Menu Fermer

J’ai été un sextoy humain pendant mes études à la fac

J’étais en deuxième année d’université et j’étais entre deux emplois et fauché. Un gars que j’avais rencontré dans un ABC m’a vu alors que je regardais des magazines et m’a demandé s’il y avait un problème. J’ai répondu que je ne faisais que regarder les magazines et il m’a suggéré de le faire d’après ceux que je regardais dans l’emballage scellé. J’ai regardé le prix et j’ai cordialement refusé et remplacé le chargeur.

Il m’a rattrapé alors que je rentrais au dortoir et m’a proposé de me ramener, il m’a expliqué qu’il n’y avait aucune honte à ne pas avoir d’argent et m’a demandé si j’étais intéressé à faire une belle somme. La quantité qu’il a citée était plus que suffisante pour m’approvisionner pendant quelques mois.

Je lui ai demandé ce que je devais faire et il m’a expliqué que tout ce que j’avais à faire était de recevoir quelques-uns de ses amis les plus proches chez lui pour une soirée ! Alors qu’il passait la porte principale, je me suis inquiété et il m’a assuré que tout ce qu’il voulait faire était de me montrer sa place et de voir si je serais intéressé !J’ai été un sextoy humain pendant mes études à la fac

Son appartement était dans un quartier décent de la ville et joliment meublé, une fois à l’intérieur, il m’a dirigé vers une des chambres où il y avait un t-shirt blanc, une paire de sous-vêtements de bikini noir, une paire de chaussettes blanches et des pantoufles. Il m’a informé qu’il me donnerait cinquante dollars si je mettais les articles et regardais des vidéos avec lui pendant quelques heures. Il m’a assuré qu’il n’y aurait que nous deux ce soir-là et que si tout allait bien, il m’inviterait la prochaine fois, quand ses amis seraient disponibles.

Il a quitté la pièce après avoir posé deux billets de 20 et deux de cinq sur la commode. J’ai examiné les fonds et j’ai décidé que j’avais besoin de l’argent alors je me suis habillé comme il me l’avait demandé. Quand je suis retourné au salon, j’ai découvert qu’il s’était déshabillé et avait mis une robe de chambre et qu’il était assis sur une grande chaise à regarder du porno. Il m’a regardé et m’a fait signe de me retourner pour qu’il puisse jeter un coup d’œil.

Satisfait, il me fit signe de venir m’asseoir à ses pieds et me versa un verre de vin. Il parlait très doucement et gentiment comme il me l’a demandé… ». Bruno ici à mes pieds et boire lentement, j’aime caresser ma chatte avant de la mettre au travail ! … ‘. J’étais contrarié, mais j’ai avalé ma fierté et j’ai pris la position qu’il m’avait indiquée.

J’ai siroté avec méfiance le contenu et placé le verre sur le sol à côté de moi, comme je regardais en arrière, il a étendu son bras et caressé mes cheveux avec amour comme il encourage « …. vous faites une chatte adorable, tournez ici et embrassez ma bite. Dorénavant, ce sera votre joystick et vous aurez plaisir à l’entretenir ! …’

J’ai embrassé son gland lancinant et léché son épais fût pendant qu’il me caressait lentement la tête, le cou et les épaules avec tant d’amour. Je me suis ajusté entre ses genoux et je me suis emparé de sa capuche d’homme prodigieux et j’ai sucé son gland dans mes lèvres en tournant ma langue autour du membre qui suinte. Le pré-cum était si épais et copieux qu’il me pendait au menton comme un collier de perles.

Après quelques minutes de mon ministère, il m’a repoussé la tête et m’a glissé la main sous les bras en me soulevant légèrement. Il m’a repositionné de sorte que le haut de mon corps était dans le siège de la chaise et il s’est déplacé derrière moi. Il a appliqué une généreuse quantité de lubrifiant sur mon anus et son énorme tige pénienne et a glissé son membre de haut en bas dans ma fissure des fesses.

Chaque fois que son gland passait au-dessus de mon anus, il l’enfonçait en quelque sorte jusqu’à ce qu’une fois elle se glisse dans mon sphincter anal et s’installe dans mon rectum sans effort. Tout ce que j’ai ressenti c’est un inconfort soudain et une sensation de pop quand sa grosse tête de bite est entrée.

Avec quelques coups mesurés, sa bite était bien dans mon canal anal et il la faisait glisser d’avant en arrière à un rythme régulier ! Je ne sais pas combien de temps ça a duré, mais on aurait dit qu’il faisait ça pendant quelques heures. Puis il a pressé son membre jusqu’à ce que ses poils pubiens soient entre mes fesses et il a commencé à grincer profondément à mesure que sa respiration s’alourdissait.

J’ai senti sa bite se dilater et frémir, puis les quantités abondantes de son sperme qui est sorti de son urètre et a frappé les parois de mon colon. Puis les sons obscènes qui étaient produits par nos organes sexuels étaient si forts et excitants que j’ai reculé pour rencontrer ses mouvements pendant qu’il haletait et vidait sa substance !

Il m’a retiré sa bite et m’a embrassé sur les deux fesses en me disant d’aller me laver et de m’habiller. Je te ramène à l’école ! … ‘. Je me suis nettoyé et habillé et il attendait quand je suis sorti du bain. Nous sommes rentrés en silence jusqu’à ce que nous atteignions la porte principale. Il s’est arrêté à deux rues d’ici et m’a regardé.

Comme je me retournais pour voir pourquoi il s’était arrêté, il m’a tiré vers lui et m’a embrassé les lèvres en me disant : « …. tu as bien fait. La prochaine fois, j’inviterai des amis et nous organiserons une fête où vous pourrez faire six ou neuf fois ce que vous avez ce soir. Donnez-moi vos chiffres, que je puisse vous appeler ! … ‘.

C’était presque un papillon de nuit avant que mon téléphone sonne et c’était lui qui m’invitait à un samedi soir avec lui et quelques amis !

histoirestaboues
bandeau post content

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

Posted in Bi - Gay - Lesbien, Histoires taboues

Vous aimerez aussi :

3 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *