Menu Fermer

Mon plan cul torride avec un partenaire de tennis qui m’a défoncé le cul

Jean est un bien meilleur joueur de tennis que moi. C’était donc un plaisir inattendu d’être sollicité pour quelques parties. Bien qu’il soit peu probable que je gagne, ce serait amusant de jouer à ma limite pendant un certain temps. Mais pas pour longtemps, car je ne suis plus jeune. Ce qui rendait le plaisir alléchant, c’était la possibilité de voir Jean bouger son corps maigre et nerveux sur les courts — même si lui aussi n’était plus jeune. Nous avons joué deux sets. Bien sûr, j’ai perdu — 6-2, 6-4 — mais c’était de bons sets. Intéressant et amusant. J’avais besoin de discipline pour ne pas me laisser distraire par sa fluidité.

Après, en bavardant joyeusement, nous avons emmené nos corps chauds et moites au vestiaire. Nous avons marché jusqu’à une allée tranquille, et j’étais heureux de m’asseoir, en me penchant en avant sur mes coudes. Jean continua à se tenir debout, d’abord à côté de moi. Mais ensuite, il a bougé, soudainement comme s’il avait pris une décision, pour se tenir juste devant moi, de sorte que je regardais son entrejambe. Notre conversation se poursuivit, mais il était clair que nous aurions bientôt fini de parler, du moins en ce qui me concernait. Ses shorts étaient bien ajustés à ses hanches, pas trop serrés, ce qui faisait de son entrejambe un objet de mon désir croissant. Je sais que ma voix a changé, puis j’ai levé les yeux vers son visage. Il y a eu un flash entre nous. Il s’est rapproché de moi. L’odeur de sa sueur était chargée de luxure. Et je pouvais voir le contour de sa bite, une érection qui grandissait pendant que je regardais. Je savais que le prochain mouvement était le mien, et j’ai levé ma main gauche vers lui, le trouvant aussi tendu que je l’espérais. Ma main droite m’a empêché de tomber alors que mes lèvres rencontraient son membre caché. Nous avons tous les deux gémi. La dureté de sa bite me semblait magique et magistrale, autoritaire, contre mes lèvres. Je le ressentis alors comme un instrument d’une grande puissance, que je désirais conquérir et que je voulais servir.

« Viens avec moi » murmura-t-il, et nous nous sommes précipités vers un étal. Moi sur le siège ; lui devant moi, cette fois-ci, le pantalon baissé, la bite sortie. Pas de membre géant, mais une bonne taille quand même : et si dur et si invitant. À l’avenir, je lui ferais une pipe avec une allure détendue et mesurée, en roulant jusqu’à un lent point culminant. Pas cette fois-ci. J’ai pris une minute pour lui mettre une langue de sa longueur, lui lécher les couilles. Quelles odeurs et quels goûts captivants ! Mais j’avais besoin de sa bite au fond de ma gorge. Alors que j’embrassais son gland, que je mettais la langue à son ouverture, déjà au goût de précum, Jean grogna « Vite, je t’en supplie », il ne manquait plus que ça pour le glisser dans ma bouche : pas tout d’un coup, mais dès que la lubrification et la respiration le permettraient. Alors que son gland venait m’ouvrir la gorge, je pouvais sentir ses poils hérissés.Mon plan cul torride avec un partenaire de tennis qui m’a défoncé le cul

Nos mouvements se sont synchronisés. Il me baisait lentement le visage, pendant que je lubrifiais et suçais sa bite. Ses poussées devinrent plus profondes, et mon besoin plus urgent. J’ai attrapé son cul (mon Dieu, je voulais m’y mettre !) et je l’ai emmené aussi loin qu’il pouvait aller. Je sentais son corps commencer à trembler, sa bite semblait grossir. Il respirait déjà fort, mais il commençait à avoir des halètements. Je me suis déplacé un peu en arrière pour recevoir et savourer. Son sperme coulait comme un torrent. Au début, j’ai dû me battre pour ne pas m’étouffer ; j’ai pu avaler beaucoup, mais mon visage et mon menton étaient couverts de sperme. J’ai eu la chance de savourer ; le goût et la texture étaient parfaits : piquant salé, lisse comme de la crème. Jean s’est penché pour m’embrasser en léchant le sperme sur mon visage. Il en a peut-être avalé, car notre premier baiser sur les lèvres était rempli du goût de son sperme.

Nous nous sommes arrêtés, mais nous n’en avions clairement pas fini avec le corps de l’autre. Après un rapide « Chez toi ou chez moi ? », on a fini chez lui. En arrivant dans son appartement ordonné, j’ai suivi son exemple en enlevant des vêtements sur le chemin de sa chambre. Nu, son corps était tout ce que je pouvais désirer, exactement mon type de rêve. Vieillissant, oui, mais toujours tendu. Et un cul si doux. Il était petit et serré, avec des fossettes profondes, mais un peu tombant. Et poilu. Bon sang, je voulais ce cul !

Il avait peut-être éjaculé vingt minutes avant, mais il était encore dur. Bien sûr, j’avais été dur, puis mi-dure pendant le transport, et j’étais maintenant dur à nouveau, probablement encore plus dur. Je voulais le baiser, mais je voulais aussi être baisé par lui. Alors quand il s’est mis sur moi, nos bites jouant ensemble, j’ai pensé que c’était un prélude à son entrée en moi. Quand il m’a attrapé pour prendre un tube de lubrifiant, j’ai ouvert les jambes en espérant qu’elles soient surélevées pour son entrée. Imaginez ma surprise lorsque j’ai senti le lubrifiant sur ma bite, administré par un doux massage des doigts. J’ai fermé mes jambes et j’ai positionné mes hanches pour entrer en lui. J’aurais aimé voir son cul, mais l’emplacement de ses hanches étroites et de sa bite dure était charmant aussi. Encore plus beau était le regard sur son visage maigre et escarpé. Il souriait, mais ses yeux étaient fermés. Quand le bout de ma bite a trouvé son trou, ses yeux se sont ouverts. Il s’est appuyé sur moi, ouvrant sa porte. Sa tête s’est déplacée vers l’arrière, sa bouche s’est ouverte quand je suis entré en lui. Il a commencé à trembler, son front s’est plissé, il semblait avoir mal. Il a gémi, mais il a continué à s’appuyer. Malgré son apparente soumission à la suprématie de ma bite, Jean était toujours en charge. Il contrôlait le rythme. On a tous les deux haletés. Il a encore poussé vers le bas, plus fort, et cette fois il a crié. Mais il a commencé à monter et descendre, m’emmenant de l’intérieur et de l’extérieur, avec l’intention claire de me prendre tout entier. Son visage et son corps étaient couverts de sueur. Il y eut encore quelques cris, mais j’étais à fond, l’aine fermement appuyée contre son cul. L’enroulement doux et serré de son cul contre moi était un vrai bonheur pour moi. J’ai aussi apprécié le pouvoir de possession ; son cul était à moi ! La douleur sur son visage s’était transformée en un large sourire de triomphe. Il a baissé son torse jusqu’à moi, nous nous sommes embrassés. « Maintenant tu peux me baiser ». Et alors nous nous sommes retournés et j’étais sur Jean. Se déplaçant lentement, mais avec des poussées profondes, les cris de Jean étaient maintenant d’extase. Il a collé son corps au mien pendant que nous nous balancions, il était frénétique d’être embrassé, d’être pénétré par ma langue, de sucer ma salive. Je respirais ses gémissements. Je suis surpris d’avoir tenu aussi longtemps. Les vagues de plaisir s’écrasaient de plus en plus haut. Son orgasme m’a déclenché. Il a été précédé d’un cri, son visage reculant d’un rictus de sensations. Je sentais de grandes pulsations de sperme sur mon ventre. Alors que je me déversais en lui, il s’est d’abord soulevé contre moi, puis a maintenu mes hanches verrouillées contre lui. Nous sommes restés couchés ensemble pendant un moment. En m’éloignant du sien, je me suis penché pour savourer un peu de son sperme — il avait produit un autre déluge — en a avalé, en a tenu dans ma bouche, en a étalé sur mon visage. Nous nous sommes embrassés et il a partagé avec lui le sperme que j’avais dans la bouche. Il m’a léché le visage.

Nous nous sommes reposés, tous les deux avec un sourire idiot sur le visage. Nous n’avions jamais autant parlé pendant les matchs de tennis, à part la rivalité amicale et les petites conversations. Nous avons donc eu notre première conversation, et j’étais si heureuse qu’il soit une personne agréable et bien informée. Nous étions côte à côte, nous nous tenions la main. Et je jure qu’une vingtaine de minutes plus tard, il a pris ma main et l’a posée sur sa bite, qui devenait à nouveau dure. J’étais heureux d’en être sûr, mais je me suis demandé si ce gars était illimité dans sa puissance sexuelle et sa pulsion. Nous n’étions pas des jeunes hommes ! Mais alors la question la plus importante m’est venue à l’esprit : que voulait-il faire avec cette bite ? Il s’est penché vers moi et m’a murmuré : « J’aimerais te baiser. » Quelque chose dans la façon dont il l’a dit — presque en demandant la permission — m’a dit que j’aurais le choix de la façon dont je serais baisé. Alors je me suis retourné sur le ventre et j’ai écarté les jambes. J’étais tellement impatient d’avoir sa bite dans mon cul et son corps contre moi que j’ai presque manqué la magie de ses lèvres et de sa langue sur mon trou. Tout son visage était dans ma fissure, il se sentait attaché à moi. Il était en plein dedans, il me léchait, me donnait la langue et me suçait avec zèle. Au moment où il s’est retiré, mon cul me suppliait de lui donner sa bite.

Pour moi, il est rare que l’entrée anale se fasse sans effort. Je peux prendre des bites assez grosses, mais cela prend un peu de temps. La bite de Jean était assez grosse pour faire mal si je n’étais pas préparé. Mais j’étais si prêt qu’il s’est glissé en moi d’un seul coup. J’ai haleté un peu vers la fin, car je sentais que tout mon corps était possédé par son pénis. Puis j’ai senti ses poils pubiens contre moi et son corps se détendre sur le mien. Nous nous sommes tous les deux détendus. Je me suis senti complètement pris, mais très en sécurité. Nos baisers étaient doux. Cette fois-ci, il n’y avait pas l’urgence de nos deux premières rencontres. J’allais être baisé pendant un moment. Il a touché et caressé mon corps et mon visage, a mis ses doigts dans ma bouche. Et nous avons parlé alors qu’il se déplaçait doucement en moi. Notre conversation portait surtout sur le sexe, et j’étais amené à donner des réponses soumises à ses questions : si je donnais une réponse qui lui plaisait, il se déplaçait d’une certaine manière qui envoyait une vague de plaisir à travers moi, et un désir d’être baisé fort. Il construisait lentement une autre vague massive de désir en moi. J’ai réalisé que mes hanches bougeaient contre lui. Il a commencé sa course vers l’apogée par un lent retrait de toute sa longueur. Mon gémissement, qui était plus un gémissement, était pour la perte de sa dureté en moi. Son retour était plus rapide et plus dur que le premier, tout mon corps voulait que son membre soit en moi et j’ai ressenti de la joie, du soulagement et de l’extase quand il est venu jusqu’à moi. Et puis il était en rut, toute subtilité disparue. Je flottais quelque part dans un nuage de plaisir, ressentant la joie extrême de la pénétration, de la possession. En arrivant, il a ralenti à un rythme plus doux, ponctué d’une forte poussée profonde.

Pendant longtemps, il s’est couché de tout son poids sur moi, respirant fort, m’embrassant. En se retirant, il m’a retourné pour voir si j’avais joui. Je n’en avais pas envie à l’instant, mais j’étais plein et très excité. Sa bouche sur ma bite était très douce. Il m’a pris dans sa bouche très lentement, la sensation se développant et se renforçant. Il m’a emmené jusqu’au bout, mon aine appuyée contre ses lèvres. Et j’étais presque toujours en lui, sauf pour l’explosion de sensation de sa succion et de sa déglutition. Je voulais pousser pendant qu’il travaillait, ne relâchant que lorsque j’étais bien au-dessus. Ses mains étaient sur moi alors que je le poussais encore et encore, tandis que la vague ou l’orgasme s’élevait et s’écrasait.

Toute cette expérience était une autre raison d’aimer le tennis.

histoires taboues
telephone rose amateur

bandeau post content

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

Posted in Bi - Gay - Lesbien, Histoires taboues

Vous aimerez aussi :

5 Comments

  1. Ping :La colocation avec ma soeur a révélé nos envies sexuelles communes Chapitre 5 - XFR - Histoires taboues et tél rose amateur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *