Menu Fermer

Olga devient accro à la douleur

Vite fait, Pour revenir à ce viol et comme elle m’en a parlé vaguement, j’ai décidé de le lui faire vivre en vrai.  Avec un ami qu’elle ne connaissait pas, j’ai mis au point ce scénario. En partant bosser, J’avais desserré un peu le tuyau d’alimentation du lave-linge.

Ça n’a pas manqué elle m’a appelé. Bien évidemment je lui ai donné le numéro du téléphone du soi-disant plombier !! Il est venu avec son collègue sauf qu’ils l’ont forcé à les sucer puis à la baiser contre son gréspassée comme prévu. Ce n’est pas facile d’avouer un viol. Le soir je l’ai trouvé Briarde, je lui ai posé la question si l’intervention du plombier s’était bien, oui oui sans vouloir en parler davantage. Ce n’est que 3 jours après n’en pouvant plus qu’elle a craquée !! Moi j’avais déjà le compte rendu par mon copain le jour même !! Je savais même qu’elle avait pris son pied, car elle a mouillé. La consigne s’était ne vous occuper pas de son refus sans la brutaliser, mais il faut absolument la baiser et bien simuler qu’elle est prise de force malgré elle. Quand enfin je lui ai dit la vérité elle était aux anges pour cette complicité et elle a & avoué aimer la situation Je lui ai fait rencontrer son violeur qq jours après, c’était amusant de voir sa réaction !! Comme un peu terrorisée je dirais même que dans sa tête elle revive la scène du viol. Évidemment nous l’avons prise en double pour notre bonheur !!

Pour revenir à nos voyages Erotiquo-Maso, NOUS regardions souvent des revues SM Puis j’ai investi dans un lecteur vidéo et on achetait des K7 SM. J’ai remarqué Olga figée devant les scènes de flagellation. Lors d’un voyage chez elle on a fait une virée dans le quartier chaud d’Amsterdam puis on a visité un club SM. Olga portait une robe assez ample légère c’était l’été, mais toujours sans-culotte !! On regarda le show une autre se faisait introduire des aiguilles de 20 cm dans les seins et dans sa chatte. On n’est pas adepte de cette cruauté un peu dégouté de voir à quel point les soumises perdent leur personnalité,

Puis une fille qui se faisait fouetter sans attaches tournées vers le mur. À la vue de cette scène, Olga se serrait contre moi, je sentais sa fébrilité et de temps en temps elle frissonnait. En faite ce que je n’ai pas vu c’est que quelqu’un derrière elle lui tripotait le cul sous sa robe, cette cochonne n’a rien dit qu’une fois sorti et savait pas si c’était un homme ou une femme, mais ça l’a émoustillé grave. Ni une ni 2 on rentre dans un sex-shop et voulais acheter un fouet, mais Olga a choisis une ceinture en croute de cuire bien rigide et bien large. Sans attendre nous rentrons à l’hôtel, Olga était mouillée comme pas permis !! Je la pousse sur le lit, je relève sa robe sans attendre elle me tend sa croupe bien blanche impatiente de sentir le cuire, je la caresse avec elle écarte ses cuisses davantage. Au 1er coup elle sursaute de douleur et c’est une sensation nouvelle pour elle, c’est la découverte de la douleur intense comme une brulure !! Je connais Olga quand elle commence à trembloter c’est qu’elle est rentrée dans l’autre dimension !! Bien évidemment j’évitais de la blesser et quand c’est rouge je frappe ailleurs pour ne pas lui déchirer la peau. Sans le lui demander elle virevolte, se met sur le dos, écarte grand ses cuisses pour me montrer sa chatte qui coule. Fascinante dans sa perversion, la ceinture pliée en deux et vlan sur sa chatte, tellement fort qu’elle a crié, mais ses cuisses toujours grandes ouvertes réclamant davantage, je visais son clit qui gonfle de plus  en plus tellement excité que j’aperçoive qu’il dépasse son petit capuchon. Olga tremblais puis elle s’est mise à divaguer je connais ce signal souvent quand elle orgasme fort elle délire, sa chatte meurtrie je la lui lèche et voilà qu’elle orgasme encore.

Depuis ce voyage nous retournons souvent à Amsterdam pour ce payer un weekend spécial. Olga a toujours refusé que je la prête à d’autres, comme elle disait, elle m’appartenait, elle n’est pas un objet qui se passe d’une main à l’autre. Toujours dans l’intimité !! Sauf que de plus en plus elle réclame que je lui cravache la chatte avec la ceinture, c’est un besoin quotidien !! Rien que la vue de la ceinture ça la fait mouiller. C’est devenu un rituel. Son favori c’est quand elle relève ses cuisses écartées je lui attache les poignées derrière ses genoux avec SA CORDE favorite, je commence par la caresser avec le cuire  puis j’alterne 2 coups (de haut en bas puis de bas en haut) pour bien toucher le clit, de temps en temps je lui mort les mamelons, je les pince et tire dessus, je gifle ses seins puis des caresses avec la ceinture jusqu’à ce quel orgasme puis je la suce puis je lui baise sa chatte meurtrie rouge et gonflée !! OLGA est devenue comme disent les Anglais un « pain-Slut » sa douleure est orgasmique. !!

Je vous passe les aventures qu’on vécut ou plutôt qu’on a mises en scène, on a fréquenté des couples, mais elle refuse de s’abandonner aux autres elle ne veut pas qu’on sache qu’elle est accros à la douleur, une fois en 69 avec une nana elle était au-dessus, je lui ai mis un doigt au cul pendant que je lui fessais le cul et elle a éjaculé dans la bouche de la nana c’était beau de la voire se pâmer, moi aussi je suis devenu accro à ses douloureux et spectaculaires orgasmes.

En fait c’est OLGA qui a fait mon éducation de DOM à sa mesure !! On n’a jamais parlé de punition ou d’esclavage, juste lui faire plaisir et la voire s’extasier !!

Si des personnes veulent me contacter, je serais flatté et j’espère que j’ai réussi à vous transmettre toutes les émotions que je ressentais à l’époque

Entre temps j’étais en déplacement au Danemark pour une semaine

Si Evidement vous en voulait de la suite ???????

Quand Olga devient une chienne

histoires taboues
telephone rose amateur
telrosefrance

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

Posted in Fétiche - BDSM, Histoires taboues

Vous aimerez aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *