Menu Fermer

Longue histoire taboue du rapport incestueux que j’ai avec ma mère Chapitre 13

Chapitre 13

Gregory a regardé sa mère marcher vers le camping-car. Le roulement de ses hanches et le doux balancement de ses seins l’enchantaient. Il aimait beaucoup cette femme, sa mère, son amant. Son jeune esprit n’avait aucun conflit avec la nature incestueuse de leur relation. Il en a accepté la dualité.

Il regardait Christine faire une pause sur le banc où son père était assis. Même de cette distance, il pouvait voir que papa n’avait pas l’air bien. Il s’est levé et a commencé à aller voir Florent quand il a vu maman le caresser sur la joue et continuer. Il doit aller bien.

Dans la lueur de l’un de leurs rapports, il avait proposé de le dire à papa. La réaction de sa mère avait été explosive. Elle était sortie de son lit et s’était mise nue au-dessus de lui. Elle a tremblé de rage quand elle a secoué le doigt contre lui et lui a fait promettre de ne jamais dire à personne, surtout à Florent, ce qu’il et elle avaient fait.

Amusé, il a promis, bien qu’il croyait que papa l’accepterait s’ils lui expliquaient.

***

Christine a monté les marches pour entrer dans l’intérieur climatisé du camping-car. C’est peut-être un gaspillage d’énergie, pensa-t-elle, mais un jour comme aujourd’hui, cela en valait la peine ! Elle était sur le point de se retourner et d’aller dire à Florent de s’asseoir ici quand Gregory l’a attrapée autour de sa taille. Ses mains ont traîné en arrière et il a serré ses seins.

« Gregory, » dit-elle avec une fausse sévérité. « Arrête ça tout de suite ! »

« Oui madame, » dit Gregory en soulevant son tee-shirt au-dessus de son soutien-gorge.

« Gregory, arrête ça. »

« Oui maman, » chuchota-t-il en lui grignotant l’oreille et en poussant son soutien-gorge au-dessus de sa poitrine.

Le ton de Christine s’est adouci quand Gregory a tiré sur ses mamelons.

« Bébé, on doit faire attention… ! »Longue histoire taboue du rapport incestueux que j’ai avec ma mère Chapitre 13

Christine s’est échappée en voyant Florent s’approcher du camping-car.

« Ton père ! »

Elle a sursauté, alors qu’elle fonçait vers l’arrière du camping-car. D’un seul geste, elle a baissé son soutien-gorge et sa chemise. Franchement, elle regarda autour d’elle, espionna un sac à vêtements, le saisit, se retourna et heurta Florent dans la porte.

« Chérie, avons-nous des antiacides ? »

« Ton estomac te fait encore mal, chéri ? Viens ici et assieds-toi. »

Elle a donné le sac à vêtements à Gregory.

« Tu vas devoir finir toi-même. Je dois voir pour ton père ».

Gregory a attrapé un deuxième sac à vêtements et a parcouru la courte distance qui sépare le campeur de son dortoir. Les couloirs et les ascenseurs étaient encombrés d’étudiants, de leurs parents et d’autres parents et amis.

Gregory a parcouru la courte distance entre l’ascenseur et sa chambre. Sa bite lui faisait mal de la frustration sexuelle. Il avait été si proche de maman avant que papa n’arrive. Il savait que ses seins étaient sa zone la plus sensible. Il avait appris que s’il tirait sur ses mamelons tout en caressant son clito, elle ferait tout ce qu’il voulait.

18 ans, son expérience sexuelle était limitée. C’étaient deux filles de l’école. Néanmoins, son empressement n’était pas lié.

Un sourire jouait sur ses lèvres en pensant à l’endroit où ils avaient eu des rapports sexuels. Bien sûr, il avait initié les premières fois qu’ils ont eu des rapports sexuels. La première fois dans l’avion, c’était lui, maman pensait que c’était papa. De plus, cette fois dans la cuisine sur le sol, il a commencé, mais quand papa a failli les attraper, elle a semblé devenir plus humide et plus sauvage.

Sa bite s’est transformée en diamant comme une dureté quand il se rappelait l’époque du lac. Dans l’obscurité totale de la nuit sans lune, il avait doigté la chatte de sa mère pendant qu’elle était assise entre lui et papa. Il savait qu’elle aimait le sexe à haut risque. Il était trop inexpérimenté pour comprendre, mais Christine n’était pas soumise. Elle pourrait protester. Cependant, elle aimait la façon dont il s’occupait d’elle.

Le système de sonorisation a annoncé une orientation obligatoire pour les nouveaux arrivants. Gregory a laissé tomber ses sacs à vêtements sur le lit et s’est dépêché de retourner au camping-car. Ses parents voulaient assister à l’orientation avec lui.

Les gens entassaient la zone devant le dortoir alors qu’il se rendait chez ses parents. Il s’est faufilé à travers ces masses. Il atteignit la camionnette, monta les marches, ouvrit la porte et gela.

Son père s’est assis sur le canapé convertible les yeux fermés, un regard de plaisir intense sur son visage alors que la tête de sa mère se balançait de haut en bas sur sa bite. Surpris par son entrée soudaine, Christine sortit la bite de papa de sa bouche, la tint dans une main et tourna sa tête vers Gregory.

C’est à cet instant précis que son père a commencé à venir. Sa première giclée violente l’a frappé sur le côté du visage. En réaction, elle s’est retournée et a attrapé la prochaine giclée dans les yeux. Partiellement aveuglée, elle a essayé de rester debout et a attrapé la dernière giclée sur ses seins nus.

« Je suis… je suis désolé », Gregory a réussi à bégayer quand il a reculé vers la porte. Il a raté la première marche et est tombé en arrière sur l’asphalte, se cognant la tête.

histoirestaboues
recap
bandeau post content

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

Posted in Histoires taboues, Inceste, Vieux - Jeunes

Vous aimerez aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *