Menu Fermer

Je suis une mère célibataire avec un fils de 16 ans Quatrième partie

 « Maman »

« Quoi, il y a quelque chose qui ne va pas »

Avant que je ne m’en rende compte, il m’a pris la main autour de son manche et m’a fait entendre un gémissement, le bout du préservatif que je tenais a commencé à se remplir et je l’ai rapidement lâché. Il nous a donné quelques coups rapides de son bâton dans les mains et je pouvais le sentir pomper dans ma main.

Nous nous sommes regardés

« Désolé maman, je me suis un peu emporté »

J’étais sans voix, que pouvais-je dire, mon fils venait d’éjaculer et ma main était autour de sa bite à ce moment-là. Le bout du préservatif s’est rempli de sa graine blanche alors qu’il s’étirait et que sa bite bougeait.

« Je suis désolé maman, je ne voulais pas que ça arrive »

« Tout va bien, je me suis senti bien ».

« Mam, tu ne peux pas demander ça »

Sa bite commençait à se ramollir maintenant et elle me semblait vivante quand je la tenais dans ma main

« Tu peux enlever ta main maintenant maman »

« Oh désolé, je n’ai pas réfléchi, c’est mon premier zizi que j’ai tenu et dont j’ai été si proche »

« Mais vous avez eu des relations sexuelles », a-t-il dit.

« Je l’ai vu quand il l’a remis dans son pantalon et c’est tout », ai-je dit

« Tu peux le garder si tu veux maman, tu sais que certaines filles lèchent et sucent même la zizanie »

« As-tu fait sucer le tien ? » J’ai demandé.

« Non, je me demande parfois si je peux attraper quelque chose de leur bouche, alors je n’ai jamais laissé personne »

« Je vois, y a-t-il quelque chose que vous aimeriez savoir de moi »

« Pas vraiment, mais, vous savez quand vous vous faites sucer les tétons, ça vous excite »

« Je ne sais pas, je ne les ai jamais fait sucer »

« Ce qui n’a jamais »

« Non, je n’ai été avec un garçon qu’une seule fois et il voulait autre chose »

« Me laisserais-tu en toucher un, vu que tu m’as touché »

« Ce ne serait pas juste, je suis ta mère »

« Je suis ton fils et je te laisse voir mon zizi »

« Juste une petite touche alors »

J’ai soulevé mon tee-shirt au-dessus d’un de mes seins, mes mamelons dépassaient fièrement et son doigt l’a touché, ça m’a définitivement fait quelque chose, avant de savoir ce que je faisais, j’avais remonté le lit et tenu mon sein pour qu’il le suce. Sa langue s’est posée sur mon mamelon et il s’est mis à le sucer doucement.

J’ai tiré sur mon tee-shirt avec mon autre main et je l’ai finalement enlevé de ma tête, puis j’ai donné mes deux seins à mon fils, en les tenant chacun vers le haut pendant qu’il passait de l’un à l’autre. C’était tellement agréable ; il les a sucés comme il l’avait fait quand il était bébé.

Cela valait la peine de prendre un jour de congé et de regarder les clips de la mère sur son ordinateur, je ne connaîtrais jamais l’épanouissement qu’un fils peut donner à sa mère. Il m’envoyait des sentiments par la chatte et plus j’imaginais les clips, plus je voulais que mon fils aille plus loin.

« Tu veux en voir plus ? »

Il a fait un signe de tête et je me suis levée avec les tétons qui dépassaient et j’ai commencé à défaire mon jean

« Souviens-toi que je suis ta mère, pas une fille qui ne sait pas se servir d’un bâton »Mon mari est devenu cocu à son tour dernière partie

« Je sais que maman, c’est pour ça que je t’aime bien »

J’ai glissé mon jean le long de mes jambes et je ne suis resté que dans ma culotte, j’aurais aimé en porter de meilleurs que je me suis dit.

« Tu es sûre ? » J’ai demandé.

Edward a encore hoché la tête et j’ai glissé mes pouces jusqu’à la taille de ma culotte, révélant lentement mon buisson poilu mal entretenu. Je pouvais voir la joie pure qui se répandait sur son visage lorsque ma chatte arrivait à la vue.

« Maman »

On aurait dit qu’il allait revenir quand j’ai enlevé ma jambe de ma culotte et que je lui ai probablement donné une chair de mes lèvres, qui commençaient à vibrer d’excitation et de plaisir.

Je me tenais devant mon fils et lui offrais tout ce que j’avais pour son plaisir et j’ai vu que son préservatif avait glissé de sa bite, il commençait à repousser. Il s’excitait autant que moi.

« Mam, tu es belle »

« Je n’irais pas aussi loin que ça »

Je mesure 5,3 m et j’ai des cheveux blancs aux épaules, je prends un soutien-gorge de 36 c avec une culotte de taille 10 qui doit couvrir un buisson blanc très poilu, je commence peut-être par le ventre de ma mère, mais j’essaie de ne pas y penser.

Je lui ai tendu la main et je l’ai tiré de son lit, le conduisant dans ma chambre, son pyjama glissant de ses pieds pendant que nous marchions. Je me suis sentie à la fois nerveuse et excitée ; je n’ai jamais eu cette sensation la première fois que j’ai eu un contact sexuel avec une maman.

Nous nous sommes allongés ensemble sur le lit, ma main retrouvant sa bite dure et je sentais ses doigts au-dessus de mon buisson. Instinctivement, j’ai écarté les jambes, laissant mon fils toucher la chatte de sa mère. Il était doux et tendre, à l’opposé de la seule fois où j’ai laissé un homme descendre, à quelle dose il savait quoi faire.

histoires taboues
telephone rose amateur
afterpost

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

Posted in Histoires taboues, Inceste

Vous aimerez aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *