Menu Fermer

Un couple libertin sent monter l’excitation au restaurant

Sarah me fait des rayons lorsque je lui prends la main. Une lumière bleue baigne sa peau pâle alors que nous entrons dans les quartiers privés haut de gamme du restaurant de l’aquarium du centre-ville de Houston. Le serveur, vêtu d’un costume bleu vif de minuit, nous conduit rapidement à notre table, entourée du magnifique aquarium tropical.

Nous nous asseyons l’un en face de l’autre, Sarah croisant ses longues jambes toniques sous la matière nue et cisaillée de sa robe. Le détail de la dentelle noire épouse chaque courbe et je laisse mon regard parcourir son corps jusqu’à ses seins jeunes et mûrs. Elle n’a que 16 ans et à 23 ans, je ne peux pas la quitter des yeux ; cela ne semble pas bien écrit, je sais, mais je l’aime. J’arrive à ses yeux pétillants, ses cheveux noirs tombant délicatement autour de son visage et elle me sourit, ravie : « C’est parfait, Ross ».

« Tout pour toi, bébé », lui réponds-je, alors que le serveur revient en nous remettant les menus.

« Puis-je vous offrir quelque chose à boire ? » Il demande.

« Je vais prendre une Heineken. »

« Pourrais-je avoir une limonade à la fraise, s’il vous plaît ? » Sarah ronronne, son accent anglais est évident. Le serveur hoche la tête alors qu’il note notre commande. « J’aimerais pouvoir boire », me dit-elle en riant alors qu’il se rejette.

Un éventail de poissons colorés flotte derrière elle alors qu’elle commence à bouillonner d’enthousiasme pour la journée et je ne peux m’empêcher d’admirer son enthousiasme. Elle s’arrête brusquement et je lève les yeux du menu. Elle me regarde, se mordant la lèvre inférieure et me dit tranquillement : « Tu sais, j’ai hâte de rentrer à la maison ».

Un sourire se répand sur mon visage et je me frotte la barbe au menton en me disant : « Pourquoi ça ? Je dis, méchamment.

Elle se déplace sur sa chaise et je sens que son pied commence à glisser lentement de haut en bas de mon mollet. « Juste parce que », sa langue passe rapidement sur ses dents lorsque le serveur pose nos verres.

« Voulez-vous commencer par un apéritif, monsieur ? »

« Non, je pense que nous allons passer directement à l’essentiel », dis-je, en gardant un contact visuel avec Sarah. Le coin de sa lèvre se recourbe. « Haut de surlonge et crevettes s’il vous plaît. »

« Et, euh… des pâtes au poulet grillé », dit-elle, jetant un rapide coup d’œil au menu.

« Merci, madame, ce ne sera pas long », répond-il en ramassant nos menus et en tournant le talon.

Son pied se faufile entre mes cuisses et je lui caresse la cheville. La lumière bleue danse sur sa peau et nous reprenons une conversation régulière, bien que je commence lentement à la désirer de plus en plus à mesure que je remarque que ses mamelons durcissent sous sa robe et qu’à son tour, quelque chose remue sur mes genoux. Son pied frotte plus directement sur mon entrejambe, apparemment après avoir réalisé mon état, et je me raidis à son contact. Elle prend de longues et profondes respirations alors que j’examine son élégant collier et ses épaules nues et minces. Silhouettée contre le réservoir vibrant et les plantes de varech qui montent, elle a l’air belle, hypnotique.

« Tu as l’air si bien en ce moment », je chuchote.

Ses cils battent, « Merci », murmure-t-elle, embarrassée.

« Je te veux vraiment. » Je commence à imaginer que je glisse ma main entre ses douces jambes d’adolescente, la chaleur de sa chatte rayonnant à travers ses sous-vêtements. Elle sourit en se sentant coupable sur ses genoux et je me demande si elle pense la même chose.

Le serveur arrive avec nos assiettes et dépose nos plats cuisinés à la vapeur. Sarah remet son pied dans sa chaussure et nous mangeons tous les deux à la hâte. Le steak est délicieux, mais je ne peux pas m’empêcher de penser à elle. Enfin, le serveur nous apporte l’addition et nous montre la sortie. La main de Sarah s’accroche à la mienne alors que nous quittons le magnifique bâtiment.

Nous sommes bientôt dans la rue, nous retournons à ma voiture et je pose ma main sur son cul pendant que nous marchons. Soudain, je me sens mal à l’aise. Je jette mon regard sur la route sombre.

« Qu’est-ce qui ne va pas ? » demande Sarah.

« Rien », je marmonne, mais bien que je me dise que c’est ridicule, je me sens surveillé.

Cependant, je l’écarte rapidement lorsque nous arrivons à la voiture. Au moment où nous nous arrêtons, je la presse contre la surface froide et bloque mes lèvres contre les siennes, le besoin intense de la serrer dans mon estomac. Elle passe ses doigts dans mes cheveux et je bois la chaleur de son corps, qui brûle pour entrer à l’intérieur.

« Baiser bébé, je te veux tout de suite », lui dis-je, en m’éloignant momentanément pour lui embrasser le cou.

« Ouais… » Elle respire, en penchant la tête en arrière. J’ouvre la porte du passager et je rentre, en faisant un geste pour qu’elle me suive. Elle me chevauche et je ferme la porte derrière elle, tenant son petit cadre dans mes bras pendant qu’elle m’embrasse à nouveau, l’odeur de son parfum m’enivrant. Je pousse l’ourlet de sa robe le long de ses cuisses et sur son cul, en saisissant chacune de ses joues douces et fermes dans mes paumes.

Sa main trouve le renflement de mon entrejambe et elle me masse dans mon pantalon en soupirant désespérément : « Baise-moi, Ross », murmure-t-elle en se brossant les dents contre mon oreille. Je penche la chaise et la retourne pour qu’elle soit allongée sur le dos. Maintenant, à genoux, bien au pied, la fine matière qui recouvre sa chatte n’est plus qu’à un pied de mon visage. J’accroche mes pouces sur les côtés de sa culotte et je les tire vers le bas par-dessus ses chevilles.

Elle gémit et écarte les jambes, son corps suppliant d’être touché. J’admire sa chatte lisse, rose et brillante, avant de commencer à l’embrasser sur l’intérieur de ses cuisses. J’ai hâte d’entrer en elle, mais je sais que l’attente la rendra folle. Ma langue trouve son clitoris et je suce doucement, respirant son odeur délicieuse. Elle s’efforce de rester immobile pendant que je glisse un doigt dans son trou serré, le faisant entrer et sortir.

« Oh mon Dieu », elle pleure les yeux fermés. Ma langue claque sur ses sucs et je pousse un deuxième doigt entre ses lèvres alors qu’elle commence à se balancer contre mon visage. J’attrape son cul pour la stabiliser, en lui enfonçant mon visage dans sa chatte. J’attire brièvement son attention en levant les yeux, sa bouche s’ouvre en un petit cercle, « Je vais jouir !”. Elle pleure, la main qui vole pour couvrir sa bouche. Je m’arrête et je pousse ses genoux jusqu’à sa poitrine, la laissant haletante. Elle regarde mes mains avec avidité lorsque je détache ma ceinture, tire ma braguette vers le bas et prend ma bite toute dure dans ma main. « Oh oui, baise-moi, s’il te plaît Ross, maintenant. »

Je me penche sur elle et nous fermons les yeux pendant une seconde, la tension couvant entre nous, avant de me plonger en elle. Elle halète et fait ses griffes sur le siège pendant que je la retire et la remplis à nouveau. « Merde ! » Elle gémit pendant que je la martèle, son ventre chaud s’enroulant autour de moi. Je grogne, en tenant ses jambes contre ma poitrine, ses genoux sont enroulés autour de mes épaules. Je suce doucement sa peau en la regardant se tordre sous moi, le plaisir de froisser son beau visage.

« Putain, t’es tellement mouillé », lui dis-je en grinçant des dents, ma respiration étant rauque alors que je l’enfonce brusquement.

Ses jambes se raidissent autour de moi alors qu’elle gémit. Ses yeux battent des ailes et se retournent, « C’est si bon, c’est si bon », chuchote-t-elle.

« Jouis pour moi, bébé », je dis.

Elle jette sa tête en arrière en criant : « Oh putain ! Oh mon Dieu, Ross ! » alors que son corps tremble et se convulse. En la voyant comme ça, je me suis mis à lui tirer mon sperme chaud dans la chatte, en gémissant son nom. Ses jambes se détendent et tombent à côté de moi et je m’allonge à côté d’elle sur le siège, laissant ma respiration revenir à la normale.

Nous nous étendons tranquillement dans le noir pendant un moment. Puis il y a un tapotement sur la fenêtre. Je sens le corps de Sarah tendu et elle me regarde avec de grands yeux : « Ross, qu’est-ce que c’est ? » Je reste silencieux, à l’écoute, tandis qu’elle remet sa robe en place. Tape, tape, tape, tape.

« Putain, qu’est-ce que… » Je marmonne. Je ne peux pas voir par les fenêtres ; la rue est noire, sauf les fenêtres des cafés qui brillent tard dans la nuit. Tap tap tap tap.

Je m’assois. « Reste ici », lui dis-je, et j’ouvre lentement la porte. J’entre dans l’obscurité et je ferme la porte derrière moi, l’agitation me noue la poitrine. « C’est quoi ce bordel, mec ? Qui es-tu ? » Il n’y a pas de réponse. J’entends quelque chose qui bouge et je fouette, essayant désespérément de le localiser.

Soudain, quelque chose se heurte au côté de ma tête et je suis déséquilibré. Je me défends et j’enregistre vaguement la porte de la voiture que l’on ouvre en serrant un chiffon humide autour de ma bouche et je m’écroule sur le sol.

* * *

Je me réveille dans une pièce faiblement éclairée, avec une nuque horriblement raide et une douleur lancinante à la tempe gauche. Je suis enchaîné à une grande chaise rembourrée ; mes poignets sont menottés à chaque bras et mes chevilles aux deux jambes avant. La chaise est boulonnée au sol et j’ai l’impression d’être un homme en attente d’une électrocution. Ma veste a disparu, mais je porte toujours ma chemise et mon pantalon, légèrement trempés de sueur.

Lorsque mes sens reviennent, je scanne la pièce. Des planches de bois foncé tapissent le sol et les murs sont recouverts d’une peinture blanche écaillée et sale. Il n’y a pas de fenêtres et une seule porte sur le mur opposé. Quelques plafonniers bourdonnent légèrement au plafond, fournissant le peu de lumière qu’il y a. Alors que le reste de la pièce est vide, un grand matelas nu se trouve au milieu du sol, à environ trois mètres de moi, et sur lequel repose Sarah.

Elle est inconsciente et nue, à l’exception de son soutien-gorge et de ses sous-vêtements, tous deux en dentelle noire. Ses cheveux sont ébouriffés et un bandeau noir lui est noué autour de la tête. À part cela, elle semble intacte. « Sarah ? » Je l’appelle avec voix rauque, en regardant ses côtes monter et descendre lentement. La peur commence à m’envahir lorsque je réalise la situation. « Sarah ? »

Elle remue légèrement, sa main se dirigeant vers son visage. « Ross ? » dit-elle, en luttant pour s’asseoir droit. « Ross ?! « Elle gratte le bandeau en criant désespérément.

« Je suis là, bébé », dis-je alors qu’elle l’arrache.

La panique s’empare de son visage : « Que se passe-t-il ?

La porte clique et s’ouvre. Un grand homme au teint foncé, probablement de quelques années de plus que moi, entre et ferme la porte à clé derrière lui. Il est pieds nus, ne portant qu’un jean et un t-shirt blanc étalé sur ses larges épaules. Il se retourne pour nous faire face.

« Qui êtes-vous, putain ? » Sarah lui hurle dessus.

« Ne me parlez pas comme ça ! » Il crie, en s’avançant vers elle. Sa voix est grave et brusque : « Allonge-toi ».

« Qui pensez-vous être ? » Elle s’emporte avec défi. D’un geste rapide, il la pousse sur le matelas et s’assoit à cheval sur ses hanches. Elle se débat contre lui alors qu’il se penche et lui siffle quelque chose à l’oreille. Son corps devient mou.

La colère monte en moi quand il lui dit : « Maintenant, tu es une jolie petite chose, n’est-ce pas ? » Elle le fronce les sourcils quand il commence à caresser son corps.

« Arrêtez ça ! » Je crie : « Ne la touchez pas ! »

Il fait une pause. J’attends un moment avant qu’il ne lève la main et la frappe au visage. Il se tourne vers moi, « Ne dis rien ».

Sarah halète sous le choc et gémit, mais ne tente pas de le combattre. Il lui tend la main sous le dos et défait son soutien-gorge, le tirant de ses épaules puis le jetant de côté. Il saisit ses jeunes seins fermes et lui pince les tétons. Que lui dit-il ? Qu’est-ce qu’il a bien pu lui dire, putain ?

« Aah… » elle soupire, sa bouche s’ouvre. Il l’attire vers lui et leurs lèvres se rencontrent ; il l’embrasse brutalement et intensément, en lui mordant la lèvre, et elle ne résiste pas. Je la fixe. Il descend et commence à sucer chacun de ses petits tétons roses. « Tes seins sont parfaits, putain de salope », dit-il, alors qu’elle passe ses mains dans ses cheveux courts et sombres. Je n’arrive pas à croire ce que je vois.

Il glisse une main entre ses jambes et sa chatte nue et rose clignote devant moi alors qu’il rentre ses doigts dans ses sous-vêtements. Elle gémit doucement dans son cou alors qu’il continue à l’agresser sur ses seins et malgré ma colère et mon mépris, je suis de plus en plus consciente du durcissement de mes genoux.

« Ohh, putain », murmure-t-elle, avec un regard ouvert sur moi. Elle se mord la lèvre et nous nous regardons. Au bout de quelques minutes, il retire ses doigts de sa culotte et les lui fourre dans la bouche ; elle les suce avec avidité, en léchant son jus.

Il se lève et enlève son haut, tandis que Sarah fixe sa poitrine sombre et musclée, puis défait sa ceinture et s’envole. Il la regarde, maintenant à genoux et lui caresse les cheveux. Il sort sa bite de ses sous-vêtements, dure, épaisse et je dois dire — énorme, et je regarde Sarah l’entourer de son petit poing fin.

« Mets-le dans ta bouche », lui ordonne-t-il alors que je le regarde fixement. Il m’ignore alors qu’elle glisse ses lèvres autour du bout et le fait glisser lentement jusqu’à l’arrière de sa gorge. Elle n’en met que la moitié dans sa bouche lorsqu’elle répète ce geste, s’arrêtant pour cracher sur son manche. Je pense à elle qui me manipule de cette façon et j’ai mal au cœur lorsqu’elle me touche, lorsqu’elle sent sa gorge serrée et chaude autour de ma queue.

Il rassemble ses cheveux dans son poing et commence à les enfoncer dans sa bouche. Il grogne à mesure qu’il accélère, chaque fois plus profondément. Ses yeux se mettent à couler alors qu’elle lutte pour ne pas s’étouffer et que la salive coule sur son menton.

« Respire par le nez », ordonne-t-il, en poussant de toute sa longueur dans sa bouche. Elle lui cligne des yeux, son corps est rigide. C’est tellement chaud, je crois, de le voir la contrôler, qu’il commence à l’envier. Elle commence à bafouiller et il se retire, la laissant prendre quelques respirations avant de se replonger. Il sourit : « C’est bien, ma fille. »

En se retirant à nouveau, il la tire sur ses pieds et la pousse dans ma direction. Elle trébuche légèrement alors qu’il la suit lentement derrière elle. « Continuez », dit-il d’un ton sec. Il l’arrête à environ deux pieds devant moi. Alors qu’il traîne le bout de ses doigts le long de ses côtés, je remarque qu’elle regarde le renflement de mon pantalon, sa respiration est superficielle. Soudain, il tire sa culotte jusqu’à ses chevilles et force sa moitié supérieure à descendre, ce qui l’amène à crier et à saisir ma chaise. Ses mains saisissent le dos de chaque côté de ma tête et nous sommes face à face ; elle porte un pantalon, les yeux écarquillés, et me regarde fixement. J’ai tellement envie d’elle. J’ai tellement besoin d’elle.

Il lui attrape le cul et lui donne une rapide claque. Il y a un moment d’arrêt avant qu’elle ne grimpe, alors qu’il la pousse en elle, lui fermant les yeux. « Merde, tu es si serrée », lui dit-il, « Tu aimes ça, salope ? Tu aimes ça ? » Elle gémit bruyamment et il pousse plus fort, en lui claquant les hanches contre le cul. Elle se penche en avant et m’embrasse, en écrasant ses lèvres contre les miennes, sa langue s’enroulant autour de ma bouche. J’ai très envie de la toucher. Je sens une sorte d’urgence dans son baiser alors qu’elle gémit dans ma bouche et s’éloigne. Je regarde l’extase se répandre sur son visage, à quelques centimètres du mien, alors qu’elle est légèrement secouée vers l’avant à chaque poussée.

« Allez, suce-le », lui dit-il, les mains bien enroulées autour de ses hanches. Elle n’hésite pas et me tend les mains sur les genoux, tâtonnant hâtivement avec ma fermeture éclair. Je me libère et ma bite disparaît aussitôt entre ses lèvres. Je gémis, mes doigts se recourbent en poings alors qu’elle m’enveloppe dans sa bouche chaude et humide. Sa tête s’agite sur mes genoux et je sens sa gorge se resserrer autour de moi alors qu’elle a un léger bâillon.

« Merde, oh mon Dieu ! » Elle crie, me libérant momentanément alors qu’une vague de plaisir la traverse visiblement, « Oh mon Dieu ! Je jouis ! » Ses genoux semblent s’affaiblir, mais elle continue à pomper ma bite pendant que l’autre homme la frappe.

Elle finit par se calmer et par soupirer lorsqu’il sort d’elle. Il la retourne et la fait asseoir sur mes genoux, ses cheveux doux se frottant contre mon visage. Elle se met entre ses cuisses et me guide doucement dans sa chatte trempée. Elle commence à se balancer lentement alors qu’elle se penche en avant et saisit la bite de l’autre homme, l’amenant vers elle.

« Ouais, tu aimes ma putain de bite noire, est-ce que tu te prostitues ? » Il sourit.

« Putain, j’adore ça », ronronne-t-elle en caressant sa longueur gonflée. Me sentant résolument ignoré, je me mets à lui coller au cul, en souhaitant pouvoir m’accrocher à ses hanches comme il l’avait fait. La frustration commence à bouillir dans mes tripes alors que je la baise furieusement, sentant sa chatte serrée et chaude glisser le long de mon axe. Elle gémit, jouant avec son clitoris d’une main, le caressant oisivement de l’autre.

« Baiser son cul », me dit-il, en la soulevant légèrement de ma bite, qui dégouline maintenant de son jus. Elle semble incertaine alors que je le regarde la fixer intensément pendant quelques secondes, avant qu’elle ne m’aligne avec son petit trou de cul tendu et ne s’enfonce très lentement sur moi.

« Merde », chuchote-t-elle et je gémis en la sentant s’étirer autour de moi. Il se met au sol, ses longues jambes soutenant facilement ses hanches au niveau de sa chatte, et pousse ses genoux jusqu’à sa poitrine. Il la pénètre par devant, nous deux la remplissant complètement, et commence à la baiser doucement. « Oh mon Dieu, c’est si bon », dit-elle doucement, en saisissant mes avant-bras, « Baise-moi ».

Ses mouvements se répercutent sur moi, faisant rebondir son cul sur ma bite. C’est divin. Son trou serré lutte pour prendre ma taille et je me crispe en elle, le sentant à travers mon abdomen. Il s’accélère, fait glisser son jean et ses sous-vêtements jusqu’aux genoux et elle s’écrie : « Oui ! Oh mon Dieu, oui ! Putain, c’est incroyable ! » Elle pousse ses cheveux sur le côté et je commence à sucer sur le côté de son cou, en courant des baisers le long de son épaule, pendant qu’il se lève et pince son petit mamelon dur entre ses doigts. Je sens qu’elle perd le contrôle alors qu’elle traîne ses ongles le long de mes bras et qu’elle fait vibrer son pouls dans tout son corps, en se mettant à vibrer sur ma bite.

« Putain ! Putain ! Putain ! » Elle hurle en égrenant à nouveau, en tremblant violemment sur mes genoux. Il se lève et la traîne hors de moi, sur ses genoux, alors qu’il commence à lui balancer sa bite au visage. Elle écarte les lèvres et il lui rentre dans la bouche, la baise brutalement jusqu’à ce qu’il grogne et que je voie son sperme lui traverser la langue. Il lui presse les dernières gouttes sur le menton avant de lui sourire et de remettre son jean.

Il quitte la pièce alors que Sarah rampe vers moi, s’agenouille entre mes genoux et me prend dans sa bouche. Elle fait tendrement courir sa langue le long des côtés de mon arbre avant de me pousser profondément dans sa gorge. Je saisis les bras de la chaise ; elle va de mieux en mieux. Puis, en aspirant le bout et en me pompant dans son poing, ses yeux noirs me regardent pendant qu’elle travaille habilement ma bite.

« Bébé, je vais jouir », je gémis, mes yeux se retournent quand je lâche prise et libère mon sperme dans le fond de sa gorge. Elle continue à sucer doucement jusqu’à ce qu’elle soit sûre que j’ai fini, puis me ramène à mes sous-vêtements au moment où l’autre homme rentre dans la pièce. Il jette la robe et les chaussures de Sarah sur le matelas avant de repartir. Aussi essoufflée que je sois, elle s’éloigne en rampant et commence à se redresser, laissant délibérément ses sous-vêtements alors qu’elle enfile le reste de ses vêtements.Ma tante a fait de moi un homme

J’entends un faible sifflement et mes yeux commencent à piquer. Sarah ouvre la bouche pour parler, mais aucun son ne sort, elle ne fait que tousser. Alors que ma vision devient de plus en plus floue et que mes poumons me font mal, je la vois se rabattre sur le matelas alors que mes yeux se ferment et que je m’évanouis.

* * *

Quand j’ai rouvert les yeux, j’étais de nouveau sur le siège du conducteur de ma voiture, la lumière du matin se répandant par les fenêtres. Sarah était assise à côté de moi et fronçait les sourcils dans la rue.

« Que… que vous a-t-il dit ? » Je bégaie, je me réveille.

« Rien », marmonne-t-elle.

« Non, sérieusement, dites-moi. »

« Ce n’était rien, d’accord ? »

« Sarah, dis-moi », je persiste. Elle cache visiblement quelque chose.

« Hum, eh bien… » Elle commence, en se déplaçant inconfortablement, « Je l’ai en quelque sorte… engagé pour faire ça il y a quelques mois. »

« Quoi ? » Je dis cela avec incrédulité.

« Je ne savais pas quand il le ferait… ça m’excite vraiment, tu sais… J’ai toujours voulu être kidnappée », dit-elle, en se sentant coupable de rencontrer mon œil.

On ne peut pas nier qu’il faisait chaud, je pense, en luttant pour ne pas sourire. « C’est bon, bébé », je dis, en mettant ma main sur la sienne, « Dis-moi juste la prochaine fois, ouais ? »

Elle acquiesce timidement, revigorée par ma réaction, avant que je ne démarre la voiture et que nous rentrions à la maison.

histoires taboues
telephone rose amateur
telrosefrance

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

Posted in Divers, Histoires taboues

Vous aimerez aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *