Menu Fermer

Longue histoire taboue du rapport incestueux que j’ai avec ma mère Chapitre 14

Chapitre 14

Florent se sentait mieux dans la fraîcheur climatisée du VR. Ça ne lui a pas fait de mal d’avoir toute l’attention de Christine. Il a pris plaisir à la façon dont elle a congédié Gregory pour s’occuper de lui. Il grimaça en pensant à la relation sexuelle entre sa femme et son fils. Une partie de lui a reculé devant la perversité de la chose. Une partie, une partie qu’il essayait de supprimer, était excitée.

Il l’a regardée s’agiter à bord du camping-car. Elle lui apporta d’abord les antiacides et un verre d’eau glacée, puis elle prépara une compresse froide et lui tamponna le front avec.

Il a regardé ses lèvres pendant qu’elle parlait. Les lèvres de la veille étaient enroulées autour de la bite de son fils. Sa bite s’est durcie quand il se rappelait l’odeur du sperme de Gregory sur son haleine.

Elle s’est glissée dans le coin-repas avec lui. Il a noté la courbe complète de ses seins féminins. Le temps et le fait d’avoir Gregory ont ajouté du poids à leur poids. Il a tendu la main sur l’un d’entre eux en la serrant doucement.

Christine a gloussé. « Eh bien, on se sent mieux, n’est-ce pas ? »

Florent a saisi l’autre sein et l’a massé. « J’ai toujours aimé tes seins. »

Christine était déjà dans un état d’excitation. Sa rêverie antérieure au sujet des relations sexuelles avec son fils, combinée à la sensation qu’il avait d’elle, l’avait laissée dans un état de picotement. Elle savait qu’elle devait mettre une culotte sèche. Celle qu’elle portait était trempée dans ses sécrétions. Mon Dieu ! La bite de Florent est dure !Longue histoire taboue du rapport incestueux que j’ai avec ma mère Chapitre 14

Florent a soulevé le tee-shirt de Christine. Souriant largement, il lui tendit la main derrière elle et détacha son soutien-gorge. Il regardait avec une excitation croissante les gros seins de Christine s’affranchir de leur confinement. Mon Dieu, j’adore cette femme pensait-il en se penchant vers le bas et en prenant un téton rigide dans sa bouche. Il tétait affamé.

Christine caressa doucement la tête de son mari. Elle ressentait un besoin profond dans son être. Un besoin d’être remplie, d’avoir la graine d’un homme remplir sa chatte, son ventre. Elle semblait être dans un état constant d’éveil maintenant. Elle n’était pas sûre de ce qui lui arrivait. Christine sentit la main de Florent glisser le long de la ceinture de son short. Involontairement, elle a commencé à lui sauter la main.

« Florent, on ne peut pas ! Gregory pourrait revenir d’une minute à l’autre. »

Je suis hors de contrôle, pensa-t-elle effrayée. J’ai perdu le contrôle de moi-même, de mes émotions.

« Alors, donnez-moi un… » Il a eu du mal à dire le mot. « Une pipe. »

« Florent ! Qu’est-ce qui t’a pris ? »

Il l’a mise à genoux. Les seins nus, son short autour du cul, Christine s’agenouilla devant son mari. Elle lui a souri en léchant sa bite lancinante. Elle se réjouit d’entendre le souffle coupé quand il la laissa le prendre dans sa bouche. Elle pouvait sentir sa queue bulbeuse glisser dans sa bouche. Elle frissonna d’un mini orgasme en le sentant dans sa bouche. Elle le regarda affectueusement dans les yeux en l’emmenant dans sa gorge. La tête de la bite de son mari glissait facilement. Trop vite, elle l’a senti gonfler. La veine sous sa bite a commencé à palpiter quand il a éjaculé son foutre dans sa gorge.

Elle a attrapé un mouvement du coin de l’œil. Elle tourna la tête pour voir le visage étourdi de son fils alors que l’orgasme de Florent la frappait sur le côté du visage. Elle s’est retournée et la giclée suivante l’a surprise dans les yeux en l’aveuglant. Aveuglée, elle essaya de se lever, d’essuyer son sperme des yeux lorsque la dernière giclée l’atteignit à la poitrine.

Elle a entendu Gregory hurler de douleur de l’extérieur. Son bébé était tombé et s’était blessé. Sans se soucier de son apparence, elle s’essuya les yeux et se dirigea vers la porte. Son bébé était assis sur le sol, se frottant l’arrière de la tête. Deux agents de sécurité du campus sont passés par hasard et se sont précipités vers lui.

Ils fixaient tous les deux la femme à moitié nue qui se tenait dans l’entrée du camping-car. Elle avait l’air couverte d’une bouse blanche et brillante. Ils l’ont regardée avec un mélange de luxure et d’amusement alors qu’elle s’agenouillait sur le jeune blessé.

« Ça va, bébé ? » Christine a caressé la tête de Gregory.

« Oui maman, je vais bien ! »

Un policier se racle la gorge.

« Madame, la politique de l’université est de l’emmener à l’infirmerie. »

« J’irai avec toi ! » Christine s’inquiétait beaucoup.

Debout dans la porte du camping-car, Florent regardait sa femme regarder la tête de son fils, ignorant qu’elle était nue à partir de la taille, le visage couvert de sperme.

« Christine, tu ne peux pas ressembler à ça ! »

Les officiers gloussèrent, continuant à reluquer ses seins couverts de sperme.

Christine baissa les yeux vers son sein exposé ; elle était à la fois horrifiée et profondément excitée. Des inconnus regardaient ses seins couverts de sperme. Elle gloussa de rire d’elle-même et fit une tentative timide de se couvrir. Elle sourit timidement aux officiers.

« Je me nettoierai et j’irai avec toi ! »

Florent a eu une révélation. Christine était de retour dans l’exhibitionnisme ! D’où est-ce que ça venait ? Il la regarda se retourner, son short encore à moitié couvrant son cul ample, et erra dans le camping-car. Il baissa les yeux vers son entrejambe. La tache humide s’étendait à partir de sa chatte et le long de la jambe de son short.

Gregory était confus. D’abord, maman suçait la bite de papa comme si elle aimait vraiment ça. Puis elle se pavanait avec ses nichons et éjaculait partout sur elle ! Qu’est-il arrivé à sa mère ?

Florent regarda Christine partir pour l’infirmerie avec un sourire aux lèvres. Aucun gamin de 18 ans n’allait le surpasser ! Le regard de son fils n’avait pas de prix ! Puis elle avait montré ses seins aux gardes de sécurité. Il savait que ce n’était pas une erreur. Du moins, ce n’est pas après qu’elle ait réalisé qu’elle avait les seins nus. Ça lui rappelait la Christine qu’il avait épousée, celle qui aimait baiser sur son bureau au travail pendant que les gens étaient juste devant la porte. Ils ont toujours cru que Gregory avait été conçu dans son bureau du troisième étage.

Ce bureau faisait face à un chantier de construction. Christine adorait l’idée qu’ils puissent la voir. Elle retirait les rideaux, se déshabillait à partir de la taille et s’allongeait sur son bureau pour se faire baiser en levrette pendant qu’elle observait les gars de la construction pour voir s’ils les voyaient.

À l’époque, ils parlaient d’échangisme. Christine avait un fantasme de sa chatte remplie de graines d’hommes multiples. Florent pensait à quel point l’image l’avait rendu incroyablement dur, l’image de sa femme qui prenait de la bite. Ils n’y ont jamais donné suite. Les besoins de l’entreprise s’immisçaient dans leurs fantasmes.

Au début, il s’est rendu compte que Gregory et Christine allaient seuls à l’infirmerie. Il a lutté pour se relever. Il se dandina jusqu’à la porte, l’ouvrit et sortit. La chaleur l’a giflé au visage avec une force presque physique. Il a titubé, la sueur s’est répandue sur son corps.

Oh, mon Dieu, pensa-t-il, je peux y arriver ? Je devrais peut-être retourner dans le camping-car et me reposer dans son confort climatisé. Au loin, il a vu la verrière recouverte d’une voiturette de golf 4 places qui transportait sa femme et son fils à l’infirmerie. Il devait y aller ! Il n’était pas sûr du résultat final, mais il savait que laisser Christine et Gregory seuls n’était pas une bonne idée.

histoirestaboues
recap
bandeau post content

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

Posted in Histoires taboues, Inceste, Vieux - Jeunes

Vous aimerez aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *