Menu Fermer

Il fantasme sur sa tante qui va le laisser jouer avec ses trous

Max s’est appuyé contre le rebord de la fenêtre de la chambre d’amis peu décorée, regardant sa tante prendre un bain de soleil au bord de sa piscine étincelante. Couchée sur le dos, elle s’est luxueusement allongée sur le solarium, les lunettes de soleil reposant sur l’arête de son nez, trempant dans les rayons de sa peau déjà ensoleillée. Elle lui avait déjà fait part, avec un de ses sourires apparemment caractéristiques, de son inquiétude à l’égard de l’adoption de lignes de bronzage, et c’est ainsi qu’elle se mit à bronzer nue, sans aucune honte.

Max la regardait tendre les bras, bailler avant de se calmer, la peau chaude par le soleil, le corps svelte et souple, mûr, mais pas inesthétique, la poitrine et les épaules tachetées d’une série de taches de rousseur qu’elle considérait comme des imperfections, mais qui, selon lui, complétaient sa beauté.

Il s’est mordu la lèvre. C’était un chemin rapide qui les avait menés ici, car il savait qu’elle ne prenait pas un bain de soleil nue pour elle, mais pour lui.

Il ne restait ici que quelques semaines pendant les vacances d’été et, dès la première nuit, il a eu des ennuis.

Le problème, bien sûr, étant elle, sa tante Lily, alors qu’elle était sortie de la douche le premier soir où il était resté chez elle.

Il avait ouvert la porte de la salle de bain, dans l’intention de se brosser les dents et de se préparer à aller au lit, mais, aussi endormi qu’il soit, il n’avait pas remarqué la lumière qui s’échappait de sous la porte.

Alors qu’il se dirigeait vers l’intérieur, à peine plus que son caleçon, il l’a vue, un pied hors de la douche, sa main s’agrippant à une serviette qui était juste hors de sa portée.

Elle était belle, grande et mince, mais surtout, il l’a vite remarqué, elle était pendue. Sa queue, épaisse et douce entre ses cuisses, lisse et glabre, reposant sur une paire d’énormes couilles, ses yeux s’étaient écarquillés, effrayés et terrifiés en un instant, comme un cerf pris dans les phares, ses cheveux bruns gisant sur ses épaules, dégoulinants d’eau, joliment repliés derrière une oreille.

« M-Max, je… » avait-elle bégayé, un peu perdue pour les mots, ne sachant pas si elle devait se défendre, expliquer, tellement prise au dépourvu qu’elle n’a même pas pensé à se couvrir, elle était juste figée.

“…W-wow… » il avait respiré, sans réfléchir et d’un seul coup ils avaient tous deux rougi cramoisi.

Il s’était brusquement retourné, la laissant avec ses joues enflammées de couleurs. Il s’était couché, gêné, dormant à peine, l’esprit troublé, nageant avec ce qu’il avait vu et comment il avait réagi, sa réaction apparemment ravie les surprenant tous les deux.

Lily, sa tante, avait une bite, et loin de ressentir de l’aversion, il avait passé toute la nuit à résister à la tentation pressante d’enrouler sa main autour de la sienne, plus petite, plus longue et de se branler sur ce qu’il avait vu.

Le matin, en se levant, la tête fatiguée par le peu de sommeil qu’il avait eu, il avait décidé que la seule chose à faire était de faire semblant de n’avoir rien vu, de l’ignorer et de continuer comme si tout était normal.

Lily, cependant, avait clairement pris une décision différente.

Il était en bas, le matin même, en train de regarder la télévision, recroquevillé sur son canapé, alors qu’elle était entrée, vêtue d’un T-shirt, les cheveux en bataille, indiquant qu’elle venait manifestement de se réveiller. Elle lui avait fait un sourire enjoué en passant devant lui, son tacle se balançant librement en lui offrant un doux « Bonjour » à son neveu qui la regardait.

La journée s’était déroulée dans le calme et la sérénité, mais à chaque instant, elle avait affiché une tendance exhibitionniste assez marquée, sa tenue du jour étant une robe de soleil bleu ciel à cuisses coulantes qui mettait en valeur son décolleté proéminent et, alors que sa robe montait haut, ce qu’elle semblait encourager, son style commando de sous-vêtements.

Max avait détourné son regard chaque fois qu’elle s’était pratiquement présentée à lui, mais ils savaient tous deux qu’il essayait de lui voler des regards du coin de ses yeux noisette assortis.

Ce n’était rien d’autre qu’une torture et c’est finalement ce qui l’avait conduit ici, debout à sa fenêtre, à la regarder fixement alors qu’elle prenait un bain de soleil nue.

Il n’arrivait pas à le comprendre, au dire de tous il devrait être rebuté par son ajout pas si insignifiant, mais il était inexorablement attiré par elle, ses yeux fixés sur le membre épais et doux, la pointe cagoulée par son prépuce bronzé.

Max lui-même était loin d’être petit dans ce département, mais comparé à sa tante, il se sentait petit.

Il a passé ses mains dans ses cheveux bruns et courts en s’appuyant sur le rebord de la fenêtre, essayant d’accepter ce qu’il pensait, ce qu’il ressentait.

Il ne pouvait pas nier qu’il y avait une attirance, qu’il voulait faire l’expérience de ce qu’elle avait, de ce qu’elle offrait, mais il savait que c’était mal. Mais, en même temps, il était évident qu’elle lui faisait étalage de ses qualités, qu’elle le séduisait, avant qu’il ne le surprenne en train de le fixer, toutes ces années où ils se connaissaient, où ils étaient de la même famille, où ils se voyaient au moins une fois par mois ; elle avait toujours été douce, gentille et désireuse de le serrer dans ses bras, mais jamais il n’y avait eu de telles démonstrations comme celles qu’elle faisait maintenant.

Il a pensé à elle, à eux ensemble, les imaginant tous les deux en train de se mettre à la hauteur de ce qu’il a vu en ligne et a senti un frisson parcourir son corps, lui arrachant un frisson et un petit soupir.

« Merde… » se dit-il doucement, il la voulait et il le savait. Il se sentait chaud tout au long, un nerf se développait en lui. Il avait très peu d’expérience dans le domaine des filles, et encore moins dans celui de la Lily, quelle qu’elle soit. Mais il voulait le découvrir, il voulait au moins essayer. Si cela marchait, les deux semaines suivantes seraient quelque chose d’entièrement nouveau, un moment d’exploration et de découverte, d’intimité et d’amour. Si les choses tournaient mal, eh bien, ça ne valait pas la peine d’y penser.

Alors qu’il se concentrait à nouveau, il remarqua que Lily était assise sur le bord de sa chaise longue, que son ventre se plissait légèrement lorsqu’elle se penchait en avant, que son visage se tournait vers la fenêtre où il se tenait, un sourire aux lèvres. Bien qu’il ne puisse pas voir ses yeux passer les lunettes de soleil qu’elle portait, il savait qu’il avait été repéré en train de regarder.

Se mordant la lèvre, il s’est armé la tête, la regardant toujours, qu’il soit pris ou non, il se tenait debout, regardant maintenant sans honte alors qu’elle s’appuyait sur une main, en arquant légèrement le dos, de sorte que ses seins pleins étaient plus apparents, en inclinant sa propre tête, curieux. Avalant un peu anxieusement, il se pencha en avant, montrant son intérêt.

Son sourire s’est transformé en sourire, réalisant que toutes ses taquineries de la journée avaient non seulement attiré son attention, mais aussi piqué ses intérêts. Elle a soufflé un baiser séduisant en direction de sa fenêtre et a glissé lentement une main sur la peau nue de sa hanche et de sa cuisse, se dirigeant vers la douceur qui reposait actuellement entre ses cuisses.

Max regardait sa main délicate s’enrouler autour de la longueur épaisse, les doigts serrant et massant le géant endormi avant que lentement, avec toute son attention sur lui et la sienne sur le sien, elle commence à le caresser, séparant ses longues jambes élancées pour lui donner la meilleure vue, ses lourdes noix reposant sur la chaise longue sous son coq, qu’elle soutenait avec sa main, le soulevant tout en caressant pour montrer son sac.

Il voulait aller vers elle, descendre les escaliers et sortir pour se tenir à ses côtés, pour la rejoindre, mais il ne semblait pas pouvoir s’éloigner de la fenêtre, ne pouvait pas détourner ses yeux de sa bite qui glissait entre ses doigts fins, s’épaississait, la pointe de rubis commençait à le regarder de temps en temps de derrière son capuchon, scintillait de quelques gouttes de pré comme un bijou à la lumière des chaudes journées d’été, ça, et il sentait encore l’anxiété rayonner à travers lui. Il le voulait, mais aller vers elle serait comme faire un plongeon dans la piscine, dès que ses pieds quitteraient la planche, il n’y aurait plus qu’un seul chemin à suivre et cela se terminerait certainement par un plouf.

Lily a brièvement libéré sa bite de sa prise, maintenant assez droite pour se tenir debout alors qu’elle pointait vers le ciel clair, sa main se levant pour tirer ses lunettes de soleil vers le haut afin qu’elles reposent sur sa tête comme un bandeau, ses yeux brillants de joie en regardant son neveu profiter de son spectacle. Lentement, inévitablement, elle tendit la main vers lui et lui fit signe d’un seul doigt dominant.

Max a ouvert la bouche, laissant échapper un profond soupir tremblant de ses lèvres, son esprit nageant, mais, sans réfléchir, il s’est éloigné du rebord de la fenêtre, se dirigeant vers l’escalier et vers sa tante.

Son souffle s’accélérant, il descendit les escaliers, traversant le salon et la cuisine pour se rendre à l’arrière de la propriété, où deux portes coulissantes en verre s’ouvraient sur son spacieux jardin et sa piscine. En arrivant aux portes, il a posé sa main sur le cadre, faisant un pas dehors et regardant vers la chaise longue, où elle était, où elle n’était pas.

Il a senti son cœur sauter un battement, éprouvant une sensation de perte qu’il n’aurait jamais cru pouvoir ressentir en si peu de temps à propos d’une chose aussi taboue, puis il l’a entendue, l’a sentie.

Elle laisse échapper un rire bas et doux alors que ses mains se glissent autour de sa taille, sous sa chemise pour caresser la peau lisse de son vêtement, sa peau ensoleillée et chaude contre lui, séduisante, sa voix douce et riche alors qu’elle se presse sur son dos.

« Tu es passée juste devant moi, ma chérie », dit-elle doucement alors qu’il se retournait dans sa douce étreinte, ses paumes traçant sur sa peau alors qu’il se tournait vers elle. Il s’est retrouvé au niveau des yeux avec elle, tous deux de taille et de corpulence similaires, bien qu’elle ait excellé dans certains domaines par rapport à lui.

Il a regardé dans ses yeux, sa bouche s’ouvrant et se fermant alors qu’elle essayait de trouver des mots, ses lèvres pleines dessinées dans un sourire enjoué alors qu’elle se retournait, leurs yeux du même brun séduisant, leurs cheveux de la même nuance chocolatée luxuriante.

Il a senti sa main dans la sienne, « Tu vas bien ? » a-t-elle demandé doucement, en inclinant la tête de plus en plus légèrement.

Les mots lui échappaient encore alors qu’elle attirait doucement sa main vers sa queue, sa main frôlant l’épaisse tige pointée vers lui comme une lance, il se retrouvait soudain au moins capable d’agir.

Il s’est penché vers elle, lui reflétant l’inclinaison de sa tête et pressant ses lèvres contre les siennes, l’embrassant tandis que sa main la prenait promptement et s’enroulait autour de sa queue, serrant la longueur, ressentant la sensation familière d’une tige dans ses doigts, la douceur distincte enveloppant un noyau d’acier, mais contrastant avec la taille même de son membre qui éclipsait la sienne et la bizarrerie de ne pas être le sien qu’il tenait.

Elle s’avança, la poitrine nue contre la chemise de l’un d’eux, se penchant vers l’avant dans le baiser alors qu’ils luttaient pour trouver de l’espace entre leurs deux corps pour sa grosse queue, qu’il caressa, lentement et doucement, alors qu’il s’habituait à la sensation de celle-ci entre ses doigts, son esprit rattrapant ses actions alors que leur baiser s’approfondissait, vif et désireux de faire l’expérience de l’autre.

Il embrassait sa tante, la sœur de sa mère, pendant qu’il caressait sa bite et il en voulait plus.

Brisant le baiser, ils se sont mis à cligner des yeux, ses joues se sont colorées à la vue de sa soudaine franchise, levant une main pour s’enrouler dans le col de sa chemise, le tirant vers le salon.

En souriant, il l’a dépassée à mi-chemin et Lily a haleté, se retrouvant soudain entraînée, littéralement guidée par sa bite, mais sans être mal à l’aise.

Ils semblaient avoir la même idée que pour le meuble le plus proche et le plus doux et, d’un grognement léger, elle fut repoussée pour atterrir sur son canapé avec un coup de poing, ses doux seins rebondissant sur sa poitrine, ses tétons durs, son expression un peu joyeuse alors que son neveu regardait vers le bas, admirant ses atouts et les quelques taches de rousseur sur sa poitrine et ses épaules.

« Eh bien ? » demanda-t-elle doucement, arborant le sourire qu’elle avait si souvent et avec un sourire, il s’agenouilla lentement, glissant ses mains sur ses tibias lisses, sur la bosse de ses genoux et sur ses cuisses, « ooh, et là je pensais que tu allais t’asseoir dessus.

« Plus tard », dit-il doucement, un léger sourire sur ses propres lèvres, imitant les siennes, bien qu’il soupçonne quelque peu sa capacité à accepter tout ce qui se rapproche de ce qu’elle lui offre.

« Des promesses… » dit-elle doucement, en se mordant la lèvre alors qu’elle s’enfonçait sur le canapé ; sa main se déplaçant pour caresser sa bite, elle pointa la pointe pré-goutteuse vers ses lèvres.

Il la rencontra à nouveau dans un baiser, celui-ci n’étant que de l’obscénité, ses lèvres pressant doucement le dessous de sa tête de bite en attente, tirant un doux petit gémissement de satisfaction, son dos se cambrant si légèrement qu’elle ferma les yeux, laissant son esprit se replonger dans les sensations qui l’assaillent maintenant.

Sa main est tombée de sa bite, se déplaçant pour se reposer sur son ventre, soutenant ses seins souples, son autre main boite sur le canapé alors que Max s’avance, ses mains déboutonnant rapidement sa chemise alors qu’il embrasse de haut en bas sa longueur lancinante de doux petits baisers d’ange qui ne servent qu’à construire son besoin, pas à l’assouvir.

Finalement, sa chemise mise de côté, il s’est entassé, ses coudes reposant sur la chaleur de ses cuisses alors qu’une main s’enroulait autour de la base de sa queue charnue, l’autre glissant doucement vers le haut pour caresser son ventre plat.

« Ne me taquine pas trop, ma chérie, j’ai attendu ça toute la journée ! » proteste-t-elle doucement devant ses caresses trop légères.

Il a ri doucement, en frappant son énorme bite contre sa joue : « Tu m’as taquiné littéralement toute la journée, tu ne peux pas le prendre comme tu le donnes ?

Elle se tortilla sous son contact et le regarda, la bouche ouverte, la langue qui se berçait doucement en haletant : “A-ah, peut-être que si tu me traites bien, tu pourras le découvrir plus tard ?

Il sillonnait doucement son front en la regardant, puis il faisait un déclic, ses joues se réchauffant d’un rougissement,”… Oh. Oooh. »

Avec la disparition de toute envie de la taquiner, il y avait sur la table une récompense qu’il n’avait même pas envisagée.

Il s’est appuyé, prenant le bout de sa bite entre ses lèvres, ses doigts serrant la partie inférieure de sa bite, ses lèvres douces caressant doucement la douceur soyeuse de sa tête de bite, la laissant presser contre sa langue spongieuse, laissant une traînée de pré à travers ses papilles gustatives, lui faisant goûter son goût alors que ses lèvres se posaient derrière la couronne de son bout.

En la tenant là, il commença à sucer doucement, sa langue formant de petits cercles serrés autour de la pointe engorgée, chaque coup de main plaçant son prépuce contre ses lèvres, puis appuyant pour laisser pendre ses couilles un peu plus lourdes.

Elle gémit, lentement et avec un air étouffé, le bras croisé sur sa poitrine, en reculant légèrement pour qu’une main puisse être remplie par la douceur d’un de ses propres seins, le serrant et le serrant entre ses doigts, sentant la dureté d’un délicat mamelon rose glisser entre son index et son majeur, faisant rouler le petit nœud sensible pour un petit éclat de plaisir supplémentaire.

Max s’est empressé d’appuyer, laissant la tête de sa bite se glisser plus loin dans sa bouche, pressant sa langue vers le bas alors qu’elle le remplissait, ses lèvres tendues autour de la circonférence de sa puissante bite alors qu’elles roulaient sur sa longueur, la chaleur, l’humidité, toutes les sensations que sa bouche pouvait offrir la rendant folle.

Il s’est retiré juste avant qu’elle ne lui rentre dans la gorge et, plus vite maintenant, il a commencé à bouger sa tête de haut en bas sur sa longueur, sa bouche se déplaçant sur la douceur de sa bite avec aisance maintenant qu’elle était lisse avec sa salive et sa proie.

La main libre de Lily a saisi le tissu du canapé, le serrant entre ses doigts, ses orteils se recourbant comme des vagues de plaisir roulant à travers son corps, rendant la position assise incroyablement difficile.

Max ne semblait pas s’inquiéter de voir sa tante se tortiller, il se concentrait plutôt sur son travail, son désir de voir ses désirs comblés afin que plus tard, peut-être, il puisse avoir la chance de la voir lui rendre la pareille.

Elle voulait et avait besoin de plus, elle en avait besoin plus rapidement, mais elle était tellement perdue dans le plaisir qu’elle s’est trouvée incapable de rassembler les mots pour partager ses besoins.

En se mordant la lèvre inférieure, elle s’est forcée à libérer le canapé maltraité de sa prise brutale, faisant plutôt glisser ses doigts dans les cheveux soyeux de sa tête, le saisissant assez fort pour lui faire comprendre qu’il ne contrôlait plus la profondeur ou la vitesse de ses mouvements.

Elle a commencé à lui tirer la tête de haut en bas, sa poitrine se soulevant et s’abaissant à mesure qu’elle respirait fort, sentant ses plaisirs s’élever et monter alors qu’elle faisait glisser rapidement ses lèvres de haut en bas.

Une fois qu’il a perdu le contrôle, ses temps sont devenus plus courts, les mouvements de sa langue moins précis, la succion de ses lèvres plus sporadique, ce qui a conduit à des sons plus humides et plus lubriques lorsqu’il suçait et aspirait sur sa longueur, des gouttes de crachat traînant le long de sa queue palpitante pour lui glisser entre les doigts lorsqu’il la branlait, essayant de suivre le rythme irrégulier qu’elle imposait.

Son autre main, qui jusqu’à présent avait été posée sur sa cuisse, s’est déplacée vers le bas, trouvant sa place en coupant son sac, ses doigts glissant sous ses lourdes orbes pour les laisser reposer dans la paume chaude de sa main, ses doigts bougeant et se déplaçant doucement, les massant doucement, Admirant la pure douceur de sa peau lisse contre le bout de ses doigts, un coin de son esprit se demandait oisivement ce que cela ferait de les embrasser, de les lécher et de les sucer, mais avec Lily qui lui dicte actuellement où et ce que fait sa bouche, ce serait une expérience pour une autre fois, pensait-il.

Lily se secouait les hanches pour répondre à ses poussées, essayant d’être aussi douce qu’elle pouvait l’être en baisant effectivement le visage de son neveu, étant au moins aussi gentille que de ne pas le pousser dans la gorge, il restait, après tout, chez lui pendant les deux semaines suivantes, il y aurait assez de temps pour cela plus tard.

« A-ah, putain, ah, Max, je, je m’approche, fais… Mm, tu veux ça sur ton visage, ou, ou dans ta bouche ? » dit-elle, entre deux halètements, la tête penchée en arrière, les yeux fermés.

La question lui semblait superflue, car elle n’avait pas l’intention de le laisser monter suffisamment haut pour répondre. Elle s’est donc vite résignée au fait qu’il allait goûter son tout premier chargement de sperme dans quelques instants.Ma tante a fait de moi un homme

« Uunnff », elle expira entre des dents grinçantes alors que ses hanches se soulevaient, sa prise se resserrant alors qu’il sentait sa bite devenir dure comme de l’acier entre ses doigts, s’immobilisant pour un battement de cœur avant que, dans une série d’événements tangibles, ses boules ne se mettent à trembler dans la paume de sa main, sa bite battant d’un pouls définitif dans l’autre et qu’en un instant, sa bouche se remplisse d’une épaisse graine chaude.

Tante Lily vit des étoiles à l’intérieur de ses paupières alors qu’elle commençait à pomper son épaisse charge dans la bouche de son neveu en attente, tenant sa tête immobile pour que ses lèvres restent scellées autour de sa couronne pulsée, déposant sa charge crémeuse sur sa langue, lui faisant goûter son essence.

Il laisse échapper un faible gémissement alors que les sensations le submergent, le goût exotique, luxueux, délicieux. Il avala avec empressement, laissant son cadeau crémeux glisser le long de sa gorge pour se déposer dans son estomac, tétant fortement sa tige encore pulsante pour drainer de ses couilles toutes les merveilleuses gouttes qu’il pouvait.

Lily, tendue tout au long de sa chevauchée au plus haut de son point culminant, s’est finalement détendue, ses mains tombant sur les côtés, se sentant complètement épuisée, sa poitrine se soulevant et s’abaissant rapidement alors qu’elle halète, ses lèvres se séparant, regardant fixement le plafond avec des yeux écarquillés.

Alors qu’il sentait sa prise se relâcher, la pulsation de sa bite s’arrêter lentement et finalement, son cœur battre lentement, il s’est fait plaisir, laissant la bite sortir de ses lèvres ; il l’a caressée lentement de la base au bout, en serrant fort ; il a réussi à trouver une goutte de sperme supplémentaire, qu’il a goulûment léchée, avant de diminuer sa prise, en massant doucement sa bite flétrissante alors qu’il se penchait, en la muselant et en l’embrassant comme la douceur de son sac, en laissant sa langue rouler sur la fermeté de ses couilles usées.

« Oh… Oh mon Dieu, Max, que dirait ta mère… » Lily halète, ses yeux se concentrent, vacillent pour le voir, sa bite ramollie repose sur son visage, obscurcissant un œil quand il regarde en arrière, sa bouche est pressée contre son sac.

Lentement, il s’est penché en arrière, souriant doucement en respirant lui aussi fort, « J’sais pas », a-t-il dit, simplement, « Mais, quoi que ce soit, ce ne serait pas aussi grave que ce qu’elle dirait après que tu m’auras baisé plus tard ».

Lily sentit un petit frisson d’anticipation la traverser, si seulement elle avait vingt ans de moins, elle aurait pu montrer à son neveu ce qu’était une nuit sauvage, « Mm, et après tu me baises aussi. »

Il sourit et se leva, se penchant pour l’embrasser, doucement et profondément, et tous deux ne pouvaient s’empêcher d’attendre avec impatience ce qui allait arriver.

Sondage

Comment faire évoluer le blog?

View Results

Loading ... Loading ...
histoires taboues
telephone rose amateur
telrosefrance

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

Posted in Histoires taboues, Inceste

Vous aimerez aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *