Menu Fermer

J’ai découvert le fétiche du lait maternel avec l’amie enceinte de ma femme partie 5

Quand j’ai eu fini, je me suis levé d’elle et je me suis effondré à ses côtés, me tenant sur mon coude pour pouvoir la regarder. Elle était tout un spectacle ; la rayure du sperme sur son visage, les gouttelettes blanches de lait éparpillées sur son visage et le haut de son corps, et sur sa poitrine tachetée de rousseur entre ses seins parfaitement formés, une flaque scintillante de sperme tourbillonnait avec le lait. Tous les deux, nous avons passé un peu de temps à jouer avec ce mélange étouffé, en y trempant nos doigts pour le remuer et en peindre des traces sur ses seins et jusqu’au nombril, en haut et en bas de ses seins. Liz a porté quelques bouchées à sa bouche et les a léchées, mais j’ai refusé quand elle m’en a offert. « Je ne crois pas qu’il faille mélanger mes boissons », j’ai dit.

Après cela, nous avons décidé qu’il était temps d’en rester là. Liz est partie prendre une douche et j’ai mis la couette dans la machine à laver. Alors qu’elle était sur le point de partir, Liz est redevenue sérieuse avec moi. « C’était incroyable, Hervé, mais je ne pense pas qu’on devrait recommencer. Si je dois tromper Tom — et après aujourd’hui, j’en suis sûre —, je vais le faire avec quelqu’un d’autre que le mari de ma meilleure amie. Je ne peux pas faire ça à Christel. »

« Mais… » J’ai commencé.

« Et toi… » elle m’a touché la poitrine avec son doigt… « Il va falloir trouver un autre moyen de nourrir le fétiche du lait que tu sembles avoir acquis. »

« Ouais, comme s’il y avait une chance que ça arrive », je me suis exclamé. Mais à ce moment-là, ma bite fraîchement vidée, j’ai dû admettre que Liz avait raison. Ce n’est qu’une heure ou deux plus tard que le souvenir des seins remplis de lait de Élisabeth m’a de nouveau fait palpiter de convoitise, et j’ai commencé à échanger des idées pour organiser un autre essai avec elle.

* * *

J'ai découvert le fétiche du lait maternel avec l'amie enceinte de ma femme partie 5Quelques jours plus tard, Christel est rentrée à la maison avec un petit sac à provisions à la main et une expression « il faut qu’on parle » sur son visage. Elle m’a mis sur le canapé du salon et s’est assise à côté de moi, tenant toujours le mystérieux sac. « J’ai eu une longue discussion avec Élisabeth aujourd’hui », a-t-elle commencé. « À propos de sexe. »

« Oh ? » J’ai dit, mon estomac fait des tongs.

« J’ai peur… tu n’aimeras peut-être pas cette idée…. Je veux dire, c’est peut-être trop pervers pour toi, » dit-elle, tenant maintenant le sac avec les deux mains. « Mais essaie de garder l’esprit ouvert, d’accord ? »

« Bien sûr, chérie. » J’étais complètement perdu maintenant.

« Liz me parlait de sexe pendant qu’elle allaitait… Je veux dire, tant qu’elle a du lait. Elle a parlé d’avoir un garçon — je ne sais pas de qui elle parlait, mais je ne pense pas que c’était Tom — à propos d’avoir un garçon qui lui suce les seins pendant qu’ils faisaient l’amour. Sur le fait d’incorporer le fait qu’elle allaite dans leurs jeux sexuels de beaucoup de façons différentes. Elle a dit que c’était le sexe le plus chaud et le plus incroyable qu’elle ait jamais eu. »

« Hum… c’est gentil… »

« Et… c’est la partie que tu pourrais trouver trop perverse, Hervé… » s’arrêta Christel, les doigts froissant nerveusement le sac en papier qu’elle tenait. « Mais j’ai été incroyablement excité par ce que Liz disait, par le genre de sexe dont elle parlait. »

« Ouais ? »

« Oui. Je veux dire, inconsidérablement excitée. Et bien… Tu savais qu’une femme qui n’a pas eu d’enfant peut quand même allaiter ? D’habitude, tout ce qu’il faut, c’est qu’elle soit… tu sais… beaucoup sucée pendant un mois ou deux. »

« Je ne le savais pas », j’ai dit. Mon cœur commençait à battre dans ma poitrine comme une timbale.

« Alors je m’en occupe. » Christel tâtonna le sac, tirant un objet en plastique avec une rallonge en forme d’entonnoir à l’une de ses extrémités. « C’est un tire-lait. Je pense que je peux l’emmener au travail et l’utiliser quelques fois par jour, plus plusieurs fois par jour à la maison… » Elle s’est tournée vers moi, nerveuse et incertaine. « Et comme ça, je devrais… tu sais… prendre du lait… et peut-être, si ça te plaît… Si tu ne trouves pas ça trop bizarre et pervers, on pourrait… »

« On pourrait incorporer ton lait dans notre sexe ? » J’ai fini pour elle. « Je… euh… oui Christel…. Je… je pense que je serais prêt à essayer. »

Fin

histoires taboues
telephone rose amateur

Tél rose avec webcam

bantelskype

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

Posted in Enceintes, Histoires taboues

Vous aimerez aussi :

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.
Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.
Ce site est réservé aux adultes
Vous devez certifier que vous êtes majeur dans votre pays pour entrer sur le site. Vous engagez votre responsabilité en cliquant sur OUI. Toutes fausses déclarations sont passibles d'une amende.
Ce site est réservé aux adultes
Vous devez certifier que vous êtes majeur dans votre pays pour entrer sur le site. Vous engagez votre responsabilité en cliquant sur OUI. Toutes fausses déclarations sont passibles d'une amende.
Deviens un membre privilégié !
Rejoins nous ;)
GRATUIT !!!
100%
XFR
Rejoins la communauté
100% GRATUIT
Tu ne seras pas déçu ;)
Merci !
XFR
Tu ne seras pas déçu ;)
MERCI !!!