Menu Fermer

Longue histoire taboue du rapport incestueux que j’ai avec ma mère Chapitres 4 & 5

Chapitre 4

Florent a failli attraper sa femme et son fils en train de baiser dans la cuisine. Il s’était tenu en haut des escaliers pendant qu’ils étaient pris dans leur acte charnel d’inceste. Christine avait été sur les mains et les genoux en train de repousser son cul contre la bite de Gregory, en rut comme une salope en chaleur. Il l’a peut-être entendue mendier pour avoir plus de l’énorme outil de son fils. Il aurait pu voir son fils frapper le gros cul de sa femme, la traiter de salope et l’exhorter à baiser plus fort. Cependant, il ne l’avait pas fait.

Maintenant, il s’est assis à côté du garçon qui l’a cocu en partageant les excellents œufs et bacons espagnols de Christine. Il y avait des tas de toasts chauds et beurrés. Le pichet en verre garni de jus d’orange fraîchement pressés. L’arôme parfumé des petits pains à la cannelle flottait dans l’air.

Le principal souci de Florent était que Gregory agisse de façon plus responsable, plus comme un homme. Un jour, il hériterait de tout ce qu’il avait. Il pensait que sa femme avait trop dorloté le garçon. Il pensait que le garçon ne serait jamais un homme si Christine continuait à le dorloter. Elle devait être plus ferme avec le garçon. Après tout, un jour, il dirigerait l’entreprise.

« Qu’est-ce qu’il y a de drôle ? » demanda Florent.

« Quel père ? » Gregory marmonnait absurdement, la bouche pleine de nourriture.

« J’ai demandé ce qui était si drôle. Tu es assis là, la bouche pleine de rires comme un idiot. »

« Oh, je ne sais pas, papa. Beaucoup de choses ! Je pars à l’université dans quelques semaines. Je pensais à quel point toi et maman alliez me manquer ! Les bons moments qu’on a eus me manqueront. »

Le visage de Christine était rougi. Elle a compris ce qu’étaient les bons moments. La douleur agréable dans sa chatte lui rappelait ce qu’elle allait manquer.

Ta femme, ma mère, notre femme ! On la partage, vieil homme ! C’est pas mal d’être un homme ? pensa Gregory.

Chapitre 5

Christine s’affairait à préparer la nourriture pour les vacances familiales annuelles. Chaque année, la famille passait plusieurs fins de semaine au lac. C’était un de ces rituels que toutes les familles avaient. Florent a acheté un terrain sur ce lac et faisait construire une cabane.

Elle s’est également préparée mentalement pour trois jours de contact étroit avec Florent et Gregory. Elle sourit tranquillement en se remémorant l’intimité de sa famille. Florent était un bon mari et un bon soutien. Il avait tendance à être un peu zélé, mais il voulait bien faire.

C’était un grand amant. C’est vrai, ce n’était que la deuxième bite qu’elle avait, mais ça l’a satisfaite. À part cette première rencontre en sueur sur la banquette arrière d’une Chevrolet, Christine a vécu toute son expérience sexuelle avec Florent. Un étranger pourrait dire que leur sexe était unidimensionnel, qu’il manquait de variété et d’épices. Mais c’est un truisme de la vie qu’on ne peut pas rater ce qu’on n’a jamais eu !

Cette année, c’était différent. Gregory partirait à l’université peu après leur retour. C’est peut-être la dernière fois pour ce genre de vacances en famille. Elle a senti sa culotte se tasser en pensant à l’autre chose qui était différente à propos de ces vacances. Elle baisait son fils !

Elle ressentait le conflit et l’ambiguïté morale de cette relation interdite. Cette première fois dans l’avion peut être accusée d’avoir bu trop d’alcool et d’avoir commis une erreur d’identité. Mais il n’y avait aucune excuse pour l’autre matin sur le sol de la cuisine. Christine savait que c’était mal. Elle savait qu’elle aurait dû être la plus forte. Elle n’avait aucune idée de ce qui n’allait pas chez elle. Pour la énième fois, elle pensa à la ménopause. Mais rien dans la littérature ne dit qu’elle augmente votre désir d’inceste.

Le départ prévu tôt le vendredi matin a été perdu lorsque le bureau de Florent a appelé au sujet d’une cargaison perdue. Il s’est dépêché de gérer ce désastre potentiel.

Pendant son absence, Gregory et Christine ont fini de charger la nourriture, l’alcool et divers autres articles dont ils avaient besoin pour leur voyage de fin de semaine. Tout au long de ce processus, Gregory a profité de toutes les occasions qu’il a pu saisir pour peloter sa mère.

Il se glissait devant elle dans l’étroit périmètre de la cabine et laissait sa bite se frotter sur son cul ample. Il semblait trouver de nombreuses occasions de « toucher » accidentellement ses seins. Gregory était comme un gamin dans un magasin de bonbons. Sa mère était les bonbons interdits et il n’arrêtait pas de la désirer.

Longue histoire taboue du rapport incestueux que j’ai avec ma mère Chapitres 4 & 5Pour sa part, Christine ressentait un profond sentiment de culpabilité et de responsabilité personnelle. Dans son esprit, elle avait amené son fils à se comporter de cette façon. Elle croyait qu’elle avait été faible et que cela incitait son fils à agir, à la voir comme un objet sexuel.

Un observateur de l’extérieur aurait remarqué que, malgré 30 ans de mariage, Christine était sexuellement inexpérimentée et quelque peu réprimée sexuellement. Tout en étant satisfaisante, sa vie sexuelle avec son mari avait une similitude prosaïque. Gregory a libéré un démon sexuel. Un démon qui s’est agrippé au vernis de répression qui cachait sa libido volcanique. C’était un volcan prêt à exploser dans une orgie d’excès.

Tard dans la matinée, Christine était à genoux en train d’entreposer des boîtes de conserve dans les armoires du bas. Florent était pointilleux sur la façon dont les choses étaient emballées et elle voulait s’assurer qu’il n’était pas ennuyé par elle. Sa méticulosité était un vrai casse-pieds parfois.

Elle portait un vieux tee-shirt de femme qui était peut-être trop petit. Le sweat-shirt qu’elle portait était juste un peu trop serré. Elle avait rationalisé qu’elle avait besoin de vieux vêtements pour la tâche fastidieuse de préparer le camping-car pour la route. Si on lui avait suggéré que ce type de robe pourrait attiser les flammes de la luxure que son fils de 18 ans ressentait pour elle, qu’elle s’habillait en fait pour l’exciter, elle l’aurait nié avec indignité.

La robe de sa mère n’était pas perdue pour Gregory. Dans son esprit, c’était une version plus grande d’une serveuse. Le tee-shirt, le short serré le tenait dans un état d’excitation constant. Transloqué, il regarda secrètement sa mère se pencher, s’étirer et s’agenouiller. Ses seins sans soutien-gorge ont rebondi de façon inquiétante. Quand elle s’est penchée pour atteindre une armoire inférieure, le short déjà serré, étiré et tendu pour contenir leur contenu.

Finalement, poussé par la luxure, il est arrivé derrière elle, a attrapé son short et les a tirés vers le bas. Christine a lutté, à la fois effrayée et excitée par sa démonstration de domination. Gregory avait son short et sa culotte autour des genoux. Embarrassée, Christine sentit sa chatte se lubrifier alors qu’elle luttait pour s’échapper. Elle appréciait ces préliminaires difficiles. Et quand Gregory a eu sa bite à l’entrée de sa chatte, elle l’a repoussée. Mais comme la grosse tête de son énorme bite essayait de s’introduire de force dans son trou d’amour, l’ange de la bienséance sociale lui criait son mécontentement à l’oreille. Christine s’est battue pour maîtriser ses émotions.

« Nom de Dieu, Gregory, arrête ! »

Malgré son incroyable état d’excitation, même si elle sentait des jus de fruits couler le long de ses cuisses, elle a réussi son meilleur « maman est furieuse de sa voix ». Gregory s’arrêta, sa grosse queue en forme de champignon fendant à peine la chatte de sa mère. La petite tête a dit de rentrer chez elle. Cependant, la grosse tête a répondu à 18 ans de conditionnement parental. Il s’est retiré.

« Aaawwwwwwwww maman ! Nous avons le temps. Papa ne rentrera pas avant au moins une heure ! »

Christine se retourna et s’assit sur ses fesses. Son short et sa culotte étaient autour de ses chevilles, ses jambes étaient écartées au niveau des genoux. Elle savait que le regard de Gregory était fixé sur ses lèvres gonflées et ses poils pubiens humides et emmêlés. Son propre regard était rivé sur la bite de 22 centimètres de Gregory alors qu’elle pointait rigidement vers le plafond du camping-car.

« Gregory, je ne suis PAS une de tes petites putes de l’école ! Je suis ta MÈRE !

Christine était en train de construire une tirade vertueuse. Elle allait mettre fin à cet inceste. Cependant, alors qu’elle se rassemblait pour lancer un barrage d’indignation maternelle, Gregory et elle se sont figés au son d’une voix familière.

« Christine ! Gregory ! Où êtes-vous les gars ? »

Florent était à la maison. Gregory a été le premier à réagir, tirant son short vers le haut et forçant son poteau d’amour tumescent à y retourner. Elle reposait à plat contre son ventre, piégée par la ceinture. Il se dépêchait de tirer son tee-shirt par-dessus pour cacher sa demi-érection qui reposait contre son ventre. Pourtant, le renflement était indubitable.

« Bonjour ! Il y a quelqu’un ? »

Les jambes de Christine étaient monopolisées par son short autour de ses chevilles. Dans une panique fébrile, les yeux écarquillés comme des soucoupes, elle arracha inefficacement ses vêtements. Voyant que sa mère était paralysée par la peur, Gregory lui a saisi les bras et l’a tirée sur ses pieds. Il s’agenouilla devant elle, saisit son short et commença à les remonter.

Cependant, Gregory avait 18 ans. Des hormones coulaient dans ses veines comme de l’eau vive dans les rapides d’une rivière. Son visage était près de la chatte mouillée de sa mère qui dégoulinait. L’arôme piquant de son excitation remplit ses narines. Impulsivement Gregory a enterré son visage dans la féminité hérissée de sa mère. Il a forcé sa langue entre ses lèvres encore gonflées et l’a léchée affamée.

Pour la première fois en 45 ans, la bouche de son fils était sur son sexe. Des pensées contradictoires ont traversé son esprit de façon incontrôlée. Elle s’inquiétait d’être en sueur et excitée. Elle aurait aimé prendre une douche. Que faisait-il avec son clito ? C’était incroyable ! Florent arrivait, Florent arrivait ! C’est vraiment mal ! Oh, mon Dieu, j’arrive !

« Oh merde ! Putain ! »

Réflexivement, Christine saisit la tête de son fils. Ses yeux se sont retournés dans sa tête alors qu’elle essayait désespérément de le repousser. Puis elle a enfoncé son visage dans sa chatte en éruption. Elle s’est approchée, ses grandes hanches battant contre le visage de son fils.

Gregory se retira, se léchant les lèvres devant les jus parfumés qui recouvraient son visage. Il a fini d’aider sa mère à remonter ses vêtements. Il s’est retourné et s’est dirigé vers la porte. Il a vu son père revenir quand il a démarré l’allée.

Gregory s’est retourné. Sa mère lui tournait le dos. Sa tête était inclinée et elle utilisait le comptoir comme support.

« On est là, papa ! »

histoirestaboues
recap
bandeau post content

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

Posted in Histoires taboues, Inceste, Vieux - Jeunes

Vous aimerez aussi :

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *