Menu Fermer

Joseph a une aventure avec une client qui est une femme fontaine

JOSEPH est arrivé au rendez-vous de 15 h avec environ 5 minutes d’avance. Il était là pour réparer la photocopieuse. JOSEPH a travaillé pour une entreprise qui s’occupe de l’entretien du matériel de bureau depuis 26 ans. À 49 ans, il était en bonne forme, environ 1,80 m et 75 kg. Il avait les yeux bleus et ses cheveux commençaient tout juste à montrer du gris. Plusieurs amies lui ont dit que c’était sexy. Il avait envisagé d’essayer de la colorer, mais il s’y est opposé parce que c’était trop compliqué. Il avait une moustache et une barbichette bien taillée et un peu grise. On lui avait dit qu’il était d’une beauté robuste à laquelle il n’avait jamais vraiment pensé.

Il est entré dans le bureau et a été accueilli par Carla la réceptionniste. Carla avait la trentaine. Elle avait les cheveux bruns avec des mèches coupées au carré. C’était mignon, mais JOSEPH préférait les cheveux longs. Elle avait de grands yeux bruns et un sourire chaleureux. Elle avait des seins de belle taille et un joli cul qu’il voyait rarement puisqu’elle était habituellement assise à la réception.

« Salut, JOSEPH, je te vois de dos en train de réparer notre imprimante, » dit-elle en déclarant l’évidence. « Je t’appellerai pour qu’on te raccompagne. »

« Merci », répondit-il.Joseph a une aventure avec une client qui est une femme fontaine

Le bureau se trouvait dans le département de comptabilité d’une petite banque de la ville. Ce n’est pas comme s’ils gardaient de l’argent là-bas, alors il ne comprenait pas vraiment la nécessité de l’escorte, mais c’étaient leurs règles et il a joué le jeu. JOSEPH a pris place dans l’une des chaises du hall en attendant son escorte. Le bureau était occupé par des femmes, il n’a donc pas été surpris quand Betty a sorti sa tête de la porte intérieure et lui a dit : « Hé, JOSEPH, reviens. » Betty avait une trentaine d’années avec des cheveux bruns. Elle était mariée et avait 3 enfants, ce qui explique probablement pourquoi elle était une BBW. Pour une grande fille, elle n’avait pas grand-chose dans la poitrine, peut-être un bonnet B. Elle avait la forme d’une poire avec de grandes hanches et un cul. Elle l’a accompagné jusqu’à l’imprimerie et lui a dit : « Voilà. J’espère que ça ne prendra pas longtemps parce qu’on a vraiment besoin de réparer ce truc. »

« J’espère que cela ne prendra pas qu’une heure environ », répondit-il en posant ses outils et ses pièces.

Il s’est mis au travail en enlevant les couvercles extérieurs pour pouvoir se rendre aux pièces qui devaient être remplacées. Toutes les femmes travaillaient à des bureaux dans un espace ouvert, à l’exception de Laura, la superviseure. Elle avait un bureau pour elle seule. Laura était au milieu de la cinquantaine, mais elle pouvait facilement passer pour la quarantaine. Elle a dû faire de l’exercice parce qu’elle était en pleine forme. Elle avait les cheveux blonds sur la longueur des épaules qu’elle avait tirés dans une queue de cheval. Elle s’habillait habituellement de façon conservatrice, portant une jupe au genou et un chemisier avec une veste. Les autres femmes portaient également des costumes, des robes ou des jupes et des chemisiers d’affaires. Les banques pensent toujours que leurs employés devraient se déguiser pour aller travailler. Aujourd’hui, sa jupe plissée était moins conservatrice, s’arrêtant juste en dessous de la mi-cuisse et montrant ses jambes très galbées. Elle portait des talons hauts, ce qui ajoutait au charme de son apparence. Elle portait une blouse blanche à manches courtes qui était ouverte au sommet et montrait un soupçon de décolleté de sa poitrine ample. Il a estimé que ses seins étaient des doubles D. La blouse n’était pas bien ajustée, mais ses gros seins lui ont fait apprendre à tirer le tissu et, à l’occasion, il pouvait voir ses mamelons sortir en piquant. Une vue qu’il avait déjà remarquée auparavant et qui lui faisait habituellement tic-tac. Cette fois n’était pas différente.

JOSEPH retirait une pièce de l’imprimante quand Laura s’est approchée. « Salut JOSEPH, content de te voir. Nous avons vraiment besoin que cette chose soit réparée », dit-elle.

Il leva les yeux et répondit : « Bonjour Laura. Oui, je sais, désolé d’avoir mis autant de temps à avoir les pièces. »

« Ce n’est pas ta faute. Tu fais toujours de ton mieux pour nous et je t’en suis très reconnaissante », dit-elle en souriant. « Une idée du temps que ça prendra ? »

« J’espère environ une heure et qu’elle sera comme neuve », a-t-il répondu.

« Parfait. Je vous laisse y retourner. »

Elle s’est tournée et s’est dirigée vers son bureau. Il l’a regardée s’éloigner en pensant qu’elle était canon. JOSEPH et Laura se connaissaient depuis des années. Ils flirtaient à l’occasion et il lui a demandé une fois de sortir avec elle, mais elle a poliment refusé en disant qu’elle avait déjà des projets. Il a pris ça pour signifier qu’elle voyait quelqu’un d’autre et a laissé tomber l’idée. Le flirt s’est poursuivi, mais il s’est dit que c’était un jeu innocent de sa part.

Il poursuivit sa tâche en essayant de se concentrer, mais fut interrompu par ses pensées de Laura. D’où il était assis sur le sol et avec les couvercles enlevés, il pouvait voir à travers le châssis de la machine et avait une vue parfaite de son bureau. Il était entre le mur et l’imprimante et aucune des femmes ne pouvait le voir de cet endroit. Puisqu’il était de l’autre côté de l’imprimante, il était presque complètement caché de la vue de Laura. Si elle était assise à son bureau, il pouvait la voir de côté. Il y avait eu de nombreuses occasions auparavant qu’il a pris cette position juste pour être un pervers et profiter de la vue. La plupart du temps, il pouvait à peine voir sa jupe ou sa robe et se demandait souvent quel genre de culotte elle portait ou même si elle les portait. Comme elle portait une jupe plus courte aujourd’hui, les choses s’arrangeaient. Soudain, il s’est rendu compte qu’elle savait qu’il serait là aujourd’hui et s’est demandé si elle ne portait pas exprès cette jupe courte.

La réparation a pris plus de temps qu’il ne le pensait. En fait, il y travaillait encore à 17 heures. Laura est sortie de son bureau pour aller le voir pendant que les autres dames partaient pour la nuit.

Il l’a vue s’approcher. « Hé, je suis vraiment désolé que ça ait été si long », a-t-il dit.

« Ce n’est pas grand-chose. Combien de temps pensez-vous que ce sera encore le cas ? demanda-t-elle.

« Je dois juste remettre les couvertures et les tester. Probablement 15 ou 20 minutes », a-t-il répondu.

« OK, je serai dans mon bureau », dit-elle en se retournant.

Il l’a regardée partir. Elle avait l’air de balancer ses hanches de façon séduisante en marchant.

Il s’est remis derrière la machine et était sur le point de mettre le couvercle quand il a levé les yeux vers le haut à travers la machine. Il s’est figé et a regardé avec incrédulité. Laura était assise sur sa chaise, face à lui. Ses jambes se sont écartées et elle se frottait la chatte avec une main. Elle a tenu sa jupe avec l’autre. Elle lui souriait. Il a mis le couvercle en place et s’est levé. Elle s’est approchée de là où il se tenait. Elle a mis ses mains sur ses joues et l’a attiré dans un baiser. Leurs lèvres se rencontrèrent doucement. Elle a lâché son visage.

« Viens avec moi », dit-elle en le regardant dans les yeux.

Elle l’a conduit par la main dans la petite salle de conférence. Ils s’embrassèrent de nouveau les lèvres en se séparant au fur et à mesure que leurs langues se rencontraient. Elle a gémi quand il lui a touché la poitrine avec sa main droite. Il l’a serrée et massée à travers son chemisier. Elle s’appuya contre la table de conférence alors qu’il embrassait son cou et son lobe d’oreille.

Joseph a une aventure avec une client qui est une femme fontaine« Dieu que tu es sexy. Je te veux depuis si longtemps » lui chuchota-t-il à l’oreille.

Elle respira profondément quand il l’embrassa de nouveau dans le cou et fit descendre ses lèvres sur son cou. Il a déplacé sa main vers les boutons de sa blouse et a réussi à en déboutonner deux. Il se débattait avec la suivante quand elle l’a repoussé. Il l’a regardée déboutonner son chemisier et le détacher de sa jupe. Elle a attrapé son polo et a commencé à le remonter. Il savait ce qu’elle voulait et lui a mis la chemise sur la tête et l’a jetée de côté. Elle embrassa sa poitrine en faisant glisser ses mains autour de son dos. Il a déplacé sa main droite autour d’elle tout en pétrissant sa poitrine à travers son soutien-gorge avec l’autre. Glissant l’autre main autour de son dos, il détacha son soutien-gorge et retira les bretelles de ses épaules. Elle l’a laissé tomber par terre. Il regarda brièvement ses magnifiques seins. Les aréoles étaient rose foncé et les mamelons se détachaient de presque 3 centimètres. En baissant la tête, il a aspiré un mamelon dans sa bouche en faisant tournoyer sa langue. Elle a reculé la tête et a poussé un petit gémissement. Elle s’est penchée vers le bas et a détaché sa ceinture, bouton et baissé la fermeture éclair de son pantalon suffisamment pour qu’ils tombent autour de ses chevilles.

Sa bite raide de 19 cm pointant droit contre son caleçon. Elle a glissé sa main droite sous la bande de taille jusqu’à son membre lancinant et a enroulé ses doigts autour du manche. Il gémit alors qu’elle glissait sa main le long du manche en la caressant. Il s’est éloigné de sa poitrine, la laissant brillante avec sa salive. En quelques secondes, il décrocha le fermoir de sa jupe et abaissa la fermeture à glissière. En plaçant ses pouces au-dessus de la ceinture, il a poussé la jupe jusqu’au sol. Sa main gauche sur sa hanche, il a placé la droite sur sa chatte nue. Elle était complètement rasée. Elle a écarté les jambes alors qu’il poussait sa main entre ses cuisses. Elle était assise sur le bord de la table et a levé les pieds du sol. Il appuya son majeur contre sa fente humide en faisant le tour des lèvres de sa chatte. Elle ferma les yeux et frissonna à son contact. Il l’embrassa de nouveau profondément puis s’agenouilla entre ses jambes. Elle s’est allongée sur ses coudes. Agenouillé sur le sol, il respira son odeur sexuelle. Il a déplacé sa bouche vers son clito et a léché le haut de sa fente. Elle a aspiré un souffle dans un sifflement. « Oui….Oh, mon Dieu, ça fait du bien », gémit-elle.

Pressant sa langue sur son clitoris, il l’a aspirée et l’a enroulée autour d’elle. Elle gémissait plus fort.

« Ne t’arrête pas. »

Son jus couvrait ses lèvres et son menton pendant qu’il passait du léchage et à la succion. Il a inséré un doigt dans sa chatte. Elle a relevé les genoux en s’écartant plus largement. Il a inséré un autre doigt en les enfonçant jusqu’au bout.

« Oh, mon Dieu, je vais jouir ! » s’écria-t-elle.

Elle s’est penchée vers le bas et en tenant les côtés de sa tête et l’a tirée contre sa chatte. Sa tête est tombée sur sa poitrine, elle a fermé les yeux et s’est crispée quand elle a commencé à jouir. « MMMMMMMM ! » Elle expira par les dents serrées. « Ne t’arrête pas………………………….. » Elle s’est mise à crier. Elle n’a pas giclé, mais son jus s’est répandu sur son visage et sa main. Elle a tremblé quand son orgasme a pris le dessus. Il a continué son attaque orale sur sa chatte et son clito. Elle lui lâcha la tête et s’allongea sur la table en haletant.

Elle tremblait et se secouait à mesure que la vague de plaisir s’apaisait. Il a léché son clitoris une dernière fois et elle a encore tremblé. Il a reculé en ressemblant à un beignet glacé. Elle ouvrit les yeux et posa son avant-bras sur son front.

Elle respirait encore fort, elle a dit : « Ça fait longtemps que je n’ai pas éjaculé comme ça. »

Il s’est levé, a glissé de ses chaussures et de son pantalon et a laissé tomber son caleçon en les frappant sur le côté. Sa bite dure comme du roc pointait sa chatte. Il s’avança en pressant la pointe contre son trou glissant. Comme il l’a poussé en elle, elle a serré ses jambes contre lui en arrêtant sa poussée.

« Attends ! Je veux le sucer. » Elle a dit.

Elle s’est assise alors qu’il reculait. Elle a glissé de la table et s’est agenouillée devant lui. Elle a ouvert sa bouche en tirant ses hanches vers l’avant. Sa bite a glissé entre ses lèvres pendant qu’elle le prenait profondément. Elle a tiré sa tête en arrière en la tenant dans sa main. Elle a léché le bout en goûtant son precum. Ses lèvres se séparèrent en glissant à nouveau. Elle l’a regardé dans les yeux en tirant sur ses hanches et en prenant sa bite jusqu’au bout. Elle ne s’est pas étouffée en le tenant avec sa bite dans la gorge. Elle lui a malaxé les couilles de la main gauche et l’a ramené à mi-chemin. Puis il l’a tiré vers l’avant et l’a encore une fois tout emporté. Elle a continué pendant quelques minutes. Il voulait lui attraper la tête et lui baiser la bouche, mais il a résisté à l’idée de la laisser séduire sa bite. Elle a retiré sa bite quand une goutte de salive est tombée par terre. Elle a encerclé sa langue autour de la tête au fur et à mesure que plus de précum sortait de la fente. Il sentait son orgasme se développer. Elle a dû le sentir aussi. Elle se leva et lui caressa la queue sur toute sa longueur. Regardant profondément dans ses yeux, elle dit d’une voix grave et grave : « Je veux que tu éjacules en moi. »

Elle s’allongea sur le sol, les jambes écartées. Il s’est mis à genoux entre ses jambes. Penché vers l’avant, il appuyait son poids sur ses bras tendus. En poussant ses hanches vers l’avant, sa bite lui a frotté le haut de la chatte. Elle a tendu la main entre les deux et a positionné la tête contre son humidité. Il s’élança à nouveau en avant. Son membre gonflé s’est glissé dans son entrée étroite. Il poussa jusqu’à ce que la moitié de sa longueur se trouve à l’intérieur de sa cavité veloutée.

Elle a fait un petit halètement. « Oh, mon dieu, ça fait du bien », chuchota-t-elle.

Il s’arrêta pour absorber pleinement la sensation de sa bite entourée par la douceur chaude de sa chatte. En tournant les hanches, il a poussé sa bite à fond. Elle a encore gémi. Ils se regardaient dans les yeux. Il a commencé à pomper d’avant en arrière. Elle saisit ses genoux et les écarta encore plus. Il a poussé plus fort, causant un bruit de gifle alors que leurs corps se rapprochaient. Ses couilles lui ont donné une fessée contre le cul. Elle gémit de nouveau quand une vague de plaisir se répandit sur son corps. Son jus coulait librement. Il a senti l’humidité aussi. Elle ferma les yeux à l’approche de son orgasme. Il sentit ses muscles de chatte convulser quand elle commença à haleter. Ses couilles barattaient avec son propre bâtiment d’orgasme. Elle est passée en premier.Joseph a une aventure avec une client qui est une femme fontaine

« Ungh !!! » elle gémit. Sa tête s’est cognée dans les deux sens. Chaque muscle de son corps s’est contracté. Elle sentit une vague de chaleur s’élever de son clito jusqu’à sa poitrine, puis se transformer en une expérience corporelle qui l’amena à trembler pendant quelques secondes. Sans le savoir, elle a frisé les orteils.

Poussant son corps vers le bas, il a conduit sa bite aussi fort qu’il le pouvait. Ses muscles de la bite se sont contractés et ont convulsé en envoyant son sperme dans sa chatte. Son seul désir était de livrer sa semence. Son sang se transforma en beurre et sa conscience fut emportée de plaisir. Sa bite crachant des cordes de sperme profondément dans son humidité soyeuse. Ses hanches se sont inclinées vers l’arrière et se sont de nouveau écrasées vers l’avant. Elle lâchait un petit grognement à chaque poussée. Comme le désir primitif s’est apaisé, il s’est effondré sur sa poitrine et a commencé à pomper lentement sa bite dans les deux sens.

Une autre vague de désir pulsatif l’a consumée quand elle a senti sa bite exploser dans sa chatte. Elle a suffoqué et gémi. Elle a senti la chaleur intense et chatouilleuse qui commençait au fond de son abdomen. Elle s’est propagée rapidement vers l’extérieur à travers tout son corps en surmontant chaque cendre musculaire du corps entier contracté. Son esprit a perdu la tête pendant une seconde et elle a ressenti le plus grand soulagement qu’elle n’ait jamais ressenti, mélangé avec un sentiment onirique.

Elle l’a entouré de ses bras alors qu’ils continuaient tous les deux à respirer fortement. Il se leva sur ses bras et leurs yeux se retrouvèrent. Ils s’embrassèrent profondément. Il pompait encore sa bite à moitié dure d’avant en arrière.

Elle a souri, « Je ne me souviens pas avoir jamais joui si fort avant. »

« Je t’ai désiré si longtemps, je suis content que ce soit enfin arrivé et que ça t’ait plu », a-t-il dit.

« MMMMMM……..Oui, je l’ai fait », a-t-elle répondu. « Même si je veux continuer, je crois qu’on ferait mieux de se lever. »

C’est alors qu’ils ont entendu la porte d’entrée s’ouvrir lorsque la femme de ménage est entrée dans le bureau. Ils se sont précipités pour ramasser leurs vêtements et se sont précipités vers les toilettes, juste à côté de la salle de conférence. Après s’être habillée, Laura a pris quelques serviettes en papier et est retournée à la salle de conférence. Comme elle se doutait qu’il y avait un grand point humide sur le sol où elle avait été couchée. Elle a essayé d’essuyer le désordre, mais ça n’a servi à rien. Rapidement, elle scanna la pièce et repéra les restes d’un pot de café. Elle a pris la carafe et en a versé sur place. Elle en a recouvert avec les essuie-tout et les a jetés à la poubelle en partant. Elle est retournée à son bureau en passant devant la femme de ménage en chemin.

« Je suis désolé, mais j’ai renversé du café dans la salle de conférence. Je pense qu’il a pu tacher le tapis, lui dit-elle.

La femme de ménage répondit avec son accent hispanique : “C’est bon. Je vais tout nettoyer.”

JOSEPH s’était rapidement habillé et était retourné à la photocopieuse et rangeait ses outils à mesure que la femme de ménage approchait.

Ils hochaient la tête et échangeaient des sourires. Il a entendu ce que Laura lui a dit et a failli rire tout haut. Laura a mis sa veste de costume et a ramassé son sac à main. JOSEPH était également prêt à partir. Il a remarqué qu’elle n’avait pas mis son soutien-gorge et que ses mamelons dépassaient.

“Pensez-vous que cette tache de café sortira un jour du tapis ?” demanda-t-il en souriant.

“J’espère que non. Cela me le rappellera à chaque fois que j’irai là-bas”, dit-elle en riant.

Tandis qu’ils se dirigeaient vers la sortie, il leur dit : “Merci ! J’espère qu’on pourra recommencer un jour. Peut-être dans un endroit un peu plus privé la prochaine fois.”

Elle s’arrêta et le regarda dans les yeux, “Oh, ce n’était pas fini. J’ai quelque chose à la maison que j’ai besoin que tu regardes ce soir. Tu peux me suivre chez moi.”

“Et qu’est-ce que tu veux que je regarde ?” demanda-t-il en taquinant.

“Tu le sauras si tu me suis”, lui dit-elle de façon coquine.

La tache sur le tapis ne s’est pas détachée comme elle l’espérait. Chaque fois que Laura le voyait, elle se sentait un peu mouillée.

histoires taboues
telephone rose amateur

Tél rose avec webcam

bantelskype

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

Posted in Histoires taboues, Récit érotique

Vous aimerez aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.
Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.
Ce site est réservé aux adultes
Vous devez certifier que vous êtes majeur dans votre pays pour entrer sur le site. Vous engagez votre responsabilité en cliquant sur OUI. Toutes fausses déclarations sont passibles d'une amende.
Ce site est réservé aux adultes
Vous devez certifier que vous êtes majeur dans votre pays pour entrer sur le site. Vous engagez votre responsabilité en cliquant sur OUI. Toutes fausses déclarations sont passibles d'une amende.
Deviens un membre privilégié !
Rejoins nous ;)
GRATUIT !!!
100%
XFR
Rejoins la communauté
100% GRATUIT
Tu ne seras pas déçu ;)
Merci !
XFR
Tu ne seras pas déçu ;)
MERCI !!!