Menu Fermer

J’ai couché avec ma mère et c’est une grosse salope Partie 2

J’ai continué à l’embrasser et à la lécher partout sur son visage et j’ai vu un petit sourire satisfait illuminer son visage. Elle a levé la bouche et m’a fait un petit bisou sur les lèvres. Quand elle a enlevé ses lèvres, je lui ai rendu le baiser et elle a souri. J’ai laissé glisser ma main de sa hanche vers l’intérieur de sa cuisse, en la serrant doucement. J’ai senti un peu de pression sur ma bite et je ne savais pas si c’était dû à ses propres palpitations ou à un mouvement de la main de maman, mais peu de temps après j’ai senti la même pression encore et encore, et encore et encore en succession et j’ai réalisé qu’elle serrait doucement ma queue dure comme pour tester sa rigidité. Contre mes vrais sentiments, j’ai essayé de m’éloigner, mais elle m’a tiré en arrière et a levé les lèvres une fois de plus sur les miennes. Les lèvres s’attardaient sur les miennes, puis je sentais sa langue sondée. J’ai ouvert la bouche et l’ai laissée entrer. On s’est embrassés passionnément. J’ai laissé ma main glisser plus loin entre les cuisses douces et je l’ai sentie les écarter pour me donner accès. J’ai trouvé son monticule et l’ai serré comme mon autre main a glissé dans le v profond de sa robe et a trouvé son chemin autour d’un sein plein doux. Je l’ai massée pendant un moment, puis j’ai fait tourner le mamelon dur entre mes doigts. Elle a suffoqué et je l’ai sentie tâtonner avec le devant de mon pantalon. Avec ma main libre, j’ai réussi à desserrer ma ceinture et à déboutonner la taille. Je l’ai sentie tirer la fermeture éclair vers le bas et j’ai utilisé ma main pour soulever la ceinture de mon slip, ce qui lui a permis d’entrer. Elle a saisi ma queue pulsée et a fait un petit ronronnement.

J'ai couché avec ma mère et c'est une grosse salope partie 2Je l’ai sentie se détacher soudainement de mes lèvres et retirer son corps. Cela m’a effrayé brièvement. Je pensais qu’elle mettait fin à notre acte honteux. Mais elle a repoussé un peu plus puis a baissé la tête jusqu’à ma bite. J’ai senti son souffle chaud expirer dessus et elle léchait mon gland. Elle a tiré la peau incirconcise vers l’arrière, exposant ainsi toute la tête enflée. Elle a couru sa langue autour de la gorge à la base de la tête palpitante puis l’a prise dans sa bouche. Elle a sucé la tête grossièrement, puis, la tenant fermement entre ses lèvres, elle l’a secouée comme un chat secouant une souris. Je l’ai senti tâtonner avec le régulateur de siège, et je l’ai vue commencer à se replier avec le siège. Elle la laissa aller jusqu’au bout et se pencha en arrière, tout en remontant sa robe autour de sa taille et en l’écartant. En me regardant fixement, elle a tiré sa culotte sur le côté, exposant ainsi son monticule touffu. Je l’ai regardé avec admiration et j’ai commencé à me déplacer sur elle.

« Mets-le en moi maintenant bébé », l’entendis-je dire.

J’ai baissé la tête et en écartant les lèvres de la vulve touffue, j’ai commencé à lécher et à languir son trou chaud et humide. Elle m’a attrapé la tête et s’est jetée sous mon visage. Après quelques minutes sur le trou et les lèvres, j’ai pris le clitoris raidi dans ma bouche et je l’ai sucé en le taquinant avec ma langue. Elle a crié doucement, se jetant sauvagement contre mon visage.

« Mets-le en moi maintenant, bébé, maintenant » supplia-t-elle.

Je me suis interposé entre ses cuisses écartées et j’ai senti sa main impatiente me tirer la bite vers sa chatte. Elle l’a guidé jusqu’à l’entrée et je l’ai soulagée, sentant une lueur de plaisir immense m’engloutir quand j’ai réalisé que je baisais en effet ma mère. Avant ce soir, je n’avais jamais eu une seule pensée dans cette direction, mais au cours des deux dernières heures, j’avais joué avec l’idée jusqu’à ce que j’aie commencé à la désirer vraiment et maintenant cela se passait.

« Pas comme ça bébé, je veux que ce soit dur, je veux être punie. “Claque ta bite en moi, frappe fort, fais-moi souffrir, punis-moi pour cette chose pécheresse que je te fais faire.” Elle a continué comme une femme folle, tout en se branlant fort contre moi.

“Non maman, ne dis pas ça, tu ne me fais rien faire. Je le veux autant que toi. Je ne veux pas te punir. Tu n’as pas besoin d’être punie. Ce n’est peut-être pas bien, mais c’est gentil et nous le voulons tous les deux”, lui dis-je en essayant de la faire se sentir bien.

“Non Cyril, non, baise moi fort, claque-moi, je veux être punie, punis moi, fais ce que je dis.” Elle a crié.

J’ai claqué ma bite dans la chatte plaignante de ma mère jusqu’à la garde, grinçant contre elle pendant quelques secondes avant d’entrer dans une agression massive contre la chatte humide serrée, tirant presque tout le chemin et puis claquer en elle aussi fort que je pouvais.

“Oh oui bébé oui, baise-moi comme ça, punis ta putain de mère, bat ma chatte jusqu’à ce que ça fasse mal.”

“Oui, sale pute, je vais te baiser fort, te donner ce que tu veux, salope.” J’ai dit, sans le vouloir, mais en essayant de lui donner ce qu’elle voulait.

Elle gémissait sous moi quand je la frappais impitoyablement. Des larmes coulaient sur son visage et elle pleurait pendant que je m’empilais furieusement sur elle. Je l’ai éperonnée pendant une quinzaine de minutes, étonnée de sa capacité à absorber tout ce martèlement pendant si longtemps. J’ai senti mon orgasme venir et avec un grand cri de ma bouche, j’ai explosé dans la chatte de ma mère. Elle m’a agrippé les fesses et m’a tenu enfermé à l’intérieur d’elle jusqu’à ce que je sois complètement vidé de sperme, me retenant même après que j’ai été complètement vidé. J’ai senti ma bite commencer à se ramollir en elle et elle a commencé à se retirer, mais juste alors j’ai senti ses muscles de chatte se contracter et se dilater contre ma bite, le massant.

“Ne bouge pas”, elle m’a dit : “Reste en moi, bébé”.

J’ai fait ce qu’elle a dit, en restant immobile comme elle a travaillé ses muscles de chatte et roulé son corps sous moi me propulsant de nouveau dans la dureté. Quand j’étais complètement dur, elle s’est mise à me pousser, à me mordre et à me grincer le cou jusqu’à ce qu’elle explose d’un grand cri sous mes pieds. J’ai senti ses doigts s’enfoncer dans mon dos, les ongles me coupant la peau. Ses jambes étaient serrées autour de ma taille. Elle frissonnait encore d’orgasme en dessous de moi, elle s’écria :

“Gifle-moi, gifle-moi fort”. J’ai fait ce qu’elle m’a demandé, la giflant avec la paume ouverte contre les deux joues.J'ai couché avec ma mère et c'est une grosse salope partie 2

“Encore une fois” dit-elle. Je suis une salope. Et elle a apprécié son orgasme puissant avant de reprendre sa place, la chatte pleine de mon sperme et de ses jus intimes qui coulaient sur ma queue et mes couilles vides.

Quand on est rentrés, la voiture de papa n’était pas dans la cour. Maman s’est glissée dans la porte derrière nous et l’a verrouillée de l’intérieur, sans doute pour empêcher papa d’utiliser sa clé pour entrer. Elle a pris ma main et m’a conduit dans l’escalier de ma chambre. Elle s’est dépêchée de se débarrasser de ses vêtements et m’a exhortée à faire de même. Elle s’est assise sur le bord du lit et m’a tiré vers elle. Penchant la tête, elle a pris ma bite partiellement érigée dans sa bouche et a commencé à me sucer tendrement, évidemment consciente que ma bite était meurtrie et douloureuse de se cogner vigoureusement contre sa chatte poilue. Elle m’a soigneusement aspiré jusqu’à ce que je sois prêt. Debout sur le côté du lit, elle gardait une jambe sur le sol et plaçait l’autre sur le lit. En montant sur ses coudes et ses genoux, elle a courbé le dos et a mis son énorme cul en l’air, tout en me regardant en arrière et en souriant.

“S’il te plaît, chérie, s’il te plaît, s’il te plaît, fais-moi plaisir, à ta maman, et fais-moi me sentir bien.” Elle chuchota, sa voix sonnant comme de la musique à mes oreilles.

J’ai mis un pied sur le lit entre ses cuisses écartées. Tenant ses joues du cul dans les deux mains, je les ai écartées en déplaçant ma bite jusqu’à l’entrée rougeoyante et pulsante de sa chatte. Je l’ai calmée avec précaution, ressentant de la douleur alors que ma bite meurtrie glissait jusqu’à l’intérieur. J’ai caressé sa chatte doucement jusqu’à ce qu’elle commence à se tortiller et à rouler son cul contre moi, correspondant à mes coups. Nous avons continué comme ça pendant une vingtaine de minutes, les deux corps dégoulinant de sueur jusqu’à ce que je sente qu’elle commençait à accélérer le rythme alors qu’elle sortait des sifflements de sa bouche. J’ai accéléré pour l’égaler et j’ai senti ma propre libération arriver. Elle a atteint l’extase une seconde ou deux avant moi et nous avons frissonné ensemble jusqu’à ce qu’elle tombe face vers l’avant sur le lit que j’avais sur le dessus et encore à l’intérieur d’elle. Après m’être vidé de mon jus, je l’ai fait rouler et me suis allongé sur le dos en respirant fort. Sa main a trouvé ma bite adoucissante et l’a tapotée. Je lui ai caressé le cul.

“Je me sens bien mon bébé, tu m’as fait me sentir bien, quoiqu’il arrive, je veux qu’on reste ensemble.” Dit-elle doucement.

“Je ne te quitterai jamais”, l’ai-je rassurée.

C’est alors que le bruit de la voiture de papa qui se garait dans la cour nous est parvenu. Maman a surgi et a attrapé ses vêtements.

“Vite, habille-toi et essaye de déverrouiller la porte avant qu’il finisse de ranger la voiture.” Elle m’a pressé alors qu’elle sortait de chez moi.

J’ai vite ramassé mon pyjama et j’ai glissé dedans, ma chemise et tout. Quand je passais devant sa chambre à coucher, elle sortait de la pièce enveloppée d’un peignoir alors qu’elle se dirigeait vers la salle de bain. J’ai descendu les escaliers à toute allure, j’ai tiré la porte en arrière et j’ai relâché la chaîne. Puis j’ai pris la télécommande de la télé et je me suis replié sur un canapé. Papa est entré en essayant de ne pas avoir l’air ivre. Il a toujours été prudent à ce sujet. Mais j’ai vu qu’il en avait eu quelques-uns.

“Salut” dit-il joyeusement : “Vous vous êtes bien amusés ?”

“En quelque sorte” j’ai dit en souriant

Papa s’est assis sur une chaise et a commencé à enlever ses chaussures.

“Où est ta mère ?” demanda-t-il lasse.

“Je crois que je l’ai entendue aller aux toilettes il y a quelques minutes. Et je pense qu’elle a un terrible mal de tête.”

Il hocha la tête, se leva et alla à la cuisine, revenant avec une bière pour lui et du malt pour moi. Une demi-heure plus tard, maman est entrée dans la pièce, enveloppée dans une robe de soie bleue, sentant bon et très désirable. Elle est venue s’asseoir à l’autre bout du canapé sur lequel j’étais et a tourné son attention vers la télé.

Anonyme

histoires taboues
telephone rose amateur

Tél rose avec webcam

bantelskype

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

Posted in Histoires taboues, Inceste, Vieux - Jeunes

Vous aimerez aussi :

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.
Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.
Ce site est réservé aux adultes
Vous devez certifier que vous êtes majeur dans votre pays pour entrer sur le site. Vous engagez votre responsabilité en cliquant sur OUI. Toutes fausses déclarations sont passibles d'une amende.
Ce site est réservé aux adultes
Vous devez certifier que vous êtes majeur dans votre pays pour entrer sur le site. Vous engagez votre responsabilité en cliquant sur OUI. Toutes fausses déclarations sont passibles d'une amende.
Deviens un membre privilégié !
Rejoins nous ;)
GRATUIT !!!
100%
XFR
Rejoins la communauté
100% GRATUIT
Tu ne seras pas déçu ;)
Merci !
XFR
Tu ne seras pas déçu ;)
MERCI !!!