Menu Fermer

Longue histoire taboue du rapport incestueux que j’ai avec ma mère Chapitres 15 & 16 & 17

Chapitre 15

Le réceptionniste s’est excusé. Le médecin était sur le campus, mais il était occupé à voir des examens physiques au gymnase. Il savait qu’ils étaient à la clinique. Il serait là aussi vite qu’il le pourrait.

Elle les a conduits dans un court couloir jusqu’aux salles d’examen. Il y avait quatre chambres, deux de chaque côté, séparées par des rideaux. Elle a indiqué une chambre. Elle a tendu la main dans un placard et a sorti des robes d’hôpital en papier vert.

« Déshabille-toi et mets ça. »

Elle a donné la blouse à Gregory. Elle s’est tournée vers Christine.

« Madame, c’est votre fils, c’est à vous de décider si vous restez pendant qu’il se déshabille. » La greffière a tiré le rideau et est retournée à son bureau. Christine l’a vue marcher derrière son bureau et s’asseoir.

Christine a senti un picotement dans sa chatte. Si le greffier regardait en arrière… !?

Gregory a eu la tête légère à cause de sa chute. Il avait une vision double. Il a enlevé son tee-shirt, l’a jeté sur la chaise supplémentaire. Puis il est sorti de son short.

Christine se lécha les lèvres affreusement pendant qu’elle observait son fils vêtu d’un caleçon serré. Seigneur, regardez ce corps serré, s’exclama-t-elle. Elle remarqua que ses yeux n’étaient pas concentrés et qu’il semblait un peu instable.

« Tiens, bébé, laisse-moi t’aider avec la blouse ! »

Christine prit la blouse et la glissa sur les épaules de son fils. Elle a marché derrière lui et n’a fait que le nœud du haut. Ses mains glissent sous la blouse. Ils ont glissé sur son corps tendu. Elle gémit doucement tandis que ses mains glissaient sur son abdomen serré et dur.

C’est de la folie, pensa-t-elle, si le greffier jette un coup d’œil en arrière, elle pourrait nous voir à travers l’espace dans le rideau. Néanmoins, elle n’a pas pu s’en empêcher. Des images de Gregory la surprenant en train d’aspirer son père ont traversé son esprit rempli de convoitise. Sa culotte s’est humidifiée quand la scène voyeuriste a rempli son esprit. Quand l’image des gardes de sécurité la voyant se couvrir les seins nus de sperme lui est venue à l’esprit, elle a gémi et s’est mise à genoux. Elle a embrassé le cul de son fils alors que ses mains se frayaient un chemin dans la ceinture de ses sous-vêtements.

Gregory a tissé lentement pendant que sa mère descendait son short et lui léchait le cul. De loin, il sentit ses mains autour de ses hanches caresser sa bite. Quand il a senti sa langue lécher son anus, il a essayé de se pencher en avant pour lui donner un meilleur accès. Il s’est trop déséquilibré et est tombé à travers le rideau. Il a réussi à ne pas tomber.

Horrifiée, elle regarda Gregory trébucher à travers le rideau. Ses yeux ont descendu le couloir court. La tête du greffier était bien visible, regardant certains formulaires. Christine culotte inondée comme elle a réalisé qu’ils ont été exposés. Si la greffière se contentait de lever la tête, elle la voyait à genoux, les bras autour de sa taille la bite dans les mains. Le tableau s’est estompé comme un mini orgasme qui l’a rongée.

Chapitre 16

Florent s’est assis sur un banc de béton transpirant abondamment. La chaleur et la longue marche en faisaient les frais. J’en suis à mi-chemin, lui. C’est aussi loin qu’il faut remonter le temps.

Il a vu la voiturette de golf se diriger vers lui. Les deux mêmes gardes de sécurité avaient emmené Christine et Gregory à l’infirmerie. Le chariot s’est arrêté à côté de lui.

« Vous allez bien, monsieur ? »

L’inquiétude s’est manifestée sur leur visage. Florent transpirait et semblait avoir de la difficulté à respirer.

« Ça va aller », a dit Florent. « Mais auriez-vous l’amabilité de m’emmener à l’infirmerie ? Ma femme et mon fils sont là. »

Les gardes ont aidé Florent à monter dans la voiturette de golf, ont fait demi-tour et ont commencé le court voyage de retour.

Chapitre 17

Christine a ramené Gregory dans la salle d’examen. Son attitude détachée la préoccupait. Peut-être qu’il a une commotion cérébrale, pensa-t-elle. Elle l’a fait coucher sur le lit d’examen étroit. Malgré son état, le jeune outil de Florent se tenait rigidement au garde-à-vous.

Au moins, ça marche, se dit-elle. La luxure obscurcissait son inquiétude pour son fils. Ses sens sexuels étaient surchargés. Si je peux juste le monter quelques minutes, descendre une fois, je m’en sortirai. Christine jeta un coup d’œil à travers l’espace dans le rideau en se penchant vers l’avant et en embrassant la tête du poteau d’amour tumescent de son fils.

Gregory a gémi quand sa mère a inhalé sa bite. Les débuts d’un mal de tête majeur n’ont pas atténué les sensations de ses soins.

***

Florent a remercié les gardes de sécurité. Il est entré dans la fraîcheur bénie de l’infirmerie. Il s’est renseigné sur Christine et Gregory. Sans lever la tête, la greffière a pointé le couloir en direction des salles d’examen.

Florent se déplaçait lentement dans le couloir. Il essuyait la transpiration de son front avec son mouchoir humide bien utilisé. Au milieu du couloir, il a ralenti. Son cœur a sauté dans sa gorge à la vue qu’il a eue. Gregory était à plat sur le dos sur une table d’examen. Christine le chevauchait, le dos tourné vers Gregory, pompant sauvagement sur l’outil de jeunesse de Gregory.

Oh, mon dieu, il s’est dit, oh, mon dieu, ils baisent. Il se dirigea tranquillement vers le rideau. Derrière lui, le greffier remplissait soigneusement les formulaires. Devant lui, sa femme baisait son fils. La confusion régnait dans l’esprit de Florent.

Ses yeux étaient collés à la vue de la bite de son fils qui glissait dans et hors de la chatte de sa femme. Il était stupéfait de la quantité de mousse blanchâtre qui couvrait la bite de Gregory. Elle augmentait à chaque poussée sur Christine.Longue histoire taboue du rapport incestueux que j’ai avec ma mère Chapitres 15 & 16 & 17

Il se léchait inconsciemment les lèvres. Mon Dieu, il s’est dit, quel spectacle incroyable ! Une partie de lui a été humiliée que sa femme semble tant apprécier la bite de Gregory. Elle n’a jamais été aussi vocale avec lui.

Il a vu sa femme accélérer sa poussée. Gregory aussi poussait plus fort sur sa mère. Ses mains saisissaient ses cuisses, faisant rebondir sa bite plus fort et plus profondément dans sa chatte mariée adultère.

Florent a franchi le rideau et l’a fermé derrière lui. Gregory se retourna et essaya de se concentrer sur la silhouette floue qui se tenait à moins d’un mètre de lui. On aurait dit papa. Christine était inconsciente de l’entrée de son mari.

Christine était perdue dans un miasme de luxure. Elle était inconsciente du fait que Florent se tenait dos au rideau et la regardait baiser incestueusement. Elle était proche, si proche ! Elle a senti les picotements dans sa chatte qui annonçaient son orgasme. Elle a senti la bite de son fils gonfler. Ils allaient jouir ensemble. Elle adorait ce sentiment ! Sa chatte spasmes, la jeune bite de son fils gonfle et palpite, la sentant avec sa vie à produire du sperme. Elle en avait besoin. Elle devait l’avoir. Elle a gémi et étouffé un cri quand son orgasme l’a épuisée. Elle sentit Gregory se libérer au plus profond d’elle, sa graine remplissant son canal de naissance éclaboussant contre son col de l’utérus.

« Espèce de salope incestueuse ! Qu’est-ce que tu fous, bordel ? »

Surprise, Christine regarda par-dessus son épaule et vit Florent qui se tenait là à les regarder. Intellectuellement, elle savait qu’elle devait arrêter. Cependant, son orgasme l’a épuisée. Elle n’a pas pu s’empêcher de rebondir sur la bite de Gregory. Et si elle voulait s’arrêter, Gregory avait une poigne de mort sur ses hanches et la forçait à bouger.

Ses yeux se sont élargis d’horreur quand elle a regardé son mari en face. Simultanément, elle et son fils ont partagé leurs orgasmes. Elle a gémi bruyamment quand son sperme l’a remplie.

En arrivant, elle a vu une émeute d’émotions se déchaîner sur le visage de Florent alors qu’il était témoin de l’ultime trahison. Elle a été surprise de voir un renflement prononcé dans le short de son mari. Avec un effort de volonté, elle s’est penchée en avant, laissant la bite de Gregory glisser hors de sa chatte. On aurait dit un coup de feu dans la petite pièce.

Les yeux de Florent étaient collés à la chatte de Christine. Il regardait avec horreur et fascination le tube incroyablement grand de la viande de son fils glisser lentement hors de la chatte de sa femme. Il pensait que ça ne s’arrêterait jamais. Ça semblait durer indéfiniment, glissant petit à petit de la chatte de Christine. Il se léchait les lèvres quand le gland de son fils sortait enfin de la chatte de sa mère. Un jet de sa graine suinte de la chatte de sa mère, coulant sur le chaume pubien de Gregory. Florent a encore léché ses lèvres sèches. Quand il a essayé de parler, seul un croassement est sorti.

Christine a sauté à poil par terre. Les sensations de son orgasme coulaient encore à travers son corps. Elle s’est tournée vers son mari et a dû faire face au désastre que sa vie était devenue.

Elle a jeté un regard inquiet sur Gregory. Il était à moitié conscient de la commotion cérébrale. Devant elle se tenait son mari. Son visage était en feu, la sueur coulait de lui, trempant sa chemise.

« Salope ! Espèce de salope incestueuse et infidèle ! Comment as-tu pu me faire ça… nous faire ça ? »

Christine était frénétique. C’était la peur avec laquelle elle vivait depuis ce jour dans l’avion quand elle et Gregory ont commencé leur relation incestueuse. Elle s’est mise à genoux, ses épaules tremblant de ses larmes et de sa honte.

« S’il te plaît, Florent, s’il te plaît, laisse-moi t’expliquer !

“Expliquez”, cria Florent. “Expliquez ! Tu veux dire qu’il y a une raison rationnelle pour que tu sois nue à l’infirmerie de l’université sur la bite de ton fils comme une vulgaire clocharde !”

Malgré lui, les yeux de Florent étaient fixés sur la chatte de sa femme. Elle s’est agenouillée à genoux, Gregory s’est pendu à ses lèvres, dont certaines glissaient mouillées le long de ses cuisses à fossettes. Il était comme le serpent charmé par le son de la flûte. Il se balançait lentement d’avant en arrière à mesure que chaque goutte se formait, s’étirait en une larme blanche scintillante, et éclaboussait le sol de carreaux blancs.

Il était stupéfait d’être si excité. Sa bite a enflé dans son short. Il a flashé en regardant la bite de Gregory glisser sans effort dans et hors de la chatte de Christine. Florent se léchait nerveusement les lèvres. Qu’est-ce qui n’allait pas chez moi, pensa-t-il, j’ai la gaule !

Florent fit péremptoirement signe aux vêtements de Christine.

“Habille-toi”, dit-il fatigué. “Le docteur sera là dans un instant.”

“Florent, je…”

“Salope, tais-toi et habille-toi !”

Christine s’est figée dans un silence stupéfait. Florent ne l’avait jamais appelée ainsi. Elle a cherché quelque chose dans la pièce pour s’essuyer la chatte. Puis j’ai pensé à ce que ça donnerait de la voir essuyer la graine de son fils de sa chatte mariée. Elle s’est équilibrée d’une main sur la table d’examen où Gregory était allongé alors qu’elle enfilait son short.

“Plus, maman”, marmonna Gregory en prenant la main de Christine. “Baisons encore un peu !”

Christine et Florent se tenaient debout dans un tableau figé, chacun regardant leur fils à demi-conscient.

“Repose-toi, bébé, repose-toi ! Le docteur sera là dans un instant !”

histoirestaboues
recap
bandeau post content

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

Posted in Histoires taboues, Inceste, Vieux - Jeunes

Vous aimerez aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *