Menu Fermer

Longue histoire taboue du rapport incestueux que j’ai avec ma mère Chapitre 2

Chapitre 2

Le vol était à peine un tiers complet. Maman était au hublot, papa au milieu. J’ai pris le siège de l’allée en face d’eux.

Peu après le décollage, l’agent de bord a distribué des couvertures. Elle s’est excusée pour le retard et a annoncé qu’on éteignait les lumières pour permettre aux passagers de dormir.

Je me suis assoupi. Quand je me suis réveillé, j’ai jeté un coup d’œil de l’autre côté de l’allée. Maman et papa étaient partis. J’avais besoin de pisser et je suis allé aux toilettes. Quand je suis entré dans une cabine, papa est sorti de l’autre. Il était visiblement ivre et à peine capable de marcher. Il ne m’a jamais remarqué. Je l’ai regardé tituber ivre dans l’allée jusqu’à nos sièges.

Quand je suis revenu, papa était à ma place, couvert de la tête aux pieds dans une couverture et ronflait fort. Au début, j’étais chagriné. Puis j’ai pensé c’était quoi ce bordel. Je me suis glissé dans son siège de l’autre côté de l’allée, j’ai tiré ma couverture sur moi et je me suis assoupi.

Je rêvais d’une pom-pom girl qui me caressait la bite. J’ai lentement ouvert les yeux. J’ai réalisé que ma mère était retournée à son siège. Pendant que je dormais, elle avait ouvert mon pantalon et se mettait lentement à me branler. « Réveille-toi, Florent, je veux jouer ! »

J’ai ouvert la bouche pour la corriger. J’ai arrêté. J’ai réalisé qu’elle pensait que c’était mon père. La semi-obscurité, le changement de siège et son état d’ébriété lui ont fait penser que c’était la bite de mon père qu’elle caressait.

« Florent, réveille-toi. Tu as dit qu’on allait rejoindre le club des 8 km de haut ! »

Je pouvais entendre la frustration dans sa voix.

« J’ai enlevé ma culotte », siffla-t-elle !

Je me souvenais les avoir écoutés faire l’amour, l’odeur érotique de la culotte usée de ma mère.

J’ai tendu la main. Elle l’a agité délicieusement. Elle est allée parler et je l’ai fait taire. J’ai tendu la main vers le bas et j’ai lentement tiré la jupe de maman vers le haut. Je transpirais beaucoup. Mon cœur battait comme un marteau dans ma poitrine. Et si elle avait réalisé que c’était moi ? Et si papa se réveillait ? Espèce d’enfoiré, je me suis dit. Et si l’avion s’écrasait pendant que tu t’occupes de ta mère !

J’ai frotté son cul nu. Elle l’a repoussé contre moi. J’ai pris de l’avance. J’ai enfoncé mon doigt dans la chatte de maman. La chaleur humide était incroyable ! Son buisson était trempé. Manifestement, les jeux sexuels dans le bar l’ont excitée et ennuyée.

J’ai entendu son gémissement pendant que je travaillais lentement mon doigt dans et hors de la chatte de maman. Son cul s’est retourné contre mes doigts. Elle a gémi bruyamment. J’ai arrêté de la baiser avec les doigts et je l’ai fait taire.

« D’accord, Florent, d’accord », chuchota-t-elle, « mais va te faire foutre ! »

J’ai baissé mon pantalon et je me suis approché. J’ai pris la taille de maman dans les deux mains et je l’ai tirée vers moi. Elle a reculé. J’ai poussé en avant et lentement entré dans la chatte de ma mère. La chaleur était presque insupportable. Son humidité était incroyable. J’ai arrêté. Elle était si serrée que j’avais peur de jouir trop vite. Elle s’est penchée vers moi.

« Florent, tu te sens si grand en moi ! Je n’ai jamais été aussi rassasiée ! »

J’ai commencé un lent aller-retour. Sa chatte était si mouillée que j’étais sûr que tout l’avion pouvait entendre le bruit de la baise. Je sentais la chatte de maman se contracter, me serrant fort pendant que je m’enfonçais profondément dans ce trou le plus désiré. Je l’ai encore fait taire alors que ses gémissements s’amplifiaient. Son gros cul s’est retourné contre moi, essayant de m’enfoncer plus profondément. Elle s’est mis le poing dans la bouche pour étouffer un cri quand elle a joui. Elle s’est étendue contre moi. Ses orgasmes l’ont consumée alors qu’elle essayait de m’approfondir. Les contractions dures de son orgasme étaient plus que je ne pouvais supporter. J’ai déchargé profondément dans la chatte de maman, poussant ma bite en avant pour rencontrer les poussées de sa chatte après le jet incestueux qui a rempli le même vagin d’où j’étais sorti dans la naissance !

Maintenant, il y avait une image. L’image mentale de moi sortant de son vagin comme un bébé qui radote. Je me suis effondré dans mon siège. Ma couverture était trempée.

« Florent, c’était le meilleur coup de ma vie ! » Maman a gloussé en me tapotant la hanche.

Quelques minutes plus tard, elle ronflait tranquillement.

Je sentais notre jus sécher sur ma bite pendant que je m’assoupis. Maman et papa dormaient encore quand je me suis réveillé. Je m’allonge tranquillement en lui frottant le cul. Elle a remué. J’ai vite récupéré ma tête et j’ai fait semblant de dormir.

« Florent, je veux que tu me baises le cul. Tu sais, comme à la maison, mais à 30 000 pieds. J’ai du lubrifiant dans mon sac. Je reviens tout de suite. »

Elle a rampé sur moi et s’est dirigée vers la cabine. Je me suis assis et je l’ai regardée rouler son cul sensuellement pendant qu’elle descendait l’allée. À 18 ans, j’avais baisé quelques filles. Cependant, je n’avais jamais eu une chatte comme la sienne. Je savais que les filles ne me satisferaient plus jamais. J’ai regardé mon père qui ronflait de l’autre côté de l’allée avec un mélange de camaraderie et d’envie. Il ne le saura peut-être jamais, mais on partageait la chatte de maman.

Elle a pris son pied avec ma plus grosse bite, vieil homme, pensai-je. Je lui enviais ses nombreuses années à avoir ce fabuleux petit cul.

Quand j’ai vu maman sortir des toilettes. Je me suis écrasé, je me suis tourné vers la fenêtre qui me couvrait la tête. Maman m’a croisé et s’est installée à sa fenêtre. Elle a redressé sa couverture et s’est couverte. Elle m’a jeté un coup d’œil sur mon père de l’autre côté de l’allée. Ai-je détecté un moment de confusion ? La taille de la personne ne correspondait-elle pas à ce qu’elle pensait ? Même si je n’étais pas gros comme mon père, j’étais un grand garçon.

Elle a tendu la main sous ma couverture. « Voilà le lubrifiant, » dit-elle.Longue histoire taboue du rapport incestueux que j’ai avec ma mère Chapitre 2

J’ai jeté un coup d’œil sous la couverture pendant qu’elle regardait furtivement autour de l’avion. J’ai paniqué quand elle s’est tournée vers moi. Le jeu était terminé ! Elle allait déplacer ma couverture et réaliser que son fils venait de la baiser. Est-ce qu’elle crierait d’étonnement ? Se lèverait-elle et annoncerait-elle au monde que son fils l’avait baisée ? Quelle ligne avons-nous dépassée ? Quelle était la peine pour avoir baisé ta mère bourrée ?

Au lieu de cela, elle s’est mise à genoux. Elle s’est couvert la tête avec la couverture. Je l’ai sentie sous la couverture.

Elle a trouvé ma bite. J’ai senti sa langue me lécher. Elle m’a pris dans sa bouche. Sa tête oscille de haut en bas. Soudain, elle s’arrêta et s’assit sur son siège.

« Utilise le lubrifiant, » chuchota-t-elle, « mais j’avais juste besoin de goûter à ta bite incrustée de notre jus intime. Tu sais combien j’aime ça ! » Maman s’est retournée pour faire face à la fenêtre. J’ai senti son cul nu sous la couverture. J’ai lentement soulagé mon gland dans son cul. Elle s’est penchée en arrière et a appuyé contre mon ventre.

« Doucement, Florent, doucement ! Seigneur, pourquoi es-tu si grand ce soir ? Ta bite n’a pas été aussi dure depuis des années ! »

On s’allonge comme ça pendant une minute. Mon gland était juste dans son cul. Puis je l’ai sentie repousser lentement. J’ai glissé lentement dans son cul. J’entendis une forte respiration lorsqu’elle appuya de nouveau sur mon ventre avec sa main. Puis elle a lâché sa main, j’ai glissé à mi-chemin dans son cul fantastique. J’ai reculé lentement. Puis j’ai appuyé à nouveau fort. J’ai senti son corps trembler légèrement pendant qu’elle essayait de manipuler ma circonférence.

Puis elle m’a repoussé et je lui ai botté le cul. Elle m’a tendu la main et a attrapé ma couverture.

Je me suis précipité pour l’attraper. Trop tard ! Elle s’est tournée pour s’aider avec la couverture. Ses yeux se sont d’abord élargis de surprise, puis d’horreur lorsqu’elle a réalisé que c’était son fils qui lui avait enfoui sa grosse pine dans le cul. Elle a essayé de s’éloigner de moi. J’ai saisi sa taille et j’ai analysé deux poussées d’entrée et de sortie rapides. Maman a eu le souffle coupé.

« Veux-tu vraiment que j’arrête maintenant ? », chuchotais-je en chuchotant : « Veux-tu vraiment que j’arrête ? »

Elle s’est arrêtée et sa tête est tombée sur le siège. Néanmoins, elle ne m’a pas repoussé. Elle n’a pas non plus riposté en réponse à mes poussées. J’entrais et sortais lentement de son cul serré. J’ai tendu la main et palpé ses seins. Enfoncez ; serrez le sein. Je me suis assis sur un rythme. Sa tête s’est rapprochée de la mienne.

« Couvre-nous avec ta couverture », gémit-elle.

Je nous ai vite recouverts de ma couverture.

« Maintenant, dépêche-toi ! Finis en moi avant que ton père ne se réveille. Fils, donne à maman toute cette putain de grosse bite et remplis mon cul de ta graine. »

Elle a poussé vers l’arrière et j’ai tapé vers l’avant. Je me suis penché vers l’avant pour lui chuchoter à l’oreille.

« Maman, ton cul est incroyable ! Si serré ! »

« Oh fiston, je n’ai jamais ressenti ça. C’est mal, mais c’est tellement bon. »

On était bien ensemble. Nous nous sommes installés dans un rythme qui nous faisait souffler tous les deux comme des machines à vapeur.

J’ai jeté un coup d’œil à mon père qui ronflait, bourré. C’est notre cul maintenant, vieil homme, je pensais. J’ai serré les seins de maman fort. Elle a gémi et s’est retournée contre moi. On était tous les deux couverts de sueur et on baisait comme des animaux de basse-cour. À partir de maintenant, tu la partageras avec moi. C’est ma mère, ta femme, mais ce cul et cette chatte sont à nous !

Nous nous sommes rassemblés, en nous serrant l’un contre l’autre alors que nous luttions pour étouffer nos gémissements. Je lui ai rempli les intestins de mon sperme. Elle a gémi bruyamment quand ma bite a giclé au fond de son cul. J’ai attrapé un gros mamelon et je l’ai tiré fort.

« Oh oui, elle a encore crié en s’enfonçant le poing dans la bouche pour l’étouffer.

On a roulé sur le dos, épuisés. Je me suis mis sous les couvertures et j’ai caressé le ventre de ma mère. Elle m’a couvert la main avec la sienne, mais a continué à regarder le plafond.

Les lumières se sont allumées dans l’avion. L’hôtesse de l’air a annoncé que nous descendions pour un atterrissage. J’ai regardé maman boutonner sa robe. Son expression était illisible.

Elle a plié la couverture et l’a posée sur le sol.

« Réveille ton père. Mais d’abord, ce que tu as fait… ce que nous avons fait est très mal. »

« Ça ne t’a pas plu ? »

Elle s’est arrêtée et m’a regardé dans les yeux.

« C’était fantastique ! Je n’ai pas joui comme ça depuis des années. En plus, tu es tellement plus grand que ton père. Cependant, ce que nous avons fait était juridiquement et moralement répréhensible. Si quelqu’un l’apprenait, nous serions tous les deux probablement emprisonnés. Tu ne dois le dire à personne ! »

J’ai hoché la tête. La pensée que je n’apprécierais jamais la connaissance charnelle de cette femme, de ma mère, de cet animal sexuel incroyable me déprimait à nouveau. Néanmoins, j’ai compris ce qu’elle disait.

« Alors, on ne fera plus ça ? »

Elle m’a traversé et a secoué mon père. Il a commencé à sortir grognon de son sommeil d’ivrogne. Maman sourit méchamment.

« Je n’ai pas dit ça ! »

A suivre

histoirestaboues
bandeau post content

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

Posted in Histoires taboues, Inceste, Vieux - Jeunes

Vous aimerez aussi :

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *