Menu Fermer

Je suis affamée de ta grosse bite de black raide et dure

Je suis assis dans mon appartement et j’attends que tu viennes dominer ma bouche. Ma queue pousse lentement à l’intérieur de mon pantalon, se raidissant à la perspective de ton arrivée.

Un coup soudain à ma porte, me secouant hors de mes fantasmes silencieux, m’envoie vers la porte. Je confirme que c’est bien vous en jetant un coup d’œil par le judas, j’ouvre la porte et vous entrez sans hésitation.

Je ferme la porte et me tourne vers vous. J’ai l’impression de rétrécir juste là, alors que vous me surplombez comme une montagne de muscles alpha purs, envoyant mon estomac dans des creux et des flips ; ma petite bite blanche se déchaîne et palpite dans l’attente de ce que vous me réservez.

Tu fais un sourire qui me dit que tu peux voir que je suis, comme toujours quand tu es près de moi, dans un état avancé de luxure honteuse, consumé par le désir et la peur.

« Enlève ta culotte », me dis-tu. Tes mots résonnent dans ma tête alors que j’obéis. J’enlève mes chaussures, je jette ma chemise et je baisse mon pantalon pour me retrouver devant toi dans une culotte rose qui ne ressemble à rien d’autre qu’à une petite fille et qui trahit mon clitoris de petit garçon raide.

Tu ris et tu me demandes : « Es-tu dur avec moi, mon garçon ? » Vous connaissez la réponse, mais vous aimez m’entendre la dire. Pour vous, tout cela fait partie du jeu ; vous prenez votre pied en dominant et en humiliant vos suceurs de bites. « Eh bien », vous demandez encore, « êtes-vous dur avec moi ? »Je suis affamée de ta grosse bite de black raide et dure

Mon visage se met à rougir lorsque je réponds par un « oui » chuchoté.

« Oui » quoi ? » continuez-vous, en exigeant que je dise tous les mots. « Dis-le, mon garçon. »

Je regarde en bas ma petite raideur, tendant ma culotte rose. « Oui, je suis dur pour toi », réponds-je avec le même murmure bas — les murs sont fins et mes voisins sont chez eux.

Mon admission vous fait sourire à nouveau et vous vous rapprochez, les mains sur mes épaules. « Tes jambes se transforment en caoutchouc. Je peux vous sentir trembler », dites-vous en commençant à exercer une pression constante sur mes épaules.

C’est tellement vrai. Mes jambes sont faibles sous moi et je ne peux pas (ou ne veux pas) résister à la pression exercée sur mes genoux.

Je lève les yeux pour vous regarder vous déshabiller de votre tee-shirt et de votre short. Mes yeux se promènent sur ton corps construit comme un gymnase, de tes puissantes épaules à ton tronc ciselé et finalement jusqu’à ton prodigieux paquet qui pend en longueur et en épaisseur à quelques centimètres de mon visage.

Je vous demande si je peux le toucher.

Vous regardez en bas et vous dites « oui ».

Je tends la main et je prends ta queue raidisseuse dans l’une d’elles pendant que l’autre main masse doucement tes couilles. Ta bite palpite et gonfle dans ma paume ; si fort, si puissant.

Ma petite bite clitoridienne dégouline dans ma culotte alors que je regarde dans tes yeux, en attendant ton prochain ordre.

« Demande-moi », dis-tu. « Demande-moi de te laisser sucer ma grosse bite noire. Je veux t’entendre me le demander et je veux que tu me le demandes gentiment », tu continues. « Dis : “S’il te plaît, je peux te sucer la bite ?”

Je me demande ce que cela signifie de dire ces mots à haute voix et à quel point je ne veux pas que mes voisins entendent ce qui se passe ici.

“S’il vous plaît”, dis-je, “baissez d’un ton. Mes voisins vont vous entendre.”

“Alors, dites-le”, insistez-vous. “Supplie-moi de me sucer la bite, ou je fais en sorte que tes voisins entendent tous les bruits de cette séance.”

Je ne suis pas en position de discuter, alors j’obtempère et je demande l’honneur de vénérer ta grosse bite.

“Tu vois ?” dis-tu, en souriant. “Ce n’était pas si dur, n’est-ce pas ?” Vous me regardez fixement, en attendant une réponse.

“Non”, je chuchote en me penchant pour rapprocher mon visage jusqu’à ce que je sente votre chaleur corporelle irradier contre ma joue. Je continue à te caresser en faisant courir mes lèvres et ma langue sur toute la longueur de ton manche, jusqu’au bout, puis je redescends pour prendre tes couilles, une à une, dans ma bouche.

Quelques secondes seulement après t’avoir goûté, je suis consumé par la luxure et le désir. Je me frotte votre dureté sur tout mon visage alors que j’embrasse, suce et lèche toute votre virilité.

Je remonte de tes couilles jusqu’à la pointe où je m’arrête et je regarde tes yeux avant de tendre lentement mes lèvres sur le bouton lisse et de prendre ta bite dans ma bouche chaude et affamée ; mes yeux se sont fixés sur les tiens.

Ma bouche est presque entièrement remplie de ta bite et plus de la moitié de ta bite enragée reste encore à sucer. Mes mains glissent sur tes hanches alors que tu prends ma tête dans tes mains.

Nous tirons de concert, tu attires ma bouche sur ta bite ; moi, j’attire ta bite dans ma gorge.

Tu es en plein contrôle ; tu me domines avec ta grosse bite, établissant et rétablissant que tu es supérieur à moi en tout point, car, cm par cm, tu introduis la pleine mesure de ta grosse bite dans ma gorge.

Je suis tendu autour de toi comme un manchon de masturbation en caoutchouc, en totale soumission à toi. Lorsque les derniers centimètres de ta grosse bite disparaissent dans ma bouche, tu commences à me faire de longs mouvements de longue haleine — tu m’enfonces ta bite jusqu’à ce que tes couilles me tapent sur le cou, puis tu la ressors jusqu’à ce que seul le gros bouton reste enveloppé par mes lèvres caoutchouteuses.

Encore et encore, tu me claques au visage, tu me baises la bouche comme si c’était ta chatte personnelle. Tu es implacable, tu pousses plus fort quand je commence à m’étouffer avec toi. Et quand il se croise que je risque d’étouffer sur ta puissante bite — ici, à genoux, dans mon appartement — mon petit clito commence à gicler, trempant ma culotte.

Alors que mon orgasme s’atténue, je t’entends grogner. “Prends ça, suceur de bites ! Prends ma bite dans ta bouche à chatte !”

Tu recules alors et tu caresses rapidement ta bite à quelques centimètres de mon visage. Je suis assis là, à genoux, avec ma bouche, toussant et bavant, grand ouvert et attendant ton sperme. Je veux ton sperme. Donne-le-moi.

Tu gémis et un énorme ruisseau jaillit dans ma bouche affamée. Plusieurs autres flots de ton sperme chaud jaillissent sur mon visage, éclaboussant mon front, mes joues et mon menton. Ton orgasme semble se prolonger — tu glisses ta bite encore en éjaculation dans ma bouche pour me donner le reste de ta sauce salée, et tu fais jaillir plusieurs jets puissants de sperme dans ma gorge.

Tu te retires et tu commences à t’habiller alors que je reste à genoux en profitant de la sensation de ton sperme qui coule sur mon visage et qui s’écoule de mon menton sur ma poitrine. Je souris en sachant que ma bouche de suceur de bite appartient maintenant à toi et à ta grosse bite noire. Je suis devenu ton suceur de bite personnel et je vis pour ton sperme.

J’ai hâte que tu te serves de moi à nouveau.

histoirestaboues
recap
bandeau post content

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

Posted in Bi - Gay - Lesbien, Histoires taboues

Vous aimerez aussi :

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *