Menu Fermer

Je baise ma petite soeur et la remplis de mon sperme viril et épais Première partie

En me réveillant, j’ai su qu’il y avait quelque chose d’inhabituel. La chambre dans laquelle j’étais était ma propre chambre, ainsi que mon lit, mais je n’étais pas seule. Dans mes bras, il y avait ma petite sœur qui dormait encore. Elle était complètement nue, et moi aussi. Je sentais une douleur sourde dans mes couilles, et les cheveux de mon entrejambe étaient tous emmêlés. Lentement, j’ai compris ce qui s’était passé hier soir, comment Marlene et moi avions baisé comme des animaux pendant des heures jusqu’à ce que nous soyons tous les deux complètement vidés. Comme je sentais ma bite fatiguée gonfler à nouveau entre les jambes de ma sœur, j’ai pensé à la façon dont les choses auraient pu culminer dans l’histoire d’amour passionnée d’hier soir. C’était une longue histoire, qui a commencé il y a des années, quand nous n’étions que des enfants.

Ma sœur Marlene avait un peu moins d’un an de moins que moi et nous nous entendions toujours très bien. Pendant les douze premières années de notre vie, nous avons partagé une chambre simple et même eu un lit double où nous avons dormi ensemble. Quand nous étions enfants et tout au long de l’école primaire, elle était ma meilleure amie et quand nous avons grandi et commencé à fréquenter différentes écoles, nous sommes restés très proches. Nous avions le même groupe d’amis, partagions les mêmes passe-temps et il semblait que partout où nous allions, nous étions toujours ensemble.

Être ensemble tout le temps signifiait que voir l’autre nu n’avait rien d’extraordinaire. Quand nous étions très jeunes, maman avait l’habitude de nous baigner ensemble et quand nous étions assez grands pour prendre nos douches par nous-mêmes, il n’était pas inhabituel pour Marlene de partager une douche avec moi. Je la lavais et elle me lavait. C’était très innocent et quand nous sommes devenus un peu plus vieux et plus grands, nous avons commencé à prendre nos douches seuls, mais Marlene s’habillait et se déshabillait toujours dans notre chambre.Je baise ma petite soeur et la remplis de mon sperme viril et épais première partie

On peut donc dire que nous étions vraiment à l’aise l’un avec l’autre, mais tout cela était vraiment innocent et nous n’y avons jamais vu le moindre mal. Cependant, quand nous avons grandi et que nous sommes entrés dans la puberté, nos parents ont commencé à penser autrement et un jour notre père a décidé que nous devenions trop vieux pour dormir dans le même lit. Les choses devaient changer et peu de temps après, nous avons déménagé dans une maison plus grande où il y aurait une chambre privée pour chacun d’entre nous. Cela a mis fin à nos bêtises nocturnes, mais nous sommes quand même restés très proches.

Une particularité de notre amitié, c’est que nous nous faisions toujours des blagues idiotes. Ça a commencé relativement innocemment quand on était tous les deux gosses. Au début, il s’agissait de choses stupides comme desserrer les bouchons de la salière, se faufiler dans la salle de bain et tirer la chasse d’eau pendant que l’autre se douche ou dessiner des moustaches sur le visage de l’autre pendant son sommeil. Une de ses astuces préférées était de me faire bander à des moments vraiment inappropriés, et j’aimais laisser tomber un peu d’eau dans son entrejambe qui donnait l’impression qu’elle se mouillait. C’était vraiment innocent, mais avec l’âge, les blagues sont devenues moins fréquentes, mais plus compliquées.

La plupart du temps, nous avons réussi à garder nos parents inconscients de ce que nous faisions. Ils désapprouvaient habituellement les farces, mais ils nous laissaient à nos manigances, tant qu’il n’y avait pas de mal permanent fait et que personne d’autre n’était dupe. Maman et papa ont toujours été les premiers à se moquer de nous quand l’un d’entre nous devait rentrer à pied, en portant des bottes pleines de sirop d’érable ou quand Marlene avait relooké ma chambre pour répondre aux goûts d’une fillette de 12 ans. La moitié de notre temps était consacrée au complot, l’autre moitié à la peur constante, la vengeance pouvant être prise à tout moment.

C’est ainsi qu’était la situation il y a presque un mois, le jour où les choses se sont mises en branle et que j’ai fini par m’allonger dans mon lit avec ma sœur nue dans les bras, en me demandant comment j’ai pu avoir autant de chance.

Alors que je prenais mon petit-déjeuner ce jour-là, j’avais l’impression que quelque chose me semblait suspect. Marlene avait déjà fini ses céréales et mangeait un pamplemousse avec un visage de poker parfait. Elle était sa gaieté habituelle, mais je savais qu’elle préparait quelque chose. Quelque chose de maléfique. Je ne pouvais rien détecter qui sort de l’ordinaire, mais je suis resté vigilant. C’était il y a quelques semaines, la dernière fois que j’ai joué une blague sur elle, donc sa vengeance était attendue d’un moment à l’autre. Le petit déjeuner est passé sans rien d’inhabituel et Marlene nous a embrassés pour nous dire au revoir et est montée sur son vélo pour aller à l’école. Comme j’ai finalement économisé assez d’argent pour acheter mon propre véhicule, j’ai toujours fait le trajet de huit kilomètres et j’avais donc dix minutes de plus avant de devoir partir aussi.

J’ai vidé mon bol de cornflakes givrés et j’ai rapidement descendu mon verre de jus d’orange et commencé à emballer mes livres pour la journée. Je me suis brossé les dents, j’ai embrassé maman et je suis monté dans ma voiture. Alors que je me rendais en voiture à l’université, j’ai commencé à me sentir un peu mal à l’aise. Mon estomac grognait et j’avais mal au ventre. Au début, je n’y pensais pas beaucoup, mais le malaise est devenu plus urgent et je me suis vite senti très mal. J’ai commencé à envisager d’arrêter la voiture et de soulager mes intestins dans les buissons près de la route, mais j’ai été bien élevé et je serais à l’école en 10 minutes. J’ai détaché ma ceinture et j’ai décidé de m’accrocher.

J’ai d’abord dû apprendre à connaître le cycle de ma sœur. J’ai gardé un œil sur son stock de produits d’hygiène féminine et j’ai attendu que ses tampons commencent à disparaître. Quand cela se produirait, je devrais attendre encore dix jours, puis il serait temps de régler le compte une fois pour toutes.

Les jours semblaient s’écouler à mesure que la date approchait. J’avais pris toutes mes précautions, acheté ce dont j’avais besoin et ne m’étais pas branlé depuis cinq jours. Ce soir-là, j’ai réglé mon réveil à 3 heures du matin, mais je n’ai pas fermé l’œil. Quand l’heure approchait, je me suis levé et je me suis glissé dans le noir dans la chambre de ma sœur. Elle dormait comme un bébé. Elle était si belle, si douce, si innocente et si vulnérable, il était difficile de continuer ce que j’avais prévu de faire ensuite. Je devais me rappeler tout ce qu’elle m’avait fait et comment elle le méritait en retour.

Je me suis conduit et je me suis dirigé vers son lit. J’ai attrapé la couette et je l’ai descendue. Elle dormait encore, ignorant paisiblement ce qui l’attendait. Avec des mains tremblantes, j’ai soulevé l’ourlet de sa chemise de nuit et je l’ai soulevé au-dessus de son derrière.

Comme je l’espérais, elle ne portait rien sous sa robe. J’avais une vue de première classe de son cul parfaitement formé et de sa petite chatte rasée en dessous, alors qu’elle était couchée à moitié sur le côté, à moitié sur le ventre, avec un genou levé. Sa position exposée était également idéale pour ce que j’avais l’intention de faire. Ma bite était déjà dure comme de l’acier et bavait beaucoup de pré-cum. C’était maintenant ou jamais et j’ai décidé de continuer.

J’ai attrapé ma bite lancinante et j’ai commencé à la pomper jusqu’à ce que je sente mes couilles se contracter. Ça ne m’a pas pris longtemps pour admirer la beauté des fesses rondes et de la chatte rose de ma sœur. Elle devait rêver de quelque chose de bien, car ses lèvres étaient gonflées et mouillées de jus. Je n’ai pas pu résister et laisser ma main libre toucher sa chatte. Elle était aussi douce et délicate qu’à l’époque où nous nous blottissions l’un contre l’autre, mais maintenant elle était glissante avec son jus et bouillonnait de chaleur.

Marlene dormait comme une bûche, ce qui m’a donné le courage de continuer. J’ai rampé aussi furtivement que possible sur le lit et je me suis positionné au-dessus du magnifique derrière de ma sœur. Utilisant ses jus comme lubrifiant, j’ai recommencé à me branler et quand j’étais sur le point de souffler ma charge, j’ai coincé ma bite profondément dans sa chatte merveilleusement serrée et j’ai projeté ma graine contre son col de l’utérus non protégé et très fertile.

Marlene s’est réveillée avec un choc lorsque sa chatte a été soudainement pénétrée. Avant qu’elle ne soit suffisamment éveillée pour comprendre ce qui se passait, j’avais déjà pompé cinq jours de sperme en elle.

« Luc ? Quoi… ? demanda-t-elle, puis elle se rendit compte qu’elle se faisait baiser. Heureusement, j’avais déjà fini à ce moment-là et ma bite a glissé de sa chatte, perdant rapidement sa fermeté. Une ficelle de bave a relié ma bite à sa chatte. Pendant que je me retirais, le fil perlé s’est brisé en une série de petites gouttes blanches nacrées qui ont atterri sur sa jambe.Je baise ma petite soeur et la remplis de mon sperme viril et épais première partie

« Tu m’as baisée ? Et… tu es entré en moi ? demanda-t-elle, choquée et un peu groggy.

J’ai dit : « Oui », en faisant de mon mieux pour avoir l’air content.

Sa main a senti entre ses jambes, où mon sperme a commencé à suinter sa chatte.

« Ooh, tu as éjaculé en moi. Pourquoi as-tu fait ça ? »

J’ai ri et je l’ai embrassée de façon ludique.

« La vengeance est une salope, sœurette. » J’ai souri.

« Non, je ne peux pas… Pourquoi ? » gémit-elle.

J’ai dit : « Tiens, je t’ai acheté quelque chose » et je lui ai donné un petit paquet.

« Qu’est-ce que c’est ? » demanda docilement Marlene.

« C’est la pilule du lendemain. Tu vas ovuler d’un jour à l’autre, alors tu tomberas probablement enceinte si tu ne prends pas ces pilules. Tu seras malade pendant quelques jours, mais… comme je l’ai dit, la vengeance est une salope ». Avec ces mots, je me suis levé et je l’ai embrassé doucement sur les lèvres.

« Merci bébé, tu as été géniale » j’ai dit en plaisantant. Puis je suis sorti de son lit et je suis sorti de sa chambre, la laissant confuse et pleine de sperme.

La suite demain même heure ! 

histoires taboues
telephone rose amateur

Tél rose avec webcam

bantelskype

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

Posted in Histoires taboues, Inceste

Vous aimerez aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.
Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.
Ce site est réservé aux adultes
Vous devez certifier que vous êtes majeur dans votre pays pour entrer sur le site. Vous engagez votre responsabilité en cliquant sur OUI. Toutes fausses déclarations sont passibles d'une amende.
Ce site est réservé aux adultes
Vous devez certifier que vous êtes majeur dans votre pays pour entrer sur le site. Vous engagez votre responsabilité en cliquant sur OUI. Toutes fausses déclarations sont passibles d'une amende.
Deviens un membre privilégié !
Rejoins nous ;)
GRATUIT !!!
100%
XFR
Rejoins la communauté
100% GRATUIT
Tu ne seras pas déçu ;)
Merci !
XFR
Tu ne seras pas déçu ;)
MERCI !!!