que couguars à l’affût de temps en temps et se sont extasiés sur le sexe avec de jeunes hommes, pas seulement sur les jeunes corps durs et l’endurance, mais ils étaient désireux de plaire et faisaient comme s’il s’agissait de la femme, pas d’eux.

Je me réchauffais entre les jambes et je poussais mes pieds contre le bas de la chaise, faisant travailler mes cuisses d’avant en arrière pendant que je recroquevillais mes orteils et pétrissais la chaise comme un chat. Je commençais à être excité.

Le fait que Max allait se montrer d’une minute à l’autre ajoutait à ce sentiment. Après tout, je n’aurais jamais été « Mme Robinson » avec lui, à moins que ce ne soit un étudiant et que son père ne me paie pas cent dollars de l’heure pour le taquiner, mais j’ai pris plaisir à le faire parce que Max aimait regarder et j’aimais qu’il le fasse.

C’était une raison de plus pour aimer les vendredis.

J’ai entendu le portail s’ouvrir derrière moi et j’ai fermé les yeux, en faisant semblant de dormir. Il a dû me dépasser pour monter sur la terrasse et entrer dans la maison et je me suis dit que je le laisserais jeter un long coup d’œil. J’ai entendu les pas de Max s’approcher sur la passerelle et puis s’arrêter.

Derrière mes paupières, j’ai senti le soleil s’affaiblir et j’ai su qu’il se tenait au-dessus de moi. Ma respiration est devenue plus lourde, non seulement pour montrer mes seins, mais parce que je pouvais le sentir me regarder.

J’imaginais ses yeux errant sur mon corps, depuis mes ongles d’orteils peints en violet, jusqu’à mes longues jambes et en passant par mon ventre plat que j’avais récemment orné d’un piercing en argent en forme de barre pour célébrer mon nouveau célibat.

J’ai pensé à ses yeux qui s’attardaient sur mes seins, surtout mes tétons maintenant dressés qui transperçaient la fine couche de tissu. J’ai poussé un long soupir qui s’est terminé par un doux gémissement tout en gardant les yeux fermés et j’ai imaginé sa jeune bite en train de gonfler alors qu’il me regardait fixement.

Je devrais avoir honte de moi, mais il faisait chaud en sachant que ce jeune garçon me reluquait. Je lui ai donné une seconde de plus, puis sans ouvrir les yeux, j’ai dit : « Hé, Max, comment c’était le boulot ? »

J’ai ouvert les yeux pour le voir déjà rougir.

« Oh, c’était…hum, c’était…hum, bien. » Il hochait la tête si vite qu’on aurait dit une tête de linotte et j’ai dû lutter pour ne pas rire. « Comment allez-vous, Mlle Phillips ? »

« Max. » Je me suis assise et il a reculé si vite qu’il a failli trébucher, Dieu qu’il était précieux ! « Je te l’ai déjà dit, appelle-moi Laura. C’est ta maison, pas une salle de classe. »

« Ok, Laura. » Il a encore secoué la tête et cette fois j’ai ri.

« Qu’est-ce qu’il y a de si drôle ? »

« Vous allez bien, Max. » J’ai tendu la main et j’ai mis ma main sur son bras, « Vous êtes adorable. »

« Merci. » Son rougissement s’est accentué et lorsqu’il a détourné le regard maladroitement, je l’ai bien regardé et j’ai pensé que « adorable » n’était peut-être pas le bon terme…. ; « délicieux », par contre, pouvait fonctionner.

Le père de Max ne voulait pas qu’il se prélasse tout l’été comme ses amis paresseux et gâtés. Il voulait qu’il sache ce que c’était que de travailler dur, ce qui lui a valu un emploi dans l’entreprise de construction d’un ami.

Max n’avait aucune compétence réelle, alors ce qu’il faisait toute la journée, c’était de courir avec une brouette pour ramasser des débris et les jeter dans une benne. Il y travaillait depuis six semaines et ça se voyait déjà.

Max portait un t-shirt blanc sans manches qui accentuait le bronzage profond qu’il avait obtenu, tout en montrant des bras sacrément sexy. Il n’avait pas une grosse carrure, mais ses épaules étaient larges et se rétrécissaient jusqu’à sa taille fine. Ses jambes, qui dépassaient d’un jean qu’il avait coupé en shorts, étaient bien musclées par la course et, dans l’ensemble, Max avait lui-même un corps jeune et bien ajusté.

Il était le portrait craché de son père, avec un choc de cheveux noirs épais et bouclés et une paire d’yeux bleus perçants dans lesquels je pouvais imaginer les filles de son âge se perdre. Max était en train de transpirer et, alors que je regardais une goutte d’humidité glisser le long de son cou jusqu’à sa poitrine, j’ai pensé à la suivre avec ma langue.

Max m’a donné un frisson, involontaire j’en suis sûr, quand il a relevé sa chemise pour s’essuyer le visage en montrant son ventre plat, dur et plein de sueur. Cette fois, c’était une goutte d’eau qui se dirigeait vers le bord de son short que je n’aurais pas hésité à suivre avec ma bouche. Bon sang, Laura, calme-toi. Le gamin n’avait que vingt ans, mais bon sang, c’était un homme, juste un jeune.

« Alors tu étudies cette semaine ou je vais devoir t’en arracher un nouveau ? » J’ai demandé. Je ne voulais pas déchirer quelque chose maintenant.

Il m’a donné le sourire rapide et facile qui était l’une de ses meilleures caractéristiques. C’était un doux sourire « aw shucks » qui touchait toujours ces yeux magnifiques et donnait envie de l’embrasser. Il devait être en train de tout déchirer avec les filles, bien que je ne l’avais jamais vu avec une seule.

« J’ai étudié. » Il a soupiré : « Ce n’est pas comme si j’avais beaucoup d’autres choses à faire. »

« Oh, allez, un beau gosse comme toi doit avoir une fille spéciale », je lui ai fait un clin d’œil, « ou deux ».

« Non. » Il a secoué la tête. « Pas de copine, alors j’ai juste travaillé et étudié ces deux dernières semaines. »

« Pas de fille ? Tu laisses tout ça se perdre ? »

Max rougit à nouveau et lorsque je me suis tenue debout, ses yeux se sont fixés sur mes seins et le rougissement s’est accentué. Quand il n’a pas détourné le regard et qu’il a continué à me fixer, je me suis éclaircie la gorge. « Mes yeux sont là-haut, chérie. »

« Oh ! Je…je suis désolée, j’étais juste euh…j’aime ton bikini. »

« Merci ! » Incapable de résister, j’ai levé mes bras au-dessus de la tête et je lui ai fait un tour rapide, en montrant mes fesses. « Tu aimes ? »

« Oh mon Dieu. » Il chuchota, puis ses yeux s’élargirent comme s’il ne pouvait pas croire qu’il avait dit cela. « Je veux dire… je… je suis désolé, Mademoiselle… Laura. »

« Ne le sois pas ». J’ai posé ma main sur son bras, en admettant mes longs ongles violets sur son biceps. « Une femme de mon âge qui reçoit un compliment d’un jeune homme sexy comme toi a fait ma journée ! »

« Oui, mais je n’aurais pas dû dire ça. »

« Pourquoi pas ? Il n’y a rien de mal à dire à une femme qu’elle est attirante. » Je lui ai serré le bras en pensant, bon sang, mais je lui ai souri et lui ai demandé : « Tu n’es pas très doué avec les filles, n’est-ce pas, Max ? »

« Je deviens nerveuse. »

« Aucune raison de l’être. Max, tu es un beau garçon et un gentil garçon et c’est tout aussi important, tu dois être confiant et foncer, crois-moi, je ne peux pas penser à une jeune femme qui te dirait non. »

« Vraiment ? » il a souri, « Tu crois que je m’en sortirais ? »

« Tu t’en sortirais très bien avec moi. » J’ai fait un clin d’oeil et j’ai dû me mordre la lèvre pour ne pas rire de son regard : « Tu devrais peut-être penser plus vieux ; nous, mesdames, apprécions un bon jeune homme. »

« Vous… vous vous moquez de moi. » Il a ri nerveusement.

Non, mais j’aimerais bien l’être. Je haussais les épaules en sachant que cela faisait rebondir mes seins et le fait de voir ses yeux les suivre faisait revenir cette sensation de chaleur entre mes jambes.

« Pour être honnête, ne gâche pas tes meilleures années Max, trouve-toi une jeune femme » Ou peut-être un couguar en rut… « De toute façon, on est sur le dos de ton père maintenant, alors laisse-moi prendre mes affaires, je vais me changer et je te rejoins dans la cuisine, ok ? »

« Bien sûr. » Il a dit.

Je me suis vite retournée et je me suis penchée pour lui en attrapant la petite robe de plage que j’avais apportée avec moi. J’ai fait semblant de chercher quelque chose dans mon sac, avant de le zipper et de m’assurer que mon cul se balançait d’avant en arrière comme je l’ai fait. J’ai regardé sur le côté les portes vitrées menant à la maison et, dans leur reflet, j’ai vu Max se tenir là en me reluquant les fesses.

J’ai ouvert mes jambes un peu plus grand et je l’ai imaginé en train de fixer la bande de tissu entre mes jambes. J’ai pensé à lui tombant à genoux et le déplaçant sur le côté pour lui enfoncer son visage dans ma chatte mouillée. J’avais vraiment besoin de baiser ce week-end.

Je me suis levée et je me suis retournée en disant : « Oh, tu es encore là ».

« Euh, ouais… J’étais juste… »

« Juste ? » J’ai levé mon sourcil et je l’ai regardé dans les yeux. Mes yeux étaient d’un vert profond et Max m’avait dit un jour qu’il les trouvait « jolis ». Il a essayé de retenir mon regard, mais il n’a pas tenu plus de quelques secondes avant de marmonner quelque chose et de commencer à s’éloigner.

Il s’est arrêté quand une voix a crié : « Hé, la leçon d’aujourd’hui est au bord de la piscine ? »

On a tous les deux regardé pour voir le père de Max, Richard, appuyé contre la porte. Oh putain, qu’est-ce qu’il faisait à la maison et depuis combien de temps il regardait ? »

« Désolé, papa. » Max a pris la parole : « Je viens d’arriver et Laura me disait de rentrer pour qu’on puisse commencer. »

« Non, c’est ma faute. » J’ai rapidement enfilé ma robe de chambre, « Je parlais à Max du travail et je ne regardais pas l’heure. »

« Je suppose que tu vas rester quelques minutes de plus pour te rattraper ? »

« Bien sûr. » J’ai fait un signe de tête : « Je donne toujours à mes étudiants le meilleur d’eux-mêmes. »

« Peut-être plus que ça dans ce cas. » dit Richard en se dirigeant vers nous.

Oh-oh, je n’ai pas aimé le ton de cette remarque et la suivante n’a pas beaucoup contribué à me mettre à l’aise.

« Laura, pouvons-nous parler quelques minutes avant la leçon de Max ? As-tu le temps ? »

« Bien sûr. » Je lui ai dit que je sentais mon estomac se resserrer. Il nous avait observés et m’avait vu m’exhiber devant son fils. Bon sang, je ne pouvais pas perdre ce travail !

« Bien ». Il a regardé Max : « Et si tu prenais une douche ? Mlle Phillips n’a pas besoin que tu transpires sur ses manuels scolaires. Elle sera prête quand tu descendras. »

« Bien sûr. » Max s’est dépêché de monter les escaliers de la terrasse et d’entrer dans la maison.

« Désolée, Monsieur Thompson. » J’ai commencé par : « J’ai perdu la trace de… »

« Richard, s’il te plaît. » Il a fait un signe de la main, « Je t’ai déjà dit qu’on n’avait pas besoin d’être formel, n’est-ce pas Laura ? »

« Bien sûr que non. » J’ai souri, en espérant que je n’avais pas l’air nerveux.

« Tant mieux parce qu’on doit avoir une conversation et que ce n’est peut-être pas très professionnel. » Il a fait un geste vers la petite table à côté de la piscine avec un grand parapluie au-dessus, « Allons au moins à l’ombre. »

Il est resté où il était et je suis passé devant lui pour aller m’asseoir.

Histoire taboue érotique d’une jeune ingénue Chapitre 1

« Je dois dire que c’est un sacré bikini, Laura. » Il a dit en s’approchant et en s’asseyant en face de moi : « Je ne savais pas que tu étais si bien dotée. »

« Vous avez dit que je pouvais utiliser la piscine. » Je n’ai pas fait de remarque sur son commentaire en me demandant s’il était sarcastique.

Je n’avais pas l’illusion qu’il flirtait avec moi ; Richard Thompson n’était pas un riche playboy, il a toujours été un gentleman et comme sa femme était décédée il y a quelques années, il était sorti avec plusieurs femmes, mais toujours des femmes respectables et il était bon avec elles, il était loin d’être un chien.

« Je l’ai fait, mais vu que j’ai un fils de 20 ans, j’aurais pensé que tu aurais pu faire preuve de discrétion dans ta tenue. » Il a souri : « Voyons les choses en face, les jeunes hommes sont excités de voir une femme en période de menstruation et ce bikini est, disons, minimal. »

« Vous avez raison. Je suis désolé. » J’ai hoché la tête : « Je ne le porterai plus, je n’ai pas réfléchi. »

« Vraiment ? » Il s’est penché en arrière sur sa chaise et a mis ses mains derrière la tête : « Tu es une femme intelligente, Laura, je me hasarderais à penser que tu as bien réfléchi et que tu as apprécié la réaction que tu savais que cette tenue allait provoquer. »

« Qu’essayez-vous de dire ? » lui demandai-je, en essayant de paraître un peu rebelle.

« Laura, je peux te poser une question ? »

« Oui, tout ce que vous voulez. »

Il s’est penché sur la table et m’a fait un geste pour que je fasse la même chose. La table était petite et quand nos visages étaient à un mètre l’un de l’autre, il a souri : « Tu aimes que la bite taquine mon fils ? »

*****

histoires taboues
telephone rose amateur
afterpost

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

Posted in Histoires taboues

Vous aimerez aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *