Menu Fermer

Travesti prise comme une pute dans un sexclub par deux mecs

Il y a quelques années, j’ai déménagé à Amsterdam. Oui les filles, vous avez même des fans partout dans le monde 😉 Mercis pour ce blog terrible. C’était un changement de rythme fou par rapport à la ville endormie dans laquelle j’avais vécu. J’avais des amis qui étaient venus passer les deux premières semaines pendant que je m’installais. Lors de ma première nuit seule, je me suis ennuyé et j’ai décidé de chercher un site de rencontres trans pour m’amuser un peu. Je me suis bien habillé pour envoyer des photos. J’ai commencé par me raser tout le corps pour m’assurer d’être lisse, j’ai fait mes faux ongles et j’ai mis ma perruque. Une jolie paire de sous-vêtements, avec mon soutien-gorge rose vif qui maintient mon slip dans les seins en place. Je me suis assis devant mon ordinateur portable et j’ai commencé à discuter.

Peu de temps après, j’ai eu une file d’attente de gars qui voulaient parler, j’avais du mal à suivre. Sauter d’une conversation à l’autre, être clairement dans la ville avait ses avantages pour le nombre de gars autour. L’un après l’autre, j’échangeais des photos de part et d’autre. Puis les mecs ont commencé à demander à me rencontrer. J’étais excitée (je vais parler au féminin) à l’idée de rencontrer un de ces types. Mais j’avais du mal à choisir lequel. Je suis toujours une bonne salope quand je suis habillée et je suce n’importe quel mec qui demande, je ne voulais décevoir personne.

J’ai continué à bavarder encore quelques minutes, puis un type m’a suggéré de le rencontrer dans un sex club dans le centre-ville. J’y ai pensé et c’était parfait, je n’avais pas besoin de les inviter ici et je pouvais partir si ce n’était pas bon. J’ai commencé à me préparer, à prendre mon manteau et à mettre des chaussures. Alors que je partais, j’ai pensé aux autres gars que je ratais. J’ai pris ma respiration et je suis retourné à mon ordinateur portable, j’ai envoyé un message à tous les gars de la région et je leur ai dit le nom du club, que je serais là dans 30 minutes et ce que je porterais. J’ai pensé que plus on était de fous, plus on était de fous, non ? La plupart des gars de ma vieille ville ont été déçus et ne se sont pas montrés, pourquoi cela serait-il différent ?Travesti prise comme une pute dans un sexclub par deux mecs

J’ai appelé un Uber et j’ai fini de me préparer. 5 minutes plus tard, j’étais à l’arrière de la voiture en direction du club. Le chauffeur a commencé à faire la conversation « ah, je connais ce club. Qu’est-ce que tu vas faire ? » Je n’étais pas un peu timide dans ma réponse et j’ai souri en disant « juste un peu de plaisir ». Il m’a dit : « En regardant comme ça, tu vas bien t’amuser. Mais un conseil, allez au dernier étage et vous passerez un bon moment ». Je n’ai pas eu le courage de demander pourquoi, mais j’ai pris note. En arrivant, j’ai sauté et j’ai couru droit dans le club. J’ai payé mes honoraires et je suis entré. J’ai pris un verre au bar et je suis allé faire un tour. Chaque pièce était différente à sa façon, un cinéma, des cabines, un jacuzzi. Mais ils avaient tous une chose en commun, les gens qui couchaient ensemble.

J’ai passé toutes les pièces sans savoir où m’arrêter. J’essayais d’établir un contact visuel avec des hommes pour voir s’ils m’avaient remarqué et s’ils étaient venus me rencontrer. J’ai fini par grimper à l’étage et après jusqu’à ce que j’atteigne le sommet. Je suis entré dans une pièce et tout était installé avec une cabine au milieu, entourée de cabines tout autour. Il y avait un glory hole pour chaque box extérieur. Je suis resté là un moment, je me suis rendu compte de ce que voulait dire mon chauffeur Uber. Je devais me retourner, mais j’ai senti une main sur mon épaule et une voix derrière moi m’a demandé « hey, c’est toi du site ? » J’ai dit : « Oui, c’est moi ». La voix de derrière m’a dit « eh bien, nous devrions commencer ici », il m’a poussé vers l’avant jusqu’à la cabine centrale et il est parti vers la sienne, je n’ai même pas pu voir son visage, mais deux secondes plus tard, sa grosse queue dure a surgi dans un des trous et est apparue dans ma vue.

Je n’avais plus besoin d’encouragement et je me suis mis à genoux. J’ai placé une main autour de la base et l’autre contre le mur. J’ai commencé à caresser de haut en bas, sa bite commençait à être mouillée sur la pointe depuis le précum. J’ai commencé à lécher le bout puis j’ai pris le bout dans ma bouche. J’en ai pris plus dans la bouche, coup par coup. Peu de temps après, j’ai entendu un gémissement de l’autre côté du mur et j’ai senti une explosion dans ma bouche. Une charge énorme qui n’arrêtait pas de gicler, giclée après giclée. Je m’étouffais tellement que je me suis étouffée. J’ai avalé autant que j’ai pu et j’ai dû essuyer le dernier bout de ma robe.

Je n’étais là que depuis quelques minutes et j’avais déjà une charge en moi. J’adorais déjà le club. Mais avant même que j’aie eu le temps de me lever, une autre bite a traversé un trou. Peu importe depuis combien de temps je n’ai pas sucé, je suis toujours prêt pour le prochain. J’ai bougé et j’ai commencé sur la bite suivante. Celui-ci n’était pas si dur, mais à chaque léchage et à chaque coup de pinceau, il devenait de plus en plus raide. J’ai passé 10 minutes sur cette bite et il n’avait pas encore éjaculé. D’habitude, les mecs me font sauter la charge en quelques minutes. J’étais excité comme l’enfer et j’adorais ça, puis la première bite est ressortie par le trou original. J’ai décidé que la seule façon de gérer les deux était de baiser le deuxième et de sucer à nouveau le premier. J’ai dit aux gars : « Un instant, je vous ai tous les deux ».

Je me suis levé et j’ai relevé ma robe, j’ai fait un pas en arrière vers le deuxième chibre et je l’ai saisie avec une main derrière moi, j’ai aidé à la guider en moi. Je me suis alors penché vers l’avant et j’ai encore pris la première bite dans ma bouche.

Ça faisait longtemps que je n’avais pas été avec deux mecs. Mais j’avais l’impression de faire du vélo. Je sautais sur l’un tout en tirant sur l’autre. J’ai continué à avancer et à avancer jusqu’à ce que je sente la charge éclater dans mon cul, mes petites boules me chatouillaient pendant qu’il palpitait à l’intérieur de moi. Il n’a pas traîné longtemps et s’est retiré, laissant son sperme couler de mon cul.

J’ai continué à sucer la première bite pendant encore quelques minutes, mais il était clair que je n’allais pas le faire jouir à nouveau tout de suite comme ça, je me suis retourné et je me suis frotté le cul contre sa queue. Puis lentement il l’a glissée dedans, je pouvais sentir le sperme du dernier gars cum autour de sa bite comme il a poussé plus profond. Il n’a pas fallu longtemps avant qu’il éjacule aussi. Mes jambes tremblaient quand il a explosé sa charge une seconde fois. Je me suis effondré au sol et j’ai posé mon visage contre le mur. J’ai eu du mal à respirer en essayant de me calmer.

Soudain, une autre bite est apparue juste devant moi par un autre trou. J’ai haussé les épaules et je suis revenu à ce que je fais le mieux….

histoirestaboues
recap
bandeau post content

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

Posted in Bi - Gay - Lesbien, Histoires taboues

Vous aimerez aussi :

4 Comments

  1. Ping :J'ai suivi un homme dans une soirée et j'ai assouvi un fantasme gay - XFR - Histoires taboues et tél rose amateur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *