Menu Fermer

Fasciné par ma fille j’ai une relation incestueuse avec elle Septième partie

Il lui a mis la main sur la bouche, mais il a continué à la baiser. Elle l’a mordu et il l’a laissé partir en criant.

« J’ai dit, pourquoi pas ? » répéta Laurie.

« Parce que, maman… » Paige a commencé. Elle a essayé de s’arrêter. Elle l’a fait. Au lieu de cela, elle a léché ses doigts et a commencé à les faire glisser rapidement sur son clito, « Parce que papa me baise ! »

« Salope », Éric cracha, mais n’arrêta pas de se jeter dans sa profonde humidité.

« Quoi ? », lui posa la question hésitante.

« Il me baise, maman ! Il baise sa petite fille ! »

« Je ne sais pas ce que tu penses, mais c’est une terrible blague », répondit Laurie, les cordes vocales tendues par la colère et autre chose… peut-être la panique.

« Viens voir », Paige l’a invitée, « Il est si profond en moi. »

« C’est ça, je vais monter jeune fille et nous allons avoir une conversation à ce sujet. »

« Elle vient papa », gémit Paige et regarde par-dessus son épaule, « Dernière chance ».

Mais il ne pouvait rien faire d’autre que de continuer à la baiser. Il a vu le rougissement sur sa joue, les perles de sueur sur son front, la façon dont les muscles de son dos et de son cul se resserraient et se relâchaient à chaque coup et il était impuissant.

Un petit souffle étranglé a attiré son attention dans le couloir. Sa femme Laurie se tenait debout, la main sur la bouche, cendrée.

« Tu vois, maman, je te l’avais dit. »

« Éric ! Paige! Je… » était tout ce que Laurie pouvait faire.

« Regarde-nous, maman. Regarde comme ta fille est devenue une bonne baise. Dis-lui papa, dis-lui à quel point je me sens bien. »

Presque automatiquement, il a répondu : « Laurie… elle est si bonne. Oh, mon Dieu, Laurie. Elle m’a sucé avant et elle m’a fait jouir si fort et a avalé presque chaque goutte. Tu ne m’as pas mis dans ta bouche depuis des années et elle en a adoré chaque seconde. »

« Parle-lui de mon corps. »

« Regarde notre petite fille », il a dit, « Elle est si chaude, Laurie. Ses seins sont incroyables. Et sa chatte. Mon Dieu ! Sa putain de chatte est parfaite. »

« Est-ce que je suis un meilleur coup que maman ? »

« Oui, petite fille, tellement mieux », confirma-t-il. « Ta mère ne m’a jamais baisée comme tu le fais maintenant. »

« Oh mon Dieu, maman… tu entends ce qu’il dit à sa petite fille ? Mon Dieu, maman… il est si dur pour sa petite fille. Alors… Baiser. Dur. »

Laurie se tenait comme une statue horrifiée devant eux. Elle ne pouvait pas répondre.Mon mari est devenu cocu à son tour dernière partie

« Ce n’est pas sa faute, mais celle de maman, c’est la mienne. J’ai tort à l’intérieur. Ma tête… Je crois que je suis née mauvaise, maman. Papa, dis-lui. »

Il grogna et commença à parler, « Oh Laurie… mon dieu… elle est mauvaise, Laurie. Notre petite fille est une salope née. J’ai dû la baiser… je n’avais pas le choix. »

« Mmm… traite-moi encore de salope », elle a ordonné à Éric.

« Salope ! » il lui a craché dessus et lui a mis une bonne raclée.

Elle a gémi en réponse : « Papa, tu veux bien jouir pour moi ? Veux-tu jouir sur mon dos ? »

« Oui, petite fille, tout ce que tu veux. »

« Sois fou, papa. Utilise juste ma chatte. Montre-moi quelle salope je suis. Et puis enduis mon dos. »

« Oui, ma petite fille. »

Il lui a tiré les cheveux plus fort et l’a baisée plus profondément et plus vite.

« Oh mon dieu, baby girl. Tu es si serrée. Sooooooo mouillée. »

« Dis à maman, papa. Dis-lui. »

« Laurie… Je ne peux pas m’arrêter de baiser sa chatte, Laurie. Je ne veux pas arrêter. Sa chatte est tellement mieux que ta vieille chatte desséchée », grogna-t-il en fixant directement sa femme.

« Tu aimes mon corps, maman ? » Paige gémissait, en attrapant ses seins et en les maltraitant, « Tu aimes voir ta petite fille se faire baiser si DUREment par ton mari ? »

Laurie gémissait en réponse, « Arrêtez s’il vous plaît. S’il vous plaît, tous les deux… arrêtez. »

Éric se sentait coupable et honteux de continuer à faire ça devant sa femme et de se moquer d’elle en cours de route. À sa grande surprise, ces sentiments n’ont fait qu’augmenter son excitation. Il a trouvé le clitoris de sa fille et l’a juste effleuré, propulsant Paige à l’apogée.

Elle gémissait et ondulait, « CUMMING, maman », « CUMMING ! »

En redescendant, elle se remit à parler : « Oh maman, ta petite fille est une salope… une pute. Tu vois ça ? Tu vois quel vilain joujou tu as élevé ? »

Laurie marmonnait quelque chose d’inaudible. Éric lui a demandé de le répéter. Elle marmonna à nouveau. Éric a demandé qu’elle parle plus fort.

La colère finit par submerger son épaisse couverture de choc et elle cria : « Tu es un putain de porc dégoûtant ! Des ordures inutiles ! Vous êtes tous les deux de sales ordures de pécheurs ».

« Mmmm, je sais, maman », gémit Laurie d’une voix dégoulinante de sexe, « Je sais que je le suis et j’aime ça. Est-ce que tu aimes ça, papa ? »

« Tous. Putain. Seconde ! » il halète derrière elle, la sueur visible sur son corps bien tonique.

« On l’aime maman. Et j’aime que tu nous regardes. Je crois que tu aimes nous regarder. N’est-ce pas, maman ? »

« Arrête », supplia Laurie, « Ne dis pas des choses aussi horribles. »

« Regarde-toi… tu ne peux pas t’arrêter de nous regarder… mes seins… le petit cœur au-dessus de la chatte dans laquelle ton mari est si profond en ce moment. »

« Pas…. pas vrai », chuchota Laurie, instablement.

« Oui, c’est maman. Est-ce que ça te fait mouiller, maman ? Est-ce que tu trempes ta culotte en regardant papa utiliser le corps de sa petite fille pour son propre plaisir ? »

« Non… non… jamais. » Les yeux de la mère de Paige semblaient se détacher et s’éloigner, sa voix s’élevait dans l’espace.

« Il utilise juste ma chatte, maman. »

« C’est… c’est ta fille. »

« Je sais, Laurie », il a haleté, sentant les ongles de Paige qui traînaient sur son sac, « Je sais et je m’en fiche. »

« Tu t’en fous, papa ? » Paige a fait la moue, en regardant par-dessus son épaule.

« Oh mon dieu », gémit-il, captant le regard de luxure de sa fille, « Je m’en soucie, ma petite fille. Je m’en soucie, Laurie. »

« Alors… alors pourquoi ? » chuchota Laurie. Paige a souri et elle a remarqué que les tétons de sa mère étaient devenus si rigides qu’on pouvait les voir à travers son soutien-gorge et sa chemise.

« Parce que ça rend la baise meilleure », grogna-t-il, les dents serrées, « J’aime que cette salope serrée et coquine que je baise soit ma petite fille. C’est tellement mal, Laurie. C’est tellement mal, putain. »

« Maman…. maman… il me fait mal maman. Il est si dur avec moi. »

histoirestaboues
bandeau post content

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

Posted in Histoires taboues, Inceste

Vous aimerez aussi :

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *