Menu Fermer

Samantha et Nina Jeux de sexe pervers Chapitre 8 Final

***

L’image a traversé l’esprit de Nina – Sam l’épinglant impuissant au lit, son pied exerçant une pression sur sa gorge, et Nina souriant, regardant la chatte étincelante de sa meilleure amie et les délicieuses courbes du dessous de son derrière, le monde devenant gris, tandis que sa meilleure amie se tenait les mains sur les hanches, se plaignant par-dessus son épaule qu’elle ne devait pas être aussi irrespectueuse – et que ses lèvres se recroquevillaient en un sourire de leur propre chef, son diaphragme s’est mis à bouger tout seul, et essayer de combattre le rire n’a fait que le renforcer…

Choquée, terrifiée, elle ferma les yeux, baissa le visage et essaya de s’arrêter, mais l’image se logea dans sa tête aussi clairement que le jour, et elle savait que si elle n’arrêtait pas bientôt, elle allait tout gâcher, elle serait laissée seule sur le lit de Samantha avec sa promesse de ne jamais rire de son mensonge brisée…

Et puis elle a entendu Samantha s’ébrouer, sniffer, se débattre pour ne pas rire elle-même.

Elle a ouvert les yeux, et Samantha s’est tenue face à elle, nue et glorieuse, riant avec elle, et Nina n’a plus ressenti le besoin de se retenir.

Elles ont ri ensemble jusqu’à ce que Samantha mette la main sur son ventre et que les yeux de Nina se mettent à couler.

“Parlez de – hnk-“, dit Samantha, entre deux éclats de rire, ses seins frémissant délicieusement à chaque expiration – “parlez d’une libération de la tension !”

Bien sûr, c’était la chose la plus drôle que Nina ait jamais entendue, et ça les a encore fait s’emballer.

A un moment donné, Samantha a réussi à sortir “Ce n’était même pas si drôle que ça !” avant de se dissoudre à nouveau dans de joyeux rires.

Finalement, le rire s’est éteint – après une ou deux poussées causées par le fait que Samantha et Nina se regardaient – et Samantha se tenait nue devant Nina, les dents visibles, les yeux plissés.

Elle a jeté un regard en bas, puis a regardé Nina de nouveau. Elle a levé un sourcil, et a levé un sein, plus gros que ce à quoi Nina s’attendait, le mamelon souple et bronzé.

“Comme mes seins ?”

Nina a ri. “Yep.”

Samantha a caressé un doigt à travers des poils pubiens brun foncé, soigneusement coupés. “Comme ma chatte ?”

Nina sourit, et fait un clin d’œil. “La meilleure foutue chatte de la ville, Sam.”

“Bien. Viens.”

Sur ce, elle a bondi, secouant le lit en se posant sur Nina, prenant son propre poids sur ses orteils et le bout de ses doigts, et a pressé ses lèvres sur celles de Nina.

Nina lui répondit en l’embrassant, en enveloppant ses bras autour de Samantha qui s’installa, laissant son poids se réduire petit à petit – d’abord ses seins touchèrent ceux de Nina, puis ils s’appuyèrent doucement sur elle, puis le ventre de Samantha entra en contact et ses hanches glissèrent entre les cuisses de Nina. Nina a écarté les lèvres et a poussé sa langue de toute urgence dans la bouche de Samantha, faisant glisser sa main droite vers la fesse gauche de Samantha, lisse et ferme, et lui donnant une forte et significative pression.

Samantha gémit avec reconnaissance dans la bouche de Nina – de délicieuses petites vibrations – et se retire, les yeux noisettes, souriants et profonds, regardant avec éclat dans celle de Nina.

“Dieu que je t’aime, Nina.”

Nina a souri en retour, et a passé un doigt dans les cheveux de Samantha, sous sa joue douce et souriante, sous son menton magnifique. “Fais-moi l’amour, Sam.”

“Enlève ces sous-vêtements tout de suite, Nina.”

“Plus vite si vous le faites.”

“Tu as raison”, dit Samantha, et en une seconde, elle tirait sur les sous-vêtements de Nina.

Nina a courbé le dos, a regardé les yeux avides de Samantha qui l’ont scannée, l’a prise dans ses bras – une traction, et sa culotte était autour de ses genoux, ses parties génitales exposées à sa meilleure amie et à son nouvel amant. Une autre traction, et ils avaient disparu, Nina les secouant de sa cheville et les mettant dans les doigts de Samantha comme un adieu.

Samantha a fermé les yeux avec Nina, a souri et a jeté les sous-vêtements par-dessus son épaule.

“Plus d’attente”, murmura-t-elle, en glissant sur le corps de Nina, ses seins mous contre le ventre de Nina. Leurs nez se touchèrent, glissèrent sur le côté, les lèvres de Samantha se pressèrent contre celles de Nina, puis Nina sentit une main sur sa poitrine.

“Mmmph”, a déclaré Nina.

“Mmm-hmm”, dit Samantha, et se retira. “Mon Dieu, as-tu la moindre idée de la difficulté que j’ai eue à ne pas faire ça ?” Ses doigts écartés caressèrent le mamelon de Nina, la faisant pleurer. “Je devais rester là et me dire : ‘Non, je ne peux pas toucher tes seins parce que tu vas aimer ça’, et ils étaient là, à être tous…” Elle a souri en regardant la poitrine de Nina. “Mmm.”

Nina sourit, sentant les doigts de Samantha caresser fermement son sein gauche. “Tout ‘mmm ?

“Tous…” Samantha se pencha. Nina sentit une respiration chaude, une soudaine humidité, son mamelon fut aspiré dans la bouche de Samantha. “Mmm.”

“Oh mon Dieu…” Nina glissa ses doigts dans les cheveux de Samantha tandis que la main de Samantha s’installait sur son sein droit, caressant, serrant doucement, le bout de ses doigts trouvant le mamelon pervers de Nina. Elle sentit la langue de Samantha glisser autour de son aréole gauche, passer sur le bout de son mamelon, sucer davantage de son sein vers le haut, faire pression, des dents douces sur son sein. Avec un bruit humide et silencieux, le sceau s’est brisé et Samantha a léché une fois le sein gauche de Nina, de sa cage thoracique par-dessus son mamelon jusqu’à sa clavicule, puis son cou et enfin derrière son oreille.

Les cuisses de Nina se sont levées d’elles-mêmes, sa main a glissé vers le bas à son insu, et le cul nu et lisse de Sam a touché la paume de Nina. Elle la saisit. Elle a serré. Elle gémit.

“Comme si je pouvais rester là et ne pas te faire jouir”, murmura Samantha à l’oreille de Nina, sa prise serrée sur le sein droit de Nina. “Je suis née pour te faire jouir.” Elle embrassa Nina, avec force. “Mon Dieu, ta main me fait du bien sur le cul. Serre, mon amour, j’aime être serrée…”

Nina a pris les fesses de Samantha dans ses deux mains, et a resserré sa prise ; peau douce sur muscle ferme, tonique, indéniablement sensuelle.

“Mmm, oui… Plus fort…” Les mains de Samantha étaient sur le visage de Nina, ses sourcils arqués vers le haut au centre, ses yeux fermés, gémissant, caressant les joues de Nina, ses cheveux, sa prise en main se resserrant. Un autre baiser urgent et suppliant, sa langue enfonçant profondément dans la bouche de Nina.

Nina serra aussi fort qu’elle le put, sentant les hanches de Samantha glisser vers l’arrière de sorte que ses fesses s’appuyaient fermement sur la prise de Nina, les doigts de Nina fouillant l’endroit chaud entre les fesses de Samantha. Samantha recula, en gémissant.

“Donne-moi tes seins”, respira Nina, la salive de Samantha coulant de ses lèvres.

“D’accord…” dit Samantha, tout aussi essoufflée, en se déplaçant sur ses épaules, en cambrant son dos.

Les mains de Nina ont quitté les fesses de Samantha et se sont glissées sur ses flancs. Les seins ronds et pleins de Samantha se balançaient à trois pouces des yeux et des lèvres de Nina, les tétons de Samantha étaient perturbés et ridés. Nina saisit de la main droite – douce, lourde, chaude, tremblant au rythme d’un battement de coeur – et ouvre la bouche. Samantha, obligeamment, s’abaissa – Nina prit une profonde respiration et sentit la chaleur et la douceur de Samantha envelopper son visage, lourdement posé sur son nez. Elle aspire, gourmande, urgente et indulgente, sentant la respiration laborieuse de Samantha, entendant ses gémissements de plaisir sans retenue. Elle a trouvé le mamelon de Samantha – le mamelon de Sam est dans ma bouche ! – et fit glisser sa langue par-dessus, autour de celui-ci, donna à son autre téton un léger pincement entre ses doigts, sentit Samantha frissonner, entendit son couinement.

Soudain, tout cela va si vite.

De plus, je ne peux pas respirer. Je me noie littéralement dans les seins de Sam.

Nina riait – le beau son du rire à travers une bouche pleine de poitrine.

Samantha s’est retirée. Une goutte de salive de Nina s’est écoulée du bout de son mamelon sur les lèvres de Nina. “Est-ce que tu t’étouffes ?”

Nina a ri. “Qu’est-ce que j’ai aujourd’hui ? Pourquoi l’étouffement est-il si drôle ?”

Samantha sourit, et roule sur le côté droit de Nina. Nina roula à sa rencontre, la main gauche de Sam sous sa taille et saisissant doucement sa fesse gauche, la droite en travers de ses hanches.

“Je t’étoufferai un jour, si ça peut t’aider”, murmure Samantha. “Je connais des gens comme ça. Une fois que tu m’auras montré comment, je veux dire.”

“Si aujourd’hui est une bonne journée, elle me fera probablement rire”, a déclaré Nina. Elles s’embrassèrent – tendrement, cette fois, la main de Samantha caressant doucement le cul de Nina. Après une négociation physique compliquée, Nina a mis son bras droit autour des épaules de Samantha, laissant sa main gauche caresser la poitrine de Samantha.

Nina s’est retirée du baiser et a regardé en bas. Les glorieux seins de Samantha, dont elle avait une poignée débordante. Le ventre de Samantha, toujours léchable. Un triangle inversé de poils pubiens foncés. Les cuisses de Samantha – sa cuisse droite qui se soulève.

Nina a levé les yeux, dans les yeux de Samantha. Ils étaient plissés sur les bords, pleins de joie et d’amour naissant. “Tu me touches ?” demanda Samantha.

“Ouais”, a convenu Nina, en caressant sa main gauche dans le ventre de Samantha.

Le bout de ses doigts a touché les poils pubiens de Samantha – déjà elle sentait la chaleur, l’humidité. Elle a ralenti, elle a senti la courbe intérieure de la vulve de Samantha, la douceur de celle-ci. Elle glissa sa main sous sa meilleure amie, et coupa la chatte de Samantha. Sa paume se mouillait contre un pli intérieur chaud et glissant.

“Oh…” gémit Samantha.

Nina a recroquevillé son majeur, au moindre contact – elle a fait pression juste derrière la vulve de Samantha. Elle a levé sa main et son doigt s’est glissé entre les lèvres de Samantha, instantanément trempé dans un liquide chaud et lisse. Samantha sauta et frissonna dans les bras de Nina. Nina appliqua une pression avec l’articulation intérieure de sa jointure médiane, enfouissant son majeur verticalement entre les lèvres humides et douloureuses de Samantha, glissant lentement vers le haut jusqu’à ce qu’elle sente le clitoris de Samantha glisser sur son doigt.

“Ah !” s’écria Samantha, les yeux fermés, sa prise se resserrant presque douloureusement sur les fesses de Nina.

“Tu es si mouillée”, murmura Nina.

“F-f-” Samantha ferma les yeux, baissa les yeux, se mordit la lèvre et tint Nina serrée. “Pour toi, m-mon amour…”

Nina sourit, et commence à bouger sa main d’avant en arrière, l’enrobant dans l’humidité de Samantha. Elle a regardé Samantha se tortiller et se tortiller, a écouté ses gémissements et ses pleurs. La chatte de Samantha était chaude, lisse et intime. Elle caressait le clitoris de Samantha, passait ses doigts dans ses lèvres, caressait doucement son vagin – elle ne l’a pas encore pénétré, elle la taquinait juste, lui disait bonjour. En quelques coups de pinceau, Samantha était incohérente, ses cris devenant de plus en plus forts.

Nina continua à caresser entre les lèvres de Samantha, la douce bosse du clitoris de Sam sur sa paume. Samantha a ouvert les yeux, ses sourcils se sont levés dans un plaisir agonisant, et a fermé les yeux avec Nina.

“Oui”, dit Nina, en regardant au fond des yeux de Samantha, “regardez-moi. Regarde-moi, regarde-toi. Je veux te faire venir. Je veux te regarder venir, cette fois.”

Samantha s’est mise en colère, sa tête bougeait d’avant en arrière, ses dents étaient visibles et brillantes, ses yeux étaient mouillés. “Djh !” dit-elle. “Nnn – s-so c-c-”

Nina sourit. “Viens pour moi.”

Les yeux de Samantha s’élargirent. Sa prise sur la fesse de Nina se resserre, ses doigts s’enfoncent entre les deux. Ses cuisses tremblèrent, son ventre trembla, et pourtant elle ne ferma pas les yeux et ne détourna pas le regard. “Oh !” cria-t-elle, ses yeux brillants, sa cuisse se fermant et se serrant sur la main de Nina. “O-o-OH !” Ses seins tremblaient, se balançaient, tremblaient de convulsion. La main de Nina se mouillait. “Oh ! M-my ! Bonté divine !”

“Oh mon Dieu” ? Elle dit “Oh mon Dieu” quand elle arrive ?

Génial !

Nina a regardé sa meilleure amie jouir dans ses bras. Et c’était un gros orgasme. Samantha tremblait et se mettait à trembler par vagues, tout son corps magnifique battait en rythme, regardant toujours sérieusement dans les yeux de Nina.

“Hunuh !” dit Samantha. “Nuhnuhnuhnuhnuhnuh !”

“Vraiment ?

“Hebene !”

Nina sourit. “C’est vrai ?”

Les dents de Samantha se serrent, ses fesses se tendent, ses cuisses s’agrippent douloureusement à la main de Nina, l’enveloppant dans la femme chaude – Nina sent l’anneau de muscle glissant à l’entrée du vagin de Samantha se serrer, essayant presque d’envelopper le bout du doigt de Nina.

Là-bas, ensuite, pensait Nina, alors que Sam disait quelque chose comme “Jhst !” et aspergeait les lèvres de Nina d’une fine brume de salive chaude. A l’intérieur, Sam. Tout à fait à l’intérieur.

Nina regardait, en regardant profondément dans les yeux de Samantha, le sentiment qu’elle ressentait la touchait profondément elle-même.

“J’aime les bruits que tu fais, Sam.”

“Hurrurrurrurr… rrr…”

Finalement, les convulsions se répandent, s’estompent, ne laissant derrière elles que de petites secousses et des répliques. Samantha expira, regardant toujours dans les yeux de Nina.

“Que” ses hanches ont eu un spasme, et elle a essayé à nouveau. “Merci.”

Nina sourit. “Quand tu veux, Sam.” Elle ferma les yeux, se pencha, toucha les lèvres de Samantha avec les siennes, soulevant sa main gauche humide et l’embrassant aussi près qu’elle le pouvait, se pressant profondément contre Samantha, chaude et souple et humide de sueur.

Le baiser se brisa, et Nina sentit la tête de Samantha passer à côté de la sienne, l’étreinte de Samantha serrée, presque douloureuse. “Je ne suis pas venue comme ça depuis…” Samantha rit – Nina sentit tous les rires comme si c’était les siens. “Oh mon Dieu, je ne sais même pas combien de temps !”

Nina sourit. “Tu en veux une autre ?”

Samantha s’est retirée, a regardé Nina dans les yeux, en souriant. “Définitivement. Mais je veux te faire venir aussi.”

Nina a libéré sa main droite du dessous de Samantha, et avec elle, s’est emparée du sein gauche de Samantha. “Ensemble ?”

Samantha sourit. “Si je peux me concentrer, pendant que tu me fais ça.”

Nina s’est séparé les cuisses. Samantha baissa les yeux.

“La porte est ouverte”, dit Nina, et embrasse Samantha, brièvement, tendrement. “Entre.”

La main de Samantha a trouvé l’abdomen de Nina, entre son nombril et ses poils pubiens. “Je – Nina, ce…”

“Qu’est-ce qu’il y a, Sam ?”

“Ce n’est peut-être pas le meilleur moment pour le mentionner, mais…” a-t-elle levé les yeux, dans les yeux de Nina. “Eh bien, je…” elle a baissé les yeux. “Vous devrez peut-être être patiente avec moi. Je suis…”

Nina a regardé dans les yeux de Samantha. “C’est la première fois que tu es avec une autre femme, Sam ?”

Samantha rit – pour Nina, cela semblait un peu nerveux. “Eh bien… oui.”

Nina hésite. Attention, Nina. Elle s’est rendue très vulnérable face à vous. Ne fais pas tout foirer.

“Et tu m’as fait venir si fort ?” dit Nina. “Et tu n’avais jamais fait ça avant ?”

Samantha sourit – un peu modestement, peut-être.

Elle sourit. Continuez.

“Mon Dieu, Sam”, dit Nina, en serrant de façon ludique le sein gauche de Samantha, “à quoi ressembleras-tu une fois que tu auras découvert mes boutons ? ! C’était la ligne de base, sans aucun entraînement ?”

Les joues de Samantha, déjà rougies, ont commencé à s’enflammer. “Vraiment, cependant, je n’essayais même pas de te faire jouir, cette fois…”

Nina a ri. “‘Je n’essayais même pas’, dit-elle !

Samantha rit. “Vous savez ce que je veux dire. Il est parfois difficile de répéter quelque chose que l’on a fait par accident. Je ne sais pas comment… vous savez, comment vous toucher.”

“Alors, ne t’inquiète pas de me faire jouir, Sam”, dit Nina, doucement, en caressant sa main gauche vers le bas sur le ventre de Samantha. “Explore-moi. Apprends à me connaître, en bas, et si je viens, je viens – et sinon, je viendrai plus tard.” Elle toucha ses lèvres à celles de Samantha. “Même si tu ne sais pas ce que tu fais, tu auras l’idée et je viendrai tôt ou tard. Es-tu très pressé ?”

Samantha riait. “Il n’est que midi.”

“Tu veux me faire l’amour pendant des heures, Sam ?”

Samantha regarda Nina avec amour, ses yeux s’adoucirent. “Tant que l’un de nous a la force de bouger.”

“Touche-moi, Sam.” Avec cela, Nina a glissé ses doigts dans les poils pubiens de Samantha, et a enterré son majeur entre les lèvres de Samantha.

“Oh…” respira Samantha, et déplaça ses doigts vers le bas, lentement. Nina a levé son genou un peu plus haut, déplaçant langoureusement sa main d’avant en arrière du vagin de Samantha vers son clitoris et de nouveau en arrière, regardant son visage.

“Sentez-moi”, respira Nina en picotant, tandis que le doigt de Samantha caressait délicatement son capuchon clitoridien. “Chaque centimètre.”

Le bout du doigt de Samantha a glissé entre les lèvres de Nina, doucement, prudemment. Nina a repris son souffle – “Mm. Oui…” elle ferma les yeux, déplaçant son doigt d’avant en arrière dans l’humidité de Samantha. “Ça fait du bien, Sam. Continue.”

“Tu es si mouillée”, murmure Samantha, le bout de son doigt encerclant l’entrée du vagin de Nina. “Je peux entrer un peu ?”

Nina a ouvert les yeux, caressant du doigt le mamelon en érection de Samantha, la regardant trembler. “Oui.” Elle a glissé le bout de son doigt un peu plus bas, en le poussant doucement contre l’ouverture de Samantha. “Puis-je vous toucher à l’intérieur aussi, maîtresse ?”

Samantha frissonnait. “Ensemble”.

“Mmm…” Nina a pressé ses lèvres contre Samantha, a redressé son index et a poussé lentement dans le vagin de Samantha. Samantha poussa un soupir de joie dans la bouche de Nina, et Nina se sentit pénétrée, le doigt de Samantha glissant à travers son ouverture et profondément en elle, délicieusement plein.

Deux claquements de langue, deux doux gémissements.

“Oh…” respira Samantha.

“C’est merveilleux”, dit Nina, onirique.

“Vous êtes tous… Vous êtes…”

“Dis-moi, Sam. Qu’est-ce que je ressens ?” Nina sentit le doigt de Samantha commencer à bouger en elle, timide mais curieuse.

“Chaud, et…” Samantha laissa échapper un drôle de petit couinement, et Nina sentit Samantha se serrer autour de son doigt. “Et doux, et glissant, et, et vivant…”

Nina se serra. “Vous sentez ça ?”

Samantha n’a fait que gémir en réponse, et s’est serrée contre elle, serrant et saisissant le doigt de Nina. Nina enroula sa main autour de Samantha et la poussa plus profondément, jusqu’à sa jointure. Elle sentit Samantha faire de même, ressentant une friction glissante à l’intérieur et à l’extérieur, des picotements, un réchauffement.

Samantha regarda en bas. Elle sourit. “Je suis en toi jusqu’au bout des ongles… Je n’ai jamais été à l’intérieur de quelqu’un comme ça.” Elle regarda Nina dans les yeux. “Je peux sentir ton coeur battre.”

Nina sourit. “N’est-ce pas génial ?” Elle se glissa à l’envers dans Samantha, sentit sa douceur et ses textures, puis enroula le bout de son doigt vers le nombril de Samantha.

Les yeux de Samantha s’élargirent. “Ah !”

Nina rit, embrassant le cou lisse de Samantha, ses cheveux parfumés chatouillant les joues de Nina. “Gentille ?”

Samantha a gloussé dans l’oreille de Nina. “Très. Où est le tien…”

Nina a senti le doigt de Samantha se tortiller en elle, la cherchant, la sondant. Elle gémit, et commence à se tordre les hanches, la lueur s’intensifiant en elle. “C’est quelque part là-dedans… Reculez un peu…”

Avec un petit bruit de succion, Nina se sentait vide.

“Whoops”, a déclaré Samantha. “Trop loin… mais qu’est-ce que c’est ?”

Le soleil se levant à l’intérieur de Nina a fait place à des étincelles lorsque le bout du doigt de Samantha a glissé vers le haut sur son urètre pour toucher son clitoris. Elle s’est mise à crier, et a serré le sein de Samantha.

“Un bouton !” dit Samantha, extatique, le bout de son doigt bougeant.

Les yeux de Nina se sont fermés alors qu’elle gémissait, ses hanches se tordaient, quelque chose se construisait en elle. “Oh mon Dieu, Sam…” Sa main gauche se recroquevillait, son doigt à l’intérieur de Samantha était chaud et pulsé, la jointure de son pouce était douce sur le nubbe du clitoris de Samantha, le bout de son pouce touchait les poils humides du pubis, sa paume était lisse et chaude.

“Est-ce que je le fais bien ?” demande Samantha, sa respiration est rapide et lourde.

“Oui !” s’est écriée Nina.

Le bout du doigt de Samantha s’accéléra – et Nina sentit les lèvres humides de sa chatte s’écarter doucement, et deux doigts glissèrent en elle, un troisième doigt s’agrippant doucement entre ses fesses.

“C’est comme un petit joystick !” s’est écriée Samantha.

Nina a éclaté de rire – ce qui l’a serrée autour des doigts de Samantha, a fait entrer une bouffée d’oxygène dans ses poumons, a lancé la première vague de son orgasme contre elle comme un tsunami de carburant de fusée, et l’a joyeusement projetée en orbite.

Décollage.

***

Elle arrive ! pensa Samantha. Je la fais venir !

Samantha a regardé avec amour dans les yeux fermés de Nina, l’a regardée se tordre et se secouer, a écouté ses cris de joie.

C’est moi qui ai fait ça ! Exprès, cette fois-ci !

Samantha a regardé une goutte de sueur couler entre les seins tremblants de Nina. Sa vision s’est un peu brouillée.

C’est tellement beau. Regardez la rougeur de ses joues. Regardez la façon dont elle bouge. Regardez ses yeux, fermés en extase…

Les yeux de Nina s’ouvrirent, ses hanches s’affaissèrent et elle regarda Samantha qui chevauchait son orgasme.

Oh !

Dites quelque chose ! Dites-le aussi de manière sexy !

“Viens pour moi, mon amour”, dit Samantha.

Nina ferma les yeux, rejeta la tête en arrière et poussa un cri d’inhalation – sa prise se resserra sur le sein gauche de Samantha, et celle-ci sentit son doigt bouger à l’intérieur, profond et ferme.

Samantha se serra autour du doigt de Nina, se rappelant combien elle se sentait bien quand Nina lui faisait la même chose. Elle serra les fesses de Nina très fort, espérant que cela lui plaisait aussi.

Continuez à la stimuler, Sam – continuez à la toucher comme ça, c’est bien, pas besoin de varier pour l’instant. Elle est heureuse.

Je suis heureux.

Lentement, les spasmes s’estompent, diminuent en intensité et en fréquence, et Nina s’acharne sur Samantha. Elle se tortilla, autour des doigts de Samantha. Samantha l’embrassa tendrement sur le dessus de sa tête.

“Wow”, dit Nina en haletant et en avalant.

Samantha a posé son visage sur la tête de Nina et a respiré le parfum de ses cheveux. Elle a serré un peu le doigt de Nina – se sentant délicieusement pleine et contente.

Elle a reniflé.

Nina s’est retournée contre elle, a levé les yeux. Son expression a changé.

“Ça va, Sam ?”

Samantha en a reniflé d’autres. Oh, ne sois pas bête maintenant, Sam…

“Je suis mieux que bien”, dit-elle, la voix instable. “C’est la plus belle chose que j’ai jamais vue.”

Nina sourit. Ses cheveux étaient en désordre, ses joues étaient rouges et elle transpirait. C’était un bon sourire. Elle se pencha vers Samantha et l’embrassa tendrement juste en dessous de son œil gauche, enlevant la larme avant qu’elle n’aille plus loin. Puis ses lèvres étaient contre celles de Samantha – douces, tendres, lentes.

Samantha : Fermez vos parenthèses et allez droit au but avant de repartir sur une autre tangente de quinze minutes.

Nina : ok maîtresse jeez) Je suis actuellement nue à quatre pattes, je suis le bureau de Sam.

Samantha : Ne vous inquiétez pas, douce lectrice, Nina n’est pas en danger physique immédiat ; nous utilisons tous les deux des ordinateurs portables.

Nina : Seulement parce que mon dos ne supporterait pas vos gros moniteurs à tube de la vieille école. LES DEUX. En ce moment, je tape avec mes avant-bras contre le tapis. J’espère que tu l’apprécies, futur lecteur théorique !

Samantha : Arrêtez de vous plaindre, ou je vais allumer le Coil-O-Tron et vous aurez VRAIMENT des problèmes pour taper.

Nina : Oh merde, attends qu’on leur parle du Coil-O-Tron, ils vont adorer…

Samantha : On l’appelle Mittens parce que le truc avec les mitaines a été le premier grand tournant dans notre relation. S’il s’agissait du Coil-O-Tron, on l’aurait appelé “La merveilleuse machine de Sam” ou quelque chose comme ça. Le Coil-O-Tron est génial, mais nous devrions les encourager avec les mitaines.

Nina : Bientôt : on arrive aux putains de MITTENS !

Samantha : MITTENS !

Nina : MMMMIIIIIITTTTEEEEENNNSSSSSS !!!

Samantha : Lecteur, Nina a chanté “Mmmiittteeennnsss !” à voix haute en le tapant. Elle est vraiment très excitée à l’idée de vous parler des mitaines.

Nina : Ce sont mes mitaines préférées. Nous les gardons en sécurité parce qu’elles sont un souvenir important.

Samantha : Tu es ma moufle préférée, Nina. Elles sont toutes chaudes et serrées.

Nina : Je dois dire que c’était une idée fantastique. Ooh. J’écris tout ça. C’est comme remonter dans le temps, presque. Mmm. Revivre tous ces moments sexy presque comme si c’était pour la première fois oh mon dieu Sam qui se sent bien

Samantha : Cher lecteur, il est interdit à Nina de vocaliser un quelconque plaisir sexuel, sous peine d’être fessée avec une brosse à cheveux jusqu’à ce que ses fesses brillent comme une torche, puis d’être pénétrée brutalement et grossièrement. Hourra pour les fesses. C’est pourquoi elle tape ses gémissements pendant que je la doigte.

Nina : Ah !

Samantha : Alors, revenez nous voir pour le prochain épisode ; happy end garanti !

Nina : Une fin heureuse, humide, tremblante, étouffante ! Plusieurs ! AAAH

Samantha : Regardez ça, l’adorable petite esclave dégoulinante se mord la main. C’est vraiment très précieux.

Samantha : Et maintenant, je vais être VRAIMENT cruelle.

Samantha : Et débranchez son ordinateur portable.

Nina : S’il te plaît, pas de maîtresse, c’est la seule façon de pouvoir…

Samantha : Oh oui, Maîtresse. Oui, en effet.

Samantha : La brosse à cheveux est prête.

Samantha : Vous êtes MIENNE.

Nina s’est déconnectée.

***

 

histoires taboues
telephone rose amateur

Tél rose avec webcam

bantelskype

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

Posted in Histoires taboues

Vous aimerez aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *