Menu Fermer

Fasciné par ma fille j’ai une relation incestueuse avec elle Deuxième partie

Alors que son père se tenait debout dans un brouillard induit par le sein, Paige lui prit la bite profondément dans la bouche avec un petit gémissement satisfait. Elle le sentit revenir à sa pleine rigidité en un instant, l’entendit haleter et expirer brusquement. Elle a tiré la tête en arrière et a enroulé sa langue autour de la tête de sa bite, l’attrapant comme un boa constricteur pourrait assurer sa proie. Puis, elle l’a emmené encore plus profondément qu’avant, sentant le délicieux étirement des coins de sa bouche et le relâchement de sa mâchoire. Elle a répété cela plusieurs fois jusqu’à ce qu’elle le bâillonne et qu’il gémisse de façon rythmée et audible, à temps pour ses acrobaties orales.

Paige l’a laissé glisser entièrement de sa bouche avec un pop et a pris sa bite dans sa main. Elle s’émerveillait de sa longueur et de son épaisseur et se félicitait en silence de pouvoir en assumer autant. Elle a secoué le membre imbibé de salive en regardant fixement son père qui la dominait. Son visage était une masse conflictuelle d’émotions tourbillonnantes : la peur, le désir, la confusion, la culpabilité et la peur se disputent la domination sur ses beaux traits. Elle lui sourit et lui lécha les lèvres.

Puis, d’une voix de petite fille, elle a dit : « Oh mon Dieu, papa, je peux sentir sa saleté partout sur toi. »

Elle l’a sucé brièvement avant de remonter pour prendre l’air et l’assurer, « Ne t’inquiète pas… j’ai déjà goûté à la chatte. »

Elle l’a embrassé sur la tête et l’a laissé voir sa langue rose lui lécher les couilles tout le long de la partie inférieure du manche avant de lui donner une nouvelle gorge profonde. Une fois de plus, elle s’est arrêtée et lui a dit : « Mmm… et elle est l’une des plus savoureuses. J’espère que vous avez eu la chance de vous faire lécher ».

Elle sentit sa bite lui sauter dans les mains et vit le roulement involontaire de ses yeux vers le haut et sut qu’il s’approchait. Elle recommença à le sucer, en se servant aussi davantage de ses mains. Il gémit et se lamente. Il tremblait de plaisir. Finalement, il n’eut d’autre choix que de placer ses deux mains sur le mur du couloir pour s’assurer que ses genoux ne se déformeraient pas. À genoux devant lui, Paige aspirait joyeusement, en fredonnant et en gémissant, la bouche remplie de la bite adultère et maintenant incestueuse de son père.

Éric a fait une dernière tentative pour faire ce qu’il fallait, en avertissant sa fille de tous les points culminants qui approchaient. « Oh mon Dieu, ma petite fille, tu dois arrêter. Ce n’est pas bien. »

Elle secoua seulement la tête et sourit autour de sa bite.

« Je suis sérieuse. Il a haleté, s’interrompant alors qu’elle crachait sur sa bite et la frottait contre la tête avant de l’enfoncer à nouveau. « Mon Dieu ! Ma petite fille, s’il te plaît. Si tu n’arrêtes pas, je… »

« Vous ferez quoi ? » marmonnait-elle de façon incompréhensible autour de son membre épais. Elle l’a extrait à contrecœur de sa bouche et a essayé de nouveau, en faisant glisser ses ongles rouge foncé de haut en bas de son manche, lui envoyant des chocs électriques de plaisir/douleur légère. « Tu feras ce que papa fait », répéta-t-elle.

« Cummmmm », gémit-il, les yeux serrés, le corps rigide avec un effort douloureux de maîtrise de soi et de résistance, « Je vais jouir, Paige. Si tu n’arrêtes pas, je vais jouir dans ta bouche. »Mon mari est devenu cocu à son tour dernière partie

« Oh papa », lui dit-elle en le réprimandant, « c’est tout l’intérêt. »

C’était trop pour Éric. Il avait été amorcé par le danger de baiser quelqu’un qui n’était pas sa femme dans son propre lit, poussé à l’éveil par les talents et les atouts de Nadia, et maintenant… Que la bouche autour de sa bite appartienne ou non à sa fille n’avait aucune importance. C’était un talent de suceur de bite, le genre apparemment né pour ça, avec une longue langue enjouée et des lèvres épaisses et pleines. Connecté à un corps presque parfait, long, maigre, avec des seins incroyablement fermes et des mains talentueuses. Il ne pouvait pas résister. Il était bien trop faible.

Il a commencé à grogner le premier, avec des bruits gutturaux faibles. Pas de rythme, pas de sens de l’humanité derrière eux. Juste pleine de désir et de besoin. Puis, une main s’est détachée du mur et a tendu la main vers le bas, s’empêtrant dans les longues mèches de marron bouclées de Paige. Éric a alors commencé à baiser sa bouche, sans se soucier de son lien avec lui, sans se soucier de savoir si elle voulait qu’il le fasse ou non. Elle était quelque chose de chaud, de tiède et d’humide et il la prenait comme il le voulait.

En réponse, elle a gémi et s’est bâillonnée, mais l’a laissé faire à sa guise. Elle appréciait la sensation de presque suffocation lorsque sa bite lui remplissait la bouche et le doux soulagement de l’air lorsqu’il se retirait. Ses lèvres lui semblaient plus grandes que d’habitude et douloureuses, et cela lui plaisait beaucoup. Elle se toucha subrepticement à travers son short d’athlétisme en vinyle court, se réjouissant et maudissant la sensation taquine d’une friction presque suffisante contre son clitoris.

Puis, la respiration de son père a changé et il est devenu silencieux, mais pour de rapides gorgées d’air. Il a tiré ses cheveux, durs et rugueux, vers lui et sa tête, par nécessité suivie. Elle sentit son nez lui taper sur l’abdomen et commença à avoir des haut-le-cœur et à haleter autour de sa queue. Cette fois, il n’a pas reculé. Bien qu’elle ait apprécié sa perte de contrôle, elle a commencé à paniquer devant son incapacité à se libérer. Elle le regarda d’un air suppliant, mais ne vit dans les yeux de son père qu’un désir pur, laid et impitoyable. Même à travers la panique, cela n’a fait qu’alimenter davantage le désir de Paige.

D’un grognement, « Bois-le ! » et rien de plus, il lui a fait irruption dans la bouche. D’épaisses giclées de sperme lui remplissent rapidement la gorge, les joues, la langue et les dents. Elle a lutté pour se libérer, mais Éric n’a fait que resserrer sa prise. N’ayant pas d’autre choix, Paige commença à avaler profondément, supprimant tous les instincts naturels de survie de son corps pour assurer le plaisir de son père.

Quand il a fini, son corps s’est mis à boiter, sa main est tombée. Il a trébuché contre le mur opposé, sa langue a glissé hors de la bouche de sa fille. Il se sentit excité, vivant, rassasié et complètement malade. Paige est restée à genoux, visiblement en train d’avaler. Le sperme coulait sur son menton de chaque côté de sa bouche en d’épaisses lignes nacrées. Elle les essuyait avec le dos de sa main gauche, puis léchait la main en maintenant un contact visuel. Éric a vu quelque chose qui l’a fait frémir involontairement.

histoirestaboues
recap
bandeau post content

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

Posted in Histoires taboues, Inceste

Vous aimerez aussi :

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *