Menu Fermer

Plan sexe à 3 avec ma femme et sa meilleure amie Chapitre 2

Olivia a accroché ses doigts dans le bas du bikini et l’a poussé très lentement sur ses hanches et le long de ses jambes. Le côté gauche de son abdomen inférieur portait un tatouage en forme d’étoile. Sa chatte avait un petit triangle de poils foncés au-dessus de sa fente rasée.

Elle était très belle et ma bite a commencé à tacher mon peignoir. Je n’ai pas essayé de le cacher cette fois-là, mais j’ai jeté un coup d’œil à Nadège pour voir si elle le remarquait déjà. Je ne pouvais pas le dire, car elle aussi regardait son amie se déshabiller devant nous.

Olivia a mis le haut rose, en tendant la main derrière son dos pour l’attacher. Les petits triangles de tissu couvraient à peine ses lignes de bronzage. Puis elle a mis le bas, nouant chaque côté en un nœud. Elle s’est retournée et nous a montré que c’était un string qui lui montait au cul, séparant ses joues et qui n’avait qu’un petit triangle de tissu qui envoyait les sangles à l’une ou l’autre des hanches. Les petites fossettes juste au-dessus de son cul étaient les derniers ingrédients qui ont poussé ma bite à sa pleine dureté.

Quand elle s’est retournée et nous a regardés, Olivia a souri et a montré le devant de mon peignoir, qui est monté si haut de ma queue droite qu’elle pouvait presque voir mes couilles, et a dit, « Je pense que le petit Stéphane approuve. »

Nadège en a ri de bon cœur en regardant la bosse dans mon peignoir.

J’ai souri, très soulagé que ma femme ne soit pas bouleversée. Même si j’ai rationalisé que tout embarras serait de sa faute, j’ai aussi réalisé qu’elle ne le verrait peut-être pas de cette façon.

Olivia fit un signe de tête et sourit aussi. « Alors, Stéphane, dois-je comprendre que tu préfères ce maillot de bain ? »

J’ai hoché mon gland et j’ai dit : « Tu es superbe dans tout ce que tu portes, mais, oui, celui-ci est mieux. »

« N’es-tu pas adorable », répondit Olivia.

Nadège a demandé : « Alors, Stéphane, tu n’as pas eu d’autres bosses quand Olivia était dans l’autre bikini ? »

J’ai passé le scénario en revue dans mon esprit. Si je disais « oui », il y aurait des questions. Alors, j’ai décidé de mentir. Je n’aurais pas dû, mais je l’ai fait. J’ai dit « Non ».

« Non ? » Nadège m’a demandé. « Même pas un peu ? »

Un grain de vérité pourrait m’aider à dire : « Eh bien, peut-être un peu. »

Olivia a dit : « Ce n’est pas ce que j’ai ressenti ! »

« Senti ? » Nadège a demandé.

Olivia a fait un signe de tête et a dit, « Je me suis assise devant lui pendant qu’il me mettait de la crème solaire sur le dos et laisse-moi te dire que ce n’était pas un peu dur, c’était aussi dur qu’un tuyau d’acier. »

« Oh, c’était maintenant ? » demanda Nadège, en me regardant d’un air accusateur.

Je ne pouvais pas croire que Olivia avait dit ça. Je savais que mon mariage était en difficulté et je ne savais pas quoi dire. Je n’avais pas prévu de lui faire savoir que j’avais eu une érection pour Olivia alors qu’elle était sous la douche. J’ai bégayé, « Eh bien, je… »

Nadège a ri. J’étais un peu confus, mais elle m’a tapoté le genou et m’a dit : « Nous savons tous les deux qu’elle est sexy. Elle m’excite moi-même. Il n’y a pas besoin de le cacher. »

Puis Olivia a dit : « Tu sais, la façon dont ce peignoir est tendu, on dirait que le petit Stéphane est un peu plus grand que ce que j’ai vu tout à l’heure. »

« Oh, ça l’est », lui a assuré Nadège. « N’est-ce pas, bébé ? » m’a-t-elle demandé.Plan sexe à 3 avec ma femme et sa meilleure amie Chapitre 2

J’ai dit, « Ouais, je suppose. » Je ne pensais pas que 20 cm c’était vraiment si grand. C’était assez épais et long pour juste toucher le bas de la chatte de Nadège, alors j’étais content avec ça, mais ce n’était pas une de ces bites monstrueuses qu’on voit en ligne.

« Tu veux la voir ? » Nadège a demandé à Olivia.

« Quoi ? » J’ai flashé, ne croyant pas vraiment ce que je venais d’entendre. Ma femme n’avait sûrement pas proposé de montrer ma bite à sa meilleure amie. Cette pensée a rendu ma bite encore plus dure.

« C’est un problème ? » Nadège m’a demandé. « Est-ce que tu deviens timide avec moi maintenant ? »

J’avais essayé de donner une leçon à Nadège et maintenant, ça devenait sérieux. C’était une chose de parler de la taille de ma bite sous mon peignoir, c’était déjà assez bizarre. Mais le montrer délibérément à sa meilleure amie, c’était emmener la conversation en territoire inconnu. « Non », j’ai dit, « C’est juste que, eh bien… »

« Regarde », a dit Olivia, sa lèvre inférieure est coincée dans la plus mignonne des petites moues. « Je l’ai déjà vu une fois. En plus, je t’ai montré mes seins, mais maintenant tu ne veux pas me montrer ta queue ? »

Elle avait raison, mais je ne pouvais pas croire ce que j’entendais. Nadège voulait montrer à son amie ma bite dure et Olivia voulait la voir. C’était, après tout, ma femme qui me demandait de la montrer. Je ne pouvais pas me soucier de ses sentiments si c’était son idée, je raisonnais. J’ai haussé les épaules, pris une grande respiration, me suis penché encore plus en arrière et j’ai dit : « Regarde ! »

Nadège a pris mon peignoir de chambre. Ses doigts délicats attrapèrent le rabat extérieur et le tirèrent de la tente qui dépassait de mon aine, pour trouver l’autre rabat qui le recouvrait également. Elle se pencha et tira lentement celui-ci aussi, libérant d’un coup le tissu pour qu’il s’ouvre complètement.

Olivia m’étudia attentivement, les yeux collés à ma queue. Elle fit même un pas en avant et se pencha un peu pour avoir une meilleure vue. Elle a léché ses lèvres.

Ma bite se tenait debout, fière et pulsative, et elle palpitait de désir pour Olivia. Elle mesurait 20 cm de long pour 4,5 cm de large, le gland s’évasant à peine plus large que le manche.

De l’angle de Olivia, elle voyait du gland jusqu’à mes couilles, ce qui la faisait paraître encore plus grosse. Olivia a dit doucement, « Bien joué ! »

Nadège sourit en regardant son amie et dit : « Ouais, je crois. Il sait vraiment comment l’utiliser. »

Ça m’a rendu fier, bien sûr. J’ai souri à ça, mais personne ne regardait mon visage. L’idée que ma femme me montre à son amie m’a rendu encore plus excité.

« Ah bon ? » Olivia a demandé.

« Oh, oui », dit ma femme, en enroulant ses petits doigts autour de mon épaisse tige. « Il dure très longtemps, aussi. N’est-ce pas, bébé ? »

« Hein ? » demandai-je, perdu dans l’instant et à peine conscient qu’on m’avait posé une question.

« Tu peux durer très longtemps, tu ne crois pas ? » dit-elle, alors que sa main remontait ma tige, étalant du liquide préséminal sur mon gland.

J’ai avalé de toutes mes forces et j’ai hoché mon gland. « Je suppose que oui », lui ai-je répondu.

Olivia a souri en se redressant et a dit à Nadège : « Plus longtemps que Philippe ? »

Nadège a ri et a dit : « Ouais. D’après ce que tu me dis, environ 5 fois plus longtemps. »

« Ouais, c’est ça », dit Olivia avec scepticisme, « Je n’ai jamais été avec un homme qui pouvait durer aussi longtemps. Je ne sais pas si je te crois. »

Nadège y pensa pendant un moment, hochant lentement mon gland en caressant lentement ma bite dure avec son petit poing. Puis elle a dit à Olivia, « Eh bien, tu sais, je pense que je vais devoir m’occuper de ça avant d’aller à la plage. »

Olivia a fait un signe de tête et a dit, « Ouais, on dirait que j’ai mis le feu au pantalon de Stéphane. »

Nadège a ri de ça.

Olivia a demandé, « Alors, tu veux que j’attende dehors ? »

Nadège secoua mon gland et répondit, « Non, je pensais que tu pourrais rester et regarder, si tu veux voir combien de temps il peut tenir. En plus, c’est toi qui l’as mis dans cet état. Bien sûr, à moins que ça ne te mette mal à l’aise. »

Je ne savais pas si Nadège avait l’intention de me tailler une pipe ou de coucher avec moi, mais dans tous les cas, j’étais stupéfait qu’elle invite son amie à regarder. Stupéfait, mais aussi très excité. Je n’ai pas dit un putain de mot.

Olivia a souri et a dit : « Oh, j’adorerais rester et voir ça. » Puis elle m’a regardé et a dit : « Ça te va, Stéphane ? »

J’ai essayé de ne pas sourire, vraiment. Je n’ai pas pu m’en empêcher. Je lui ai souri et j’ai dit : « Plus que bien, Olivia. »

J’ai regretté de l’avoir dit dès que les mots ont quitté ma bouche. J’étais sûr que Nadège allait piquer une crise. Mais, à la place, elle m’a caressé la bite en nous disant à tous les deux, « Bien. Tu vois ? Comme je l’ai dit, on est tous amis ici. »

histoirestaboues
bandeau post content

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

Posted in Bi - Gay - Lesbien, Histoires taboues, Récit érotique

Vous aimerez aussi :

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *