Menu Fermer

Les habitants de l’île de toutes les tentations – Chapitre 3

Ils ont tous dansé les yeux fermés, cédant à la nature primitive des danses apparemment hypnotiques, sentant parfois un corps serré contre les courbes de leur corps, parfois devant, plus souvent derrière, étant parfois pris en sandwich de devant et de derrière en même temps. Souvent, ils ressentaient tous, à un moment ou à un autre, une brise et réalisaient que les girations avaient libéré et exposé un ou plusieurs seins, et, les yeux encore fermés, récupéraient lentement la chair exposée.

À un moment donné, Amelia a cru sentir un tiraillement entre ses seins et a lentement réalisé que l’anneau de strass qui retenait le devant de sa robe s’était cassé et que maintenant ses seins étaient totalement exposés sans aucun moyen de fixer les deux moitiés ensemble. Avant qu’Amelia n’ait pu rassembler la concentration de son esprit trouble altéré pour trouver une solution, une belle femme aux seins nus et aux gros seins magnifiques l’a rapprochée et s’est mise à grincer et à glisser contre sa poitrine. Surprenante lors de son premier contact corporel entre femmes nues, mais tenue près d’elle, Amelia réalisa que c’était très agréable, et sensuel, et très, très érotique, en particulier la sensation de mamelons durs frôlant d’autres mamelons durs, alors qu’elle plaçait ses mains sur les hanches de la femme et effectuait des mouvements similaires.

La presse dense de la foule rapprochait progressivement les trois femmes mais les poussait aussi dans une très grande dépression peu profonde dont le sol était recouvert d’un matériau caoutchouté épais. Au moins deux douzaines de bâtons de danse se trouvaient dans cette zone.

Des machines à mousse ont commencé à pulvériser une mousse légèrement parfumée sur la foule, mouillant lentement tout le monde, les hauts semi-transparents sont devenus transparents, les hauts transparents sont devenus transparents.

Les danseurs sont passés d’un style intimement suggestif à un style érotique sensuel avec des actes sexuels d’imitation et des caresses beaucoup plus intimes. La fumée de Ganja a continué à onduler, tandis que la foule de danseurs devenait plus sauvage et plus désinhibée.

Les quelques chemisiers qui n’étaient pas déjà profondément déboutonnés sont maintenant défaits et les seins libérés. Avec les girations de la danse sauvage, les mini-jupes ont pu se faufiler et exposer les fesses serrées et y rester, les mini-sarongs à fente haute et courte également et largement écartées. Il était évident que toutes les femmes du club portaient des strings minuscules et quelques culottes à lanières — si elles portaient quoi que ce soit…

Les trois se sont retrouvés inexorablement entraînés dans l’ambiance de la foule dense qui dansait et se bousculait. Des danseuses en délire se pressaient contre le dos de Natacha et Juliette, tandis que de multiples mains féminines errantes caressaient leur corps. Natacha n’a même pas senti le dernier bouton de sa tunique profondément festonnée se défaire à un moment donné, jusqu’à ce qu’elle sente une paire de mains sensuelles, douces et chaudes, se tendre derrière elle et caresser ses seins à travers le tissu, puis tirer doucement la tunique festonnée profondément ouverte, du haut vers le bas et sous ses seins, ce qui les a soulevés encore plus, puis couper ses seins nus et ses mamelons durs alors qu’elle était ramenée dans un corps qui grince et se heurte, auquel elle a également commencé à répondre de la même manière, oubliant sa réserve, perdue dans le sentiment de la caresse sensuelle érotique douce et le grincement érotique de l’autre femme en elle, ni consciente que plusieurs femmes se relayent.

Juliette avait également des mains qui tenaient par derrière et tiraient le V plongeant profond de sa robe de chaque côté de ses deux seins, les exposant totalement ainsi que ses mamelons durs en diamant, ses seins d’une taille et d’une fermeté telles qu’ils garantissaient que les bords de sa robe séparée resteraient de chaque côté et elle sentait les douces caresses sensuelles des seins fermes et des mamelons durcis contre ses seins tandis que ses collègues, serrés les uns contre les autres, tournaient, se cognaient, se balançaient et s’écrasaient en rythme érotique.

Soudain, les bâtons de danse se sont mis à vibrer au rythme du tonnerre, des trappes se sont ouvertes sur les côtés des bâtons et plusieurs godes de toutes tailles ont émergé de tous les côtés de chacun des bâtons de danse et ont commencé à faire jaillir de puissants longs jets de sperme artificiel blanc, très filandreux et très lisse sur la foule qui dansait en se balançant et qui a rapidement recouvert tous les danseurs. La foule de femmes s’est précipitée vers les godets de danse en emportant Juliette, Amelia et Natasha. Toutes trois étaient stupéfaites de la sensation extrêmement glissante du sperme artificiel, qui n’avait jamais été aussi soyeux, et de ses qualités filantes, alors qu’elles regardaient d’épaisses mèches se balancer sur plusieurs centimètres avant que les mèches ne se cassent.

Les trois femmes se sont rapprochées, chacune commençant à se sentir un peu mal à l’aise face à l’absence d’inhibition de la foule, mais les effets des multiples grands verres forts et de la Ganja ont sévèrement atténué leur jugement, oubliant que leurs propres seins étaient encore totalement exposés et permettant encore aux autres danseuses de les caresser et de les couper, ainsi que de les broyer et de les enfoncer avec les hanches bien serrées, le sperme artificiel blanc filandreux les recouvrait complètement et pendait au bout de leurs seins durs en longues mèches pendantes, renforçant la sensation extrêmement érotique et sensuelle des mains qui glissent le long de leur corps et les caressent, tout en continuant à danser.

Bientôt, les trois femmes ont observé un nombre incalculable de couples sur la piste de danse ayant des rapports sexuels debout et tournoyants, tandis que les femmes célibataires dansaient ensemble et se caressaient le corps, s’embrassaient et tétaient les mamelons durs, le sperme artificiel était aromatisé. Elles jouaient même avec le sperme en l’essuyant sur le corps de l’autre, puis le laissaient pendre et retomber sur elles. Plusieurs couples étaient en fait en levrette ou en cowgirl sur le sol ; les danseurs s’étendaient et caressaient les couples. Ils ont ensuite observé que de grands groupes de femmes étaient rassemblés autour de chacun des bâtons de danse. Les trois étaient progressivement poussées par la masse des corps vers les pôles, poussées par inadvertance et fréquemment contre des couples et trios intimes et caressants, sentant leur chaleur corporelle émaner contre leurs propres corps artificiels recouverts de sperme. Pour ne pas glisser, ils n’avaient pas d’autre choix que de s’accrocher aux danseurs et aux danseuses, avec des prises souvent intimes et des seins nus et gluants aux mamelons durcis et parfois cloués qui glissaient les uns sur les autres. Malgré cela, toutes trois sont tombées plus d’une fois et, ce faisant, ont vu leurs minijupes courtes se soulever et leurs fesses se couvrir de sperme.

En s’approchant des poteaux, ils ont pu voir pourquoi les femmes étaient regroupées autour d’eux : des femmes partiellement nues et des femmes entièrement nues étaient appuyées contre les poteaux en baisant les godes ! De toute évidence, les godes continuaient à faire gicler du sperme artificiel, mais pas dans les puissants jets en arc de cercle comme lorsqu’ils sont sortis des poteaux pour couvrir la foule, car chaque femme qui baisait un gode avait des jets de sperme qui sortaient de sa chatte et coulaient sur ses jambes en formant de grosses flaques. Presque toutes les femmes qui baisaient un gode étaient embrassées par une autre femme, parfois deux ! Celles qui n’étaient pas embrassées étaient caressées par les femmes qui faisaient la queue en attendant leur tour sur les bâtons de danse des godes. La masse des corps les poussait involontairement de plus en plus près des poteaux, ils remarquaient les femmes en couches serrées et il semblait que plus on les forçait à passer devant les couches de femmes, plus les vêtements perdaient de leur éclat et/ou plus la peau était exposée.

Comme la masse de la foule, ils ressentaient aussi les effets capiteux de la puissante fumée de ganja et des nombreuses boissons alcoolisées qu’ils avaient tous librement absorbées, sans savoir que ces boissons étaient légèrement dopées à l’ecstasy.

La raison de ces bracelets à code-barres était de permettre aux barmans de savoir combien de boissons dopées étaient servies à un individu pour surveiller sa consommation d’Ecstasy afin de la maintenir à un niveau optimal et de savoir quand il fallait lui servir une boisson non dopée pour qu’il n’ingère pas trop d’E.

Alors qu’elles étaient inexorablement entraînées plus profondément dans la foule des femmes et plus près des godets de danse, elles étaient pressées avec force contre des corps brûlants à différents stades de déshabillage et de nudité. Tout le monde était couvert et trempé de sperme artificiel, le corps pressé contre le corps, des mains étranges tiraient sur leurs vêtements pour tenter de les enlever. La robe de Juliette avait complètement glissé d’une épaule et elle devait continuellement résister à la tentation de faire descendre ses deux épaules autour de sa taille, et elle savait que si cela arrivait, rien n’empêcherait la robe de tomber. Toutes les danseuses qui l’entouraient étaient maintenant torse nu et dansaient les unes avec les autres, poitrine contre poitrine, en glissant leur peau nue, lisse et gluante, contre la peau ! Les danseuses se relayaient avec les trois et parfois Juliet, Amelia et Natasha se pressaient et glissaient leurs corps topless les unes contre les autres, les yeux à moitié fermés regardant l’autre.

Les trois femmes ressentaient une bouffée de chaleur sensuelle et érotique et une excitation croissante dans leurs reins, comme si elles avaient une démangeaison qu’on ne peut pas gratter assez fort pour être soulagées. Plus elles s’enfonçaient dans la foule de femmes presque nues, plus elles commençaient à ressentir de plus en plus fréquemment des caresses sensuelles et très intimes, légères comme des plumes, sur chacune d’entre elles. Plus elles s’enfonçaient dans la foule, plus elles étaient intimement liées à des femmes qui s’embrassaient et se tournaient ensuite pour en embrasser une autre alors qu’elles se caressaient ouvertement. Tous trois repoussèrent doucement ces avances orales, mais à la fin, plusieurs fois, tous trois eurent sans résistance des bouches plantées sur des langues flottantes, tourbillonnantes, et des lèvres et des bords de bouche sondés par des langues flottantes, sans parler de nombreux doigts doux qui cherchaient en bas. Chacune d’entre elles a eu plus d’une rencontre intime pénétrante qu’elle n’a pas pu repousser à cause de la pression des corps et qu’elle n’a pas pu empêcher à cause du sperme filandreux et très fluide, des mini-jupes courtes qu’elles portaient toutes avec des culottes à string, de la dense pression des corps qui maintenait leurs mini-jupes très courtes continuellement bien remontées sur les fesses et de la pression serrée des corps qui empêchait tout coup ou toute danse de s’éloigner de la recherche des mains qui sondaient. De plus, ils ne pouvaient pas empêcher leurs mains d’établir un contact intime à basse altitude, car les danseurs se balançaient et se frôlaient les uns les autres, bon nombre d’entre eux étant maintenant complètement nus ou ayant des robes courtes remontées au-dessus de la taille et sans culotte.

Natacha avait la main tirée doucement de plus en plus bas et, au moment du contact étroit et pressant, elle s’est laissée prendre par la danse sensuelle et gluante sans se rendre compte immédiatement que son partenaire de danse de l’époque avait réussi à placer la main de Natacha entre ses jambes légèrement écartées et contre sa chatte lisse et qu’elle faisait un lent mouvement de grincement contre elle en s’accrochant fermement aux seins exposés de Natacha et Natacha à son corps nu. Ce n’est que lorsque son partenaire de danse a fermé les lèvres de Natacha et lui a donné un baiser plus long et plus profond et qu’il a gémi bruyamment dans sa bouche qu’elle a réalisé que la femme frottait sa chatte humide et lisse contre sa main et qu’elle avait des orgasmes !

Une très belle femme blonde d’une vingtaine d’années, aux très beaux seins fermes et relevés, s’est beaucoup intéressée à Juliette. Juliette elle-même était émerveillée par la beauté de cette femme et par ses seins pleins d’entrain, pleins et très fermes, dont les mamelons s’inclinaient vers le ciel, accentués encore par le caraco bleu à lacets qu’elle portait encore mais qu’elle était en train d’enlever.

Juliette et la belle blonde dansaient ensemble en glissant leurs corps sensuellement lisses l’un contre l’autre et se caressaient tour à tour à l’arrière et à l’avant. Ce n’est qu’au dernier moment que Juliette s’est lentement rendu compte qu’on la poussait en arrière vers le poteau de danse du gode, alors que la femme se tenait fermement à elle et faisait glisser ses seins de haut en bas contre ceux de Juliette, puis se bloquait les lèvres avec elle en poussant Juliette contre le poteau. Juliette a senti un gros gode gicler sur la fente de ses joues de cul et s’enduire généreusement les joues de son cul de sperme blanc très chaud et filandreux, qui s’est écoulé dans les ruisseaux. Son partenaire de danse a continué à tirer puis à pousser alternativement Juliet contre le poteau en essayant de lui faire insérer un gode. Juliet a essayé de s’éloigner doucement mais la femme l’a repoussé doucement et Juliet a senti le gode gicler sur sa chatte en string et glisser le long de sa chatte puis se glisser entre ses jambes, son partenaire l’a tiré en arrière et de nouveau elle a repoussé doucement Juliet et cette fois-ci Juliet a senti le gode artificiel recouvert de sperme pousser directement contre son anus serré, la fine corde de G n’était pas un obstacle car la tête du gode l’avait fait glisser sur le côté et elle a senti un jet puissant et chaud de sperme directement contre son anus et un autre jet a jailli à l’intérieur.

Surpris par la sensation du jet d’eau chaude qui jaillit dans son rectum et par le fait qu’elle était à deux doigts de se faire enfoncer un gros gode dans le cul, Juliette s’est détachée de la femme qui lui faisait un grand sourire et s’est immédiatement tournée vers une autre.

En regardant autour d’elle, elle a vu Amelia qui s’apprêtait à se retrouver dans la même situation, alors qu’elle et son partenaire de danse posaient inconsciemment leurs chattes sur les doigts de l’autre. Juliette s’est glissée vers elle et l’a éloignée de son partenaire déçu et nu. Puis elles ont repéré Natasha dans une profonde et dure prise de bec avec une autre femme également nue et l’ont éloignée.

Une autre série de stroboscopes s’est allumée et des projecteurs ont été placés sur les deux murs de la discothèque.

histoirestaboues
recap
bandeau post content

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

Posted in Histoires taboues

Vous aimerez aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *