Menu Fermer

Je suis soumise à mon mari et…notre chien

Je m’appelle…. Allons-y avec Lorie. J’ai 28 ans, 1m60, la peau très pâle, les cheveux et les yeux noisette, des taches de rousseur autour du nez, un corps assez athlétique et des seins 90 b guilleret. Le truc avec moi, c’est que j’ai toujours été très excitée. D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours eu cette démangeaison qui revient sans cesse et qui n’est pas si facile à gratter, pas que mon mari…… Appelons-le Fred a des problèmes avec ça. Il n’est pas un culturiste acharné, mais il a un travail très exigeant physiquement, donc il est tout à fait en forme, 1m80 avec des cheveux blonds, les yeux bleus et une magnifique bite de 20 cm avec une sexy légère courbe vers le haut. Nous avons tous les deux de bons emplois, lui travaillant pour la ville et moi travaillant pour une petite entreprise qui me permet de travailler à la maison, je n’ai vraiment qu’à aller au bureau pour des réunions ou si quelqu’un foire vraiment. Nos emplois nous permettent de vivre confortablement dans une maison de 2 chambres à coucher avec jardin.

Nous avons été mariés 5 merveilleuses années durant lesquelles nous avons eu une relation D/S très forte. J’ADORE être utilisé, battu et dégradé avec des limites que nous aimons encore pousser et Fred est plus qu’heureux d’obliger, puisqu’il obtient autant de sexe qu’il le désire. En fait, il m’oblige souvent à attendre des jours, voire des semaines, pour que je me déchaîne, je m’en sors trop avec le déni de masturbation sans recevoir d’ordre et il le sait. Après tout, je suis son petit jeu de pute.

L’histoire qui m’a inspiré à commencer à écrire s’est donc passée juste après l’été, le 1er septembre 2019, après 4 jours où j’ai essayé de séduire Fred et lui en me refusant du sexe je venais de terminer mon dernier travail de la journée et j’étais sur le point de me connecter et de poster sur notre compte FB (qui NE SERA PAS partagé ici en raison de la nature de cette histoire, désolée) quand j’entends mon carillon téléphonique. Je l’attrape en m’attendant à recevoir un texto du travail avec des mises à jour ou d’autres documents et je vois plutôt un texto de Fred, vérifiant l’heure à laquelle je sais qu’il vient probablement de descendre et qu’il doit juste faire une heure de route pour rentrer.

J’ai lu « Je suis sur mon chemin putain » immédiatement je commence à avoir chaud et sentir ma chatte se mouiller sachant ce que l’on attend de moi.

Chaque fois qu’il envoie un message comme ça, je sais deux choses. Que Fred est excité et qu’il a eu une journée frustrante, ce qui veut dire que je vais avoir une baise absolument brutale et dégradante. Chaque fois qu’il a une mauvaise journée, il se sert de moi pour soulager sa frustration refoulée. Tout ce que nous faisons a fait l’objet d’une discussion approfondie et de limites. Il peut se libérer de son stress par le sexe et je reçois l’humiliation hardcore et le sexe brutal dont j’ai envie.

Je passe immédiatement à l’action, j’ai quelques choses que l’on attend de moi avant qu’il ne rentre à la maison. Il s’agit notamment de me faire un lavement en profondeur, car nous avons souvent des relations sexuelles anales ou, à tout le moins, de lui faire bousculer quelque chose lorsqu’il est frustré. En m’assurant que je suis complètement rasé depuis que je reçois régulièrement des épilations, je sais que je suis bon sur ce devant, en mettant mes cheveux dans une queue de cheval pour faciliter la traction et pour lui donner une poignée, puis habillé seulement avec mon col, poignet et manches, je dois attendre à genoux par la porte, le retour à la maison.

Je cherche Crash, notre chien, mais je ne le vois pas. Je me suis dit que je l’emmènerai quand le reste sera fini, j’ai fait un demi-sprint jusqu’à la salle de bain pour commencer mon énéma et me maquiller (j’adore quand ça se gâte et je ressemble à la salope que je suis) une fois que j’ai fini et que j’ai fait un double contrôle pour me mettre mes cheveux pendant que je marchais vers notre « salle de rangement ». C’est ainsi que nous l’appelons et ne laissons personne voir à l’intérieur en prétendant que c’est un énorme gâchis.

J’entre et je vois la vue familière de ma pièce préférée dans toute la maison. Bancs le long de 2 murs recouverts de jouets, de lubrifiant, de fouets, de pagaies, de bouchons, de pinces ainsi que de diverses attaches. Plusieurs meubles (la plupart fabriqués par mon mari), un poteau de strip-teaseur et divers boulons à œil placés le long des murs et du plafond. Je prends du lubrifiant et un godemiché en forme de cône pour que je puisse m’étirer un peu le cul avant qu’il arrive. Ensuite, j’ai mis ma « tenue » et je me suis accroupie près de la porte en sachant qu’il va rentrer d’une minute à l’autre.

J’attends agenouillé, les mains en l’air, les paumes en l’air reposant sur mes jambes. Mes jambes sont écartées pour lui donner une bonne vue de ma chatte déjà mouillée et ma tête est légèrement baissée avec mes yeux dirigés vers le sol. J’aime attendre dans cette position, sachant que je mets tout en attente pour m’asseoir nue devant la porte et incapable de changer de position jusqu’à ce qu’il me le dise, ne sachant pas exactement combien de temps il va prendre. Une fois, il a décidé de s’arrêter au magasin et m’a laissée agenouillé pendant près de 40 minutes ! C’est tellement excitant !

Alors que mon esprit commençait à s’étonner, j’entendis le bruit de son camion qui se levait et mon cœur s’emballait avec une vigueur nouvelle, alors que je devenais insupportablement excité, presque incapable de me contenir ou de rester assis sans bouger. Son pied s’approche progressivement et j’entends la porte se déverrouiller alors qu’il entre et passe devant moi sans un mot. Savoir mieux que de le bouger ou même de le regarder jusqu’à ce que j’écoute ses pas marcher jusqu’à la cuisine suivie par le bruit du réfrigérateur qui s’ouvre et se ferme. En l’entendant se rendre au salon, probablement à sa chaise préférée, j’entends une bouteille qui s’ouvre. Ma chatte monte en flèche et mon cœur s’emballe, s’il prend une bière dès qu’il rentre à la maison, ça veut dire que c’était une très mauvaise journée et que je m’attends à une putain de journée difficile. La dernière fois que c’est arrivé, il m’a fait rebondir mon cul sur sa bouteille de bière pendant qu’il me baisait la gorge. Je ne serais pas déçu si cela se reproduisait ! De plus, c’est un signe sûr de sports nautiques, la bière passe à travers lui et il adore m’avoir accroupi dehors ou dans la baignoire pendant qu’il me pisse dessus !

Après s’être agenouillé encore quelques minutes, il m’a fait attendre intentionnellement, puis il a fini par parler « rampe jusqu’ici et agenouille-toi, salope ! »

Ma chatte fuit activement le long de mes cuisses, je rampe en gardant les yeux fixés au sol jusqu’à ce que je vois ses bottes de cuir usées. Je m’agenouille et j’attends avec impatience la prochaine commande. Après une autre gorgée de sa bière, il dit : « Sors ma bite et suce-la comme la pute que tu es ! »

« Oui Maître » est ma seule réponse, car avec les mains tremblantes je défais son pantalon et sors sa glorieuse bite. Sachant qu’il ne veut pas que je ralentisse, je l’avale avec abandon, l’emporte à la base et la suce comme si ma vie en dépendait. (J’adore les réflexes de bas gags) J’étais dans l’extase, je me balançais la tête aussi vite et aussi fort que je pouvais, ne prenant pas la peine de cacher mon gaging ou gémir comme j’essayais si de sucer le sperme directement de ses couilles.

Soudain, je sens une secousse de mes cheveux quand il m’arrache la tête et me gifle, utilisant mes cheveux pour tourner violemment ma tête vers notre chambre à coucher : « Qu’est-ce que c’est que ce connard de merde !? »

En regardant la porte de la chambre à coucher, je vois Crash, nous regardant, « Merde », pensai-je.

J’étais tellement distrait par mes autres préparatifs que j’ai oublié de le mettre dehors !!!!!

« Je sais que tu es une salope idiote, mais je pensais que nos règles TRÈS simples seraient assez faciles à suivre même pour toi ! » Il me ramène la tête vers lui et une autre gifle me pique de l’autre côté du visage avant qu’il ne repousse ma tête vers sa bite. Il commence à utiliser mes cheveux comme une poignée pour me baiser la gorge grossièrement, ma chatte jaillissant absolument.

Au bout d’un moment, il m’arrache les cheveux et se lève. Avec sa main qui tire encore douloureusement mes cheveux en arrière, il commence à pomper sa bite en direction de mon visage. De gros jets de sperme jaillissent de sa belle bite, m’aspergeant sur tout le visage et se mélangeant à la bave et aux larmes qui ruinent déjà mon maquillage. Avec sa bite à dégonflage lent à la main, il me tire le visage vers l’intérieur et traîne son membre sur tout mon visage en répandant le mélange de fluides sur moi. Le musc piquant de son sperme qui dépasse mes sens, il enfonce sa bite dans ma bouche, libère mes cheveux et « suce » est tout ce qu’il a à dire et je commence à le nettoyer. Le goût délicieux de son sperme et la saveur chimique de mon mélange de maquillage courant pendant que je le nettoie avec abandon.

« Bien salope, dit-il avec force, puisque tu ne sembles pas pouvoir suivre les instructions de base, il semble que je vais devoir te punir. Rampe jusqu’à la salle des jouets et rapporte un plateau avec une seringue de lubrifiant, le bouchon bleu, la barre d’écartement et la chaîne au poignet, un bâillon, la pagaie, le fouet à chaîne et l’entonnoir ». Sur ce, il s’assoit de nouveau et commence à boire sa bière très fort et très vite.

Je ne sais pas pourquoi il veut l’entonnoir, mais pas sur le point de remettre en question ses ordres, je rampe jusqu’à la pièce sur des jambes bancales, ma chatte baveuse et mes mamelons aussi durs que des diamants, je ne me souviens pas la dernière fois que j’étais si excitée. Une fois que je suis arrivé dans la pièce, mais en me rappelant qu’il ne m’a jamais donné la permission de me tenir debout, je rampe sur le sol en caoutchouc, saisissant le plateau en argent et travaillant pour rassembler les objets. En remplissant une grosse seringue de lubrifiant et en la plaçant à côté du reste des outils de ma punition, je vais chercher les deux dernières choses. La pagaie et le fouet à chaîne. Je m’arrête. Je déteste ce truc, ça pique comme un enfoiré, c’est un gros coup de fouet. Mais une idée sournoise me traverse l’esprit. Je prends plutôt ma récolte préférée, il sait que je déteste le fouetteur et si je lui ramène la récolte, il saura que je l’ai fait exprès et qu’il devra me punir. Mais en faisant quelque chose de si effronté, il saura que je veux que ce soit dur et que je veux repousser mes limites à nouveau.

Avec un dernier sourire espiègle, j’abaisse mon corps pour pouvoir poser le plateau sur mon dos et ramper jusqu’à mon maître pour être puni. J’ai failli venir juste de l’idée !

Je rampe jusqu’à ce que je sois de retour et en regardant ces bottes de cuir noir que je porte, je risque de le regarder en l’air. Ses yeux scrutant le contenu soigneusement placé sur le plateau, je peux dire quand il aperçoit la récolte et après un bref instant, un regard de compréhension apparaît sur son visage. Il tire le plateau de mon dos et le pose sur le sol à côté de moi, alors qu’il prend encore une fois la forme de mes cheveux et force mon visage dans le tapis en peluche. Lâchant ma tête, il tire violemment mes bras derrière mon dos et les verrouille avec la chaîne avant de connecter l’écarteur et d’écarter douloureusement mes jambes.

Attrapant le bâillon de balle, il me le force dans la bouche avant de me dire : « Tu te fous de moi, sale pute !? D’abord tu ne sors pas le chien, puis tu prends la récolte au lieu du fouet à chaîne comme on te l’a ordonné !? »

Je gémis d’une tentative pathétique de m’excuser à travers le bâillon alors qu’il frappe violemment sa main sur mon trou mouillé et enfonce violemment ses doigts à l’intérieur.

Il grogne « On dirait que ton trou à rats te rend plus bête que d’habitude et maintenant je dois faire tout mon possible pour te punir encore plus fort pour qu’une salope idiote comme toi puisse comprendre sa putain de place !!!! »Son corps de rêve est taillé pour le sexe même s'il est sadomaso

Avec ça, il attrape la seringue et je sens qu’il répand du lubrifiant partout dans mon trou du cul et qu’il en asperge à l’intérieur. Avec son sperme séchant sur mon visage, je le sens me tirer par la taille, me forçant à me tenir debout et à m’équilibrer sur la tête comme un trépied, il plante l’entonnoir dans mon trou du cul déjà bien tendu. J’entends sa fermeture éclair et un doux soupir alors que quelque chose de chaud commence à remplir mon cul et je réalise qu’il pisse en moi !!!!!!!! C’est nouveau ! Et bon sang, je commence à m’offusquer du fait qu’il se sert de mon cul comme urinoir.

Après ce qui semble être 5 minutes de sa pisse, je le sens enlever l’entonnoir et presser le bouchon lubrifié en moi, en tenant mon trou du cul étiré et sa pisse en moi quand j’entends une balançoire et une douleur vive quand la pagaie se connecte avec mon cul. Je me remets sur mes genoux et mon visage trempé de sperme traîne sur le tapis pendant qu’il continue l’assaut sur mon cul.

Après quelques minutes, mon cul est en feu à cause des pagaies constantes et je peux l’entendre respirer plus fort derrière moi quand il s’arrête. Je sens mon corps commencer à relâcher la pose tendue dans laquelle je me retenais, mon esprit un brouillard complet de convoitise comme je respire et bave à travers le bâillon, les larmes coulant le long de mes yeux, les fluides se mélangeant à la sueur, je respire fort espérant qu’il va enfin me baiser. J’entends un bruissement comme la récolte fait un grand claquement humide sur ma chute d’eau d’une chatte et je crie à travers le gag comme il continue à battre ma chatte chaude et douloureuse. Ses doigts entre alors en contact direct avec mon clitoris dur et je pousse un cri gémissant quand je sens que mon orgasme est sur le point d’arriver, il arrête tous les coups quand mon orgasme s’estompe pendant que je pleure et que je supplie à travers le gag de la balle.

Il vient vers le haut et tâtonne grossièrement ma chatte me faisant pleurer et gémir plus avec la douleur et le besoin, broyant sa main sur ma chatte trempée il frotte alors mon jus partout sur mon visage en le mélangeant avec les autres fluides avant d’utiliser mes cheveux pour sécher sa main. J’ai commencé à gémir en essayant malgré le bâillon de le supplier de me baiser, mais il dit simplement d’une voix calme et commandante « Comme que tu m’as fait travailler une salope en sueur, je vais te laisser ici pendant que je vais prendre ma douche. Alors je déciderai de ce que je veux faire de toi, putain. Puisque tu veux laisser le chien ici, je pourrais te laisser attaché dans sa niche pour la nuit pour que tu apprennes. »

Avec cela, il s’en va en me laissant enduite de sperme pleurnichant dans mon gag, mendiant pour la libération, mon orgasme ruiné s’est maintenant complètement effacé. Aucun soulagement n’arrivant, je suis restée allongée là à pleurer et incapable d’empêcher mon cul de baiser à cause d’une stimulation fantôme que j’aurais aimé avoir, faisant pisser mon mari autour de mon cul très plein, ce qui m’a fait gémir encore plus fort.

J’ai tellement disparu dans ce vide infini de luxure que je ne remarque pas Junior qui monte par-derrière jusqu’à ce que je sente son nez froid sur mon enfer de chatte. Sa longue langue de papier de verre s’est cassée en courant le long de ma chatte du clito au trou du cul quand il a commencé à me lécher avec abandon. Au fond de mon esprit, je savais que je devais m’inquiéter de l’endroit où cela finirait par mener ou que je devais essayer de m’éloigner de lui, mais si perdu dans le brouillard de la luxure que tout ce que je pouvais faire était de secouer mes hanches avec sa langue en ressentant des chocs électriques de plaisir grossiers dans mon corps. J’étais en extase, alors que sa longue langue léchait ma chatte désespérée comme un orgasme construit jusqu’au bord du précipice. Puis, à mon grand désarroi, il s’est arrêté.

Je me tortille le cul et j’ai essayé de l’appeler à travers le bâillon pas mentalement capable de se voir refuser un autre orgasme. La douleur chaude et blanche me fait pleurer et gémir pendant que ses griffes creusent dans mon dos et me descendent sur les côtés alors que je sens quelque chose d’encore plus chaud que le feu dans ma chatte presser contre ma chatte dans le besoin. Il se met sur moi ce qui se passe juste au moment où sa première poussée fait courir sa longue bite rouge chaude contre ma chatte, manquant l’entrée. La stimulation qui fait que mon orgasme encore une fois nié s’élève plus haut et sans pensée ni contrôle, je commence à le repousser vers lui quand il me pousse en moi. Chaque coup de sa bite chaude me rapprochant de ce bord, mais chaque coup ne trouvant pas sa marque et ne me pénétrant pas. Juste au moment où je me sens sur le point de jouir enfin, il enfonce sa bite chaude en fusion dans ma chatte qui explose maintenant.

J’ai vu des lumières comme vagues après vague de pur plaisir roulé à travers mon corps avec chaque vague orgasmique et chaque poussée de son énorme bite de chien, je sentais de plus en plus de plaisir. En gémissant comme la pute que je suis que je repousse contre mon compagnon animal, je pouvais sentir un autre orgasme se développer pendant qu’il me baisait pendant plusieurs minutes. Je commence à sentir une boule qui n’était pas là avant, une croissance de plus en plus grande à mesure qu’elle glissait dans et hors de ma chatte déjà tendue. Je m’en fichais parce que ça me donnait du plaisir, car son nœud tendait mes lèvres plus larges et ses grosses boules se balançaient dans mon clitoris engorgé. Puis j’ai remarqué comme il devenait de plus en plus grand et plus difficile de tenir dans ma chatte négligée, ses poussées ont commencé à devenir plus lentes, mais plus dures jusqu’à ce que dans une dernière poussée il nous enferme à l’intérieur et m’envoie dans une autre vague orgasmique.

Je vois alors mon mari s’agenouiller entre nous et placer un bol sous nous. Dans son autre main, j’ai vu un gros plug anal à tête de champignon. Avant que je puisse avoir n’importe quelle forme de pensée fonctionnelle, je sens à l’intérieur de moi comme du sperme chaud fondu pulvérisé en moi. Il y en a qui fuit sur les côtés de ma chatte et dans le bol. Pendant un long moment douloureux, je peux à peine comprendre ce qui se passe quand mon mari me regarde en souriant, me faisant des vagues d’extase pendant que Junior continue à me tester, essayant de sortir son nœud de mon trou de cul rempli de sperme de chien.

Fred sourit et rigole « Bien salope, ou devrais-je dire salope à chien. J’allais l’éloigner de toi jusqu’à ce que je t’entende gémir comme une pute et te voie te repousser comme une salope en chaleur. Je dirais que c’est une assez bonne punition, mais je ne t’ai jamais donné la permission de jouir, espèce de salope à chien. »

« Comme tu t’es tellement amusé, je suppose qu’on va devoir t’élever avec Junior plus souvent. Qui sait, avoir sa propre chienne à élever pourrait lui plaire. »

Tout comme Junior tire, en testant à nouveau notre lien, je sens son nœud glisser et immédiatement Fred enfonce la prise dans mon trou d’élevage maltraité. Avant qu’il n’ait pu le mettre en place jusqu’au bout, une partie du sperme de chien s’est échappé et s’est retrouvé dans le bol, suivi d’encore plus une fois la fiche insérée. Junior est parti pour lécher sa bite usée pendant que Fred enlevait ma chaîne de poignet, ma barre d’écartement et mon bâillon.

« Je suis désolé… » Je comprends alors qu’il m’arrache les cheveux et me plante le visage dans le bol. Il se met à me faire tourner la tête dans le mélange de mon propre jus et du sperme de chien quand il grogne « Ouvre la bouche, chienne, goûte tes jus, sale pute ! »

Une main tenant la seringue de lubrifiant et l’autre tenant mes cheveux qu’il traîne à moitié me conduit à l’extérieur vers notre arrière-cour amplement couverte. Lâcher prise à mes cheveux.

« Accroupis-toi et enlève ces bouchons, salope de chienne ! » il ordonne.

Je fais ce qu’il dit et je m’accroupis sur mes jambes tremblantes en retirant les deux bouchons. J’ai gardé les yeux fermés à cause de l’épaisse couche de sperme de chien qui recouvre mon visage, mes narines et ma bouche. Donc je ne peux pas voir le désordre, mais par la sensation que tout jaillit de mon cul et de ma chatte, je peux dire que c’est un gros problème.

« Eh bien, sale chienne de salope, c’est mon tour ! »

Il attrape de nouveau mes cheveux et pousse grossièrement mon visage dans le sol dans la flaque de sperme et de la pisse que j’ai juste fui comme il colle la seringue dans mon trou du cul non baisé et le vide avant de pousser avec force sa queue en acier dur en moi. Je ne sais pas combien de temps il m’a baisée dans le jardin avec mon visage roulé dans le sperme et la pisse dans l’herbe et la saleté trempée, le goût salé de mon étalon canin remplissant ma bouche. Je sais qu’il porte un cock ring parce qu’il me baise violemment le cul pendant plusieurs longues minutes douloureuses de construction d’orgasme avant de pulvériser son propre sperme chaud en moi.

Après une pause et une respiration lourde, il demande : « Pourquoi ne pas te faire entrer et nettoyer bébé. »

Mais pas encore prêt à mettre fin à ce qui a été la scène la plus érotique et dégradante de ma vie, je l’ai supplié à travers la saleté de sperme et l’herbe « J’ai besoin de jouir, laisse-moi jouir ! S’il te plaît, laisse ta chienne de salope de chienne jouir ! »

Assis là, mes trous maintenant très maltraités, assis sur la flaque d’eau, face pleine de sperme de chien et mendiant à jouir. Je sens quelque chose de froid toucher mon enfer d’une chatte comme il glousse « Depuis que tu es une chienne en chaleur, tu peux éjaculer. Tape ta chatte imbibée de sperme de chien sur ma botte jusqu’à ce que tu éjacules. Mais si tu le fais, tu le lècheras proprement, à part ça, on en a fini avec les putes. »

Sans hésitation, je me mets à broyer ma chatte négligée sur sa botte, le cuir froid qui se sent étonnamment bien sur ma chatte enflammée et la grande quantité de sperme de chien qui s’échappe de moi, ce qui me permet de la faire glisser facilement. Je saute avec la fourrure que seule une salope vraiment dégradée pouvait faire jusqu’à ce que je jouisse violemment sur la botte de mon mari.

Sans même un mot, je m’abaisse en tremblant et en m’abaissant aveuglément, maintenant tout le corps pressé dans le désordre dégradant d’une flaque de jus pendant que je lèche sa botte sans me plaindre jusqu’à ce que je sois sûre de l’avoir entièrement remontée. La salinité du sperme se mélangeant agréablement avec le cuir et un soupçon de pisse était ma dernière dégradation de la nuit. C’est ce que j’ai pensé jusqu’à ce qu’il me dise : « Reste tranquille, putain, je ne laisserai pas une putain de bordel comme toi rentrer dans la maison tant que tu n’auras pas été un peu nettoyée » et il a commencé à me pulvériser avec le tuyau.

Environ une heure et demie plus tard, nous sommes recroquevillés sur le lit, fraîchement douchés et nous nous tenons l’un contre l’autre pendant qu’il me raconte sa journée et les choses qui l’ont mis si en colère. Nous avons parlé de ce qui s’était passé avec Junior et je lui ai demandé s’il l’avait planifié. « Éventuellement », il a dit, mais pas aujourd’hui. « J’avais l’intention de te laisser te tortiller un moment avant de t’emmener dans le jardin et de te baiser dur pendant un moment, puis de te mettre en l’air et de laisser la pisse te couvrir. »

« Oh merde, ça aurait été chaud. » J’ai dit : « Tu avais prévu que Junior me baise un de ces jours ? Comment savais-tu que j’étais dans le coup ? »

Il a gloussé « Eh bien, tu es une fille tellement sale que je savais que nous finirions par tester cette limite. J’avais l’intention de te menacer de lui faire une pipe pour te tester. J’avais le sentiment que tu mordrais…. Pour ainsi dire »

Merci à tous d’avoir lu et, je l’espère, d’avoir apprécié ma séance dépravée. Faites-moi savoir ce que vous en pensez et si vous voulez en savoir plus sur mes histoires perverses ! Beaucoup d’autres moments amusants à passer avec mon mari et Junior, j’en suis sûre ! (Fred me fait encore attendre depuis cette nuit-là, Dieu que j’ai besoin de jouir !!!)

histoires taboues
telephone rose amateur
telrosefrance

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

Posted in Histoires taboues, Zoophilie

Vous aimerez aussi :

3 Comments

  1. chrysalide

    he bien on va donc dire Lorie 28 ans magnifique déprave très détaillée bien représentatif de ce qui se passe du jeu de role maitre et soumisse d’après ce que je lis a la fin de ton histoire tu aurais vécu d’autres scènes aussi brulantes que celle ci je ne peu que te dire libère ton imagination en nous le faisant partager par tes écrits en espèrant que d’autres personne du blog t’encourageront à te confier merci à toi pour ce partage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *