Menu Fermer

Fasciné par ma fille j’ai une relation incestueuse avec elle Sixième partie

L’esprit d’Éric s’est éteint à l’image de sa petite fille séduisant la blonde, femme trophée artificielle, au point qu’elle était prête à coucher avec sa belle-fille latina juste pour goûter à nouveau à Paige. Il faisait nuit. C’était terrible. Et ça lui a fait perdre tout sens de la décence. Maintenant, il a vraiment commencé à baiser sa fille.

« Ouais, papa ! Donne-moi ça. Baise-moi. Oh mon Dieu. Plus fort, papa. Tu as aimé cette histoire, n’est-ce pas ? C’était tellement faux, mais tu l’as aimée. Allez, papa, montre-moi comment tu l’as aimée. Baiser ta petite fille à fond. »

Et c’est ce qu’il a fait, en lui prenant les cheveux et en lui tirant la tête en arrière pour avoir plus d’influence.

« Oui, oui, oui, oui », sifflait-elle, « Fais-moi mal, papa. Baise-moi fort et fais-moi mal. C’est ce que je mérite, n’est-ce pas ? Parce que je suis une salope si sale ? Parce que je suis mal câblée, câblée pour être mauvaise ? Tu peux me baiser, papa ? Tu peux me baiser jusqu’à ce que je redevienne une bonne fille ?

Il l’a mordue alors, fort, sur son épaule droite. Cela n’a servi qu’à alimenter sa luxure.

« Merde ! » cria-t-elle, « Oui ! Laissez une marque. Une grosse marque. Donne à maman quelque chose à se demander quand je la verrai. Laisse-la imaginer ce que je fais à l’université, sans jamais réaliser que c’est son propre mari qui l’a fait. »

« Tu es une putain de salope ! » grogna-t-il, sa voix un mélange de menace et de révérence, « Tu es faite pour ça… pour être baisée. »

« Allô ? » une voix émanait d’en bas, « C’est la voiture de Paige que je vois dans l’allée ? »

« Ouais maman, c’est moi ! » Paige a réussi sans s’arrêter à se forcer sur la bite de son père.

« Quelle surprise ! » s’exclama sa mère, « Ton père est là-haut avec toi ? »

Éric a essayé de lui faire entendre raison, mais il n’a rien pu faire. Paige lui a répondu : « Oui, il est juste dans la salle de bain maintenant. »

« Ok, garde-le là-haut jusqu’à ce que je te le dise. Je lui ai acheté quelques cadeaux d’anniversaire que je dois cacher avant qu’il ne descende. »

« Ne t’inquiète pas maman, je vais l’occuper », a promis Paige, un sourire méchant sur son visage.

La porte d’entrée claqua à nouveau alors que la mère de Paige, la femme d’Éric, Laurie, retournait à sa voiture.

« Nous devrions nous arrêter », gémit-il faiblement.Mon mari est devenu cocu à son tour dernière partie

« Oui », Paige a accepté, mais n’a fait aucun effort.

« Je suis sérieux. »

« Je sais que tu l’es, papa. Et je sais que tu as raison. Mais je ne peux pas. »

« Ma petite fille… »

« Mon Dieu, j’adore quand tu m’appelles comme ça avec ta bite en moi ! »

« S’il te plaît… »

« Papa, tu dois faire ce qui est juste et nous arrêter. Je ne peux pas. Je suis mauvais à l’intérieur. Tout est mal câblé. Si tu ne nous arrêtes pas,

Je ne le ferai pas tant que tu n’auras pas rempli ma chatte de ton sperme ».

« Encore quelques surprises à cacher », la voix de Laurie s’est envolée dans les escaliers.

« Oh mon Dieu, papa. Je veux qu’elle voie cette surprise. Arrête-moi, papa. Fais-moi faire ce qu’il faut. »

« Tu ne peux rien dire. »

« Je sais, je sais. Mais je veux le faire, papa. Je dois le faire. Nous arrêter. Tu es la seule. Arrête-nous. »

Mais Éric savait qu’il ne pouvait pas les arrêter, qu’il ne pouvait pas faire ce qu’il fallait. Sa chatte était trop humide, trop serrée. Elle a trop bien baisé. Son attitude était trop enivrante, ses paroles cochonnes trop convaincantes.

« Je t’en supplie, petite fille… s’il te plaît… arrête maintenant. »

« Ok. Tout est prêt ! » cria Laurie.

Elle a entendu des chuchotements et ce qui ressemblait à une gifle en haut, mais n’a pas eu de réponse.

« Allô ? Paige? Éric ? Vous allez bien ? »

« Super maman ! » a été la réponse de Paige. Elle avait l’air essoufflée.

« Eh bien, viens ici que je puisse te faire un câlin. »

« Je ne peux pas maintenant », répondit Paige. Est-ce qu’elle gémit, Laurie se demandait ?

« Et pourquoi pas, jeune fille ? »

A l’étage, le père et la fille se sont battus pour reprendre le contrôle.

« Nous devons nous arrêter ! Maintenant ! » grogna-t-il.

« Je ne peux pas, papa. Je ne peux pas, papa. Je ne peux pas. Je suis tellement pourri à l’intérieur. Oh, mon Dieu, papa. Je veux que maman nous voit. Je veux qu’elle sache que tu préfères la chatte de ta petite fille. Arrête-moi ou je lui dis. »

histoirestaboues
recap
bandeau post content

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

Posted in Histoires taboues, Inceste

Vous aimerez aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *