Menu Fermer

J’ai baisé une femme mariée dans la voiture de son mari

Bonjour,

Je suis agent de sécurité dans un immeuble de haut standing de Paris. Je suis grand, je suis black et j’ai 35 ans. Je suis un beau gosse très apprécié des bourgeoises que je croise tous les jours dans le cadre de mon travail.

Tous les jours, je croise des femmes chics et blindées jusqu’à l’os. Certaines sont de véritables bombes atomiques qui ont le feu aux fesses. Leurs maris ne sont jamais là et même si je n’ai pas le droit de partager les confessions des personnes que je côtoie, je peux vous assurer que la plupart d’entJ'ai baisé une femme mariée dans la voiture de son marire eux ont des maîtresses. C’est pour cela que je n’ai eu aucun remords à baiser la femme d’un chef d’entreprise, d’une très grande entreprise connue dans sa propre voiture. Je vais essayer de vous raconter à ma façon.

C’est une femme que je côtoie depuis des années. Nous avons toujours eu du respect l’un pour l’autre. Mais je dois avouer que de mon côté, j’ai toujours eu envie d’elle. Elle a un corps magnifique et pulpeux et un regard, pardonnez-moi, mais de grosse salope. Comme disait l’autre dans la vérité si je mens, elle a les yeux qui sentent le cul. Pendant les fêtes, j’ai eu une occasion qui s’est présentée et je ne l’ai pas laissée passer. Cette femme m’a demandé de l’aider, car elle venait de faire des emplettes pour Noël. Je l’ai aidée à transporter ses paquets jusqu’à son appartement. Lors du dernier voyage, elle m’a demandé de l’accompagner une dernière fois sa voiture. Elle m’a allumé tout le long du trajet et s’est penchée en avant dans le gros 4×4 Audi de son mari. Elle jouait les salopes et je me suis laissé emporter par mon excitation. J’ai posé mes mains sur ses fesses tandis qu’elle était penchée en avant sur la banquette arrière. Elle n’a rien dit hormis de me dépêcher de fermer la porte.J'ai baisé une femme mariée dans la voiture de son mari

Nous sommes entrés tous les deux dans la voiture et nous nous sommes embrassés fougueusement. Elle sentait très bon. La bourgeoise pas la voiture ! Lol je sais que beaucoup d’hommes nous lisent et que j’en ai perdu quelques-uns à partir du moment où j’ai parlé du gros 4×4 Audi. Blague à part, j’étais en train de peloter cette femme lorsqu’elle m’a dit qu’elle avait envie de moi depuis longtemps et qu’elle avait un grand besoin de sexe. Elle ne pouvait pas compter sur son mari qui non seulement était très souvent absent, mais qui en outre n’était pas un bon amant. Elle m’a mis la main au paquet et a poussé un petit gémissement de plaisir. Elle a sorti mon sexe et écarquillé les yeux. Je n’ai aucune prétention de ce côté-là, mais vu mes origines, ce n’est une surprise pour personne, je suis bien membré. Elle m’a branlé et seulement quelque va-et-vient m’ont rendu très dur. Elle m’a sucé la bite comme une forcenée et m’a entraîné dans un 69 torride. J’avais sa chatte au niveau du visage caché par sa petite culotte. Je lui ai écarté et j’ai découvert qu’elle était parfaitement épilée et qu’entre nous, elle avait un petit fumet de fin de journée. J'ai baisé une femme mariée dans la voiture de son mariMais tant pis, j’ai fait abstraction de l’odeur intime de cette grosse salope et je lui ai aspiré le clitoris avec mes grosses lèvres de black. Elle n’arrêtait pas de gémir et je sentais qu’elle râlait vu qu’elle n’arrivait pas à gober ma queue entièrement.

Je lui ai proposé de la lui fourrer en entier et lui ai demandé de se mettre en position de levrette. Nous étions totalement nus à l’arrière du 4×4 à quatre pattes sur la banquette. Elle s’est penchée en avant et a écarté toute seule ses bonnes fesses charnues. J’ai passé mon gland entre ses lèvres qui se sont ouvertes naturellement pour m’ouvrir le chemin de son vagin brûlant. Je me suis enfoncé en elle doucement, car elle était très étroite. J'ai baisé une femme mariée dans la voiture de son mariJ’avais l’impression d’être dans son cul ! Doucement, mais sûrement, j’ai fini par lui enfoncer mes 24 cm de queue jusqu’aux couilles. Elle en a perdu la respiration, j’ai même cru qu’elle allait s’évanouir. J’ai commencé mes va-et-vient et au bout d’une minute, elle a explosé de jouissance. J’étais franchement frustré, car j’avais peur qu’elle me laisse en plan. Elle s’est excusée et m’a dit de reprendre là où je m’étais arrêté. Au plus je lui limais les escalopes, au plus sa mouille ruisselait de ses lèvres, sur ma bite et mes couilles pour atterrir sur la banquette arrière du 4×4 de son mari. J’avais envie de la défoncer comme une chienne, mais j’avais peur que le 4×4 bouge trop et que l’on nous remarque. Je l’ai prise en levrette pendant de longues minutes jusqu’à ce qu’elle jouisse à nouveau. J’ai senti la pression monter de mes couilles et je lui ai tapoté sur les fesses.

J'ai baisé une femme mariée dans la voiture de son mari

Elle s’est dégagée vite fait pour reprendre ma bite au fond de la gorge et me sucer en me branlant. J’ai fini par exploser dans sa bouche et croyez-moi ou non, cette salope a tout avalé. Je suis resté un moment assis sur la banquette avec elle. Il n’y avait plus aucune différence de classe sociale à ce moment-là. Nous venions de nous envoyer en l’air et avions pris un pied d’enfer ! Nous nous sommes ensuite rhabillés et sommes sortis discrètement de la voiture pour remonter chacun dans nos espaces respectifs. Elle dans son appartement bourgeois du septième étage et moi dans mon petit bureau au rez-de-chaussée.

J'ai baisé une femme mariée dans la voiture de son mariLe lendemain, son mari a débarqué pour les fêtes. Toujours de manière aimable, cet enfant de salop m’a demandé d’aller chercher son 4×4 et de lui amener devant. Des fois j’ai envie de lui dire que je ne suis pas son employé et qu’il peut aller se faire foutre, mais je tiens à mon travail, car j’en ai vraiment besoin. Sans parler des avantages en nature que vous connaissez maintenant. Lorsque je suis monté dans le 4×4, il sentait encore le cul. Le cul de sa femme que j’avais défoncée en levrette pas plus tard que la veille. Je lui ai amené devant l’immeuble et je lui ai ouvert la porte en lui faisant un grand sourire. J’espère qu’il s’est régalé avec les effluves de sa femme et les quelques traces de foutre que j’ai dû laisser sur la banquette.

Voilà mon histoire taboue que j’avais envie de partager avec vous en ce début d’année. J’espère qu’elle vous a plu. Si c’est le cas, je reviendrai régulièrement, car vous ne pouvez pas imaginer le nombre d’occasions que je peux avoir en travaillant dans cet immeuble.

Malik, 35 ans, Paris.

 

histoires taboues
telephone rose amateur
telrosefrance

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

Posted in Divers, Histoires taboues

Vous aimerez aussi :

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *