Menu Fermer

Mon père est un mec chaud qui me fait jouir à fond

Introduction : Purement Fantasy J’ai déjà publié des histoires. Je les ai écrites à l’origine. Elles sont sombres et dérangeantes et la seule raison pour laquelle je les publie à nouveau, c’est parce que des connards sur d’autres sites ont pris mon travail et gagné des prix. Sachez que Dirtydiana18 est le véritable auteur de cette série, et sachez aussi que le personnage principal Steph est tout à fait légal quand tout se passe.

Chéri, tu es là, a-t-il demandé. Sans attendre de réponse, il a poussé la porte, m’a longuement regardée avant de s’effondrer au pied de mon lit. J’ai essayé de ne pas établir de contact visuel, choisissant de me concentrer sur mes études au lieu d’engager une conversation quelconque. Mon père ne méritait vraiment pas cela.

Permettez-moi de commencer par dire que ma vie en soi n’est pas grand-chose. Ma chambre est normale. Ma porte est peinte d’un bleu clair comme les murs de ma chambre. Il y a un bureau sur le côté droit, blotti contre le coin le plus à droite. Mon lit est adjacent à la porte, ainsi que ma table de nuit. Il y a des affiches collées avec parcimonie dans toute la pièce. Des affiches de différentes célébrités, de livres, de passe-temps, de tout ce qui me plaît. Dans l’ensemble, je dirais que c’est la chambre d’un adolescent moyen pour une adolescente moyenne. 56 ans, cheveux bruns, dix-huit ans et des yeux noisette sont mes attributs. Mes seins sont assez gros, un C qui frôle le bonnet D, mais c’est à peu près tout. Les garçons à l’école sont très attentifs, mais à part cela, je dirais que je suis assez ordinaire.

Enfin, ordinaire, sauf pour une chose : mon père.

Je pouvais sentir la pression dans la pièce, en écoutant mon père qui commençait à taper anxieusement du pied contre le plancher en bois. J’ai laissé tomber mon crayon et je me suis retourné dans ma chaise de bureau pour lui faire face. Que voulait-il cette fois-ci ?

Bon bébé. Maintenant, tu es attentif. Il s’est levé et a commencé à se déshabiller. Il a enlevé sa chemise, assez rapidement pour un homme de sa taille. 47 ans, 511, 220lbs, et contrairement aux autres pères, mon père n’était pas gros. Il était en forme et maigre. Les cheveux gris sur sa tête venaient de l’expérience, pas du stress. Les lignes de sourire sur son visage, plutôt que de représenter l’âge, rappelaient à tout le monde qu’il était le chef d’une famille américaine heureuse et en bonne santé. Il faisait partie du conseil de surveillance de la communauté, entraînait des équipes de base-ball de petite ligue pour s’amuser, et était bénévole à la caserne de pompiers locale. Mon père était tout et plus encore. Et par “plus”, j’entends “plus”.

Le temps que je puisse sortir de ma rêverie, il s’était mis totalement nu. Il se tenait dans la chambre de sa fille à trois heures de l’après-midi, sans un seul vêtement et le regard le plus gaffeur. Je regardais sa bite. Elle était fière et bien droite. Je connaissais cette bite mieux que quiconque, probablement même mieux que maman. C’est la bite qui m’a fait et la bite qui m’a baisé.

Papa, j’ai commencé, un peu troublé par tout ce scénario. On ne baisait pas à la lumière du jour. Non, il valait mieux laisser les choses que nous faisions dans l’obscurité. C’est comme ça que ça a toujours été. Pendant tout ce temps où nous étions ensemble, nous n’avions pas baisé une seule fois avec le soleil levant. Voir mon père nu dans la lumière me faisait sentir sale, mais les picotements que je ressentais entre mes jambes étaient une autre histoire.

Steph babe, mon père a marché vers moi.

Non, papa. On ne peut pas faire ça. Mon Dieu, c’était une erreur à bien des niveaux. Maman à la maison, bonjour. Tu as oublié ? Range ce truc avant qu’elle n’entre et voie son mari abuser de leur fille adolescente. Qu’est-ce qui t’arrive ? J’ai levé les mains pour garder une certaine distance entre nous. Je savais que les lycéennes normales ne parlaient pas à leur père comme je le faisais, mais pour être honnête, rien de notre relation père-fille n’était normal.

Bébé, maman est allée au magasin. C’est juste toi et moi. Le sourire était de retour sur son visage. On doit se dépêcher. Shell sera à la maison dans 20 minutes. Déshabille-toi. Il a facilement enfoncé mes mains et a écrasé ses lèvres contre les miennes. Je sentais le liquide sortir de sa bite et atteindre le haut de mon ventre. Je portais encore mon jean de l’école et son liquide a coulé de mon ventre et sur le jean. Je me demande si ma mère savait qu’elle avait lavé mes vêtements sans que son mari ne les éjacule pendant tout ce temps ? L’idée était dégoûtante.

Non-papa, on ne fait pas ça. Pas à la lumière du jour. J’ai essayé de le repousser, mais tout ce qu’il a fait, c’est me sucer le cou, sa main traînant jusqu’à l’endroit où je le voulais le plus. Rien que la pensée de ses mains musclées et fortes me mouillait. Les mères ne seront probablement pas parties longtemps. On ne peut pas. Ma lutte était inutile, ses baisers me rendaient déjà faible.

Oh bébé. Papa a tellement besoin de toi. Nous nous étions déjà rapprochés de mon lit, les genoux de mon père se sont cognés contre le bord de celui-ci alors qu’il essayait de me tirer sur le matelas. Chaque fois qu’on avait baisé, on le faisait sur mon lit. Jamais mes parents, seulement les miens. En regardant le lit avec sa couverture à froufrous et ses oreillers moelleux, je me suis rendu compte à quel point toute cette situation était merdique. J’ai regardé mon père, dont la bite était devenue encore plus dure, maintenant une méchante nuance de violet et de rouge. J’ai avalé. Je ne pouvais pas faire ça.

En me voyant regarder sa bite, il a commencé à la caresser de haut en bas. Mon père était étendu au bord du lit, une main le tenant debout et l’autre faisant plaisir à son membre gonflé. Tu aimes ça, pas toi Steph. Regarde comme elle est grosse, putain, bébé. C’est toi qui m’as fait ça. Il a attrapé ma main et l’a forcée à monter et descendre le long de son poteau. J’étais au travail et tout ce à quoi je pensais c’était à ta chatte chaude. J’ai eu une érection toute la journée à cause de toi. Tu me rends si dure, petite salope. Je sais que tu veux cette bite avant que maman ne rentre à la maison& bonjour, et je vais te la donner. Sans hésiter, il s’est mis à me jeter sur le lit, m’attrapant par les épaules et me poussant vers le bas, mon dos frappant contre le matelas. Enlevez ces vêtements maintenant. Tu n’en as plus besoin. J’entendais le bruit de la déchirure quand il a déchiré ma chemise en deux. C’était le côté de lui auquel je ne pouvais pas m’identifier. Le père aimant qui avait besoin d’attention, je comprenais, mais le fou sexuel qui a baisé sa fille et l’a traitée de salope, ce type m’était étranger.

Allez, sale pute, enlève ton jean. Mon père avait essayé, sans succès, d’arracher mon jean slim de mes jambes fines et sa frustration était évidente. Il s’est un peu éloigné pour me permettre de me tenir debout. J’ai poussé, me rendant compte qu’en moins d’une minute, mon père avait réussi à se débarrasser de ma chemise et de mon soutien-gorge. Il était bon.

Quand j’ai commencé à sortir mes jambes de mon pantalon, mon père s’est levé. J’étais allongé sur le lit, luttant pour enlever le pantalon de mes hanches quand, d’un seul mouvement, il a attrapé et tordu mes deux tétons, l’action envoyant des ondes dans tout mon corps. Ma chatte s’est mouillée et j’ai rapidement fini d’enlever mon pantalon, en baissant aussi ma culotte. Il n’y avait pas de temps à perdre. Mon père finirait par obtenir ce qu’il voulait. Il l’a toujours fait.

Putain, tu es si belle, il gémit. Je sursautai alors qu’il m’entourait, me tirant directement sur son corps maigre. Je pouvais sentir la chaleur de sa bite se fracasser contre ma peau nue. En se levant, il a pris sensuellement un mamelon dans sa bouche. J’ai crié, la sensation faisant fondre mon cerveau en bouillie. Cela faisait presque deux semaines que nous n’avions pas fait l’amour. Sa langue était électrisante, encore plus que d’habitude. Ses baisers affamés me distrayaient facilement pendant que ses mains se mettaient à poursuivre mon sexe. Une fois arrivé à destination, mon père a sucé plus fort sur mon mamelon et a plongé un doigt profondément en moi. Mon dos s’est cambré à cause de la pénétration soudaine, et même si je détestais cela, ma chatte a serré son doigt. Il est entré et sorti, les bruits de succion étant très forts alors qu’il lançait la prudence au vent.

Oh papa, je n’ai pas pu m’en empêcher. Il connaissait tous les postes et les rotations qu’il fallait pour que je puisse y aller. J’étais esclave du désir. Tu es si bon papa, ne t’arrête pas. Tu es incroyable.

C’est bien Steph. Il m’a fait basculer sur le dos alors que ses doigts se déplaçaient plus rapidement, en bouclant dans un mouvement de va-et-vient qui a raclé mon point G. Il a retiré sa bouche de mes seins et m’a regardé dans les yeux en travaillant dur pour me faire jouir. C’était la partie la plus sadique de tout cela. Le fait qu’il aimait me regarder dans les yeux pendant qu’il violait ma chatte. Chaque fois qu’on baisait, il devait regarder mon visage. Sicko.

Tu peux jouir pour papa, chuchota-t-il, tout en gardant les yeux fixés sur moi. Jouis sur les doigts de papa, salope. Tu aimes ça, n’est-ce pas ? Oh, je le sens venir. Tu le veux, bébé. Tu veux que papa te fasse jouir.

Par expérience, je savais qu’il voulait une réponse à ces questions. Il voulait que je lui dise que cela lui faisait du bien. Mais aujourd’hui, je ne sais pas, peut-être que c’est la lumière du jour qui m’a fait sentir que j’avais du pouvoir, parce qu’aujourd’hui, au lieu de lui dire ce qu’il voulait entendre, je l’ai regardé droit dans les yeux.

Non-papa, je te déteste toi et ton putain de doigt ! J’ai crié, voulant plus que tout reprendre le contrôle de mon corps. Mais c’était en vain, mon père n’a pas arrêté son agression, au lieu de cela il a continué à labourer plus vite.

Vous détestez ce bébé ? Mon orgasme était sur le point de culminer, ma chatte a commencé à battre et je pouvais dire qu’il savait ce qui se passait. Et si tu détestais ça pendant que je te fais jouir ? Tu détestes le doigt de ton père, mais tu fais quand même gicler ton jus sur mes mains, espèce de pute. Ses paroles m’ont fait passer par-dessus bord et avant que je ne m’en rende compte, la mère de tous les orgasmes s’est jetée sur moi. J’ai tordu sa prise, mais il n’a fait que la resserrer. Mes yeux se sont tournés vers le bas. Je ne pouvais pas supporter de le regarder en face. Je détestais voir son sourire quand j’arrivais. FFFUUUCKKK DAAADDY !!! J’ai crié, mon visage s’est déformé avec la douleur de tout cela.

Tu es prête maintenant, bébé. Bien mouillée. Avant que je sache ce qui se passait, sa bite était à mon ouverture, s’enfonçant dans mon trou. Même avec les séquelles de mon orgasme, je n’allais pas le laisser partir aussi facilement. S’il voulait me baiser à la lumière du jour pendant que sa femme rentrait à la maison, j’allais lui faire payer.

Non, papa ! Je l’ai forcé, le poussant assez pour me permettre de dire ce que j’avais à dire. Si tu veux baiser ma chatte, tu vas devoir le faire dans le lit de ta mère. Je savais qu’il dépassait les bornes, mais je voulais le voir se tortiller.

Une expression de choc est passée sur son visage. Steph, tu sais que je ne peux pas faire ça. Allez, bébé. On n’a pas le temps et j’ai besoin de toi. Sa bite s’est enfoncée encore plus avant que je ferme mes jambes. Il n’allait pas me prendre ma chatte sans payer. Et je voulais le faire sur le lit de maman. Je voulais lui montrer que dans ce combat de malade, nous avons joué l’un contre l’autre et que nous devions tous les deux perdre.

Pas de sexe à moins que ce ne soit sur votre lit. Je suis sérieux. L’air tordu de l’agonie sur son visage n’avait pas de prix, mais je savais quand même que ça ne suffirait pas à le convaincre. J’avais besoin de plus. Allez, papa, j’ai roucoulé. Tu ne veux pas de cette chatte ? J’ai frotté mon monticule de haut en bas de sa virilité. J’ai regardé fixement dans la sienne. Les mères vont bientôt rentrer à la maison. Tu veux cette chatte avant, n’est-ce pas ? Tu veux baiser cette chatte serrée ?

Oh bébé, tu sais bien que oui ! Ne fais pas ça, pas à maman. On ne peut pas lui faire ça. Il s’est tortillé, avant que je me penche de plus près et que je lui chuchote.

Baise-moi papa.

Ce fut la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Mon père m’a jeté par-dessus son épaule et s’est précipité dans sa chambre. Il a ouvert la porte et m’a jeté sur le lit. Ça sentait le jasmin et le miel& bonjour, le shampoing de ma mère.

Regarde ce que tu me fais, il a crié. Mes jambes ont été projetées par-dessus ma tête alors qu’il pointait sa bite sur ma chatte, tenant mes jambes d’une main et sa bite de l’autre. Regarde ce que tu m’as fait faire. Sur mon lit conjugal. Sa voix était cassée, presque comme s’il retenait ses larmes.

À ce moment, sa bite a fondu en moi, grattant mes entrailles d’une manière qu’on ne peut que qualifier de céleste. Il a bougé ses hanches d’avant en arrière. Je pouvais dire qu’il aimait ça, vu la façon dont ses sons passaient de grognements rugueux à de profonds gémissements. Ses yeux étaient fermés.Ma tante a fait de moi un homme

Ce ne serait pas le cas.

Regarde-moi, papa, j’ai exigé. Si je devais voir ça, lui aussi. Ses yeux se sont ouverts. Tu me baises sur le lit de maman. Tu baises ta fille dans le lit que tu partages avec ta femme. Ses yeux se sont baissés, mais j’ai levé la main pour qu’il me regarde. C’est ce que tu voulais ? Est-ce que ta bite aime ma chatte de mineur ? J’ai serré les muscles de mon vagin, inondant mon jus entre nous.

Bébé, c’est trop loin. S’il te plaît, arrête. Je n’en peux plus. Sa voix s’est cassée.

D’accord, alors papa. J’ai cédé, en prenant sa tête entre mes mains. Baise-moi alors. Baise-moi sur ton lit et fais-moi crier ton nom. Donne-moi ta bite. Je suis fait pour ta bite.

Mes paroles n’étaient peut-être pas la vérité, mais elles ont certainement fonctionné pour lui. Mes putains de pères sont devenus plus rapides et plus frénétiques. Sa bite a claqué contre mon col de l’utérus et m’a fait pleurer. Mon orgasme se développait. Le sien aussi. L’interdiction de tout cela rendait notre union encore plus érotique. Sa bite s’allongeait, se préparant à souffler sa charge dans ma chatte consentante. Nous baisions en plein jour, nos gémissements étaient plus forts que nous n’avions jamais osé l’atteindre dans la nuit. Les bruits de nos corps qui se frappaient l’un contre l’autre faisaient un rythme alors que je grattais mes ongles contre son dos, son rythme s’accélérant. Donne-le-moi, papa. Donne-le à ta petite fille. Je sentais le pic sur le point de se briser.

Les gars, je suis à la maison. Merde, ma mère est revenue.

Mon père et moi avons partagé des regards, tous les deux trop loin pour nous arrêter. La résignation dans ses yeux disait tout. Il avait besoin de jouir dans ma chatte. Quoi qu’il en soit.

Où êtes-vous ? demanda-t-elle, j’entends des bruits de pas dans les escaliers.

C’est tout. Le bruit de sa femme qui s’approchait a mis mon père au bord du gouffre. SSTTEEEPHH !!!! Il a crié, sans se soucier du fait que ma mère était à deux pas de notre séance d’amour incestueux. Son orgasme a provoqué le mien, ma chatte serrant autour de sa bite qui giclait. Ma mère était dehors et nous étions en train de jouir ensemble. Nos visages se contorsionnaient de plaisir alors que nous nous libérions l’un de l’autre. L’idée qu’elle était là n’a fait qu’améliorer les choses.

Dave, tu es là ? Ma mère a frappé à la porte, nous nous sommes tous les deux retournés, horrifiés. C’était ça.

Oui, ma chérie, je suis là. J’arrive dans une seconde. Mon père a répondu. Il était essoufflé, sa bite était encore complètement enfouie dans ma chatte.

Bon, d’accord. Quand vous trouverez Steph, faites-la descendre aussi. J’ai de la pizza. Le bruit de pas en retraite nous a fait savoir que nous nous étions échappés. La joie de tout cela m’a fait serrer ma chatte autour de sa bite et mon père, dans un regard que je n’oublierai jamais, a jailli et a rapidement enfoncé son visage dans mon cou alors que sa bite donnait une dernière giclée, son sperme sortant de sa bite et pénétrant dans mon utérus. Son gémissement dit tout. Nous étions définitivement en train de recommencer.

histoires taboues
telephone rose amateur
telrosefrance

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

Posted in Histoires taboues, Inceste

Vous aimerez aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *