Menu Fermer

La colocation avec ma soeur a révélé nos envies sexuelles communes Chapitre 1

J’étais dans le pétrin. Mon colocataire venait d’abandonner l’école et allait partir. Il n’avait tenu qu’un mois à l’université. Maintenant, je serais coincé avec tout ce loyer, ce qui était une dépense que je ne pouvais pas me permettre. Je savais aussi que je ne pouvais pas demander l’aide de mes parents. Ils avaient déjà du mal à joindre les deux bouts. Ils vivaient dans une ferme, chez eux. Papa s’occupait de l’agriculture, mais il réparait aussi des voitures et faisait un peu de soudure à côté. Maman était l’épouse typique d’un fermier. Elle cuisinait. Elle nettoyait. Elle a fait ce qu’elle pouvait pour rendre papa heureux. Et puis il y a ma sœur Gaëlle. Elle vit aussi dans notre ville natale, mais avec son petit ami Fred. Elle travaille à temps plein à la banque et fait tout ce qu’elle peut pour aider maman et papa pendant ses jours de congé.

J’avais essayé de trouver un autre colocataire, mais à ce moment-là, pendant le semestre, tout le monde avait trouvé un logement. Je ne recevais pas d’appels téléphoniques en réponse aux dépliants que j’ai affichés partout en ville. En désespoir de cause, j’ai téléphoné à la maison avec l’espoir que mes parents pourraient réunir assez d’argent pour m’aider à payer le loyer de ce mois-ci.

Papa a répondu au téléphone. Au lieu de me dire pour la millionième fois à quel point l’argent était serré, il m’a passé maman au téléphone.

« On allait juste t’appeler », maman a dit. « Nous avons un service à te demander. »

C’était la dernière chose dont j’avais besoin. Habituellement, une faveur signifiait qu’ils voulaient que je rentre à la maison pour la fin de semaine et que je les aide à la ferme. D’habitude, papa me demandait de le faire, mais parfois, maman le faisait si papa était occupé avec quelque chose en ce moment.

« En fait, c’est plutôt ta sœur qui a un service à te demander », a dit maman. « Elle est ici en ce moment, et elle nous parlait justement de la façon dont la banque ferme la succursale locale. Il y a des gens qui sont relâchés. Tandis que d’autres, y compris ta sœur, sont transférés dans d’autres succursales. Et elle est envoyée à celui près de ton université. »

Mon université était à quatre heures de route de chez moi. Je me demandais comment Gaëlle pourrait travailler ici si elle y vivait. Je commençais à voir que cette faveur n’avait rien à voir avec mon retour à la maison.

« Alors tu vois, » poursuit maman. « Elle aura besoin d’un endroit où rester pendant la semaine. Puisque tu as une chambre supplémentaire et que tu as toujours besoin d’un colocataire, nous nous demandions si tu accepterais que ta sœur y reste. »

Ma sœur vit avec moi ? Je ne savais pas quoi faire. Gaëlle avait quatre ans de plus que moi. En grandissant, nous nous entendions comme on peut s’y attendre d’un frère et d’une sœur. Et l’avoir dans les parages me gênerait un peu dans mon style. D’abord, je ne pourrais pas garder de bière au frigo. Et oublie de ramener une fille ici. La dernière chose dont j’avais besoin, c’était qu’elle se moque de moi comme elle le faisait quand j’avais le béguin pour Emmanuelle Garbier à quinze ans.

D’un autre côté, elle était de la famille. Et elle couvrirait l’autre moitié du loyer. Sans oublier que Gaëlle était aussi une très bonne cuisinière. J’économiserais donc de l’argent en mangeant à l’extérieur tout le temps.

À contrecœur, j’ai accepté. Ne sachant pas à l’époque que mon choix allait changer ma vie à jamais.

Ce dimanche soir là, peu après mon retour du travail à la bibliothèque de l’école, Gaëlle est arrivée avec une pile de vêtements et d’autres choses dans sa voiture. Après l’avoir aidée à apporter ses affaires et à s’installer dans sa chambre, elle a vérifié la cuisine. Je l’avais nettoyé du mieux que j’ai pu, et Gaëlle a été surprise que l’endroit ne soit pas complètement en désordre. J’avais aussi vidé toute la bière du frigo. Je n’étais pas un grand buveur, mais j’étais à l’université et j’aimais en avoir un de temps en temps.

Gaëlle a fait l’inventaire de ce qu’il y avait dans le réfrigérateur et les armoires, a dressé une liste de courses, puis s’est dirigée vers le magasin pendant que je m’asseyais pour faire quelques études. Quand elle est rentrée, je l’ai aidée à ramener les courses. Et à ma grande surprise, il y avait deux caisses de bière dans la voiture.

« Gaëlle, lui demandai-je, y avait-il une vente de bière ou autre chose ? C’est beaucoup de bière pour une personne à boire. »

« Non, il n’y a pas eu de promo, » dit-elle. « J’ai été surpris que tu n’aies pas de bière dans ton frigo. La plupart des étudiants n’ont que de la bière. Je suppose que tu t’es débarrassé de la tienne, hein ? »

J’étais là, face d’abruti, pendant que ma sœur mettait deux packs de six dans le frigo. Elle s’est tournée vers moi, m’a souri et m’a dit : « Ne laisse pas maman et papa savoir que je t’ai acheté de la bière. Ils auraient une attaque s’ils savaient. Et ne bois pas tout. J’aime avoir une canette ou deux quand je rentre du travail. »

J’ai commencé à penser que partager une chambre avec ma sœur ne serait pas si mal.La colocation avec ma soeur a révélé nos envies sexuelles communes Chapitre 1

Lundi après-midi, je suis rentré de l’école vers 18 heures. Gaëlle était déjà là à préparer le dîner. Dieu que c’était bon de revenir à la maison avec l’odeur d’un repas fait maison. J’ai laissé tomber mes livres dans ma chambre et mis la table. Pendant le dîner, j’ai même pris une bière avec mon repas. Gaëlle en avait une quand elle est rentrée, et elle en a eu une seconde pendant qu’on mangeait.

Après le dîner, j’ai dû étudier pendant que ma sœur regardait la télé. Je me suis arrêté pour faire une pause et je suis allé à la cuisine pour prendre une bière. Alors que je fermais le frigo, Gaëlle m’a demandé de lui en prendre une. Je le lui ai donné et je me suis assis sur le canapé avec elle.

On a bu des bières et j’ai dû retourner étudier. Elle était au lit quand je suis ressorti.

Le reste de la semaine a été à peu près le même. Gaëlle préparait le dîner tous les soirs. On buvait quelques bières quand je prenais une pause pour étudier. Même le vendredi soir, elle m’a préparé le dîner avant de partir pour la maison. Je ne m’y attendais pas.

Elle est rentrée à l’appartement dimanche soir avec des provisions et des vêtements. Je l’ai aidée à tout faire rentrer et je suis retournée étudier pendant qu’elle faisait la lessive. Je commençais à croire que je pourrais m’y habituer. Si je commençais à sortir avec quelqu’un, ça pourrait être un problème, mais il ne semblait pas que ça allait arriver de sitôt.

Mardi soir, tout a changé. Vers 2 h 30 du matin, j’ai entendu Gaëlle crier. Je me suis précipité dans sa chambre et j’ai trouvé un peu d’eau sur le sol. J’ai allumé la lumière et pendant une brève seconde, elle a montré un gros trou dans le plafond qui dégoulinait de l’eau, puis la lumière s’est éteinte.

Gaëlle était allongée sur le lit, couverte de morceaux de plafond. Je l’ai aidée à les enlever et nous avons rapidement sorti autant de ses affaires que possible. Heureusement, à part son lit, pas grand-chose n’a été trempé. Elle est allée prendre une douche, mais le plafond de sa salle de bains était également tombé. De l’eau s’écoulait de ce trou dans la baignoire. Elle est allée prendre une douche à la place.

J’ai appelé le gérant de l’appartement et laissé un message. Je me suis dit : « Super, ils ne comprendront pas le message avant demain matin », mais le gars de l’entretien a frappé à la porte vingt minutes plus tard. Il a coupé l’eau dans l’appartement vide au-dessus de nous et a aidé à nettoyer la chambre de ma sœur. Il a mis un grand ventilateur là-dedans pour aider à sécher les choses.

Quand il est parti, il était presque 4 h du matin. J’ai dit à Gaëlle de dormir dans mon lit. Je dormirais sur le canapé. Elle m’a dit que c’était idiot. Le canapé était trop court pour dormir. C’était plus un siège qu’un canapé. Elle a dit que je devrais dormir dans mon lit avec elle. On trouverait des arrangements plus permanents le lendemain.

Je me suis surpris en m’endormant dès qu’on s’est couchés. Je ne me suis pas réveillé avant que l’alarme de Gaëlle ne sonne à 6 h 15. J’ai essayé de me rendormir, mais je n’ai pas pu. Je suis resté allongé là.

Gaëlle avait laissé la porte des toilettes ouverte. Quand elle est sortie de la douche, je pouvais la voir nue derrière. Pour une raison ou une autre, j’étais fasciné. C’était ma sœur, pour l’amour de Dieu. Malgré tout, je ne pouvais pas détourner le regard en la regardant tirer sur sa culotte et accrocher son soutien-gorge. J’ai compté chaque coup de pinceau quand elle brossait ses cheveux blonds et sales.

J’ai gardé les yeux presque fermés et j’ai fait semblant de dormir quand elle est entrée dans la chambre. Elle a choisi un chemisier et une jupe dans la pile de vêtements sur le sol et une paire de collants dans une pile sur ma commode.

Elle s’est assise sur le lit avec son cul presque sur mon visage pendant qu’elle mettait son collant. Puis je l’ai regardée boutonner son chemisier et fermer sa jupe. Quand elle s’est assise à mon bureau et a commencé à se maquiller, j’ai réalisé que j’étais en érection. Ça m’a fait flipper.

Après que Gaëlle ait fini son visage, elle a glissé sur une paire de chaussures. Avant de quitter ma chambre, elle se pencha et embrassa ma joue en disant : « À ce soir, Simon. J’espère que le spectacle t’a plu. »

Avant que je puisse répondre, elle s’est retournée et est partie.

histoirestaboues
bandeau post content

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

Posted in Histoires taboues, Inceste

Vous aimerez aussi :

3 Comments

  1. Ping :Comment je suis devenu candauliste malgré moi - XFR - Histoires taboues et tél rose amateur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *