Menu Fermer

Couple libertin se déprave de façon brutale Chapitre 2

Darnell s’est précipité vers les quatre vidéos alors que tout le monde attendait. Ma propre anxiété était assez épaisse pour couper. Pourrait-elle, pourrait-elle, aller jusqu’au bout ? Que penserai-je d’elle quand ce sera terminé ? Dieu m’en préserve, vais-je m’exciter à l’idée de ce qui allait arriver à ma belle femme, juste devant moi ?

Darnell a commencé la première vidéo. Elle a été tournée avec mon épaule à environ deux pieds sur ma gauche. On obtenait ainsi des images de son visage et de la plupart de ses seins fermes, NO BREAST !

Merde ! Ils m’ont fait suivre leurs putains de règles ! Je ne suis qu’un spectateur ! Arrêtez, bordel ! Essuie ton esprit, connard ! Ton père t’a toujours dit d’observer, de considérer ce que tu as vu, et seulement alors, de réagir calmement aux circonstances. Putain ! Où es-tu maintenant, et que dois-je faire face à cette situation ? Où que tu sois, aide-moi à surmonter cette situation. Et puis, ça m’a frappé ! Ma femme vient de me demander la même chose il y a quelques instants. Elle m’a demandé mon aide et ma compréhension. J’ai alors décidé que le plus important était de pouvoir aider ma femme quand elle avait besoin de moi.

Darnell a fini avec la dernière caméra vidéo, au-dessus de la table, l’autre était à droite, concentrée sur la chatte encore humide de ma femme. La quatrième était également sur la droite, mais réglée de manière à obtenir des images complètes de ce qui commençait à se passer sur la table basse.

“Dites-nous votre nom”, a dit Tyrone.

Elle leur a donné librement son vrai nom !

“On t’appellera salope, connasse, pute, suceur de bite et salope.”

“Peu importe comment tu veux m’appeler, c’est bon.”

“Etes-vous maintenant détenu contre votre gré ?”

“Pas du tout

“L’un d’entre nous vous a-t-il fait du mal ?”

“Non, sauf si vous pensez à me taquiner avec ces bites noires.”

“Ce n’était pas la question !”

“Non, personne ne m’a fait de mal.”

“Dites-nous, avec vos propres mots, ce que vous voulez que nous fassions.”

Tous se sont tus et ont étudié le visage de ma femme.

“Je veux sucer et baiser chacun de vous. Un à la fois. Deux à la fois. Tous en même temps. Je veux votre sperme dans ma chatte, dans ma bouche, dans ma gorge, sur mes seins, dans mon cul, et surtout sur mon visage. Ça devrait suffire pour l’instant.”

“Putain de merde ! On n’est que trois.” a fait remarquer Darnell.

“Alors j’espère que vous avez d’autres bites pour moi parce que je ne retiens rien ce soir ! Je sais qui je suis, et ce que je suis en ce moment. Je veux, je ne crois pas, j’ai désespérément envie de baiser à fond. Je te supplierai à genoux si tu le veux.”

“Calme-toi jolie salope, tu auras beaucoup de ce que tu veux ici”, a dit Lonnie en essayant de l’apaiser.

“Bon Lonnie, pourquoi ne pas commencer par sucer ces nichons. Darnell, tu peux me lécher la chatte pour que je puisse la préparer pour une bite. Tyrone, viens ici et baise ma bouche avec ta langue comme tu l’as fait plus tôt.”

J’étais stupéfait de ce que ma femme disait et de ce qui se trouvait sous mes yeux. Darnell avait ses jambes reposant sur ses épaules alors qu’il sortait la plus longue langue que j’aie jamais vue. Il a lentement passé de son trou de cul à sa chatte. Il faisait courir ses mains de haut en bas sur les jambes de ses bas de bronzage jusqu’aux chevilles de ses talons hauts. Le contraste de sa peau noire sur elle était excitant, mais ce n’était rien comparé au fait de voir sa tête enfouie entre ses cuisses blanc crème au-dessus de ses hauts de nylon. J’ai entendu un gémissement et j’ai regardé le haut de son corps. Lonnie avait un de ses tétons entre les dents et le tirait vers le haut. Le son qu’elle faisait était dû au désir, pas à la douleur. Sa poitrine s’est étendue et a fini par sortir de sa bouche. Les yeux de Darnell s’élargirent lorsqu’il ne vit qu’un petit tremblement du sein qu’il venait de perdre. Elle était si pleine d’excitation qu’ils se mirent debout, et elle était à plat sur le dos ! Ce qu’elle et Tyrone faisaient aurait fait sauter mes chaussettes, si j’en avais porté.

Ma femme suçait la langue de Tyrone comme si c’était une bite. Un de ses bras était autour de son cou et essayait de rapprocher sa tête de sa bouche. Sa langue n’était pas plus longue que celle de Lonnie, mais elle était facilement trois fois plus épaisse. Elle a persisté à mettre toute la langue de Tyrone dans sa bouche alors qu’elle gémissait et se plaignait. Ses fesses tournaient sur le matelas maintenant qu’elle pouvait sentir la langue de Darnell entre ses jambes. Ses lèvres, sa langue et ses mains glissaient sur tout son corps.

Quand elle a joui, ils n’avaient aucun espoir de garder ma femme immobile. Ses longues jambes se sont bloquées autour de la tête de Darnell, les muscles de son estomac se sont visiblement resserrés et elle a jeté son cul en l’air. Elle avait saisi une des mains de Lonnie et l’avait serrée fort autour de son sein. Pendant ce temps, sa tête se redressait pour sucer avidement la langue de Tyrone et leurs lèvres s’écrasaient sauvagement l’une contre l’autre. Elle était presque en position fœtale et maintenait les hommes en place par ses bras, ses mains et ses jambes pendant qu’elle tremblait, frémissait et se trémoussait encore et encore.

Ma femme a finalement libéré les mains de Lonnie, et s’est progressivement abaissée jusqu’au matelas. J’ai vu qu’elle avait effectivement mis toute la langue de Tyrone dans sa bouche. Il était à trois pouces au-dessus de son visage quand il s’est relevé et sa langue a jailli de ses lèvres de façon humide. Elle haletant maintenant pour respirer, sa poitrine se souleva et retomba rapidement, mais ses seins se mirent à remuer. Elle ronronnait comme un chat et semblait ne pas vouloir s’arrêter de jouir. Darnell essayait de se détacher de ses jambes en les tirant de l’intérieur.

Tyrone m’a surpris en train de secouer la tête non, puis a demandé “Non quoi ?”

Sans même réfléchir, j’ai dit : “Ne lui faites jamais ça. L’intérieur de ses cuisses, de sa chatte à ses genoux, lui arrive à chaque fois”.

Puis j’ai commencé à avoir honte quand j’ai réalisé que j’avais parlé ouvertement de l’un de nos secrets les plus intimes.

“Merci mon mari. Tu vas peut-être y arriver après tout”, a déclaré Tyrone de manière condescendante.

“Va te faire foutre, salaud. Tout ce que tu veux, c’est violer ma femme et me faire te regarder le faire. Tu t’en fous que je le fasse ou pas, alors ne joue pas avec moi, enfoiré !”

Tyrone m’a surpris en ne s’en prenant pas à moi. Au lieu de cela, il a marché jusqu’aux jambes de ma femme et les a écartées comme si cela ne lui demandait aucun effort.

Alors que Tyrone écartait ses jambes, je pouvais voir que la bouche et le nez de Darnell étaient trempés et brillaient dans le jus de ma femme.

“Celui-ci devrait être dans les livres de records. Mec, elle peut vraiment utiliser ces muscles de la chatte”, a déclaré Darnell.

“Ok, Darnell ou Lonnie, lequel d’entre vous veut baiser ma chatte chaude et prête en premier ?”

“Attendez une seconde ! C’est nous qui vous utilisons !” Tyrone lui a dit.

“Vous m’avez dit de demander tout ce que je voulais et d’une manière puérile. Repassez une de ces cassettes si vous pensez que j’ai tort ! Mais je ne me trompe pas, et cette salope meurt d’envie de se faire pousser une bite ! Alors, qui ça va être ?”

Tous les yeux me regardaient. Elle perdait parfois le contrôle pendant nos séances de baise, mais elle le retrouvait toujours assez vite. Mais pas maintenant. Et pour couronner le tout, elle leur avait rendu la monnaie de leur pièce et ils le savaient. Elle était presque nue et ne contestait aucune d’entre elles, pourtant elle leur prenait le contrôle.

“Chérie, je suis vraiment désolé de t’avoir fait subir ça. Mais, tu allais finir par découvrir que j’aime baiser presque autant que je t’aime. Leurs bites sont positivement énormes, et ne le prenez pas mal. Tu excites en moi des sentiments que toutes les bites du monde ne pourraient pas avoir. Essaie de comprendre que j’ai parfois d’autres sentiments et d’autres pulsions que tu ne remplis pas. Je ne t’aime pas moins à cause de cela. J’aime les choses que nous faisons ensemble. Je sais que tu n’es pas une mauviette. Comprenez bien que dans mon état d’esprit actuel, je ne veux aucun type de chaleur ou de tendresse. Je veux seulement baiser. Pas d’attaches, pas de sentiments blessés, pas de culpabilité, pas de honte. En ce moment, je veux que ces bites jouissent et je me fiche de ce que je fais. Ecoute, tu l’as mis là, “4 U”, et je suis content que tu l’aies fait. Ces bites sont belles, mais très temporaires. Je serai toujours à toi.”

J’ai écouté et partiellement compris. Elle était excitée. Certainement pas une excitée ordinaire. Elle aurait pu protester il y a longtemps, mais elle ne l’a pas fait. Elle aurait pu essayer de se battre, mais elle ne l’a pas fait. Elle aurait pu essayer de se battre, mais elle ne l’a pas fait. Soit elle s’est résignée au fait qu’elle allait être violée et l’a accepté, soit elle est parfois aussi excitée. Comme une nymphomane. Non, pas ma femme ! Les autres femmes sont des nymphomanes. Je n’en ai jamais connu, mais tout le monde dit que là-bas. Ce n’est pas une vraie maladie que vous pouvez traiter ? Va chez le médecin. Qu’est-ce que tu en dis ? “Docteur, j’aime trop baiser, que pouvez-vous y faire ?” Merde, je suis tellement excité que parfois même la gelée de fraise me fait bander, pourquoi pas ma femme ?

“Qui est le premier à me baiser ? Faisons en sorte que ce soit juste. Le plus petit est le premier, le plus grand le deuxième et le plus grand le dernier. Comme ça, ma chatte est merveilleusement tendue à chaque fois, et tu rentres bien en moi. Laisse-moi voir ce que tu as. Désolé Lonnie, tu es le premier. Ensuite, je pense que c’est Darnell. Il est un peu plus long que toi Tyrone, mais pas aussi grand en circonférence. Pouvez-vous me dire quelle taille, les gars ?”

Darnell : “13 pouces de long et 5 pouces de large”.

Lonnie : “9 pouces de long et 4 pouces de large. Et il n’est pas petit !”

Tyrone : “12 pouces de long et 8 pouces d’épaisseur qui vont te baiser et te faire supplier pour en avoir plus !”

“Par ici Lonnie, ne t’inquiète pas de tes dimensions. Il n’y a pas de bite défectueuse. Un type m’a pris et il ne faisait que 15 cm de long, mais il m’a fait jouir ! Tu veux que j’enlève les bas et les talons ?”

“Non ! Je pense qu’ils vous vont très bien !” dit Darnell.

“Moi aussi. Ils me font me sentir si sexy et me permettent de mieux montrer mes jambes. Mon mari ne me laisse pas m’habiller autrement. Peut-être des collants sans entrejambe de temps en temps, mais c’est ce qu’il aime le plus. Tout va bien. Il n’est pas fâché. Vous voyez, il est dur aussi, et j’espère que vous êtes assez gentils pour le laisser se joindre à nous.”

Je l’étais ! De là où j’étais assis, tout était comme un film de Triple-X, mais EN DIRECT !

“Juste là, Lonnie, c’est ça. Oh, c’est si agréable ! Tu veux que mes jambes soient larges comme ça ? Ou, tu veux que je les fasse courir sur ton cul pour que tu puisses sentir comme elles sont soyeuses ? Mon dieu ! Oui, mets-en plus ! Non Tyrone, chevauche mon ventre et baise mes seins. Tu bloques la vue de mon mari. Je veux lui montrer que je peux être meilleure que toutes les femmes sur ses cassettes à la maison. Darnell, laisse-moi te sucer la bite ! Je veux avaler ton sperme.”

Ils la violaient maintenant, ou bien ? Si c’était le cas, elle aimait ça. La vue de la bite d’un autre homme enfoncée dans la bouche de ma femme, entre ses seins pleins, et dans sa chatte était quelque chose qui m’a excité à un niveau supérieur.

Lonnie a mis le reste de sa bite en place avec un petit coup et a dit : “Merde les gars, sa chatte a des muscles dont je ne savais pas qu’ils étaient là en bas !”

“Putain de A. Elle a failli me ronger la langue avec ce truc. Je ne sais pas ce que tu as fait Lonnie, mais refais-le. Elle fredonne très bien sur ma bite. C’est ça, salope, prends une bouchée de ma bite. Je veux voir la tête descendre dans ton cou. Tu peux le faire, allez.” Darnell avait l’air d’un entraîneur.

“Les nichons ne font rien pour moi. Je commence à avoir du mal à penser à ce que je vais ressentir quand je vais abuser de sa chatte. Tu as une belle pute, mon mari. Pas étonnant que tu l’aies escortée partout où on vous a vus. Je garderais moi-même une salope comme ça sous clé”, a dit Tyrone.

“Ce n’est pas une mauvaise idée. Tyrone, tu veux sortir les autres trucs ? Je ne quitterai pas cette chatte tant que je ne l’aurai pas remplie de sperme.”

Tyrone l’a enjambée et Darnell a sorti sa bite de sa bouche.

“S’il vous plaît, ne vous arrêtez pas maintenant ! Où allez-vous ? Je te promets que je serai la meilleure baise que tu aies jamais eue. J’ai besoin de vos bites. OH DIEU Lonnie ! Oui ! Continue à me baiser comme ça ! Embrasse-moi !”

Lonnie lui a couvert le corps avec le sien, et elle a tiré avec force son visage vers le bas pour l’embrasser et gémir dans sa bouche. Il a commencé à la baiser à un rythme beaucoup plus rapide et elle a chronométré ses poussées pour une plus grande pénétration. Quand il est arrivé, ma femme a attrapé son cul avec ses mains et ses jambes, essayant de le pousser encore plus loin en elle. Son sperme sortait de sa chatte et se déversait dans son trou du cul. Pour l’instant, il est descendu de ma femme. Sa bite était saturée de sperme, un brin tombant progressivement sur le sol. Elle a posé une main sur sa chatte et l’a remplie de son sperme, puis l’a mise à sa bouche et l’a léchée comme sa glace préférée.

“Tu vois chérie, j’aime le sperme beaucoup plus que tu ne le pensais. Je t’aime toujours, mais c’est ce que je veux parfois. Je ne peux pas m’en empêcher. Je n’ai plus honte parce que je sais que je ne peux pas m’en empêcher. Parfois, j’ai envie d’être dégradée, de faire des choses dégoûtantes, d’être maltraitée, violée par des hommes. En ce moment même, je me fiche de ce qu’ils veulent faire de moi, ou de moi. En fait, je veux qu’ils en fassent plus. Beaucoup plus !”

“Allonge-toi et ouvre cette salope de bouche. Enlève ta tête du matelas, je ne veux pas qu’elle soit mouillée. Ils ne sont pas aussi bon marché que toi.”

Tyrone tenait sa bite à deux mains, il lui en fallait en fait trois, et lâchait avec une pisse jaune foncé parfaitement dirigée vers la bouche ouverte de ma femme. Elle est sortie si vite qu’elle a éclaboussé sa bouche et lui a aspergé le visage, les cheveux et le cou. Nous tous, y compris moi, avons été stupéfaits de la voir s’adapter à la force et essayer d’avaler la pisse comme certains gars boivent de la bière. Sa pomme d’Adams s’est rapidement déplacée le long de son cou alors qu’elle continuait à la tenir. La plus grande partie de la pomme coulait sur les côtés de son visage, mais elle buvait ce qu’elle pouvait.

“Je serai un enculé. Regardez ça, ses yeux n’ont pas battu une seule fois ! On pourra se retirer quand on aura vendu ces cassettes. Je suis bien content d’avoir pensé à changer l’angle des caméras.”

C’est pourquoi Darnell s’est retiré. Tyrone a fini de pisser et a pressé les dernières gouttes sur la langue d’attente de ma femme. Elle les a attrapées et a léché tout autour de ses lèvres. Elle avait raison. À ce moment, ce n’était pas ma femme qui était allongée là. C’était une salope, une pute, un suceur de bites, mais avec le regard et le corps de ma femme. Ma bite dure était la preuve que je n’en étais pas malade. Ma belle femme était devenue la femme imaginaire de tous les hommes. J’espérais seulement pouvoir trouver ce “bouton de marche” et l’éteindre. Mais pas tout à fait maintenant.

“Vous devriez vraiment réduire votre consommation de sucre Tyrone. La pisse de personne ne devrait avoir un goût aussi sucré. Chérie, ta bite est encore dure ! Est-ce que ça veut dire que tu m’aimes encore et que tu comprends maintenant.”

Tout le monde attendait ma réponse. Après une profonde inspiration, “Oui, je t’aime toujours. Mais, pourquoi ne m’as-tu pas parlé plus tôt de ces pulsions que tu as ?”

Elle a sauté du matelas et nous a fait tomber tous les deux sur la chaise avec ses étreintes et ses baisers sur mon visage.

“Hé, allez ! Tu es tout mouillé et collant !”

“Je suis désolé. Je suis si heureuse que tu m’aimes encore. Je ne te l’ai pas dit avant parce que j’avais honte de ce que j’étais capable de faire. J’avais honte d’avoir autant apprécié la première fois que cinq types m’ont violée et ont pris ma cerise. J’avais peur de ce que je ferais chaque fois qu’un homme s’approcherait de moi après ça. Jusqu’à ce que vous arriviez. Puis je me suis sentie normale à nouveau”.

“OK ! OK ! Tu veux bien me lâcher maintenant. Franchement, ma chère, vous sentez mauvais !”

“Je n’ai aucun problème pour sentir, Chéri ! J’ai juste un mauvais bouquet maintenant.”

“Très mignon ! LÂCHEZ-MOI !”

“Ecoutez, il a raison. Où puis-je me rafraîchir ? Une femme doit être belle pour les caméras que vous connaissez.”

“Les toilettes sont au bout du couloir derrière vous”, a indiqué Darnell.

“Attends une putain de minute, cunt ! Qu’est-ce qui se passe ici ? Vous nous faites marcher, tous les deux ? Tu acceptes tout ça maintenant, mon mari ? On te prend sous la menace d’une arme.”

“Tais-toi, Tyrone !”, Darnell est entré par effraction.

“Tu la fermes, putain ! On t’emmène sous la menace d’un flingue, on t’attache, on la déshabille, on lui fait sucer sa bite, on viole sa chatte, putain je viens de lui faire boire ma pisse ! Je ne crois pas que ça te convienne maintenant !”

“Oui, vous nous avez amenés ici sous la menace d’une arme. Oui, vous l’avez déshabillée. Oui, vous m’avez encore attaché à cette chaise. Mais, tu ne l’as pas fait sucer, elle a essayé de l’avaler. Tu n’as pas violé sa chatte, elle a baisé la bite de Lonnie. Tu ne lui as pas fait boire ta pisse, elle l’a bue comme de l’eau à la mi-temps d’un match de foot. Elle m’aime et je l’aime. C’est un de ces problèmes que tu ne peux pas emballer et envoyer à quelqu’un d’autre, tu dois t’en occuper toi-même. Je m’en occupe ! Encore une chose. Ne t’énerve pas contre Darnell. Est-ce que tout ton sang s’est précipité sur ta bite ? Tu viens d’avouer des crimes majeurs sur quatre caméras vidéo, espèce de connard !”

“Puis-je, s’il vous plaît, me laver et me maquiller pour que nous puissions continuer maintenant ?

“Va te faire foutre pendant qu’on en parle. Tyrone, je les crois tous les deux. La façon dont elle m’a baisé, ce n’était pas un viol !”, a déclaré Lonnie.

“Ecoute Tyrone, je sais qu’elle dit la vérité. Aucune femme n’a jamais essayé de tirer ma bite dans leur cou comme elle l’a fait ! Bon sang, son père ici présent a cessé de se débattre quand elle a tiré ces balles hors de sa boîte et il n’a pas perdu son érection depuis. Je pense qu’il dit aussi la vérité”, a déclaré Darnell.

“OK ! Je le sais. C’est dans ses yeux. Pas d’anxiété, pas de colère. Il attend seulement de voir s’il regarde ou s’il rejoint. Je savais que la salope était au niveau quand on l’a enchaînée et qu’elle me suçait la langue. Tu as raison, il a été dur depuis. Si on te laisse partir, tu vas nous laisser baiser ton cul et sucer nos bites aussi ?”, a demandé Tyrone.

“Merci, mais je suis assez à l’aise avec mon cul attaché en bas sur cette chaise maintenant. En fait, je commence à me sentir mieux EN BAS sur cette chaise.”

“Tu es en sécurité, mon mari, pas de pédés ici. En regardant nos bites dures tout ce temps, je voulais m’assurer que tu n’en étais pas une. Libère-le Lonnie.”

Ma femme est entrée dans la pièce. Ses cheveux étaient mouillés, mais rincés, et son visage lavé. Elle était toujours sexy avec ses bas de nylon, son porte-jarretelles et ses talons hauts lorsqu’elle s’est approchée de nous. Elle a demandé son sac à main pour se maquiller davantage et Darnell l’a obtenu pour elle. Une fois cela fait, elle est retournée vers le matelas.

“Tyrone, pourquoi tu ne me baises pas le visage ? Je sais que je ne peux pas le faire en profondeur, mais ma langue et mes lèvres le rendront merveilleux. Je te le promets !”

“Bien sûr, cunt. D’abord, on doit te préparer. Ecoute mon mari, elle demande tout ça, alors ne t’énerve pas quand je teste ses limites. Tu vois ce que je veux dire ?”

“Bébé, pourquoi es-tu si timide ? Tu n’es pas comme ça d’habitude.”

“Peut-être qu’il est encore en train de s’adapter à votre vraie nature”, a déclaré Darnell.

“Non, il l’a accepté ! Sinon, vous pourriez être mort maintenant. Le week-end dernier, il a gagné les demi-finales régionales du Midwest pour sa catégorie de poids. Judo et Karaté TOUS LES DEUX ! J’étais si fier !”

histoires taboues
telephone rose amateur

Tél rose avec webcam

bantelskype

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

Posted in Histoires taboues

Vous aimerez aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.
Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.
Ce site est réservé aux adultes
Vous devez certifier que vous êtes majeur dans votre pays pour entrer sur le site. Vous engagez votre responsabilité en cliquant sur OUI. Toutes fausses déclarations sont passibles d'une amende.
Ce site est réservé aux adultes
Vous devez certifier que vous êtes majeur dans votre pays pour entrer sur le site. Vous engagez votre responsabilité en cliquant sur OUI. Toutes fausses déclarations sont passibles d'une amende.
Deviens un membre privilégié !
Rejoins nous ;)
GRATUIT !!!
100%
XFR
Rejoins la communauté
100% GRATUIT
Tu ne seras pas déçu ;)
Merci !
XFR
Tu ne seras pas déçu ;)
MERCI !!!