Menu Fermer

Fasciné par ma fille j’ai une relation incestueuse avec elle Première partie

Ca arrive rarement, mais deux choses sont arrivées en même temps. nous avons un trou dans les contributions d’histoires taboues et nous sommes tombées sur une histoire complètement dingue sur un site US. On a décidé de la publier en Français, mais de laisser tout le contexte américain pour ne pas dénaturer l’histoire. Vous en avez pour au moins 7 jours ! Une tuerie ! Bisous

Eric Dorrmann était au paradis. Ou une sorte de paradis en tout cas. Après avoir flirté pendant des mois avec l’une des entraîneuses de la salle de sport, une jeune femme de 20 ans aux cheveux noirs teints, nommée Nadia, il avait mordu à l’hameçon et s’était lancé. Il s’est approché et lui a demandé si elle aimerait voir sa maison un jour.

Elle savait qu’il était marié, mais elle s’en foutait. Il avait un peu plus de 40 ans, il se maintenait en pleine forme, et elle pensait que le mariage était une blague de toute façon. Si sa femme n’était pas assez sexy pour l’intéresser, ce n’était pas le problème de Nadia. Elle a donc accepté sur-le-champ, a pointé tôt et les deux ont couru jusqu’à chez lui.

Vingt minutes plus tard, elle rebondissait sur lui, ses faux seins se balançant à peine à temps pour les poussées, gardant Éric hypnotisé. Il baisait un jeune de vingt-cinq ans dans le lit qu’il partageait avec sa femme et il ne pouvait pas être plus content de lui.

À l’insu du duo adultère, Paige, la fille d’Éric, âgée de 21 ans, avait décidé de rentrer chez elle après l’annulation de son dernier cours de la journée. Sans cours le vendredi, elle n’aurait pas à revenir sur le campus avant le lundi et elle savait qu’elle ne pourrait pas revenir le week-end prochain pour fêter l’anniversaire de son père. Elle a donc pensé que ce serait une bonne surprise/une excuse d’avance pour être trop occupée le week-end suivant.

Elle a jeté son sac sur la table de la cuisine et s’apprêtait à crier à l’étage qu’elle était chez elle quand elle l’a entendu. Un bruit sourd. Des gémissements. Elle était inquiète. Et si quelqu’un attaquait son père ? Elle savait qu’il était en bonne santé, mais si quelqu’un le surprenait ou s’il y avait plusieurs agresseurs… Sans réfléchir, elle a sorti la batte de base-ball du placard de devant et a monté les escaliers, le cœur battant à tout rompre, le sang battant dans ses oreilles. Elle se préparait à charger dans le couloir et à le sauver quand elle entendrait autre chose.

« Oh oui. Oh ouais. Donne-moi cette bite. Ouais. Tu aimes ça, n’est-ce pas ? Mmmm. Baise-moi ! », dit une voix féminine venant de l’autre côté de la porte.

Paige rougit, embarrassée d’avoir été si bête et de ce qu’elle a failli faire. Mais attends… ce n’était pas la voix de sa mère. Elle en était sûre. Cette voix avait un accent… comme celui de Long Island peut-être. Qu’est-ce qui se passait ici ? Avant de s’en rendre compte, elle se tenait dans l’embrasure de la porte de la chambre de ses parents et regardait une femme bronzée par pulvérisation et aux faux seins rebondir sur son père pendant que son père frottait agressivement le clitoris de cette autre femme.

« Oh mon Dieu… » chuchota-t-elle, horrifiée.

Son père l’a entendue et a surgi du lit en panique, jetant presque la salope de gymnaste par terre. Nadia se remit et vit la pâle, assommée Paige dans le couloir et sourit.

« Paige! » était tout ce qu’Éric pouvait rassembler.

Nadia l’a attrapé et l’a embrassé fort avant de rassembler ses affaires et de sortir de la pièce, toujours nue. « Peut-être plus tard dans la semaine », a-t-elle appelé par-dessus son épaule en frôlant Paige. En plus de ne pas se soucier de savoir si quelqu’un était marié, Nadia ne se souciait pas non plus de se faire prendre à baiser un homme marié. C’était, par définition, le problème de quelqu’un d’autre.

Paige et Éric sont restés un moment enracinés dans leurs lieux respectifs, ne sachant pas trop quoi faire, chacun attendant que l’autre fasse le premier pas. Paige a craqué la première, s’enfuyant de la chambre en sanglotant. Éric la poursuivit en peu de temps, tellement absorbé par le moment qu’il négligeait qu’il était encore nu et en érection.

Quand il l’a attrapée et l’a fait tourner autour d’elle, ses yeux étaient déjà mouillés de larmes, son mascara traînait sur ses joues. Elle s’est effondrée sur lui. Grande et athlétique comme son père, elle avait toujours eu la réputation d’avoir une sorte de dureté féminine qui lui permettait d’être forte, mais toujours sexy. Elle n’avait pas l’habitude de montrer sa faiblesse devant les autres, mais elle ne pouvait plus s’en empêcher.

Éric lui caresse les cheveux et la pousse à se calmer. Quand les sanglots ont cessé, il l’a relâchée. Elle l’a poussé plus loin, les yeux brillants maintenant.

« Comment as-tu pu ? ! » a-t-elle demandé.

Il a supplié : « Oh, ma petite fille… écoute, je sais que ça doit être dévastateur, mais… c’est compliqué. Je te supplie de ne pas le dire à ta mère. Tu peux me détester. Je comprendrai si tu le fais. Mais si tu le dis à ta mère, ça la détruira, ça décimera notre mariage, et ça me ruinera. »

« Tu as fait l’amour avec quelqu’un d’autre ! » cria-t-elle, en frappant la poitrine avec sa main ouverte, « Comment as-tu pu faire ça ? Comment as-tu pu sortir et trouver un étranger au hasard pour tromper maman avec — »

« Bébé, je suis si… »

« – Quand, pendant des années, j’étais au bout du couloir à t’attendre ! »

« – Désolé attends… quoi ?! »

« Oh allez, papa. Ne sois pas si bête. Je sais que tu m’as entendu gémir. Je sais que tu as entendu mon vibrateur bourdonner. Je sais que tu as entendu les ressorts de mon lit grincer quand je portais mon gode. Pourquoi crois-tu que j’ai fait autant de bruit ? J’espérais que tu viendrais prendre ce qui t’appartenait. Au lieu de ça, tu te contentes de… ça ? ! Je veux dire, elle avait un beau corps, mais je suis bien plus sexy ! »

« Paige », commença-t-il, embrouillé, « tu sais… on ne peut pas… je veux dire, tu es ma fille et je… »Mon mari est devenu cocu à son tour dernière partie

« Alors maintenant, vous êtes moral ? » lui grogna-t-elle, en revenant dans son espace personnel et en le poussant légèrement.

Éric est soudain devenu très conscient de sa propre nudité et a essayé de s’éloigner d’elle et de se couvrir. Sa main l’a battu, saisissant dans ses mains sa perche encore à moitié raide.

« Oh non… je viens de réaliser, papa… tu n’es jamais venu, n’est-ce pas ? » chuchota-t-elle, exprimant soudain tous ses regrets, « j’ai fait irruption et je t’ai complètement laissé en plan. Ce n’est pas une façon très appropriée de se comporter pour une fille. »

Elle le caressa lentement, en le fixant dans les yeux. Ses yeux verts étaient larges et scintillants, encore vitreux et rouges de larmes. Son regard d’innocence absolue était complètement décalé par rapport à ce que faisait sa main. Ou bien, Éric s’est rendu compte que les tétons de sa poitrine de bonnet B poussaient avec une grande force à travers le tissu de son débardeur rouge à côtes.

« Wow… tu as dû la faire mouiller, papa ! Je peux sentir son jus partout sur toi. »

« Eh bien… umm… Paige, tu dois… » il s’est battu pour enchaîner une phrase cohérente.

« Je sais ! » dit-elle, le sourire aux lèvres pour la première fois depuis qu’elle est rentrée à la maison, « Je peux me rattraper, papa. »

Elle s’est mise à genoux et a retiré sa chemise d’un seul mouvement fluide. Ses seins fermes et sans poitrine ont rebondi, ses mamelons ont brièvement dansé de haut en bas sur ses cuisses exposées. Éric savait que les seins qu’il regardait appartenaient à sa fille, sa petite fille, mais il ne pouvait pas détourner le regard. Ils étaient parfaits. La bonne taille, la bonne forme, hauts, fiers, et surmontés de mamelons roses tout aussi parfaits.

histoirestaboues
recap
bandeau post content

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

Posted in Histoires taboues, Inceste

Vous aimerez aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *