Menu Fermer

Couple libertin se déprave de façon brutale Chapitre 1

Ma femme et moi étions mariés depuis 19 mois lorsque notre première rencontre de la pire espèce a eu lieu. Avant l’incident, nous étions les jeunes mariés typiques qui faisaient l’amour dans des endroits qui sont toujours les plus disponibles mais pas les plus confortables. Comme d’autres couples que nous connaissions, notre soif de sexe spontané n’a jamais été étanchée.

Je dois expliquer que nous avons tous les deux été élevés dans la religion catholique, surtout elle. À moitié irlandaise et allemande, avec sept frères et quatre sœurs, elle était encore une gentille fille quand nous nous sommes mariés. Je ne saurai jamais pourquoi les autres gars l’ont laissée tomber.

J’ai dit qu’elle était une gentille fille quand nous nous sommes rencontrés, pas une vierge. Mais elle pourrait tout aussi bien en être une. Sa seule expérience est celle dont elle a refusé de parler jusqu’à ce que notre incident se produise.

Nous avions des emplois dans le Loop (centre ville) à Chicago mais nous vivions en banlieue. Se garer dans le centre-ville était un vrai casse-tête, alors nous nous garions toujours sur la 95e rue et Dan Ryan et prenions le train à partir de là. Ce n’est pas le meilleur quartier, mais c’est bien si vous n’êtes pas là après le coucher du soleil.

J’aime que ma femme soit bien habillée, mais il s’avère qu’elle est aussi très sexy quand elle le fait. Elle a généralement reçu son lot de regards et de sifflements de la part de gars dans le train et au travail. C’était au début du mois d’octobre, alors que nous étions dans le train pour aller à notre voiture, quand j’ai mentionné que nous devions aller en ville en voiture car il faisait nuit plus tôt, et je ne voulais pas être dans la zone où nous nous garons normalement. Elle m’a seulement regardé et a souri.

Nous sommes descendus à notre arrêt de train et avons marché les trois blocs jusqu’à notre voiture. Aucun de nous n’avait de manteau, ils étaient chez le nettoyeur. Nous étions à environ trois mètres de la voiture quand elle a lâché mon bras pour aller attendre à la porte du passager pendant que je montais de mon côté. Une fois à l’intérieur, je me suis penché, j’ai déverrouillé son côté et j’ai démarré le moteur.

Elle était encore dehors, près de la porte, pendant que l’intérieur de la voiture se réchauffait. Je me suis demandé ce qui la retenait et j’ai décidé qu’elle devait se maquiller car je ne voyais pas ses bras ou ses mains à travers la fenêtre. Après quelques instants, je me suis penché, j’ai ouvert sa porte et je lui ai dit de se dépêcher de monter pour que nous puissions partir.

Les choses se sont alors passées de manière inattendue. Je n’avais pas le temps de réagir, encore moins de réfléchir. Une voix grave et noire a crié : “Retourne avec lui.” Ensuite, un grand homme noir a sauté sur le siège avant à côté de moi et m’a menacé d’un pistolet, tandis qu’au même moment, un autre homme noir poussait ma femme sur le siège arrière et se mettait à côté d’elle. L’homme qui me tenait en joue m’a dit : “Je t’ai dans le collimateur, enfoiré, et tu vas me donner tout ce que je veux”. C’est pas vrai ?” J’ai fait oui de la tête. Il savait que je n’allais pas essayer de faire une bêtise avec ma femme sur le siège arrière avec quelqu’un d’autre.

Ils m’ont dit de conduire lentement et tout droit. Je ne me souviens pas jusqu’où nous sommes allés, mais l’un d’eux m’a dit de tourner à droite au prochain virage, puis à gauche, puis à droite encore. Il y avait beaucoup de maisons abandonnées dans la rue. Ils m’ont dit de garer la voiture devant une caravane vide située devant. Quand je me suis garé, nous sommes restés assis là. Le type à côté de moi m’a dit de baisser ma fenêtre et de lui donner nos portefeuilles, très prudemment. Quand j’ai pris mon portefeuille, le type à l’arrière a sauté de la voiture. Le type qui est sorti s’est approché et a mis son arme contre l’arrière de ma tête. L’autre type est alors sorti de la voiture, a ouvert la porte arrière et a sorti ma femme.

“Maintenant, sortez de ce côté, devant moi.” J’ai fait ce qu’on m’a dit et le gars derrière moi a fermé la voiture à clé. On nous forçait à emprunter un passage étroit entre deux vieilles maisons délabrées quand, tout à coup, un troisième Noir est sorti d’une porte et m’a poussé à travers.

On m’a dit de me déshabiller et je ne me suis pas disputé, ils avaient toujours ma femme. Deux d’entre eux ont déroulé une vieille chaise de bureau et m’ont ordonné de m’asseoir. Ils m’ont attaché les poignets, les avant-bras, la poitrine et les pieds à la chaise avec une corde à linge. Les lumières ont alors été allumées et ma femme a été poussée à se tenir debout à côté de moi. Ils ont fouillé son sac à main et mon portefeuille. Ma femme aurait pu mourir quand ils sont tombés sur ses boules d’acier Ben-Wah. Ils sont venus se mettre devant nous.

Le plus grand, probablement le chef, m’a dit : “Le gars à ma droite est Darnell, je suis Tyrone, il est Lonnie. On t’a observé pendant le mois dernier et on a planifié ça. Tu peux, et tu vas, crier, salope, mais ça ne servira à rien. Personne ne vient dans cette zone à part nous. On est propriétaires de cet endroit, pas parce qu’on l’a acheté, mais parce qu’on l’a pris. Tout comme on va prendre et baiser la chatte blanche de ta femme. Et tu vas regarder ta femme nous supplier pour nos bites.”

Lonnie est parti et est revenu avec un grand sac de sport bleu. Tyrone a ordonné à ma femme de me faire face et de se déshabiller. Le regard suppliant qu’elle me lance est quelque chose que je ne veux plus jamais revoir de ma vie et j’ai vu beaucoup de choses cette nuit-là. Ma femme était humiliée et sur le point d’être violée par trois hommes, et je ne pouvais pas l’aider. J’ai essayé de me libérer mais je suis tombé. Je me suis fendu la tête sur le sol du sous-sol où nous étions. Tyrone et Lonnie ont calmement mis ma chaise à la verticale pour faire face à ma femme et se sont replacés derrière elle. J’ai pensé qu’elle était en état de choc, qu’elle n’avait pas bougé d’un pouce et que son regard avait changé. J’ai commencé à détourner la tête, ne pouvant plus la supporter. Elle m’a alors parlé doucement. Elle m’a juste dit : “S’il vous plaît, ne les laissez pas me refaire ça.”

“A NOUVEAU”. Ce mot m’a fait revenir à sa première et unique expérience sexuelle avant notre mariage, celle dont elle n’a jamais parlé. Je ne me souciais plus de ce que ces types me faisaient et j’ai commencé à devenir fou, mais je ne pouvais que rester assis là à essayer de me défouler.

Tyrone lui a dit qu’ils avaient tout le temps du monde, mais que plus ils attendraient, plus elle le regretterait. Elle ne pouvait plus me faire face et s’est tournée vers Tyrone et Lonnie.

“D’accord, je ferai tout ce que vous voulez, mais vous devez promettre de nous laisser partir quand vous aurez fini”, dit-elle en se tournant vers eux.

“Qui t’a dit de te retourner la chatte ? Tu es à nous maintenant. Tu ferais mieux d’apprendre ce pourquoi tu es ici. Deviens une salope nue, et je veux dire maintenant !”

Elle tremblait lorsqu’elle commença à enlever son chemisier de satin brun.

“Juste ce que j’aime Darnell, un connard qui a hâte de se faire baiser”, a dit Tyrone. Lonnie lui a dit de lui jeter la blouse. Ça m’a surpris qu’il l’ait mis sur un cintre. Darnell lui a dit d’attendre pendant qu’il s’installait. Elle était horrifiée. Il a dit qu’il allait tout enregistrer sur vidéo. Elle se tenait là, silencieuse, dans son soutien-gorge en dentelle blanche, et le reste de ses vêtements. Darnell était prêt, et c’est lui qui donnait les ordres maintenant.

“Mettez une main sous chaque téton et regardez dans l’objectif. Non, non, ne les poussez pas vers le haut, mettez juste vos mains sous ces putains de choses. OK, maintenant lâchez la jupe !”

Elle allait enlever ses talons, par habitude, quand Darnell lui a dit de les laisser pour l’instant. Elle a fait glisser la jupe en pure soie et en est sortie. Dieu merci, elle a pensé à porter un jupon aujourd’hui. Darnell a pris d’autres vidéos avant de lui dire de se débarrasser du soutien-gorge ensuite. La plupart des femmes rechigneraient à le faire, mais elle a dû se dire qu’elles pouvaient quand même voir à travers son soutien-gorge en dentelle fine.

“Hé ma jolie, où as-tu acheté ces nichons ?” demanda Lonnie. “On n’en a jamais eu un aussi ferme que toi au sommet. Eh bien, si c’est vrai, devine ce que je vais te faire en premier.”

Nous savions maintenant qu’elle n’était pas leur première victime de viol. Darnell a pris plusieurs minutes de film de ses seins et tétons exposés pendant qu’il lui disait comment les masser et jouer avec eux. Il faisait de plus en plus chaud à cause des lampes que Darnell avait installées, et cet effet faisait frissonner tout son corps et faisait légèrement remuer ses seins. Darnell lui donna ensuite l’ordre d’enlever le slip.

“Regardez-moi ça !”, s’exclama Darnell. “Putain de merde !”, était tout ce que Lonnie pouvait marmonner. Tyrone se tenait silencieusement, mais un petit ricanement traversa ses lèvres alors qu’ils regardaient tous avec incrédulité. Ma femme restait immobile alors que l’humiliation la submergeait.

Il y a deux nuits, nous jouions sous la douche et j’ai eu une idée lumineuse. Comme elle gardait toujours son monticule bien taillé, et qu’il repoussait, je me suis porté volontaire pour la raser cette fois-ci. Elle a accepté mon offre et a écarté ses pieds. J’ai pris mon temps, en prenant soin de ne pas la couper, et j’ai formé un motif avec ses poils pubiens. Deux lettres. “4 U” Je me suis fièrement reculé et j’ai dit que j’avais fini. Elle riait tellement alors, mais pas maintenant.

“Vous, les connards de blancs, vous me faites rompre. Vous vous promenez en ayant l’air sexy, vous flirtez avec tout le monde, mais quand un mec vous drague, vous l’ignorez. Pas ce soir, salope ! Tu es une pute, et tu le sais. Tu ne le sais pas ? Réponds-moi, connasse ! Dis-moi que tu es une suceuse de bite et que tu baiseras quand je le dirai !”, lui cria Tyrone.

Elle a baissé la tête et a doucement avoué : “J’aime faire l’amour.”

Tyrone s’est approché d’elle et lui a dit : “Peu importe que tu aimes baiser ou pas ! Tu le feras ! Et suce la bite quand je t’ordonne de le faire. Tu vas apprendre quelque chose sur toi-même ce soir. Quelque chose que je sais déjà, et que tu refuses d’admettre. Darnell, t’es prêt ?”

“J’ai d’autres films et des enregistreurs à l’arrière. Je ferais mieux d’y aller. Ça va être le meilleur qu’on ait jamais eu !”

Tyrone a regardé la chatte de ma femme et a demandé : “C’est lui qui a fait ça, ou toi ? Connard, tu ferais mieux de répondre vite quand je pose des questions. Une dernière fois. Il a fait ça ou toi ?”

“Mon mari l’a fait”, dit-elle.

“Tu veux lui dire ce que tu veux vraiment, ou tu veux qu’on le prouve ? Ne me regarde pas comme si tu ne savais pas de quoi je parle, cunt ! Pas de réponse ?”

“Que voulez-vous dire ?”, a-t-elle demandé.

“Tu sais ce que je veux dire, cunt ! Peu importe, il le découvrira par la manière forte”, a dit Tyrone.

“Tyrone, j’ai huit cassettes et quatre enregistreurs. Tu penses qu’il nous en faut plus ?”

“Comment je pourrais le savoir, putain. Tu es la putain de pro. Je ne fais que tirer du sperme. De toute façon, changez les lumières. Je veux que mon mari voit bien quel genre de salope il a épousé.”

“Gardez-la comme ça, je veux la filmer avant de passer à l’étape suivante.”

“Tu l’as entendu cunt. Ne bouge pas. Hé le mari, tu nous remercieras quand on aura fini. OK, pause pour tout le monde, retour au travail.”

Darnell a déplacé les lampes et je pouvais maintenant voir. Elle se tenait à moins d’un mètre. Ces salauds la faisaient se tenir là avec son porte-jarretelles en dentelle blanche, des bas nylon transparents et les nouveaux talons de 10 cm que je lui ai achetés hier. Je savais qu’elle n’avait pas de culotte aujourd’hui parce que nous avions un midi de pause déjeuner.

“OK salope, suis mes instructions. Si tu ne comprends pas, demande-moi. Compris ?”

Je n’en croyais pas mes oreilles quand elle a dit distinctement “OK”. Bien sûr, c’était plus bas que sa voix normalement douce, mais elle a dit “OK” à Darnell.

“Placez vos mains sur le côté de vos hanches, les coudes à l’extérieur, et écartez bien ces jambes. Super ! Ne bougez plus !”

“Tu es sûr que tu as bien compris ? Si tu merdes, je vais dénoncer ta soeur.”

“Allez Tyrone. Je l’ai, pas de problème. Sa chatte va se montrer, même le jus de sa chatte maintenant.”

“Alors, tu t’échauffes pour moi. Je vais te dire, je vais être bon cette fois, te donner tes jouets pour jouer avec. Tourne-toi et prouve à ton mari le genre de salope que tu es.”

Ma femme a fait ce qu’on lui a dit avec une faible réticence et m’a fait face.

“Penche-toi en arrière et ouvre ta bouche salope. Je veux que tu suces ces boules dans ta bouche. Tu ferais mieux de ne pas mordre.”

Darnell filmait tout ce que Tyrone faisait faire à ma femme, en gros plan ! Tyrone la dominait alors qu’il ne mettait qu’une des boules Ben-Wah entre deux doigts. Il faisait de son mieux pour la déshonorer. Elle s’est tordue comme pour faire de l’exercice, les jambes écartées, les mains sur les hanches, et sa tête était repliée au niveau de la taille. Ils ont fait en sorte que je puisse voir quand Tyrone a mis ses gros doigts jusqu’à la deuxième articulation dans sa bouche ouverte et les a tenus là. Je pouvais voir ma femme entourer ses lèvres sur ses doigts. Entre ses seins, j’ai vu les muscles de son cou travailler, elle aspirait pour éloigner la petite boule de métal de ses doigts.

“Je vous l’avais dit ! Je savais que cette salope allait craindre et baiser quand je lui ai dit de le faire. Avec un corps comme ça, aucune chatte ne va le laisser inutilisé. Hoche la tête de ta salope et dis-leur que j’ai raison. Ne t’avise pas d’avaler cette balle ! Ouvre pour que je puisse la voir. Plus qu’une salope ! Pas mal. On dirait que tu as de l’expérience pour sucer. Maintenant, le prochain tour ! Lonnie, tiens-la droite. Chéri, regarde cette salope se bourrer la chatte avec les jouets dans sa bouche. Comme je l’ai fait, un à la fois. Lonnie, ouvre sa chatte.”

Ils étaient à quelques mètres de moi quand j’ai vu Lonnie se mettre sous elle avec une main et ouvrir ses lèvres de chatte. Elle a pris une boule de métal dans sa bouche et l’a rapidement poussée à l’intérieur de son ouverture visiblement humide. Tyrone lui a dit qu’il était temps de passer à l’autre. Elle l’a fait aussi vite que la première et a remis ses mains sur ses hanches sans qu’on lui dise de le faire.

Lonnie a alors pris le sac bleu et l’a apporté. Ma femme se tenait là, les yeux fermés, essayant de ne pas bouger. Tyrone et Lonnie ont chacun pris des chaînes avec de longues chaînes du sac. Ils lui attachèrent les poignets, passèrent les chaînes par de gros boulons à œil percés dans une poutre du plafond, et attachèrent chaque extrémité à une gueuse spéciale. Lonnie a hissé ma femme. Ses bras s’étendaient au-dessus de sa tête et ses pieds ensemble touchaient à peine le sol.

“D’habitude, on déshabille toutes nos putes, mais j’aime bien ta tenue. Ça attire l’attention là où tu en as le plus envie de toute façon. Tu le sais, n’est-ce pas, connard ?”

Elle a secoué la tête non.

“Toujours en train de jouer ? Lonnie, commence à jouer au shake avec la pute !”

Tyrone s’est agenouillé à côté de moi et m’a dit : “Regarde cette salope, ces jouets vont tomber du sperme qu’elle va avoir. Aucune bite ne la touchera non plus. Regarde comme son visage devient rouge et qu’elle respire plus vite. Putain si elle n’est pas la plus affamée des chattes que tu aies jamais vue. Je te le dis, elle est née pour baiser et sucer. Tu entends la salope gémir maintenant ? Elle le veut et elle le veut vraiment.”

Ma femme était pendue devant moi, tourmentée par les paroles de Tyrone et serrée par les mains de Lonnie sur ses hanches. Je ne pouvais pas et ne voulais pas croire qu’elle avait eu un orgasme à cause de cela seulement, mais c’est le cas. Quand elle est arrivée, les boules de métal se sont envolées de son vagin. Elles ne sont pas tombées. Volées ! Elles ont été forcées de sortir et rebondissaient près de ses talons hauts. Elle tremblait de partout et marmonnait quelque chose.

“Qu’est-ce que tu as dit cunt ? Plus fort ! Je ne t’entends pas”, dit encore Tyrone.

“S’il te plaît, fais-moi l’amour”, dit-elle sans détour.

“Je ne sais pas. Vous devez être plus honnête. Essayez encore ! Dites-nous ce que vous voulez vraiment.”

“Je veux baiser ! Voilà, je l’ai dit.”

“Vous devez être plus poli avec nous que cela.”

“S’il te plaît, baise moi.”

Tyrone et Lonnie l’ont prise en sandwich entre eux et Darnell avait encore la vidéo en marche. Les deux hommes l’écrasaient lentement contre leur entrejambe. Tyrone a alors changé de ton de voix mais a parlé assez fort pour que je l’entende.

“Tu as besoin de quelque chose dans ta chatte, n’est-ce pas ? Tu veux ma bite. C’est pas vrai ?”

“Oui”, c’est tout ce qu’elle a dit.

“Tu baiseras quand je te dirai de baiser. N’est-ce pas ?”

“Oui”, dit-elle encore.

“Tu suceras la bite quand je te dirai de sucer la bite. Pas vrai ?”

“Oui”.

“Vous aimez le goût du sperme. N’est-ce pas ?”

“Oui”.

“Tu veux encore jouir, non ?”

“Oui”.

“Tu veux qu’on jouisse en toi ?”

“Oui”.

“Vous voulez boire notre sperme ?”

“Oui, Oui, Oui, Oui ! !!

Lonnie et Darnell sont partis sans cérémonie, me laissant regarder la langue de Tyrone baiser la bouche de ma femme. Il a enroulé ses bras autour de sa petite taille et l’a soulevée. Il l’a tenue dans ses bras alors qu’elle acceptait volontiers sa langue. Ses jambes s’accrochèrent à l’arrière de la sienne, essayant de le rapprocher. Ma femme s’offrait à lui. J’étais étonné, fâché et blessé à la fois. Comment pouvait-elle faire cela ?

Tyrone l’a soulevée plus haut dans son corps. Ses jambes entouraient sa taille, juste au-dessus de la ligne de ceinture. Je l’ai vue descendre sur ses lèvres en poussant sa langue dans sa bouche cette fois. Ses mains ont ratissé ses cheveux alors qu’elle enfonçait toute sa langue dans sa bouche. Tyrone m’a regardé et m’a fait un clin d’œil, puis s’est retourné. J’ai vu qu’elle était sèche et qu’elle lui sautait dans le ventre, ses sucs imbibant le devant de sa chemise.

Darnell est revenu et a installé des trépieds. Lonnie a demandé à Darnell de lui donner un coup de main, et ils ont traîné une table basse à environ deux pieds devant moi. Mon coeur a coulé quand j’ai vu le matelas dessus.

“Ils sont prêts pour nous”, a dit Tyrone en s’éloignant.

“S’il vous plaît ! J’ai besoin d’être baisé. Je ferai tout ce que tu veux. S’il vous plaît, que quelqu’un me baise. Je m’en fous, BALISEZ-MOI !”

Ils l’ont rapidement libérée des chaînes et l’ont placée sur le matelas devant moi. Pendant que les trois hommes se déshabillaient, elle m’a parlé.

“Chérie, s’il te plaît, ne te sens pas blessée ou rancunière. Ce n’est pas de leur faute. Il a raison. Cela m’est déjà arrivé une fois et je vis dans la peur depuis. Je t’aime et je ne veux jamais te quitter. Je ne pourrais pas supporter que tu arrêtes de m’aimer. Mais, comment puis-je te parler de quelque chose que même moi je ne comprends pas. S’il te plaît, chérie, j’ai besoin de ton aide. J’ai besoin que tu regardes et que tu comprennes. Je n’aime que toi. Ne cesse pas de m’aimer ou ne me quitte pas, essaie de comprendre, s’il te plaît !”

Tyrone interrompit : “Hé ! Écoutez et regardez. C’est une connasse, une salope, une pute, un suceur de bites. Je connais le garçon. Je l’ai vu en elle même si tu ne l’as pas fait. Certaines femmes sont nées putains, mais ne veulent pas l’admettre. Elle l’a admis.”

Darnell a interrompu : “Oublie ça, mec. Il va s’en rendre compte. Allons-y, les vidéos sont en place, et ma bite veut dire bonjour à cette chatte et à cette bouche !”

Ils étaient tous les deux en train d’alimenter les coqs lorsque Tyrone a pris le relais.

“Vous avez entendu l’homme. Si tu veux nous baiser, voici les règles : UN, tu nous dis tout ce que tu veux. DEUX, Tu parles comme la putain de suceuse de rue que tu es. TROIS, n’utilise pas le mot “L O V E”. Le mari peut avoir toute cette merde. Tu vas baiser et sucer autant de fois qu’on veut, sans discuter. Tu as tout ça ? Démarrez les caméras ! Fais-moi savoir quand elles tournent.”

histoires taboues
telephone rose amateur

Tél rose avec webcam

bantelskype

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

Posted in Histoires taboues

Vous aimerez aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.
Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.
Ce site est réservé aux adultes
Vous devez certifier que vous êtes majeur dans votre pays pour entrer sur le site. Vous engagez votre responsabilité en cliquant sur OUI. Toutes fausses déclarations sont passibles d'une amende.
Ce site est réservé aux adultes
Vous devez certifier que vous êtes majeur dans votre pays pour entrer sur le site. Vous engagez votre responsabilité en cliquant sur OUI. Toutes fausses déclarations sont passibles d'une amende.
Deviens un membre privilégié !
Rejoins nous ;)
GRATUIT !!!
100%
XFR
Rejoins la communauté
100% GRATUIT
Tu ne seras pas déçu ;)
Merci !
XFR
Tu ne seras pas déçu ;)
MERCI !!!