Menu Fermer

Samantha et Nina Jeux de sexe pervers Chapitre 6

Je n’y avais jamais pensé, pensait Nina. Elle a mentionné ce qu’elle fait le lundi et le jeudi soir, mais le karaté ou l’aïkido ou quoi que ce soit qu’elle fasse… elle n’en a jamais vraiment parlé, donc je n’ai jamais pensé à ce que cela ferait à son corps. Je n’ai jamais fait ce lien.

Je ne l’ai pas vu venir.

“Tu as été très stupide et tu m’as laissé t’épingler, maintenant”, dit Samantha en regardant les yeux de Nina. “Alors, tant que je t’ai comme ça, je vais utiliser ton visage comme un jouet sexuel bon marché, et je ne me soucie pas particulièrement que tu aimes ça ou pas.”

Oh, mon Dieu. Elle l’est vraiment. Elle va se servir de moi…

“Maintenant, soyez très attentive, Nina, et faites exactement ce que je dis, sans question ni hésitation. Pensez-vous pouvoir le faire ?”

Nina, frémissante, a regardé dans les yeux de Samantha. “Oui, maîtresse.”

“Ton bras droit est à l’extérieur de ma cuisse gauche. Quand je te le dis, je veux que tu mettes ta main droite, Nina, sur ma fesse gauche, en exerçant une pression respectueuse. Est-ce que tu comprends ?”

“Oui, maîtresse.”

“Bien. Vas-y, Nina.”

Nina a fait ce qu’on lui a dit, en s’agrippant doucement. Les fesses de Samantha étaient chaudes et d’une fermeté inattendue.

“Bonne fille”, murmura Samantha, en se rapprochant, de sorte que son gousset était directement dans le champ de vision de Nina qui regardait dans les yeux noisette de Samantha et respirait le musc sombre et chaud de Samantha. “Garde tes yeux sur les miens, Nina. Tu peux regarder entre mes jambes dans un instant, pour voir ce qui va t’arriver. Mais seulement si je t’en donne la permission. Tu comprends ?”

“Oui, maîtresse”, respira Nina.

“Maintenant, mets ta main gauche sur ma fesse droite.”

Nina a fait ce qu’on lui a demandé, le ventre chaud, les mains pleines de Samantha.

“Qu’est-ce que je sens, Nina ?” demande Samantha, son entrejambe à un pouce de la bouche et du nez de Nina. “Tu sens comme une proie effrayée, délicieuse, frissonnante et terrifiée, attendant d’être mangée. Qu’est-ce que je sens, pour toi ?”

Nina a fermé les yeux et a respiré profondément.

Comme au paradis. Comme une chaude journée d’été passée avec mon meilleur ami et mon nouvel amant. Comme la partie la plus chaude, la plus humide, la plus intime d’une femme sexy et excitée qui est aussi amoureuse de moi que je le suis d’elle. Comme réaliser qu’une personne que vous aimez profondément est prête à faire tout ce qui est en son pouvoir pour appuyer sur vos boutons et vous donner tout ce dont vous avez toujours rêvé, et qui plus est, elle est douée pour cela. Comme si mes fantasmes se réalisaient si vite que je n’arrive pas à croire que tout cela arrive.

“Comme mon prédateur”, chuchote Nina, qui ouvre à nouveau les yeux et regarde ceux de Samantha. “Comme une bête énorme et puissante qui peut faire de moi ce qu’elle veut, et je serais incapable de résister.”

Samantha sourit à Nina. “Tu as un bon sens de l’odorat, Nina. Et tu as raison – je pourrais te faire n’importe quoi, tout de suite.” Elle glissa une main derrière la tête de Nina. “Je pourrais être gentille avec toi, si je le voulais. Je pourrais jouer avec tes tétons, les sucer un peu, rendre ta petite chatte toute mouillée et heureuse. Je pourrais m’allonger à côté de toi et t’embrasser pendant des heures, te serrer fort, te faire dormir dans mes bras. Te faire sentir aimée”.

L’emprise de Samantha se resserre douloureusement dans les cheveux de Nina. Nina sursauta, ne cria pas. “Ou,” continua Samantha, “je pourrais être très cruelle. Je pourrais ne pas te traiter comme un animal et passer directement à te traiter comme un objet. Je pourrais m’écraser contre ton visage jusqu’à ce que j’arrive, sans me soucier du tout de ton plaisir. Samantha hésita. “Je… pourrais être encore plus cruel que ça, Nina. Tout dépend de mes caprices.”

Nina a levé les yeux vers Samantha, incertaine. Samantha était clairement en train de se débattre avec quelque chose pendant un moment, à l’instant même. Elle avait l’air de penser qu’elle testait une limite.

Mais quelle limite pourrait-elle tester ? Elle vient de me dire qu’elle pouvait m’envoyer à l’hôpital, et ça m’a rendu encore plus chaud, et c’était vrai. Elle sait que nous sommes limités à parler et à nous retenir en douceur, cette première fois ensemble – quelle fiction pourrait-elle inventer qui repousserait mes limites ?

Un jeu de couteaux ? Sang ? Des armes à feu ? A-t-elle une collection d’armes cachées quelque part, provenant de sa classe de combat ? Veut-elle les sortir et me les montrer ?

Dois-je demander ?

…je le fais.

“Mais maîtresse”, dit Nina, timidement, “Qu’est-ce qui pourrait être plus cruel que cela ?”

Samantha hésite. Puis, elle semble avoir pris une décision. Elle regarda Nina, sourit mal et chuchota : “Je dois aller dans la chambre du petit prédateur.”

Nina frissonnait, sa prise se resserrait sur les fesses de Samantha, son souffle était irrégulier, des pulsations chaudes s’écoulaient de son vagin à travers son abdomen, ses mamelons se dressaient sur le côté.

“Cela vous fait-il peur, Nina ? D’être imprégnée de mon parfum ? D’être marquée comme mienne ? D’être si complètement humiliée ?”

Nina, gardant ses yeux sur Samantha pour qu’ils ne se retournent pas dans sa tête, frissonnait de façon incontrôlable. COMMENT LE SAIT-ELLE ? Même après trois bouteilles de vin, je ne lui aurais pas dit ça !

“Oui, maîtresse”, s’exclama Nina, “ça me terrifie !”

Samantha sourit. “Regarde entre mes jambes, Nina.”

Nina a regardé en bas. La chatte de Samantha était à peine assez loin pour qu’elle puisse se concentrer – elle voyait le pli humide de sa culotte, les poils pubiens foncés qui poussaient sur les bords, un petit grain de beauté juste à l’endroit où sa cuisse rencontrait son entrejambe.

“Pouvez-vous voir que je suis aussi mouillé que vous ?”

“Oui, maîtresse”, respire Nina, captivée.

“Écoute bien, Nina”, dit Samantha, en fronçant les hanches comme un lent pendule, en serrant les cheveux de Nina, sa culotte commençant tout juste à frôler le nez de Nina – “Je suis mouillée parce que tu es terrifiée. C’est le genre de situation dans laquelle tu te trouves, maintenant. Plus vous gémissez, plus vous me suppliez d’arrêter, plus je serai mouillée”, poursuit Samantha, alors que Nina sent la main gauche de Samantha rejoindre la droite, berçant l’arrière de sa tête, “alors n’hésitez pas à exprimer votre peur de moi. Personne ne viendra vous sauver. Tu es à moi.”

“S’il vous plaît, maîtresse !” supplia Nina, respirant le musc enivrant de Samantha, sa colonne vertébrale picotant, son ventre brillant, sa chatte mouillée et tendue – “S’il vous plaît, ne me pissez pas dessus !”

“Demandez-moi gentiment”, dit Samantha, l’haleine chancelante.

Pense-t-elle que cela m’effraie vraiment ou soupçonne-t-elle la vérité ? Essaie-t-elle de me faire peur, ou essaie-t-elle de me rendre fou de luxure ?

Nina resserre sa prise sur les fesses de Samantha, sentant les muscles se déplacer alors qu’elle bouge ses hanches d’avant en arrière, l’entrejambe humide de ses sous-vêtements touchant doucement le bout du nez de Nina à chaque coup. “Maîtresse, j’ai tellement peur. Je vous en prie, respira-t-elle, du fond de mon cœur – s’il vous plaît, s’il vous plaît, trouvez dans votre cœur le moyen de vous soulager quelque part, ailleurs que dans mon petit visage idiot. S’il vous plaît, tenez-le juste quelques minutes pendant que vous vous servez de moi pour vous faire jouir”.

“Hmm.” Samantha caressa doucement les cheveux de Nina, faisant courir ses doigts le long du cuir chevelu de Nina. “Ce serait vraiment très cruel de ma part, n’est-ce pas ?”

“Oui, maîtresse”, dit Nina, ses yeux sur le tissu humide se déplaçant lentement d’avant en arrière sur elle et devant elle. “Je ne pourrais pas t’arrêter, je serais humiliée et ton repaire serait tout trempé.”

“Non, petit lapin, tu ne pourrais pas m’arrêter”, murmure Samantha. “Mais tu soulèves un point valable. T’humilier semble amusant, mais j’aime bien mon repaire. Donc, si tu fais suffisamment ton travail d’objet sexuel et que tu me fais descendre à temps, alors je ne lâcherai probablement pas prise quand je viendrai.” Sur ce, elle descendit, Nina soudain engloutie dans sa chaleur, sa douceur, son parfum.

Samantha poussa un petit gémissement et commença à se balancer d’avant en arrière. Nina respira où elle le pouvait, ses lèvres se séparèrent, ses cuisses se serrèrent et se tendirent, regardant les yeux de Samantha, sa chatte, ses yeux, sa chatte, serrant les fesses de Samantha, s’émerveillant de sa fermeté. Des poils pubiens errants chatouillaient son nez, le tissu se mouillait davantage sur ses lèvres, les gémissements de Samantha venaient de plus en plus vite et de plus en plus fort, la pression douce augmentant, la prise sur ses cheveux se resserrant.

“Je dois vraiment y aller”, murmure Samantha, entre deux gémissements.

Nina, des vagues de plaisir s’écoulant en elle, serra ses cuisses l’une contre l’autre, regardant le tissu s’humidifier alors que les jambes de Samantha se mettaient à trembler.

Samantha avait-elle déjà un orgasme ? Nina resserre son emprise sur les fesses de Samantha, tente de relever un peu la tête, en enfonçant son nez et sa bouche plus profondément entre les jambes de Samantha. Viens, mon amour. Utilise moi et viens pour moi.

Pas encore. La tension sur les cheveux de Nina s’est un peu relâchée, Samantha faisant courir ses doigts sur le cuir chevelu de Nina, la caressant – puis, soudain, douloureusement, une forte traction sur les cheveux de Nina, vers le haut, vers l’entrejambe de Samantha.

Samantha a parlé, la voix légère, essoufflée et inégale. “Je ne peux plus me retenir, Nina.”

Samantha regarda Nina, qui se tortillait, sourit et parla lentement et délibérément.

“Ouvrez la bouche.”

Nina a eu son premier orgasme à vingt-trois ans. Ils n’ont jamais été faciles.

Pendant des années, Nina s’est interrogée sur les raisons de cette situation. Elle a finalement décidé qu’il n’y avait pas forcément de raison – certaines personnes viennent plus facilement que d’autres, et parfois c’est aussi simple que cela.

À un moment donné, elle ne se souvenait plus, elle avait commencé à visualiser son orgasme comme un coup à sa porte d’entrée – cela lui semblait à la fois absurdement stupide et étrangement utile.

Sentez les coups, timides, doux, timides. Remarquez ce petit coup ou cette petite égratignure à la porte, et laissez-la entrer, ou elle partira – et c’est alors un exercice frustrant que de la tenter à nouveau. Puis, tendu ici, détendu là, serré comme ceci, et c’est ainsi que vous ouvrez la porte.

Contre-intuitivement, un processus différent pour s’échauffer, un processus différent pour redescendre ensuite. Toujours conscient. Toujours, le mantra est “Je pourrais être sur le point d’avoir un orgasme, alors voici les choses que je fais pour que cela arrive”. Rien d’involontaire à ce sujet – toujours contrôlé et délibéré.

En trois mots, Samantha a fait sortir la porte de Nina de ses gonds.

L’orgasme est arrivé d’un seul coup, soudainement, et n’a rien de comparable à ce que Nina avait jamais ressenti auparavant – il est arrivé par vagues, oui, mais au centre, il n’y avait pas de pouls mais quelque chose de plus, quelque chose de presque cyclique, juste sous son nombril ; comme si un moteur massif se retournait, jetant des ondulations du ciel vers l’extérieur depuis le feu du soleil en son centre, battant, se dilatant, se contractant, tournant.

Accélération. Nina s’est rendu compte, avec une peur qui s’approche, que cela ne faisait que commencer. Elle était poussée à l’incohérence, elle ne contrôlait plus du tout son propre corps, et celui-ci commençait à peine à se réchauffer.

Le moteur est devenu une roue de Catherine, jetant des étincelles jusqu’à ses orteils. Il a grandi, est devenu un tourbillon nucléaire, l’a réchauffé.

La pièce s’est éclaircie à mesure que les pupilles de Nina se dilataient. La lumière s’est épanouie, les cuisses de Samantha sont devenues blanc doré, un triangle de cyan lumineux entre les deux. Nina était faiblement consciente de quelque chose de chaud dans sa bouche, le coton frissonnant contre sa langue. Elle serra plus fort ce qu’elle tenait dans ses mains, et cela frissonna, et il y eut des bruits, une femme gémissant, couinant, criant.

Puis les yeux de Nina se sont croisés, et tout est devenu un peu flou et vague.

histoires taboues
telephone rose amateur
telrosefrance

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

Posted in Histoires taboues

Vous aimerez aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *