Menu Fermer

Un chantier naval coquin avec ma femme, ma belle-sœur et mon frère !

Bravo et merci à DENIS pour cette histoire taboue très excitante ! Un délice à lire la main dans la culotte hihi

Histoire vraie, vécue dans la plus humble intimité

À cette époque, mon frère et ma belle sœur habitaient un petit appartement au bord du Doubs, petit village sympa de mon enfance. C’était un rez-de-chaussée avec une petite cour intérieure dans laquelle, nous avions entreposé mon bateau pour une petite modification.

J’étais arrivé la veille avec ma femme Cathy. Mon frère et moi ne parlions que de la modification de la traversée de coque de mon bateau. Les femmes, Chantal et Cathy commençaient d’être agacées par notre préoccupation et trouvaient qu’on s’occupait plus du bateau que d’eux-mêmes. Traversée de coque c’est bien, mais leurs deux corps n’étaient pas mal non plus et elles nous le faisaient bien ressentir. Tout compte fait, après avoir bu l’apéro, nous avons remis notre projet au lendemain pour nous consacrer uniquement sur les traversées de corps de nos deux femmes.

Le repas fut assez coquin, la saison s’y prêtait et nos deux femmes s’étaient retrouvé les seins à l’air et ne portaient en tout, que leur petite culotte. Mon frère et moi avions passé la majeure partie du repas, à souiller leurs corps de nourriture, que nous venions chacun notre tour nettoyer de nos langues et évidemment, notre jeu consistait à choisir les meilleurs morceaux de nos deux femmes. L’atmosphère de la pièce devint vite insupportable ; mon frère et moi étions sous une telle tension que les yeux de nos deux belles crépitèrent d’étincelles ne laissant en aucun cas trahir leurs degrés d’excitation. Pouvez-vous imaginer un seul moment, l’état de leurs petites culottes ? Trempées, bien sûr, remplies d’un velouté de crème à mourir de plaisir. Ce fut à cet instant que mon frère et moi décidions, de passer à ce qui nous tenait le plus à cœur, non plus, la traversée de coque du bateau, mais la traversée de corps de nos deux femmes en ébullitions, qui n’attendaient que cet instant.

Mon frère et Cathy partirent dans la chambre et je me retrouvais avec Chantal dans le salon sur le canapé-lit que les femmes avaient préparé. Pouvez-vous imaginer la suite ? Je n’en suis pas certain ! Allonger sur le dos la tête enfouie dans les gros seins de ma belle sœur ancrée sur mon érection. Elle n’en pouvait plus, elle se donnait à fond, je ne sais plus combien de temps nous sommes restés ainsi, l’espace-temps n’existait plus. Le supplice me parut insurmontable, j’ai résisté, nous avons tous les deux essayé de tenir le plus longtemps que possible, mais notre degré de résistance dépassa toute espérance. Ce qui devait arriver est arrivé. L’explosion, le bigbang de nos deux corps, presque une résurrection et puis plus rien, le néant, l’inconscience. Elle s’endormit et, moi, dans une douce torpeur la tenant encore dans mes bas, j’écoutais ce qui pouvait bien se passer dans la chambre d’à côté. Ils ne dormaient pas encore. Je les entendais s’agiter, mais hélas ? Après un tel traitement, je succombais dans un profond sommeil jusqu’au lendemain matin.

Quand j’ouvris les yeux, vers six heures et demie, le jour était là, avec une mise en forme du tonnerre. J’en profitai pour tripoter les seins de mon tombeau d’amour, pour qui, elle aussi, devait avoir bien récupéré de la veille. À mon grand étonnement ? Ses seins avaient diminué de moitié. Ce n’était plus Chantal dans mon lit, mais Cathy ; et, incapable de me souvenir comment avait eu lieu cet échange. Tant pis pour moi, je continuais mes investigations, à la recherche d’une réaction dans le but bien sûr de remettre le couvert pour un bon petit déjeuner. Aucune réaction, elle dormait profondément. Je l’ai tripoté un peu partout, mais rien de chez rien. Vous pouvez comprendre à quel point la nuit avait dû être très chaude ? Sur ce, tendant l’oreille, j’entendais des bruits dans la cuisine. Je décidais de me lever pour aller voir qui était là.

Mon frère, en train de prendre son café, tout était prêt sur la table et nous déjeunions tous les deux. Nous reparlions de notre modification comme si rien ne s’était passé cette nuit-là. Aucune question, ni d’un côté, comme de l’autre. Entre nous, nous partageons nos femmes, mais nous gardons toujours en secret ce qui s’y passe chacun de notre côté.

Le petit déjeuner terminé, brin de toilette bâclé, nous repartîmes sur le bateau, afin d’entreprendre cette modification. Le tout consistait à réaligner l’arbre de l’hélice afin de permettre le déjaugeage plus rapide à grande vitesse. Mon frère et moi avions équipé ce bateau d’un moteur Renault (dauphine 5 Ch. qui développait une cinquantaine de chevaux) Démontage de la traversée étanche de la coque et modification du tube de l’arbre. Nos deux femmes, de leur côté, firent leurs apparitions assez tard dans la matinée. Elles étaient bien occupées à l’intérieur avec le ménage et le repas pour midi.

L’heure du déjeuner se fit entendre, non pas par nos femmes, mais surtout par les gazouillements de nos estomacs. Abandon du chantier et direction nos femmes, ou plutôt l’apéro, ce que nous servirent nos deux belles sans la moindre hésitation. Nous déjeunions tous les quatre, dans une ambiance assez coquine, laissant passer quelques cochonneries, mais sans plus. Nous étions toujours plus préoccupés par notre bateau que par tout le reste. Nous prîmes un bon café et nous laissions le soin à nos deux belles de s’occuper de débarrasser la table et de faire la vaisselle. Pour nous, le bateau nous attendait, nous avions encore beaucoup de boulot.Un chantier naval coquin avec ma femme, ma belle-sœur et mon frère !

La traversée de coque démontée, nous entreprîmes de découper à la meuleuse le tube de l’arbre, afin de changer l’inclinaison. Ce ne fut pas une mince affaire, nous y avions passé pas mal de temps, il faisait chaud et nous étions déjà au beau milieu de l’après-midi. Mon frère était toujours en train de meuler. Je décidais d’aller me rafraichir et surtout de voir comment nos deux belles occupaient leur après-midi.

En entrant tout doucement, intrigué par des bruits suspects, dans le salon sur une couverture à même le sol. Nos deux belles étaient là, pêle-mêle, dans un soixante-neuf magistral, ce qui éveilla de suite ma virilité par un garde-à-vous irréprochable. L’effet de surprise fut immédiat, elles quittèrent leur position et m’accaparèrent, comme pour me faire oublier ce que j’avais vu. En un rien de temps, je me retrouvais dénudé, allongé sur le dos. Cathy s’empressa d’engloutir mon garde-à-vous dans sa bouche, et Chantal me plongea sa langue dans la mienne, sans même que j’eus pu réagir, ni même pu dire un seul mot. L’expression, succomber à la tentation était bien là. Je succombais dans l’extase, mais subitement tout changea très vite. Elles se mirent toutes les deux à califourchon, Cathy bien ancrée sur ma virilité, face à Chantal son intimité sur ma bouche. Toutes les deux s’activèrent chacune de leur côté, seins contre seins, bouche contre bouche, sans s’inquiéter de mon triste sort. De mon côté tout en bas ; je résistais péniblement surtout du côté Chantal, qui m’inondait de son élixir de jouvence. Pour mouiller, elle mouillait, mais c’était tellement bon que je ne pus résister longtemps, je succombais à l’éruption, tel un feu d’artifice. De spasme en spasme, les contractions furent tellement violentes qu’elles inondèrent tout le vagin de Cathy. Sur ce fait ; elles comprirent vite, ce qui m’était arrivé et vinrent toutes les deux essayer de revitaliser leur joujou qui était à l’agonie, et toujours bouche conte bouche avec le petit plus en plus, elles finirent par remettre en état ce qui leur tenait le plus à cœur. À partir de cet instant, tout s’inversa. Chantal vint s’ancrer sur mon petit plus et Cathy vint positionner son vagin sur ma bouche. Le paradis que j’avais connu quelques minutes auparavant devient vite un enfer. Imagine une chatte dégoulinante de mon sperme en train d’envahir ma bouche ? Toutes les deux y prenaient vraiment du plaisir et continuaient leurs activités d’attouchements mammaires et buccaux. De mon côté, toujours en dessous je reprenais mes esprits et commençais de m’activer, et même d’y prendre certains plaisirs, tant pis pour mon sperme ! Je retrouvais enfin ce paradis que je n’espérais plus. Ma résistance à toute épreuve à endurer toutes les situations fut remarquable, j’étais fier d’avoir pu survivre à une telle débauche. Mais hélas, ce n’étaient qu’illusions, tout m’abandonna et sur un dernier soubresaut, l’explosion ce fit ressentir dans tous les corps et rebelote, tout mon flux saillant parti se repentir dans le vagin de Chantal qui s’en donnait à cœur joie. Le temps de récupération fut pour ma part terrible.

J’abandonnais ce chantier pour retrouver mon bateau où mon frère s’impatientait de ne pas me voir revenir. Mais il faut dire que j’avais eu une sacrée soif. Le meulage était fini et le tube de la traversée d’arbre était en place. Il me restait plus que la soudure de l’ensemble à réaliser et ça, c’était mon domaine. Alors, je conseillais à mon frère d’aller se rafraichir. Et là, je ne sais pas, si vraiment il savait ce qui l’attendait ? Je vous laisse le soin de deviner la suite !…

Gros bisous à tous.

histoirestaboues
recap
bandeau post content

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

Posted in Histoires taboues, Récit érotique

Vous aimerez aussi :

4 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *