Menu Fermer

Histoire taboue d’un amour interdit – Chapitre 9 – J’ai sodomisé ma mère

CHAPITRE VIIII – J’ai sodomisé ma mère

Nous avons lentement regagné notre suite nuptiale, laissant une traînée de chaussettes, de sous-vêtements et de son soutien-gorge comme preuve de nos actes érotiques. Une fois dans notre chambre, ma mère m’a guidé vers notre lit, la poitrine nue, pour ce que j’étais sûr que nous allions passer le reste de la soirée… une rafale de baisers a été dépensée, et à bon prix. J’aimais regarder ma mère nue, inspecter ses douces épaules nues qui semblaient briller. Debout au pied de notre lit, bras dessus bras dessous, j’ai fait courir mes mains le long de son dos voûté, en serrant le fin string qu’elle avait acheté. La douceur de ses cuisses et de son cul sous le tissu me faisait délirer de nostalgie. Mon Dieu, sa peau était si incroyablement douce et luxuriante… si mûre… juste parfaite pour embrasser et goûter. En regardant la peau de ses cuisses et de son cul, et comment elle brillait d’une richesse bronzée profonde… Dieu tout puissant, j’avais envie de jouir là, rien qu’en la regardant.

Le gonflement succulent de ses sphères de cul, comme elles étaient complètement rondes… eh oui, elles étaient grosses. Pas grosses ou obèses, mais doux Jésus, elles étaient juste à la bonne taille et à la bonne forme. J’avais toujours préféré les femmes plus grosses et plus busquées, et dire… c’était grâce à elle. Et j’étais là, à tout prendre… à tout respirer par amour.

Je me suis agenouillé devant ma mère, regardant ses fesses comme Indiana Jones le faisait avant de voler le trésor d’or… dessinant de petits baisers sucrés sur sa poitrine et sur son ventre somptueux. Avec le dos de mes deux mains, j’ai caressé avec amour chaque citrouille de cul mûre. Ma mère soupirait fortement tandis que ma peau effleurait la sienne.

« Ooooh Dieu, j’aime comme tu me touches comme ça. » Elle se confessa.

Plantant mes lèvres sur son os de la hanche droite, je traînais paresseusement la bouche, remarquant la belle fente sombre qui séparait les pics incurvés… J’ai soupiré, remué en regardant le site de ce cul pittoresque. En prenant le string à deux mains, j’ai fait descendre le string tout doucement… en regardant le tissu se frayer un chemin vers le bas, à travers les sommets dorés et rayonnants du cul, en remarquant comment la chair du cul semblait s’enrouler de chaque côté du tissu. Même le plus petit détail m’a excité.

« Ooooh bébé. » Marmonnait la mère.

À chaque seconde qui passait, je devenais de plus en plus un homme de cul. Je voulais ce cul à tout prix.

« Oh mon Dieu. » J’ai haleté alors que le string passait devant la partie la plus large de ses cuisses.

Enfin libre, j’ai fait bouger ma mère pour lui planter un baiser à bouche ouverte sur la joue gauche, scellant mes lèvres à la chair corpulente.

« Mmm. » Je gémissais, pétrissant chaque monticule avec une subtile insistance.

Le pied de ma mère glissa en courbant le dos, en se penchant légèrement sur notre lit. Les paumes vers le bas, elle a reposé son poids pour que mon festin puisse s’ensuivre.

« Oooooohh putain », elle a haleté. « J’ai voulu ça toute ma vie. »

Mes baisers humides se sont glissés le long de la butte, faisant mariner la crête de sa joue, faisant courir ma langue sur sa peau somptueuse. Je redéfinissais l’expression intemporelle « embrasse mon cul », lui donnant un sens entièrement nouveau, plus méritant. Avec elle baissée, je pouvais maintenant contempler la gloire de tout son dos, de ses cuisses et de son cul. J’aimais regarder la vallée profonde de sa colonne vertébrale qui accentuait si élégamment son dos. J’ai adoré la façon dont ce creux s’est creusé et s’est élargi pour former le cul charnu que je suçais maintenant. J’ai vu sa tête se balancer d’un côté à l’autre, virant lentement dans une extase agonisante.

« Yeeess, embrasse mon putain de gros cul, Dieu oui. » Elle ronronnait.

Avec ça, je me suis approché pour goûter à la fente de son cul, en enfonçant doucement ma bouche, mon nez et mon visage entre le décolleté sombre et délicieux.

« Ooooh bébé. Respire-le… respire-le juste », elle m’a supplié.

Je gémissais d’approbation, étouffé par les grosses et douces orbes de cul de chaque côté de mon visage. J’ai adoré… absolument adoré. J’avais le visage enfoui dans ce que j’avais convoité toute ma vie. Le même cul qui m’a appelé au fil du temps, le même derrière qui avait été caché par toutes sortes de robes, de jupes et de jeans imaginables… maintenant… Mon Dieu, c’était incroyable.

Tout ce que je pouvais faire, c’était embrasser autant de chair que je pouvais, en prenant mon temps pour me prélasser dans cette magnifique cuisine. J’ai levé les deux mains pour me reposer sur chaque joue, en les tapotant doucement tout en regardant les petites ondulations de mon énergie courir sur ses fesses.

« Vous aimez ça… vous aimez le respirer ? » Maman a à peine haleté.

La chair dorée de ses fesses gonflées est apparue, ses fesses caramélisées découvrant par en dessous les délicates moitiés roses de sa chatte maternelle.

La peau, si délicieusement lisse et sans aucun défaut ni signe de vieillissement. Sa posture faisait ressortir ses fesses de façon provocante, et je n’ai pas perdu de temps. Penché en avant, j’ai déposé un léger baiser d’abord sur sa joue gauche, puis sur sa joue droite, mes lèvres frôlant à peine la peau parfaite. Je n’ai pas voulu appuyer trop fort parce que je ne voulais pas déformer sa forme ronde impeccable. Au-dessus de moi, je pouvais entendre maman soupirer au contact amoureux.

« Tu es incroyable », murmurai-je, en plaçant d’autres baisers sur sa peau bronzée alors que je me rapprochais du savoureux décolleté de son cul.

Au bout d’un moment, j’ai levé les deux mains, les faisant glisser sur ses mollets charnus, jusqu’à l’arrière de ses genoux, jusqu’à ce que j’atteigne son derrière. Avec les deux paumes, j’ai saisi chaque joue et les ai écartées, me montrant son trésor cloîtré.

« Oooh putain de merde. » Elle expira, essoufflée et impatiente de savoir ce que je ferais ensuite.

Je pouvais sentir la chaleur sur mon visage même à plusieurs centimètres de distance, et son parfum humide remplissait mes narines. Après une vie entière de fantaisie et d’intrigues, je ne pouvais plus résister ; je me suis penché, le nez à quelques centimètres de l’étoile scintillante de son trou de cul exotique. Lentement, je me suis évasé les narines, inhalant l’odeur sale de la jungle.

Je n’ai pu dire que « Jésus », en absorbant l’odeur chargée de phéromones, l’odeur humide de son cul me faisant tourner la tête. C’était féminin et dégoûtant, féminin et dépravé, l’essence même de ce que cela signifiait de baiser. Ma bite, déjà très boursouflée, s’est instantanément mise à gonfler encore plus.

J’ai écarté ses fesses encore plus, étendant ma langue pour lécher largement sa fente, en commençant par le bas, là où son jus de chatte piquant était le plus fort, et en remontant lentement le long de son périnée jusqu’à ce que j’atteigne le noyau aigre de son trou de cul. Je l’ai sentie trembler au contact de mes lèvres avec son anus. J’ai été lent et délibéré, « embrassant » son trou comme je l’ai fait avec sa bouche il y a quelques instants, en poussant affectueusement ma langue à l’intérieur, en sondant le froncement gonflé. Tout au long de mon culte du cul, je ne pensais qu’aux années de regards et aux innombrables fantasmes que j’avais du gros cul fantastique de maman.

Le goût de son trou était aussi fort que l’odeur, primitif et amer, comme sa chatte. J’ai sondé aussi loin que j’ai pu à l’intérieur, et quand je n’ai pas pu pénétrer plus profondément, je me suis retiré pour enrouler ma langue autour de son trou de cul en cercles lents et paresseux avant de me glisser à nouveau à l’intérieur. Peu à peu, j’ai pris conscience que ma mère me repoussait le visage. C’était subtil, mais elle essayait clairement de m’aider à la baiser avec la langue, en se repoussant pour rencontrer mon voyage pénétrant. La chaleur de son vagin s’était également intensifiée, rayonnant sur mon menton et mon cou comme une flamme ouverte.

Le temps a cessé de compter alors que je la dévorais ; tout était perdu dans un brouillard d’odeur, de goût et de texture. La seule chose au monde qui comptait pour moi était ma mère et son époustouflant derrière.

Finalement, je ne pouvais plus supporter la douleur dans ma queue, et j’arrachais à contrecœur mes lèvres de son derrière. Le trou en forme d’étoile était bâclé et recouvert de crachat, et la chair rougissait d’une teinte rose foncé humiliante.

« Je dois avoir ce cul, j’ai besoin de ça. » J’ai avoué, en me levant et en ouvrant mon pantalon.

« Ouais. » Murmura-t-elle, balançant ces grosses hanches sirupeuses vers moi comme de la nourriture pour un vicieux affamé.

Maman m’a regardé par-dessus son épaule, ses cheveux bruns dorés couvrant un œil.

« Tu vas lui faire l’amour, bébé ? » me murmura-t-elle en retour, sa voix timide et presque salope. Cependant, elle ne fit aucun effort pour quitter sa position penchée au pied du lit.

Je ne pouvais pas répondre… J’ai simplement craché grossièrement dans la paume de ma main et étalé la salive sur la tête de ma queue avant de la guider entre les globes saillants. Maman a tressailli au contact de mon organe dur avec son trou, mais j’ai insisté et j’ai continué à la pousser vers l’avant. Mon cœur battait la chamade avec la réalité surréaliste que j’allais prendre le cul de ma mère… J’avais vraiment accompli le rêve impossible. Honnêtement, je ne pouvais pas dire ce qui était le plus sexy, ce fait ou son cul succulent en dessous de moi, m’accordant cet honneur à vie.

Avec ma main droite, j’ai posé la tête de ma tige enflée sur son trou de balle, regardant avec un souffle d’émerveillement cette image s’enflammer dans mon cerveau. Avec un respect tendre et un engagement sans précipitation, je me suis penché avec tout mon poids et mon inspiration derrière moi. De petits tremblements d’appréhension et d’étonnement secouaient chaque fesse délicieuse tandis que les mains de maman s’agrippaient à l’étendue du lit dans une attente frémissante.

« J’ai besoin de toi, j’ai besoin de ton cul. » J’ai à peine murmuré en observant les petits rabats de son trou de cul amoureusement gainé sur la tête violacée de ma bite.

« Ooooh putain, bébé », elle a flashé, grognant et retenant son souffle comme si je la poussais d’une falaise de mille pieds. « Parle-moi… dis-moi ce que tu ressens… ton premier vrai cul. »

Je savais que j’étais confronté à des années d’inflexibilité et de résistance. J’ai refusé la sensation de l’anneau extérieur de son trou de cul, serré et si protecteur. Pourtant, je devais me rappeler que c’était une première pour nous deux, et je savais que l’amour et le respect devaient être en jeu ici. En ralentissant, j’ai repris mon souffle et j’ai pu admirer le glorieux panorama des fesses bronzées de ma mère, toutes courbées, comme je l’avais imaginé depuis si longtemps. Mon Dieu, elle était si belle comme ça… comme la nature l’avait prévu.Histoire taboue d’un amour interdit – Chapitre 9 – J’ai sodomisé ma mère

Il a fallu quelques instants avant que je sente enfin ma bite éclater en elle. Nous étions tous les deux asphyxiés par une extase écrasante, submergés par la réalité que nous vivions tous les deux la beauté des rapports anaux. J’ai frissonné alors qu’une incroyable bouffée de chaleur charnue enveloppait ma bite… regardant vers le haut, je n’arrivais toujours pas à y croire et j’ai tranquillement remercié les Dieux de l’amour de m’avoir accordé cet honneur intemporel du beau terrier de cette femme. J’enfouis lentement mon érection bouillante dans ses entrailles, poussant délibérément en avant jusqu’à ce que les douces demi-lunes de son derrière embrassent mon aine trempée de sueur. Ce fut un choc de la pénétrer par voie anale, de voir avec quelle facilité elle s’est ouverte pour m’accepter au plus profond de son rectum bien-aimé.

« Oh mère », je bafouillais comme un impuissant. « Je suis à l’intérieur de ce doux cul. »

« Tu as eu le grand trophée, n’est-ce pas, mon bébé ? », me répondit-elle humblement. « J’ai ce cul que tu as regardé toutes ces années. »

« Mon Dieu, oui », j’ai haleté, fasciné par la façon dont elle savait ce que je ressentais. « Depuis si longtemps. »

Mes mains ont tenu sa taille étroite pendant que je la tirais contre moi avec insistance, m’assurant que j’étais aussi loin que possible en elle. Mère a instantanément aspiré un grand souffle d’air, comme si je venais de lui tirer dessus. Je n’ai pas pu aller plus loin, mais je suis resté immobile pendant plusieurs longues secondes, savourant la chaleur qui se trouvait au fond de ses entrailles et la prise serrée de son cul conquis. Quand j’ai finalement bougé, je me suis déplacé lentement, prenant mon temps pour reculer, vaincu par la texture rigide de son rectum qui chatouillait délicatement ma lance… cm par cm, mon gland est resté enchâssé dans ses entrailles saisissantes.

« Moi aussi, bébé », dit-elle, en exprimant aussi ses propres secrets intérieurs. « Je me sens si bien, putain… ooooh mon DIEU, si bien. Dans mon gros cul comme ça. »

Maman a laissé échapper un gémissement guttural alors que j’avançais à nouveau, lentement, pas tant une poussée qu’une exploration, une tentative pour voir jusqu’où je vais vraiment. Elle m’a regardé par-dessus son épaule, observant mes réactions faciales lorsque je la poignardais.

Je suis resté immobile une fois de plus, laissant les sensations me submerger, savourant la vue de son trou de cul étendu de façon obscène autour de ma queue, adorant la façon dont ma mère me regardait la regarder. En restant immobile, j’ai cru sentir son cœur battre, j’étais à ce point profond.

« Chaque fois que je pense à ton cul, j’ai envie de jouir. » Je lui chuchotais en me retirant avec une lenteur minutieuse.

« Je n’arrive pas à me concentrer, je pense juste au goût de ton cul, à l’odeur de ta chatte », lui ai-je dit en me retournant contre elle avant de me retirer lentement.

« J’ai toujours su que tu serais un homme à cul », chuchota-t-elle. « Toutes ces années, je t’ai vu le regarder. Maintenant tu l’as, bébé… tu l’as vraiment. »

Mon Dieu, j’ai failli venir juste là quand elle a dit ça.

Je me suis retiré jusqu’à ce que mon gland reste à l’intérieur, et puis j’ai grossièrement poussé vers l’avant, pour toucher le fond en elle. Je suis resté comme ça pendant quelques secondes, aussi profond que possible, les cuisses appuyées contre la chair lisse de ce cul, en écrasant mon corps contre le sien comme si j’essayais de pousser encore plus loin. Puis, lentement, je me suis retiré, en tirant vers l’extérieur jusqu’à ce qu’il ne reste plus que la tête avant de reprendre le merveilleux cycle.

Nos reflets étaient clairement captés dans le grand miroir adossé au mur du fond de l’armoire, mon cadre en sueur surplombant le corps sain et en forme de sablier de ma mère. Elle semblait impuissante dans le reflet, comme si je la prenais sans consentement ; son corps se balançait d’avant en arrière sur le lit à chaque poussée. Je lui ai tendu la main et j’ai tourné la tête pour qu’elle puisse voir le reflet pendant que je m’élançais.

« Regarde », lui dis-je, ma voix forte, mais douce alors qu’elle fixait la même image, le reflet de moi la sodomisant amoureusement sur notre lit de passion.

« Tu vois ça, moi en toi… dans ton cul ? » lui demandai-je, en regardant dans ses yeux à travers le reflet.

Elle a hoché la tête quand ses yeux brumeux ont rencontré les miens dans le miroir. Mes coups ont secoué son corps fertile d’avant en arrière, ses longues mèches brunes s’agitant au rythme de son corps.

« S’il te plaît, dis que tu es à moi, toujours. » J’ai poussé à nouveau, enfouissant mon pénis aussi profondément que possible dans ses entrailles, mon bassin s’écrasant contre ses fesses généreuses.

D’une main libre, je l’ai prise par en dessous, mes doigts traînant à travers le doux duvet de son buisson jusqu’à ce que je trouve le noyau dur de son clitoris.

« Le vôtre », me répondit-elle simplement, les yeux toujours fixés sur le mien.

Son trou de cul était étrangement dilaté à la base de ma bite, l’anneau musculaire était d’un violet tendu lorsque je l’ai ouverte autour de la partie la plus large de la racine de ma bite en y entrant complètement. Je sentais à quel point elle était mouillée à chaque poussée, alors que mes couilles commençaient à taper contre sa chatte.

« Ton cul ne sera jamais fermé, il sera toujours ouvert, plein de ma salive ou de mon sperme. » J’ai regardé son visage attentivement pendant que je me retirais lentement, puis je me suis retourné, remplissant son côlon de ma bite dure et impatiente. J’ai commencé à faire de lents cercles dans le sens des aiguilles d’une montre sur son clitoris avec mon doigt, et j’ai pu voir ses yeux s’élargir brièvement alors que le choc électrique du contact faisait grésiller sa colonne vertébrale.

« Plus », chuchotait maman, ses yeux étant toujours fixés sur les miens. Je ne savais pas si elle parlait de la conversation ou de ma main sur son clito, alors j’ai décidé de lui donner les deux.

« J’ai essayé toute ma vie d’avoir ça. » J’ai annoncé en sciant régulièrement, mes doigts la poussant vers l’orgasme.

« S’il vous plaît, plus », me supplia-t-elle, et je savais qu’elle voulait dire à la fois la parole et les soins de son clitoris. Je me suis approché et j’ai agité mon autre main sous son nez.

« Quand tu te réveilleras le matin, ce sera moi en train de manger ce gros cul sexy. » J’ai juré.

Maman a gémi alors que je me retrouvais au fond d’elle, et je sentais qu’elle commençait à trembler à l’approche de l’orgasme.

« Quand tu t’endormiras le soir, ma bite sera à l’intérieur. » J’ai continué.

« En moi », a supplié maman comme une pute gratuite. « Mon Dieu, mon putain de GRAND cul. »

« Ton cul à la taille d’un roi. » J’ai répliqué, en grognant alors que notre chair commençait à battre des mains… du cul à l’aine.

« Oh putain ouiiiiiii ! » cria maman, gémissant dans le matelas en faisant un poing, frappant le lit plusieurs fois dans une béatitude tourmentée. « Parlez-en comme de sa nourriture. » J’ai soupiré, l’entendant dire ce que j’aimais tant dans cet exploit glorieux. La même voix que j’ai entendue en grandissant, maintenant, parler comme la vraie mégère dont j’avais fantasmé. Maintenant, nous avions découvert un autre secret divin… elle aimait la façon dont je lui parlais mal.

« Ce gros cul juteux », je chantais en fixant les deux fesses charnues qui vacillaient comme de la gelée. « Comme s’il avait cuit au four toute la journée, si brun et tendre… prêt à manger. »

« Nourriture. » Elle prononça alors que sa voix s’élevait et retombait avec mes poussées exigeantes.

« Oui », lui répondis-je.

Je ne pouvais pas arracher mes yeux du sien dans le miroir, ni elle du mien. Chaque poussée était lente, mais forte et délibérée, et chaque poussée déclenchait un gémissement profond de sa part. Son clito devint plus dur et gonfla, et j’augmentai la vitesse de mes doigts qui tournaient en rond, enroulant de plus en plus l’intensité.

Maman a serré ses gros seins alors qu’elle et moi nous regardions droit dans les yeux, scellant une connexion plus profonde au-delà de l’aspect physique de nos rapports incestueux. Maman a délibérément traité ma tige de baise glissante avec ses muscles anaux pendant que notre regard se portait sur l’aspect psychologique de notre relation. Pas une once de notre être n’a été laissée en dehors du tempérament de nos activités sexuelles, et ce, dans une mesure supportable. Le regard entre nos yeux était peut-être plus pénétrant que ma bite dans le cul de ma mère, et la nature de ce regard était peut-être encore plus intime.

« Je suis… » elle a haleté, les yeux verts toujours fixés sur le bleu.

Je pouvais sentir le picotement de l’orgasme, un picotement inexplicable qui semblait venir de derrière mes testicules qui se balançaient. Je savais que je ne pourrais pas tenir plus longtemps. Essayant de rester mentalement en avance sur la baise, j’ai continué à la frapper, en amenant ma mère au sommet.

« Je suis… » elle a encore sursauté, cette fois avec un murmure de « je jouiiiiiiiis » quelques secondes plus tard. Elle a commencé à se tortiller alors que l’orgasme fendait sa chair moite, presque comme si elle avait une crise. Ses genoux se sont pliés, laissant tomber tout son poids sur notre matelas.

Son trou de cul s’est sauvagement accroché à ma tige poignardée, me poussant aussi par-dessus bord. Je ne pouvais pas dire ce qui m’avait fait tomber… le fait que je faisais subir un orgasme à la femme de mes rêves, ou que son cul allait me faire jouir. En regardant une dernière fois vers le bas, j’ai vu les globes beurrés de ma mère, recouverts d’une fine couche de sueur.

C’est tout ce qu’il m’a fallu… voir ce gros cul se retourner contre moi… des vagues de sexe puissant et brut, qui ondulaient sur ses amas. D’un coup sec, j’ai pleuré pour maman encore et encore en lançant ce qui ressemblait à un litre de sperme dans les recoins les plus profonds de ses intestins pillés. La seule réponse de maman a été de crier son étonnement dans les draps, en tirant furieusement sur le tissu. Ce n’était pas un cri douloureux ou tortueux, mais un cri de satisfaction gracieuse et d’orgasme profond. Des millions d’étoiles explosives ont croisé mes yeux pendant que je réclamais son cul sirupeux. Les deux mains ont serré chaque orbe, me poussant imprudemment aussi loin que possible en elle. Une corde après l’autre, des graines chaudes ont fait irruption… paralysé par l’impressionnante réalité que j’éjaculais dans le rectum de ma mère. Je suis devenu étourdi, je me balançais d’avant en arrière en m’écrasant sur le dos humide de ma mère. Quelques instants plus tard… Sous mes pieds, maman subissait encore les contrecoups de son orgasme, son corps tremblait encore comme s’il était froid. Chaque secousse de mon organe provoquait une nouvelle secousse, provoquant un spasme de son trou de balle autour de ma queue encore dure. Nous nous sommes mis à tourner en spirale, les pulsations mortelles de son orgasme déclenchant des giclées d’affaiblissement de ma bite, tandis que les éclatements déclenchaient des secousses de ses muscles internes.

Je l’avais fait… J’avais goûté, baisé, et je suis rentré dans le cul de ma mère. J’avais rêvé, fantasmé, et me suis branlé sur cet exploit pendant si longtemps. Maintenant, sous moi, en reprenant son souffle, ma mère me laisse sucer son épaule tandis que je passe ma langue sur sa peau lisse et humide. La lueur s’installait alors que nous murmurions tous les deux nos vœux d’amour éternel l’un pour l’autre, tandis que je restais enraciné… au plus profond de son chaud côlon.

« Reste en moi, comme ça. » Maman a parlé avec un murmure prometteur.

« Je ne vais nulle part. » Je l’ai rassurée en embrassant son oreille et son cou.

Nous sommes restés unis… la bite bien enfoncée dans le cul, ensemble comme un seul homme.

« C’était incroyable », dit-elle après un long et profond baiser. « J’ai toujours voulu faire ça. »

« Je n’arrive pas à croire qu’aucun homme n’ait jamais voulu ça », lui ai-je répondu, essayant encore de saisir le sens de mon exploit. « Je ne vois pas comment avec un cul comme le tien. »

« J’ai adoré la façon dont tu en parlais comme si c’était de la nourriture », m’a-t-elle répondu. « Dieu que c’était si sexy, putain. »

« As-tu aimé quand je t’ai léché… que ma langue soit en toi ? »

« Putain ouais, Dieu qui vient de… wôw. » Elle s’est exclamée avec un long soupir d’émerveillement. « Tu étais tellement à fond dedans. Je ne pensais pas que quelqu’un pouvait faire ça. »

« Tu n’en as aucune idée. » Je lui ai dit avec amour. « Tu es la femme la plus sexy que j’espère avoir. »

Maman ronronnait sous moi, se blottissant contre les draps et se tortillait sous moi, sentant ma bite à moitié dure encore bien cachée dans ses profondeurs tranquilles.

histoirestaboues
recap
bandeau post content

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

Posted in Enceintes, Histoires taboues, Inceste

Vous aimerez aussi :

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *