Menu Fermer

La colocation avec ma soeur a révélé nos envies sexuelles communes Chapitre 4

C’était vendredi. Elle était partie quand je suis rentré, mais il y avait une gamelle dans le micro-ondes. Il y avait un mot scotché au frigo.

J’ai plus de bière, ne bois pas tout. Le dîner est au micro-ondes. On se voit dimanche soir. J’ai passé une super semaine, merci colocataire.

Samedi matin, j’ai eu l’occasion de parler au gars de la maintenance. Il a expliqué qu’ils attendaient la compagnie d’assurance pour autoriser les réparations. Ça pourrait prendre quelques semaines.

Cette nuit-là, après le travail, j’ai déplacé quelques affaires dans l’appartement pour que Gaëlle n’ait pas à garder ses vêtements sur le sol. J’ai pu serrer mes affaires et libérer trois tiroirs dans ma commode. J’ai déménagé quelques-unes de mes vestes d’hiver et d’autres vêtements lourds dans son placard et j’ai mis le reste de ses affaires dans ma chambre.

Quand je suis rentré du travail dimanche après-midi, Gaëlle était là. Je ne l’attendais pas avant ce soir-là. J’ai demandé pourquoi elle était là si tôt.

« J’avais hâte de rentrer », dit-elle en souriant. Je n’étais pas sûr qu’elle plaisantait ou pas. Elle a continué, « et je me suis dit qu’il fallait qu’on règle les choses ici. On dirait que ma chambre ne sera pas réparée avant un moment. J’allais voir s’ils nous donneraient un autre appartement jusqu’à ce que le nôtre soit réparé, mais tu sembles vouloir que je reste avec toi. »

J’ai un peu bégayé pendant un moment, mais elle a souri et m’a dit : « C’est bien. J’aime avoir quelqu’un dans mon lit. C’est si solitaire de se réveiller toute seule. »

« Maintenant, poursuivit-elle, qu’allons-nous faire ce soir ? J’avais prévu de déménager ou du moins de réorganiser mes affaires. Mais je vois que tu t’en es déjà occupé. »

« Je ne sais pas », j’ai dit.

« Eh bien, tu as beaucoup d’études à faire ? »

« Non, pas vraiment. »

« Aimerais-tu aller au cinéma ? C’est moi qui régale. »

Nous avons donc décidé d’aller au spectacle. Gaëlle s’est changée en une robe serrée, courte et très décolletée, qu’elle venait d’apporter de chez elle. Elle s’est même maquillée et a mis des talons pour « notre rendez-vous », comme elle n’arrêtait pas de le dire. Elle était très sexy et ne ressemblait en rien à ma sœur quand on est allés au théâtre.

J’ai insisté pour au moins acheter le pop-corn et les boissons. Elle m’a remercié par un baiser. Je commençais à être plus à l’aise avec le comportement de ma sœur, alors quand elle m’a embrassée, je l’ai fait. Ce baiser a duré plus longtemps que tous les précédents et quand on s’est cassés, elle a dit : « Tu embrasses bien. »

Après le film, Gaëlle nous a suggéré de commander une pizza et de manger à la maison. J’ai appelé avant et la pizza était là quelques minutes seulement après notre retour à la maison. Gaëlle l’a payé pendant que j’avais de la bière. Il y avait un tas de choses qu’elle avait apportées de la maison sur la table, alors elle a débarrassé la table basse et mis la pizza là. On s’est assis par terre pour le manger.

« Je m’amuse bien », dit-elle en finissant la pizza. « Tu as été un rendez-vous sympa, Simon. »

« Moi aussi, je me suis amusé » dis-je, et soudain je me suis senti gêné. J’avais commencé à oublier qu’elle était ma sœur.

« Je n’ai pas mangé de pizza et de bière depuis longtemps, dit-elle, et j’ai adoré aller au cinéma. On n’a pas beaucoup de chance de faire ça chez nous, n’est-ce pas ? »

« Non, »

« Je dois travailler samedi, donc je resterai vendredi soir. Si tu n’es pas trop occupé avec l’école et le travail, on pourrait peut-être sortir à nouveau. »

Ma sœur Gaëlle et moi avons passé une semaine incroyable ensemble. Tout a changé. On s’est rapproché sexuellement et elle adorait me sucer et se coller à moi pour dormir. On dormait nus toutes les nuits. Je me levais tous les matins et prenais une douche avec elle, puis j’allais à la cuisine, toujours nu bien sûr, pour lui faire du café. Elle sortait quand elle était habillée et si elle avait le temps, elle me taillait une pipe. Quelle façon de commencer la journée.

Elle a tenu parole. On n’a jamais baisé. Je commençais à avoir hâte d’essayer, mais je n’ai même pas laissé entendre que je voulais le faire de peur de gâcher les bonnes choses dans lesquelles je m’étais retrouvé. On est jeudi soir. On était au lit et on s’y mettait. Je l’avais sur le dos, lui suçant les tétons et lui doigtant la chatte. Gaëlle éjaculait comme une folle. Elle a relevé la tête pour m’embrasser et ma bite est restée coincée entre ses jambes. Si j’avais bougé mes hanches dans le bon sens, je suis sûr qu’elle serait allée en elle. Au lieu de ça, j’ai reculé et j’ai dit : « Oups. » Elle a juste souri et a dit que c’était bon.

Vendredi soir, on est encore sortis ensemble. On est allés au même théâtre qu’avant. Gaëlle portait une autre robe chaude, et cette fois je l’ai regardée la mettre pour savoir qu’elle n’avait pas de culotte dessous. Ça me permet de la doigter à trois ou quatre orgasmes pendant le spectacle. Elle était très sexy quand on est rentrés à la maison.La colocation avec ma soeur a révélé nos envies sexuelles communes Chapitre 4

Nous avons encore mangé de la pizza et bu de la bière, mais dès que nous avons mangé, nous sommes allés au lit. Il n’était que 23 h, mais Gaëlle devait travailler le matin. Moi aussi, je l’ai fait. Mais on était tous les deux trop excités pour aller dormir.

On a commencé à s’embrasser et à se tripoter le corps nu. Nous avons fini par un soixante-neuf avec moi allongés sur le lit et Gaëlle fracassant sa chatte lisse dans mon visage tout en suçant ma grosse bite dure. On a tous les deux eu des orgasmes massifs. Gaëlle a avalé tout mon chargement.

Après ça, Gaëlle s’est retournée pour qu’on puisse s’embrasser et se câliner. Elle était allongée sur moi avec ses jambes enroulées autour de mes hanches. Le baiser est devenu assez intense et j’ai recommencé à devenir dur. Au fur et à mesure que ma bite a grossi, elle a commencé à pousser contre sa chatte. Je savais que c’était un territoire interdit, mais je ne pouvais rien dire ni bouger. Gaëlle a dû le sentir, mais elle n’a pas bougé.

Lentement, j’ai senti ma bite pousser dans sa chatte. Mais ma sœur n’a pas bougé. « Va-t-elle vraiment me baiser ? », me demandais-je. J’avais peur qu’elle reprenne ses esprits et m’en veuille, alors j’ai essayé de reculer en fléchissant mes hanches. Mon gland est ressorti et j’ai poussé un soupir de soulagement. La dernière chose que je voulais, c’était foutre en l’air notre arrangement.

On n’arrêtait pas de s’embrasser. Finalement, il est devenu de plus en plus difficile de retenir mes hanches en arrière. Je devais me détendre, mais j’avais peur de retourner dans la chatte de Gaëlle. Elle avait toujours sa langue dans ma gorge, m’empêchant de parler. Mes hanches ont commencé à glisser, à cause de l’épuisement, je suppose. Mon gland s’est remis en place.

Cette fois-ci, quelques centimètres ont suivi. C’était génial, mais j’avais si peur que je ne pouvais pas en profiter. Je me suis reposé comme ça pendant une seconde puis, avec un grand effort, j’ai pu me retirer. Toujours aucune réaction de Gaëlle. Cette fois, je n’ai pas pu le tenir très longtemps. J’ai essayé de repousser Gaëlle, mais je n’ai pas eu le moyen de pression dont j’avais besoin. Soudain, ma force s’est évanouie et ma bite s’est enfoncée profondément dans la chatte de ma soeur.

« Oh ! » pleura-t-elle en levant la tête.

« Désolé ! » J’ai failli crier : « J’ai essayé de reculer, mais je n’arrive pas à me retenir. »

« Je sais, » dit-elle doucement. « Nous devons arrêter. »

Mais Gaëlle n’a pas bougé. Ma bite était encore à mi-chemin dans sa chatte chaude. J’étais couché là, effrayé de bouger. Finalement, elle a roulé et ma bite s’est retirée.

« Simon, » dit-elle, « nous devons être plus prudents. J’ai presque… »

« Oui, je sais », je lui ai dit : « Moi aussi. »

« On ne peut pas. »

« Je sais. »

Il était tard, alors on s’est blottis l’un contre l’autre et on s’est endormis.

histoirestaboues
recap
bandeau post content

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

Posted in Histoires taboues, Inceste

Vous aimerez aussi :

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *