Menu Fermer

Ma collègue de travail et notre moment de sexe lesbien

J’avais invité Ava à dîner chez moi. Nous avions travaillé ensemble pendant environ six mois et je la trouvais magnifique. Elle avait un sens de l’humour salace et un corps méchant pour aller avec : de longues jambes, des seins fantastiques si l’on en croit ses hauts décolletés, et de longs cheveux châtains. Elle portait toujours du rouge à lèvres rouge et du vernis à ongles assorti. On était très amicaux, on partageait même quelques blagues coquines avec les gars du boulot. J’étais plus que curieuse à son sujet, ce qui était nouveau pour moi puisque je n’avais toujours fait qu’un pas dans une direction : vers les hommes. J’ai donc pensé l’inviter à dîner chez moi, puisque mon mari était en voyage d’affaires, et voir où ma curiosité allait me mener, si tant est qu’elle me mène quelque part.

Nous avons préparé le dîner tout en dégustant une bouteille de vin. Le dîner était bon ; la deuxième bouteille de vin après le dîner sur le canapé était meilleure. Je ne veux pas rejeter la faute sur le vin pour ce qui s’est passé ensuite. Ce serait une excuse et je ne veux pas d’excuses. Cela a peut-être fait tomber des inhibitions, mais ce sont des inhibitions qui voulaient être libérées. Il s’avère qu’Ava aime les femmes. Elle aime les hommes aussi, mais elle aime vraiment les femmes. Elle n’était pas sûre que je lui rendrais la pareille.

C’est Ava qui a commencé. Elle avait pris son doigt et le faisait courir sur le bord de son verre à vin, le trempant légèrement et faisant passer sa langue sur son doigt, en dégustant le vin. Je ne pouvais pas m’empêcher de regarder. Qui ne le ferait pas ? C’était sexy comme l’enfer, de voir le bout de son doigt disparaître dans sa bouche peinte en rouge. Je pense qu’elle a apprécié de me voir la regarder. Lorsqu’elle a posé son doigt taché de vin sur ma lèvre, ma langue s’est emballée pour goûter. Je ne pense pas que j’aurais pu m’arrêter si j’avais voulu. Elle l’a fait à nouveau. J’ai encore goûté. Quand elle a pris son doigt et l’a fait courir sur ses lèvres, j’ai senti une intense poussée de chaleur dans ma chatte. Je me suis penché pour faire passer ma langue sur sa lèvre inférieure, puis, soudain, incertain, je me suis retiré.

Elle ne souffrait pas de la même insécurité que moi. C’est ce qu’Ava avait espéré. Elle a passé ses mains dans mes cheveux et m’a tiré en arrière vers elle, en passant ses lèvres sur les miennes. Ses lèvres étaient douces et avaient encore le goût du vin. Quand ma langue a rencontré la sienne, j’ai gémi. Ses mains couraient le long de ma colonne vertébrale et se retournaient pour toucher mon visage pendant qu’elle m’embrassait.

Je me suis approché pour toucher sa longue crinière de cheveux et elle a approfondi le baiser, me tirant davantage vers elle en serrant ses mains autour de mon cul tout en s’allongeant, nous rassemblant tous les deux avec moi sur le dessus. Je n’avais jamais été aussi proche d’une autre femme auparavant. Je n’avais jamais été aussi proche d’une autre femme. Je n’avais jamais senti la douceur qui se trouvait en dessous de moi comme ça.

J’ai tenté de lever la main pour sentir ses seins. Ava a poussé ma main plus fermement contre son sein, ne voulant pas que j’hésite. Elle a serré ma main autour de son sein, me faisant savoir que c’était ce qu’elle voulait. Ma timidité a disparu. Je voulais Ava. Je voulais sentir ses mamelons dans ma bouche. Je voulais goûter sa chatte. Je voulais qu’elle goûte la mienne.

Je pouvais sentir la chaleur entre mes jambes. C’était une chaleur humide.

J’ai légèrement changé de position pour pouvoir chevaucher une cuisse. Je voulais sentir une pression sur mon clito. Je me suis frotté de haut en bas sur sa cuisse pendant qu’elle pressait sa jambe vers le haut, ce qui a donné encore plus de pression à mon clito gonflé. J’ai poussé son tee-shirt vers le haut et j’ai pressé ma bouche contre son mamelon à travers son soutien-gorge noir en dentelle. J’ai taquiné un mamelon à travers la dentelle avant de passer à l’autre mamelon jusqu’à ce qu’ils soient tous les deux durs. En m’approchant, j’ai retourné le fermoir de son soutien-gorge entre ses seins pour pouvoir les libérer pour moi, en voulant les voir. Elle avait des seins magnifiques, comme je l’avais pensé. Ma bouche a travaillé un galet dans ma bouche, en goûtant et en grignotant, tandis que mon autre main a travaillé l’autre mamelon dur. J’ai taquiné et dévoré, savourant à fond mon premier goût de seins jusqu’à ce qu’Ava se mette debout, me tirant avec elle.Ma collègue de travail et notre moment de sexe lesbien

Nous sommes allés dans la chambre et nous nous sommes déshabillés, en enlevant tous les vêtements. Nous ne voulions plus de barrières entre nos corps. Après avoir enlevé ma culotte rose, Ava m’a conduit à m’asseoir sur le bord du lit. Elle s’est agenouillée devant moi sur le sol, en écartant mes jambes pour faire de la place à son corps. Elle a poussé sa langue contre mon mamelon et je me suis penché vers elle. Elle a légèrement effleuré ses dents contre mon mamelon pendant que sa main se pressait entre mes jambes. Je ne sais pas si elle testait ma réaction ou si elle prenait juste son temps, mais quand j’ai mis ma chatte au sol contre sa main, j’ai senti ses doigts glisser sur les lèvres de ma chatte mouillée, m’explorant.

Après avoir levé la tête de mes seins, elle a écarté mes lèvres de chatte avec ses deux mains et s’est penchée pour reprendre avec sa langue là où ses doigts s’étaient arrêtés. Quand j’ai senti sa langue passer sur mon clitoris, j’ai su que je n’allais pas tarder à jouir. Elle a fait un mouvement de va-et-vient avec sa langue avant de se pencher davantage pour aspirer mon petit clito dans sa bouche où le rythme de sa bouche sur mon clito m’a rendu fou. Pendant qu’elle suçait et grignotait mon clito, j’ai senti deux doigts minces s’enfoncer dans mon trou de chatte dégoulinant. Elle les a enfoncés profondément et les a tirés lentement presque jusqu’à la fin avant de les faire glisser à nouveau.

Mes hanches travaillaient sa main, tournant et giratonnant, accélérant le doigt que je recevais. Quand elle a sorti ses doigts de ma chatte, je lui ai tendu la main pour la ramener, mais je n’aurais pas dû m’inquiéter. Elle n’avait pas encore fini.

Elle a pris sa main, mouillée de mon jus, et m’a frappé la chatte plusieurs fois avant de frotter sa main de haut en bas sur les lèvres de ma chatte avant de revenir pour me donner une fessée plus forte. J’ai écarté mes jambes aussi loin que possible pour elle et elle a plongé, glissant sa tête entre mes jambes et glissant sa langue dans ma chatte. Je sentais sa langue entrer et sortir, une petite langue chaude qui me baisait. Je me suis penché et j’ai frotté mon clito pendant qu’elle me baisait la chatte avec sa langue. J’ai senti un doigt glisser dans ma chatte, entrer et sortir très vite, avant de sentir à nouveau la langue d’Ava dans ma chatte et un doigt mouillé glisser dans mon trou de cul serré. Je suis entré dans la bouche d’Ava. Elle a continué à me baiser avec sa langue pendant que j’arrivais, mon cul se serrant autour de son doigt et mes cris assez forts pour réveiller les voisins. Puis sa bouche a remplacé mes doigts au niveau de mon clito et elle a léché et sucé mon clito jusqu’à ce qu’elle sente mes spasmes se terminer et que mes cris se transforment en gémissements doux.

Lorsque mon orgasme a pris fin, j’ai tendu la main pour retirer quelques sex toys de ma table de nuit. J’ai sorti Big Blue, mon vibrateur à double manche et mon vibrateur rose, wild ride, et j’ai demandé à Ava de se mettre à quatre pattes. Avec son cul et sa chatte si attirants dans mon visage, j’ai passé mes doigts sur sa fente. Elle était mouillée et brillait sur ma main. J’ai léché mes doigts, pour avoir un premier goût de chatte. Elle avait bon goût. J’ai doucement écarté ses lèvres pour permettre à ma langue d’accéder à ses plis intérieurs. J’ai glissé ma langue sur les lèvres gonflées de la chatte et je me suis enfoncé dans sa chatte en attente. Elle s’est repoussée dans mon visage, en ayant mal à avoir ma langue aussi profondément que possible en elle et je n’allais pas la décevoir. Elle avait trop bon goût et j’étais trop excité. Je l’ai sentie bouger et s’étendre entre ses jambes pour lui frotter le clitoris.

C’était trop. Ma langue et mes doigts l’ont bien travaillée, en entrant et en sortant, en glissant un doigt à l’intérieur, puis un deuxième doigt, pendant que ma langue faisait un mouvement de va-et-vient sur son trou de balle. Sa chatte était si chaude et humide. Mes doigts entraient et sortaient d’elle, travaillant plus vite tandis que mon autre main s’interposait entre mes propres jambes pour me frotter. Ava a commencé à se balancer plus fort contre mes doigts, en gémissant, me demandant de baiser sa chatte plus fort. Je lui ai donné tout ce qu’elle demandait, jusqu’à ce que je sente sa chatte humide revenir dans mes doigts et que je commence à gémir. J’ai enlevé ma main et j’ai enfoncé ma langue en elle, voulant la goûter pendant qu’elle venait. Je sentais les spasmes passer dans sa chatte et je goûtais son jus quand elle venait, en attrapant chaque morceau de son jus de chatte quand elle venait dans ma bouche. Elle a fait jaillir des jus jusqu’à la fin de son orgasme. J’ai continué à la lécher et à l’embrasser, en touchant chaque partie de sa chatte et de son cul avec ma bouche jusqu’à ce que je l’entende respirer lentement à un rythme normal.

Nous nous sommes ensuite allongés ensemble, en embrassant doucement avec les lèvres et la langue. Je pouvais me sentir sur ses lèvres comme je suis sûr qu’elle pouvait se sentir sur les miennes.

Je pense que la prochaine fois, je présenterai Ava à mon mari pour qu’elle s’amuse à trois. Nous ne sommes jamais arrivés à ces jouets que j’ai sortis de ma table de nuit… pas encore.

histoirestaboues
bandeau post content

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

Posted in Bi - Gay - Lesbien, Histoires taboues

Vous aimerez aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *