Menu Fermer

Ma tante suédoise m’initie au sexe et m’apprends à baiser une femme

Une autre histoire d’un jeune homme à la fin des années 1960 impliqué avec sa tante veuve d’âge moyen, une jumelle de sa mère.

Quand je suis entré dans sa maison par la porte arrière, on m’a dit d’aller m’asseoir dans le fauteuil de la plate-forme du salon. Je m’y suis plié et bientôt tante « T » est sortie en portant une chemise de nuit très courte, des culottes et des talons transparents presque translucides. « Je n’ai pas de vêtements sexy à mettre pour toi, alors ça devra faire l’affaire, » dit-elle.

« Oh, tu sais que tu n’as pas besoin de t’habiller sexy, je pense que tu es sexy et belle tout naturellement, » répondis-je. En fait, j’avais rêvé d’un tel moment pendant des années depuis que j’avais découvert que les filles et les femmes étaient quelque chose à voir. Le fait que « T » portait de vieux vêtements minces s’ajoutait à la mystique de la femme de ferme mature… Elle a répondu à mon désir de longue date en emménageant à mes côtés, m’invitant à « regarder et toucher tout ce que vous désirez », dit-elle. Je n’ai pas pu m’empêcher de frotter ses mollets bien formés et ses cuisses douces… elle s’est retournée pour que je puisse aussi sentir ses fesses légèrement affaissées et admirer la cellulite à fossettes. Elle s’était déjà retournée avec ma main à l’intérieur de la courte chemise de nuit, frottant maintenant son ventre contenu dans sa culotte… un petit mouvement vers le haut me fit sentir ses mamelons et serrer les seins doux et modestes cachés de la vue. Sa petite taille lui permettait de la sentir facilement des pieds à la poitrine tout en restant assise.

« Tu n’as pas oublié ce que tu dois faire aujourd’hui, n’est-ce pas ? » demanda-t-elle.

« Oh, comment pourrais-je oublier, j’avais hâte de te lécher entre tes jambes depuis un moment maintenant ! » J’ai dit.

« Moi aussi, j’attendais avec impatience, allons dans ma chambre », m’a-t-elle proposé. Elle s’est arrêtée à côté de son lit ouvert et s’est tournée vers moi pour m’embrasser et me serrer dans ses bras. Un exploit à peine possible, même avec ses talons hauts. Nous avons échangé des baisers passionnés pendant un moment. Mes mains ont travaillé sous la robe courte et l’ont déplacée sur ses épaules et sa tête, exposant son corps courbé et mature. Je me suis dit que les femmes d’âge moyen doivent mettre une couche de douceur qui ajoute à leur allure pour les hommes plus jeunes… cela fait trembler et secouer leur corps pour attirer l’attention et rivaliser avec les femmes plus jeunes et toniques ! Je n’ai pas pu m’empêcher de me demander pourquoi elle portait des culottes, car elles ne seraient pas portées longtemps.

Elle a enlevé ses chaussures à talons hauts et m’a invité à me déshabiller… nous faisant tomber sur le lit ouvert, les bras et la bouche enlacés. « Embrassez-moi partout, s’il vous plaît », a-t-elle commandé. « Bien sûr, » répondis-je. Son cou mou m’a ensuite fait signe, puis ses épaules douces et ses bras, puis elle a bougé pour sucer doucement ses mamelons jusqu’à ce que chacun durcisse dans ma bouche alors qu’elle gémissait avec une approbation implicite. Je me suis abaissé sur son torse court en rencontrant l’élastique de sa culotte… il était bleu pâle, sa couleur préférée, et je pouvais voir le contour audacieux de son triangle de poils. J’ai doucement tiré le vêtement vers le bas sur les hanches joliment larges et le ventre maternel, les enlevant finalement complètement de ses jambes. Mes baisers continuaient autour de son nombril et de son ventre rond et sexy tandis que mes mains exploraient les cuisses mêmes que j’admirais depuis ma tendre enfance. J’ai essayé de mémoriser toutes les ondulations et les fossettes. Mon visage remontait le long de son corps pour retrouver sa bouche tandis que ma seule main commençait à lui redonner sa belle chevelure pubienne bouclée, ressemblant maintenant à une sorte de coussinet !Ma tante suédoise m’initie au sexe et m’apprends à baiser une femme

Après une courte séance de sport de langue, on m’a ordonné de reprendre l’action en dessous de sa taille. Le peu de lumière du soleil qui a atteint son apogée autour des ombres dessinées en cette fin d’après-midi d’automne, elle avait l’air si invitante, allongée là pour moi. J’ai roulé plus bas sur le lit et j’ai baissé la tête pour laisser mon nez rencontrer cette tache de poils noirs… J’ai senti la présence ferme de son monticule pubien tout en découvrant quelque chose de nouveau…. cette petite tache portait aussi plusieurs parfums… son savon de bain, le parfum subtil du sachet dans sa culotte et bien sûr un goût de musc du trésor qui traîne en dessous.

Maintenant qu’elle avait tiré ses jambes en arrière, il m’était plus facile d’explorer sa divine fente avec ma langue tendue. Je suis entré dans un endroit si nouveau pour moi depuis cette position que je n’osais pas me pincer de peur de me réveiller d’un rêve érotique. Mes mains remontaient l’arrière de ses cuisses, maintenant tendues au point que les fossettes et les ondulations de la cellulite s’estompaient, tout comme les rides de la chair molle sur le haut de ses cuisses, où ils la rencontraient derrière elle. Wôw, quelle vue ! Pendant que ses jambes s’écartaient, ma langue jouissait d’un règne libre pour explorer sa rose maintenant visible ! Elle a commencé à gémir et même à mendier pour plus quand j’ai décidé de jeter la prudence au vent et d’explorer les parties supérieures de sa chatte. J’ai laissé ma langue chercher doucement ce petit morceau insaisissable de sa viande qui devait pousser les femmes sur le bord… enfin je l’ai senti et j’ai laissé ma langue l’entourer quand elle a commencé à se tortiller et presque convulser !

« Du fann det, du fann det ! » s’exclama-t-elle en suédois, « min klituris ! » (Tu l’as trouvé ! Mon clitoris) J’avais réussi à trouver l’interrupteur qui l’a vraiment allumée. « Ohhhhh ça fait tellement de bien après tout ce temps, » s’exclama-t-elle, gardez-en pour la prochaine fois s’il vous plaît ! » Il y a quelques années à peine, je ne savais pas ce qui se trouvait là où les jambes d’une femme se rencontraient, me suis-je dit, aujourd’hui non seulement je le vois, mais je le sens, je le goûte et je le sens ! Quelle chance un jeune homme peut-il avoir ? J’ai maintenant utilisé mes pouces pour l’ouvrir plus grand et j’ai apprécié qu’elle libère des fluides en trempant son vagin ! J’ai amené mon visage trempé près du sien…. elle a souri et ses yeux ont scintillé quand elle a dit, « Il est temps pour toi de mettre ta bite en min fitta ! » (Suédois pour chatte, je suppose) Comme je me préparais à me positionner pour la baiser, mon esprit était fier du fait que je l’ai aidée à remonter dans le temps pour ses premières expériences sexuelles.

Je me suis levé de son visage et j’ai écarté mes genoux, me préparant à guider ma bite gonflée dans sa chatte en attente… J’ai vu le bout de ma bite disparaître en elle en attendant la rose, la faisant dire, « J’aime vraiment cette chose qui entre en moi » ! « Moi aussi, j’aime bien », j’ai accepté, car mes coups de pinceau devenaient de plus en plus vigoureux. Toujours en suédois, elle s’exclama : « Ah herregud att saken saken ar hard ! » (OMG ce truc est dur) « Eh bien tu sais, je deviens dur parce que tu es si douce et sexy ! » J’ai dit.

Son corps bougeait si érotiquement sous mes pieds…. des seins qui rebondissaient, un ventre en vagues, des jambes qui essayaient de s’enrouler autour de moi, une voix qui tremblait de joie, tout cela me faisait sentir qu’une grande libération était proche. Je l’ai prévenue que j’étais près du point culminant… « Oh, laissez-le passer partout en moi, s’il vous plaît », a-t-elle plaidé. Mon tuyau durci a commencé à couler, mon sperme a jailli et s’est répandu dans son utérus, maintenant rendu infertile en raison du passage du temps. (Une bonne raison d’avoir un amant d’âge moyen) J’ai continué à faire des mouvements de va-et-vient jusqu’à ce qu’il n’y ait plus d’éclaboussures de foutre. Je me suis allongé sur elle, me soutenant sur mes avant-bras et j’ai appuyé mon visage contre son cou. Elle haletait d’épuisement, ses expirations chaudes me passaient par les oreilles… elle essayait d’exprimer sa joie, mais les mots n’en sortaient pas tout à fait. Finalement, elle m’a dit : « Je suis si satisfaite et épuisée… tu as vite compris… à faire l’amour ! »

« J’essaie, » répondis-je. Puis je me suis retourné sur le dos, moi aussi j’étais épuisé. Elle a ensuite posé sa tête sur mon épaule droite, ses seins modestes serrés contre moi… mon bras tendu lui a frotté le dos et avec mon long bras je pouvais facilement atteindre ses fesses nues et douces. Ma main sentait la chair molle et souple, oh, le trésor souple et alléchant de son derrière ! Je me suis alors aventuré avec mon majeur dans le décolleté serré de sa fissure du cul qui séparait les deux hémisphères attrayants, mon doigt a exploré profondément en terrain inconnu pour finalement atteindre mon but… son interdit, jamais mentionné petit bouton de rose serré de son anus. « Avez-vous trouvé quelque chose que vous ne deviez pas toucher ? » J’ai répondu : « J’ai peut-être trouvé quelque chose qui a besoin d’être touché. » Tante répondit : « Nous verrons ça plus tard. »

Notre épuisement commun nous a rattrapé tous les deux et nous sommes tombés dans un sommeil post-rencontre. Je me suis collé devant elle, je nous ai recouverts d’un drap et je me suis allongé là en pensant à la façon dont tout cela s’est passé, une relation si commode et si discrète, nos besoins à deux niveaux étant satisfaits, séparés par une génération, mais unis par une curiosité commune…. avec d’autres découvertes à venir…..

histoirestaboues
recap
bandeau post content

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

Posted in Histoires taboues, Inceste

Vous aimerez aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *