Menu Fermer

Un peu grosse, très sexy, trop salope !

UN PEU GROSSE, TRÈS SEXY, TROP SALOPE !

Il est à peine six heures du matin et je suis presque à la maison après une dure nuit de travail. J’ai dû résoudre plusieurs problèmes car hier soir, j’étais de service en tant que responsable de l’approvisionnement en énergie pour toute l’usine.

Je me dirige avec fatigue vers ma porte d’entrée quand je vois une femme debout sur mon propre trottoir ; en voyant le sac réfrigérant et la chaise longue qu’elle tient entre ses belles jambes, je pense qu’elle attend très probablement une personne autonome pour aller à la plage. Je remarque qu’elle me regarde aussi avec insistance (modestement, je ne dois pas être jeté).

Curieusement, ça m’a frappé ! La cinquantaine, assez charnue et bronzée, elle porte une belle robe rouge en coton, très courte et décolletée. Sur ses pieds, très bien soignés et avec des ongles vernis de la même couleur que le vêtement, elle porte une paire de tongs rouges avec des semelles en caoutchouc d’environ quatre centimètres de haut ; le bracelet de cheville qu’elle porte est également composé d’une rangée de perles écarlates.

Elle a les cheveux blonds courts et ébouriffés “avec art” ; cette coupe lui va bien. Ses traits somatiques rappellent ceux d’un transsexuel latin, même si à mon avis elle ne l’est pas (sans présomption, je peux dire que je connais les transsexuels, ayant couché avec eux plusieurs fois).

À mes yeux, elle est tout simplement magnifique !

Je ne peux pas expliquer ce qui m’arrive… une force presque magnétique me pousse vers elle ; quand je suis devant vous, je sors ma carte de visite et pendant que je vous la donne en termes clairs, je vous dis : si vous avez besoin de compagnie, vous pouvez m’appeler à ce numéro quand vous voulez. Elle me regarde sans cligner des yeux, puis elle regarde la carte qu’elle a entre ses doigts bien gardés et puis, avec un sourire et un regard presque moqueur, elle me répond d’une voix chaude et sensuelle : oui ?… et qu’est-ce qui lui fait croire que je vais le faire ?

Je réponds avec certitude : mon instinct.

Je lui dis au revoir et quelques instants plus tard, je suis enfin à la maison. En attendant l’arrivée de l’ascenseur, je repense à la scène que je viens de vivre. Qu’est-ce qui m’arrive ? Je dois être fou… Je n’ai jamais fait quelque chose comme ça de ma vie, mais cette femme, même si ce n’est pas une Vénus, m’a ensorcelé.

La seule explication que je puisse me donner est qu’à mes yeux, il exagère avec tous les pores de la sensualité.

Jamais comme dans ce cas le dicton : ce n’est pas beau ce qui est beau mais c’est beau ce qui plaît qui convient parfaitement !

Mon sommeil est passé mais j’essaie toujours de dormir ; contrairement à mes habitudes, aujourd’hui je n’éteins pas mon téléphone portable ; j’espère dans mon cœur être bientôt “dérangé” par votre appel.

Quand je me réveille, il est 2 heures de l’après-midi. Je coupe l’air dans la chambre et j’allume celle du salon. Pendant que je me prépare à manger, je pense à la réunion de ce matin. Je regarde mon téléphone portable, elle a peut-être essayé de me contacter mais je ne l’ai pas entendue car j’étais fatigué… rien ! D’autre part, que puis-je attendre d’un parfait inconnu ? Je me dis à la recherche d’un “alibi” ; je me console en me disant qu’à partir d’aujourd’hui, je suis en vacances pour trois semaines.

J’allume la chaîne hi-fi et j’insère un CD d’un ensemble que j’aime beaucoup dans le lecteur. Je me verse dans un verre de scotch frais, je m’assois sur le canapé et je laisse la musique prendre le dessus.

Soudain, du coin de l’œil, je vois l’écran de mon PDA s’allumer et un numéro que je n’ai pas dans mon répertoire apparaît. Je bloque la musique et je réponds à l’appel le cœur dans la gorge.

Bonjour ? Bonjour ! (c’est elle !!) Salut, je lui fais écho ; elle continue avec sa voix chaude : voulez-vous sortir dîner avec moi ce soir ? Quelles questions, bien sûr ! Je vais y répondre ; je connais un petit endroit… vous m’interrompez. Non, allons manger là où je dis, après tout, c’est moi qui paie. toi ? mais… elle coupe court : tu veux venir me chercher à 20 heures ce soir ? et me dire l’endroit où elle veut être trouvée. Bien sûr ! Je n’en doutais pas. A bientôt. Elle coupe donc la communication. Je suis agréablement surpris. C’est certainement une femme qui sait ce qu’elle veut et qui sait comment l’obtenir ; je l’aime de plus en plus.

J’arrive au rendez-vous comme à mon habitude un peu en avance. Un peu plus tard, je la vois arriver. Elle porte une courte robe tunique noire avec un léger décolleté, elle porte une ceinture noire sur la tête et aux pieds, dont les ongles sont maintenant impeccablement laqués de vernis à ongles noir, elle porte des tongs en cuir noir avec des talons aiguilles. Elle tient dans sa main un sac à main en cuir noir également fabriqué par YSL. Bien qu’elle soit assez charnue et plus très jeune, elle a un look qui la rend extrêmement attirante. Je descends immédiatement de la voiture et je m’approche d’elle pour lui dire au revoir. Spontanément, nous nous embrassons sur le bout des lèvres. Maintenant, je peux voir son visage. Un joli maquillage, mais pas vulgaire, met en valeur sa grande sensualité tandis qu’un véritable piercing en or embellit son nez parfait. Du lobe des oreilles pendent deux énormes boucles d’oreilles circulaires également en or. Son parfum complète le tableau. Présent mais pas “intrusif”, définitivement classe.

Je te le dis, tu es magnifique ! Merci, vous êtes très gentil, elle me répond avec un sourire charmant. Montez dans la voiture et dites-moi où je dois dîner.

Nous sommes arrivés devant le club au bout d’une demi-heure environ ; en chemin, nous avons eu le temps de faire un peu connaissance. Vous êtes un haut fonctionnaire de l’administration publique qui a récemment et temporairement déménagé en ville pour des besoins de service.

Nous allons nous asseoir à l’extérieur, sur la terrasse. La vue est à couper le souffle. Je suis fasciné par le bleu profond des eaux sillonnées par certains voiliers. Une agréable brise nous apporte l’odeur de la mer ; un beau coucher de soleil rehausse la magnificence du panorama.

Après avoir commandé le dîner, le charmant milf défilant du paquet de Dunhill, qui a posé une cigarette sur la table et l’a attrapée avec ses lèvres placées à cœur, l’allume à l’aide d’un Cartier raffiné plaqué or. Après avoir sucé sensuellement la première bouffée et expulsé la fumée, elle me dit avec confiance : je t’aime beaucoup et j’ai donc décidé de te baiser. Je suis agréablement surpris par sa franchise.

J’avoue que vous faites le même effet sur moi, je le reproduis sincèrement. Je sais, elle me répond, sûre d’elle, pendant qu’elle aspire une autre bouffée de fumée, ajustant ses beaux yeux clairs et me fixant comme si elle voulait lire dans mes pensées.

La conversation est interrompue par le serveur qui nous apporte les délicieux plats qu’il vient de commander.

Nous mangeons en discutant plus ou moins agréablement, comme si nous nous connaissions depuis longtemps. Cela me met très à l’aise, à tel point qu’à un certain moment, je vous demande carrément : avez-vous déjà eu des relations sexuelles avec un transsexuel ? Pas du tout gênée, elle me répond : bien sûr, je les aime ! Je sens que mon cœur se met à battre vite à cause de l’excitation… Me regardant avec un sourire qui n’est qu’un spectacle, elle me dit sur un ton ironique : je comprends que tu les aimes aussi, n’est-ce pas ? Oui, beaucoup ! Je lui réponds avec un regard dans les yeux.

Avec une lenteur étudiée, il allume une autre cigarette et s’empare de son PDA, met ses lunettes et commence à regarder. Voyons ce que le net nous offre aujourd’hui, en chuchotant à voix basse avec la cigarette entre les lèvres. Après avoir un peu “navigué”, je vois son visage s’illuminer. Mais, pas mal… il prend une grande inspiration et je mets la cigarette entre mon index et mon majeur, il tourne l’écran de son téléphone portable et me montre une photo d’un transsexuel latin très sensuel, nu, avec un (gros) pénis en érection. Est-ce à votre goût ? Oh oui, je réponds avec une petite voix. Bien, parce que j’aime beaucoup ça aussi. Elle compose un numéro de téléphone et entre en contact avec le sujet qu’elle vient de voir.

Avec une grande expérience, fixez le rendez-vous pour ce soir même. Puis il a payé la facture avec sa carte de crédit, il se lève de sa chaise et me dit : j’ai envie de me promener au bord de la mer.

Nous marchons lentement en silence en nous tenant par la main le long de la jetée de la marina, en regardant l’horizon plein de lumières vacillantes (il est maintenant tard dans la soirée). J’observe son profil illuminé par les braises de la cigarette qu’il a portée à ses lèvres. J’attends qu’elle expulse la fumée de ses poumons, puis je l’embrasse profondément. Elle lui rend la pareille avec sensualité ; puis elle jette le mégot de cigarette dans l’eau en disant : bougeons, notre “cadeau” nous attend.

Je gare ma voiture sur le parking de l’hôtel de luxe de mon choix et nous entrons dans le hall ; nous nous approchons de la réception et demandons à la jeune fille blonde derrière la réception si une belle femme au charme latin est déjà arrivée.

Oui, messieurs, elle vient de monter dans sa chambre. Dépêchez-vous des formalités nous sommes accompagnés par un Serveur aux Plans de couleur du crâne complètement chauve, impeccable dans son uniforme de service, à la porte de notre chambre. Pendant que je le remercie en lui donnant un pourboire, l’homme me chuchote : si vous avez besoin de quoi que ce soit, n’importe quoi, je reste disponible.

Frappons. On entend immédiatement des talons féminins s’approcher, puis un tour de clé et enfin la porte s’ouvre.

Une belle latina à la peau d’olive nous accueille avec un sourire. Longue chevelure sombre et lisse, elle porte une courte robe de satin blanc qui met en valeur ses belles jambes ; à ses pieds, elle porte une paire de pantoufles de fourrure très sexy de la même couleur.

Il est superflu de dire que c’est un canon ! Mon rencard s’approche d’elle, lui met l’index sous le menton et l’embrasse sur la bouche. Chérie, tu es belle, et puis elle se tourne vers moi. Tu crois que j’ai bon goût en matière de travestis ? Si c’est pour cela qu’il ne s’agit pas seulement de trans, je me dépêche de le dire.

Après s’être complètement déshabillée, elle prend le sac Dunhill dans son sac à main et le lance à la fille : sers-toi pendant que toi et moi prenons une douche.

Je ne sais pas comment l’expliquer, mais même si je n’ai pas un corps fabuleux, cette femme m’excite tellement que j’ai une érection sous la douche. Ouah ! Je vois que tu es déjà prêt, me dit-elle sur un ton blagueur ; pendant que l’eau coule dans notre corps, elle saisit mon outil et, d’une main experte, elle lui donne la “consistance” et l’enfonce fermement dans son vagin. Tous les deux, loin de penser à la “protection”, nous commençons à faire un bon coup. Quelle femme ! Pendant que je la monte debout, je lui suce les tétons. Après avoir “joué” pendant un certain temps, nous fermons l’eau et nous nous séchons. Pendant ce temps, notre amie est sur le point d’allumer sa troisième cigarette.

Le milf qui entre dans la chambre se met tout nu sur le lit et allume une cigarette. Après trois bouchées généreuses, elle me dit : mets-le dans sa bouche, je veux voir comment elle le suce. Je la satisfais immédiatement ; je me rends compte tout de suite que la fille sait vraiment comment faire ! Elle alterne des coups de langue sages et une succion puissante et profonde. J’ai mal aux couilles depuis si longtemps que je suis excité. Sans s’arrêter de fumer, elle observe attentivement la scène, puis se lève soudainement et s’exclame : tu m’as donné une irrésistible envie de bite. Elle se met devant le travelo et, d’un geste brusque, ouvre sa robe. Deux gros nichons et un énorme pénis sont immédiatement admirés. Ce qui est impressionnant au-delà de la longueur de l’outil, c’est la taille de l’urètre. Il est si large que la salope, à genoux, s’amuse à le coller à l’intérieur du mégot de cigarette (évidemment du côté du filtre). Même ce beau gosse aime fumer des exclama divertita. Puis il la retire et après lui avoir donné deux dernières bouchées à pleins poumons, il la met dans le cendrier voisin ; puis il commence lentement une pipe ; l’image est si excitante que je dois même arrêter de regarder la scène pour éviter de venir.

La masse en décubitus dorsal nous dit d’une voix brisée par la luxure : allez, brisez-moi ! A cette demande, le travelo et moi nous déplaçons à l’unisson et prenons le porc entre “deux feux”. Cette dernière, après avoir bien lubrifié la canne, la met dans son cul sans préservatif pendant que je la lui claque dans la bouche ; on commence la monture “stéréophonique”. Tout ce qu’elle fait, c’est gémir et en profiter comme une folle. C’est une vraie salope ; je me rends compte qu’elle aime le sexe à mort ! (comme moi, après tout). Pendant qu’on la baise, on trouve même le temps de s’embrasser.

Je me mets en levrette maintenant et il dit : je vous veux tous les deux en moi. Je m’assieds immédiatement sous elle et je lui enfonce dans la chatte pendant que le “super adopté” continue à lui botter le cul. Pendant notre “attaque”, la salope trouve aussi le désir, la force et le temps d’allumer une autre cigarette ! Peu après, nous inversons les positions ; je soutiens le gland sur son sphincter. C’est comme un cratère ! J’essaie de le mettre à l’aide de la salive, sans même le lubrifier. Incroyable, pas de problème ! Je commence à m’y mettre pendant que l’autre pénis bat son vagin.

Au bout d’un moment, nous sommes arrivés à la “confrontation” ; nous sommes tous les deux presque éjaculés ! La salope agenouillée nous suce la queue jusqu’à ce que nous arrivions presque en même temps. Je vise la bouche grande ouverte et j’ai la chance de la frapper avec le premier jet ! En quelques secondes, son visage est abondamment recouvert par notre sperme qui se met lentement à couler.

Après une douche rafraîchissante, nous sommes allongés, satisfaits, sur le lit ; les deux femmes allument une cigarette et pendant un instant, personne ne parle.

A un moment donné, mon “ami de baise”, après avoir donné à Dunhill une forte pression, nous dit : j’ai envie de boire du champagne !

Je me retourne sur l’oreiller et je regarde son profil pendant qu’elle est occupée à aspirer la fumée de la cigarette à nouveau ; se sentant fixée, elle se tourne vers moi et avec un sourire malicieux et me fait un clin d’œil.

 

histoires taboues
telephone rose amateur

Tél rose avec webcam

bantelskype

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

Posted in Histoires taboues

Vous aimerez aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.
Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.
Ce site est réservé aux adultes
Vous devez certifier que vous êtes majeur dans votre pays pour entrer sur le site. Vous engagez votre responsabilité en cliquant sur OUI. Toutes fausses déclarations sont passibles d'une amende.
Ce site est réservé aux adultes
Vous devez certifier que vous êtes majeur dans votre pays pour entrer sur le site. Vous engagez votre responsabilité en cliquant sur OUI. Toutes fausses déclarations sont passibles d'une amende.
Deviens un membre privilégié !
Rejoins nous ;)
GRATUIT !!!
100%
XFR
Rejoins la communauté
100% GRATUIT
Tu ne seras pas déçu ;)
Merci !
XFR
Tu ne seras pas déçu ;)
MERCI !!!