Menu Fermer

J’ai couché avec ma mère et c’est une grosse salope Partie 1

Un parent de ma mère nous a envoyé une invitation à son mariage. On s’attendait à ce que moi, ma mère et mon père allions à la réception de mariage. La veille du mariage, maman et papa se sont disputés verbalement. Le lendemain soir, une heure avant l’heure où nous avions convenu de partir pour le mariage, papa a annoncé qu’il n’irait pas, est sorti par la porte et s’est enfui en voiture. Je m’y attendais parce que je savais que papa ne supportait pas la famille de maman et qu’ils ressentaient la même chose pour lui. J’avais voulu l’annuler à cause de la tension soudaine, mais ma mère m’a supplié de l’accompagner. Les choses allaient si mal entre maman et papa que pendant des années, ils se parlaient à peine et n’allaient presque nulle part jamais ensemble. Ils ne parlaient que de choses nécessaires et à peine une semaine s’est écoulée sans qu’ils n’aient au moins une dispute désagréable, sur des sujets qui me paraissaient insignifiants et sur lesquels l’un aurait pu céder et laisser l’autre faire son chemin. Mais ils étaient tous les deux têtus et parfois tout aussi coupables, de blesser l’autre. Je n’ai aucune idée claire des raisons sous-jacentes de leur incapacité à s’entendre, si ce n’est qu’ils étaient tous deux des êtres grincheux.

J'ai couché avec ma mère et c'est une grosse salope partie 1Nous sommes allés au mariage dans la voiture de maman ; je n’avais pas la mienne, mais j’ai emprunté la leur au besoin. Maman semblait belle et sexy dans une longue robe d’or d’une certaine matière douce et mince avec une taille empire, plongeant en V dans le cou et dos. Il lui a bien serré les fesses et les hanches avant de s’évanouir un peu. Elle portait du rouge à lèvres rouge vif. Ses cheveux noirs brillants sont tombés par vagues sur son épaule. Je ne me souviens pas qu’elle n’ait jamais été aussi belle avant. Maman est indienne, 1,72 m avec une petite taille et des fesses lourdes, rondes et larges, inhabituelles pour sa race. Papa est noir. Je n’ai pas pu m’empêcher de remarquer, avec un peu d’ennui, les nombreux regards admiratifs que maman recevait des invités masculins. À quarante-trois ans, son corps n’avait pas encore commencé à perdre sa fermeté et son éclat de jeunesse, loin de là. Elle était quelque part entre épaisse et mince, avec des seins fermes et amples et de belles cuisses arrondies.

La réception a eu lieu dans un club loué pour la nuit. Peu de temps après les discours et la coupe du gâteau, la danse a commencé, d’abord avec les lumières vives, mais une demi-heure plus tard, elles ont été remplacées par des lumières douces de couleur rouge principalement. Pendant environ une heure, la musique a varié les genres de musique à haut tempo, destinée surtout aux jeunes. Mais le DJ a alors annoncé qu’il ne ferait pas son devoir s’il ne ralentissait pas un peu les choses et s’il n’offrait pas un coup de fouet du passé pour que des gens plus matures puissent participer. S’ensuit une longue session de musique soul et soft rock des années 70 et 80. Quelques hommes sont venus à notre table pour demander une danse, mais maman a refusé en souriant. Après beaucoup de taquineries et d’encouragements de la part d’une cousine de maman qui partageait notre table, maman, peut-être un peu légère avec quelques verres de vin, a promis de se lever à un moment donné et de danser un peu avec moi. Quand la chanson « let me roll it », que je savais être l’une de ses préférées, a commencé, je me suis levé la main tendue qu’elle a rapidement prise et m’a suivi jusqu’au plancher non loin de notre table.

Dès que j’ai pris ma mère dans mes bras et qu’elle s’est approchée de moi de plein gré, j’ai ressenti un choc sexuel que je ne comprenais pas, et des drapeaux rouges ont surgi dans mon esprit. Le danger était bien là. La petite scène était étonnamment remplie de jeunes et de moins jeunes et il n’y avait pas de place pour des mouvements de pieds fantaisistes ; la proximité était à l’ordre du jour. Les gros seins de maman ont été généreusement pressés contre ma poitrine. Ce n’était probablement pas grand-chose pour elle, mais pour moi si. Ce doux contact de chair féminine contre la mienne sur une piste de danse, sous une lumière tamisée, et les vues environnantes d’autres couples se recroquevillant l’un sur l’autre étaient trop stimulantes pour un jeune homme de vingt ans à l’âme chaude. Une minute après le début de la chanson, je sentais l’érection s’agiter. Nos ventres et nos cuisses se touchaient à peine alors que nous nous déplacions lentement vers la chanson, et je pouvais sentir le corps de ma mère glisser doucement sur la bosse dure de temps en temps. Mon corps me disait de me rapprocher, mais mon esprit méfiant du fait que cette femme douce et belle dans mes bras était en fait ma mère me faisait résister à la tentation.

Bien que mes efforts pour faire disparaître l’érection aient été vains, j’ai au moins réussi à ne pas profiter de la situation ; j’ai lutté contre le sentiment de plaisir chaud et je me suis retiré chaque fois que je sentais la dureté imprenable de ma queue sur la partie médiane de ma mère. Mais la fortune est intervenue et a rendu les choses très inconfortables pour moi. Les jeunes qui dansaient autour de nous étaient loin d’être bons dans les mouvements et la coordination nécessaires à la danse lente sur une petite piste de danse, et n’arrêtaient pas de se heurter à maman ou à moi, envoyant nos corps s’écraser les uns sur les autres. Ils refusaient d’écouter les conseils de la chanson et se contentaient de « rouler » au lieu de cela, ils se balançaient en essayant de montrer leur habileté là où ils n’en avaient pas. Maman a ri de leur inexpérience et m’a dit de façon ludique à mes oreilles que nous étions pris en sandwich.

À la fin de la première chanson, j’ai essayé de libérer maman, mais elle m’a tenu ferme en chuchotant à mon oreille qu’il lui fallait beaucoup d’efforts pour être là sur la piste de danse et qu’elle n’avait pas l’intention de partir après une seule chanson, surtout après ne pas avoir dansé si longtemps. Elle a même dit qu’elle aimait ça ! Le choc s’est poursuivi et maman nous a suggéré d’oublier nos petits mouvements de pieds et de nous tenir à un seul endroit. Nous étions donc là, mère et fils, serrés l’un contre l’autre, plus serrés que s’il y avait eu suffisamment d’espace autour de nous, tout en nous balançant doucement sur la musique. Ma cuisse droite était entre la paire douce et charnue de ma mère ; ma bite dure s’étendait sur sa région de l’aine. De temps en temps, à la suite d’un coup dur d’un des autres danseurs, nos corps se serraient si fort que je sentirais la pression chaude de sa chatte. J’étais sûr qu’elle essayait aussi fort que moi de nier l’existence de mon érection. Elle ne s’est ni retirée ni poussée contre l’intrusion, elle est restée là à laisser les choses être ce qu’elles étaient, ce qui, je pense, était la meilleure façon d’adoucir notre embarras mutuel. Ma bite en colère palpitait et vacillait de temps en temps contre la chaleur douce, sans doute pour sentir l’odeur de la chatte fine pressée contre elle dans l’attente. Ma main sur le dos nu de ma mère oubliait parfois les faits et cédait involontairement à un massage rapide et doux. Maman ne se rendait absolument pas compte qu’il se passait quelque chose d’inhabituel d’une façon ou d’une autre.

La chanson terminée, une autre est arrivée et maman a augmenté le rythme oscillant et roulant d’un cran, me forçant à la suivre. Mon Hardon n’était que trop content. Elle a posé ses joues douces contre les miennes et ses doigts se sont enfoncés dans mon dos et mes épaules pendant que nous roulions nos hanches et nous nous balancions doucement sur la chanson. Mon érection à ce moment-là a été au-delà de toute retenue et a palpité et s’est déchaînée sauvagement. Plusieurs fois, il m’a conduit à une exploration hésitante de mon corps sans mon consentement, en prenant des petites sondes rapides de l’entrejambe de ma mère ; rien de vigoureux ou de très évident, mais des attouchements intentionnels quand même. Et à deux ou trois reprises, j’ai eu l’impression que les impulsions étaient revenues, mais je ne pouvais pas en être sûr. Nous avons dansé pendant environ une demi-heure, peut-être sept ou huit chansons avant que maman nous suggère de retourner à notre table. J’étais reconnaissant pour les lumières tamisées, la proximité de notre table par rapport à la piste de danse, et que tous les autres occupants de notre table aient disparu, parce que je portais un puissant renflement dans mon pantalon.

De retour à table, maman a immédiatement versé un verre de vin et l’a descendu en deux petites gorgées à quelques secondes d’intervalle. Son visage a été rougi après la boisson, et elle a souri doucement, mais avec un regard coupable quand elle m’a vu la regarder. Je n’étais pas un buveur, mais pour qu’elle se sente moins coupable, j’ai immédiatement abandonné mon malt et je me suis versé un verre de vin que j’ai bu aussi vite que maman. Nous riions tous les deux, et maman se servait de ses mains pour éventer son visage, tout en remarquant à quel point il faisait chaud, comme si c’était une excuse. Nous sommes restés pour la plupart silencieux, regardants en direction des autres danseurs, seulement de temps en temps, nous nous penchant de temps en temps pour partager un commentaire drôle et un petit rire. Un peu plus tard, nous sommes retournés sur la piste de danse alors que le DJ commençait une session rock pour les amateurs. Il n’y avait plus d’étreinte ni de proximité maintenant, mais à cause du plancher bondé et de la cadence élevée, nous ne pouvions plus éviter de nous croiser de temps en temps. À un moment où maman faisait un petit tour, j’ai été frappé par derrière et je me suis retrouvé, la bite dure et tout coincé contre ses fesses molles. Je me suis excusé en indiquant que j’avais été bousculé, et nous avons ri. En d’autres occasions, sa hanche, sa cuisse ou sa main vacillante brossaient involontairement ma bite dure en permanence.J'ai couché avec ma mère et c'est une grosse salope partie 1

Nous avons quitté la fête peu de temps après notre retour à la table. Maman était comme une écolière pétillante qui profitait de sa première fête sans chaperon et me disait à quel point elle s’était amusée. Sur le chemin du retour, maman était étrangement silencieuse malgré mes efforts pour entamer une conversation. Je lui ai jeté un coup d’œil à quelques reprises et j’ai été surprise par l’air sérieux et légèrement troublé de son visage. Elle a quitté la route normale, et j’ai soudain été agréablement accueillie par une brise de mer fraîche et forte alors que nous roulions le long de la route de la digue de mer. Elle a dû me sentir la regarder d’un air interrogateur, car elle m’a soudain dit qu’elle voulait me parler en privé avant de rentrer à la maison ; parce qu’il y avait une chance que papa soit déjà de retour à la maison et que nous n’aurions plus d’intimité, et elle ne pouvait plus attendre, car elle y avait pensé depuis des jours. Sur la route de la digue, elle s’est arrêtée dans une zone sombre entre les lampadaires où il n’y avait pas beaucoup d’autres voitures. À cette heure de la nuit, la digue regorge généralement de voitures amoureuses.

Après avoir coupé le moteur, maman a glissé un peu plus près de moi et a commencé à parler. En me tenant la main, elle a fait une révélation choquante qu’elle avait décidé de demander le divorce à papa. Elle a dit qu’elle ne pouvait plus supporter le genre de vie qu’ils menaient, qu’elle se battait constamment, qu’elle ne parlait presque jamais et qu’elle ne pouvait plus s’amuser ensemble. J’étais sous le choc. Je sais que cela peut paraître horrible, mais malgré la gravité de la situation, assis là dans cette atmosphère romantique, tenant les doigts de ma mère qui pétrit doucement, je sentais ma bite se raidir, suppliant pour l’action. Je lui ai demandé s’il n’y avait pas un autre moyen, s’ils ne pouvaient pas en discuter et essayer de trouver un moyen d’améliorer les choses. Elle est restée silencieuse pendant un moment, puis elle a dit :

« Je ne pense pas que ce soit possible Cyril, je ne pense pas que ça marcherait », trembla sa voix. « Je ne sais pas… je… je… je… oh, je suis si confuse » elle s’est soudainement mise à pleurer.

Je l’ai tendue et l’ai rapprochée, en plaçant sa tête pleureuse sur mon épaule et une main autour de son dos, reposant sur sa hanche. Elle pleurait fort et abondamment. Alors qu’elle pleurait contre mon épaule et ma poitrine, je lui caressais doucement la tête et pétrissais doucement son corps là où reposait mon autre main. Je lui ai murmuré des mots de consolation, mais ça n’a pas aidé. J’ai commencé à embrasser doucement sa tête, puis son front et ses joues. Malgré la gravité du moment, je sentais mon corps souffrir d’une pression sexuelle qui se développait rapidement. J’ai commencé à lécher quelques larmes sur sa joue, et elle a levé la main pour essuyer l’autre joue. Quand elle baissa la main, elle s’arrêta, paume ouverte sur ma bite lancinante. Elle ne semblait pas s’en apercevoir et je n’ai fait aucun effort pour me déplacer ou lui retirer la main. Le plaisir de son poids sur ma bite était trop doux pour que je veuille le changer. J’ai continué à pétrir son côté en levant son visage et en essuyant d’autres larmes. Elle a mis une main autour de mon épaule et a rapproché son corps du mien. L’effort a fait que l’autre main a appuyé fort sur ma bite. J’ai senti son corps se resserrer brièvement quand elle s’est rendu compte sur quoi sa main appuyait, mais elle s’est détendue et n’a fait aucune tentative pour l’enlever.

Suite et fin demain même heure

histoires taboues
telephone rose amateur

Tél rose avec webcam

bantelskype

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

Posted in Histoires taboues, Inceste, Vieux - Jeunes

Vous aimerez aussi :

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.
Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.
Ce site est réservé aux adultes
Vous devez certifier que vous êtes majeur dans votre pays pour entrer sur le site. Vous engagez votre responsabilité en cliquant sur OUI. Toutes fausses déclarations sont passibles d'une amende.
Ce site est réservé aux adultes
Vous devez certifier que vous êtes majeur dans votre pays pour entrer sur le site. Vous engagez votre responsabilité en cliquant sur OUI. Toutes fausses déclarations sont passibles d'une amende.
Deviens un membre privilégié !
Rejoins nous ;)
GRATUIT !!!
100%
XFR
Rejoins la communauté
100% GRATUIT
Tu ne seras pas déçu ;)
Merci !
XFR
Tu ne seras pas déçu ;)
MERCI !!!