Menu Fermer

Confinement – histoire taboue d’un été très chaud entre jeunes gens – Chapitre 9

En regardant vers le bas, elle a remarqué qu’il était aussi chaud qu’il en avait l’air. Son extrémité dépassait du bas de son short, et le fort contour du reste de la bûche de chair était clairement visible à travers le tissu. Elle a brièvement envisagé de le taquiner pour son petit short, mais l’accès facile était un grand excitant pour elle. Tout ce qu’elle avait à faire était de soulever le trou de la jambe jusqu’à sa taille et cela lui a été révélé.

« Bien, bien, félicitations à Evan », lui a-t-elle complimenté.

Evan a levé les yeux au ciel. « Allez, ce n’est pas comme une bite de porno », a-t-il dit. Bien qu’il aimait son pénis, il devenait étrangement gêné et modeste chaque fois qu’une fille en parlait.

« Vous n’avez pas vu de porno de Casting Couch ? La plupart de ces gars sont en dessous de la moyenne, je suppose que c’est pour ne pas effrayer les filles. Le tien est légèrement au-dessus, mais pas trop car c’est en fait un truc pour certaines filles. Mais ça », elle a enroulé fermement son doigt et son pouce autour de lui. « Tu es assez épais, et c’est ce que j’attends le plus. Honnêtement, j’ai envie de voir combien ça pèse », dit-elle en plaisantant.

« Hé, je suis juste content que tu sois content », a-t-il dit, en essayant de détourner son côté analytique.

« Oups, je parle trop », a-t-elle réalisé en bougeant la tête vers ses genoux.

Elle a brossé ses cheveux du côté opposé pour qu’elle puisse observer sa réaction et qu’il puisse la regarder. Posant sa tête sur ses cuisses, sa bouche n’était qu’à un centimètre environ du tronc de sa bite. Sa langue s’est retirée pour être léchée, la bouche d’Evan s’est ouverte mais rien n’en est sorti. En s’approchant, elle suçait lentement le dessous de son pénis et finissait par le faire gémir. Léchant sa longueur encore quelques fois, elle taquina le bout avant de reculer à nouveau.

« Tu vas lui rendre la pareille, n’est-ce pas ? » lui demanda-t-elle avec insistance.

« J’ai hâte d’y être », a-t-il dit, ce qui est très vrai.

Les yeux verts de Jane brillaient avant qu’elle n’ouvre la bouche en grand, prenant les premiers centimètres. Evan gémissait plus fort quand elle serrait ses lèvres autour de lui et commençait à sucer. Ses doigts caressaient légèrement le reste de sa longueur lorsqu’elle s’est posée sur lui avec amour. Elle est allée lentement, léchant délibérément son manche de la manière la plus agréable qui soit. Il était solide plus vite que prévu ; elle se demandait si elle n’était pas meilleure qu’elle ne le pensait pour donner des coups de tête.

« Vous pouvez durer, n’est-ce pas ? » lui demanda-t-elle, en s’arrêtant sur lui.

« Je peux durer aussi longtemps que tu veux, recommencer, peu importe », l’a-t-il supplié. A partir de ce moment, il était la version de 14 ans de son propre héros.

Elle a rampé seins nus sur le sable entre ses jambes, ce qu’il n’aurait jamais pensé avoir la chance de voir. Reprenant ses caresses, elle attendit le contact visuel, le tenant dans son regard alors qu’elle continuait à se nourrir de lui. La façon dont Jane le fixait avec sa bite dans la bouche l’a hypnotisé. Il jura qu’il se sentait de plus en plus dur à l’idée qu’elle baisait comme elle suçait ; gracieuse, sexy, érotique, etc. Quand elle a fini de rendre sa bite aussi dure et humide de sa salive qu’elle pouvait l’être, elle lui a donné une profonde gorge.

« Uh, uuhauuh », gémit-il, faisant exactement le même bruit les 5 fois suivantes, elle le fit à nouveau après.

Sa tête de bite qui lui rentre dans la gorge l’excite encore plus. Ayant besoin de plus, elle s’est retirée pour reprendre son souffle. Evan était hypnotisé par un long cordon de crachat qui reliait encore ses lèvres à sa bite. La scène n’a fait que s’intensifier lorsque Jane en a ramassé autant qu’elle a pu, la replaçant sur son manche et lui donnant un coup de poing pour l’étaler. Elle a souri à son expression choquée.

Debout, elle a défait le bouton et la fermeture éclair de son short, en les enfonçant dans un rapide striptease. Elle les a fait tomber sur la chaise et a posé pour qu’il la prenne dans ses bras. Le fait qu’Evan ait admis qu’il avait le béguin pour elle a ajouté une étincelle d’excitation en lui donnant ce qu’il voulait depuis des années. L’expression de son visage lui disait qu’elle n’était pas loin de son hypothèse. Mais quand Evan la regardait sous la taille, il secouait la tête comme si quelque chose était drôle.

« Sérieusement, et si je riais en voyant ta bite ? » demande-t-elle, pas tout à fait folle.

« Non, non j’aime ça, c’est juste autre chose. Ton surnom, le hippie, je me suis toujours demandé ce que ça voulait dire. Je me souviens que la première fois que j’ai vu sous tes bras, j’ai été totalement surpris qu’il n’y ait pas de cheveux. Je suppose que j’ai toujours pensé… » a-t-il essayé d’expliquer, en devenant timide à la fin.

« Vous pensiez que j’avais un buisson géant des années 70, n’est-ce pas ? Es-tu déçu que je me rase ? » demande-t-elle, étourdie.

Evan rit : « C’est précisément ce que je pensais, et non, pas du tout. Viens par ici », fit-il un geste à sa bouche.

L’œil de Jane scintille d’excitation. Elle lui donne des coups de pied au visage, les jambes de chaque côté de sa chaise. Evan a à peine attendu qu’elle retrouve son équilibre qu’il se penche vers l’avant, léchant son humidité. Jane soupira, saisissant l’arrière de sa tête de manière encourageante. Elle pouvait voir qu’il prenait son pied à lui faire plaisir comme si elle le tenait.

La situation s’est ensuite tendue quand Evan lui a enfoncé ses doigts dans la bouche alors que sa langue clapotait sur son clitoris. Elle a eu un petit orgasme avant de s’éloigner de lui. Elle s’est tenue là quelques instants, reprenant vie. De retour d’où qu’elle soit, elle regardait sa cible avant de s’accroupir sur lui. Les genoux près de sa taille, elle a dirigé son bâton vers son entrée pendant qu’Evan attendait patiemment.

Sa tête a surgi et elle a fait le tour de son cul en l’air, l’entraînant avec elle. Il aimait la façon dont elle appréciait chaque petit pas de leur rencontre secrète. Après avoir fini de jouer, elle s’est redressée et a commencé à glisser sur sa chair, un ou deux centimètres à la fois. Ils gémissaient tous les deux pendant le processus jusqu’à ce que Jane soit assise sur ses genoux, avec lui enterré profondément à l’intérieur. Il a attendu qu’elle s’habitue à lui, caressant doucement ses flancs pour l’appuyer.

Finalement, elle a commencé à se balancer d’avant en arrière. Evan se poussait doucement vers elle quand elle s’avançait, à sa grande satisfaction. Une fois qu’elle s’est habituée à lui, elle lui a fait un sourire rapide avant de se pencher et de l’embrasser. Ses mains étaient partout, sentant son corps bouger avec la fluidité d’une danseuse du ventre, mais cent fois mieux. Jane a absolument baisé comme si elle était nulle.

Chaque geste qu’elle a fait était intentionnel et agréable pour les deux. Evan n’avait jamais été baisé avec un tel but et un tel besoin auparavant. Il n’a pu que taquiner ses tétons pendant un petit moment avant qu’elle ne mette fin au baiser, en se penchant en arrière. Evan grogna sur la façon dont sa chatte menaçait de lui arracher la bite. Jane s’est figée, observant sa réaction alors qu’elle le serrait davantage contre ses murs.

« Putain, ça fait tellement de bien », s’exclama-t-il, en souhaitant enregistrer la scène.

« Fuck yeah it does », a-t-elle accepté, en pressant à nouveau.

Lorsqu’elle a eu fini de s’exhiber, elle a déplacé ses jambes devant pour pouvoir se tenir debout tout en s’accroupissant sur lui. Il ne l’a jamais quittée, car elle s’accrochait à son fourreau. Enroulant doucement ses mains autour de son cou, elle a recommencé à le baiser. Evan avait été officiellement mis sur le banc alors qu’elle le chevauchait, utilisant son membre pour se faire plaisir. Jane gémissait plus fort, plus longtemps et plus souvent ; déjà heureuse qu’ils continuent dans la nuit.

« Putain, oh putain Evan. Baise-moi, j’aime ta bite », gémit-elle avant qu’un cri aigu ne sorte de sa bouche.

Evan lui a presque rappelé que le son portait sur l’eau mais il l’appréciait tellement qu’il l’a fait tomber. Dans les 20 secondes qui ont suivi, Jane s’est de nouveau penchée sur ses genoux, a gloussé un peu, puis s’est soudain mise à le chevaucher avec détermination. Se tenant sur sa poitrine, elle s’est mise à onduler furieusement sur lui. Evan se remit à jouer, se jetant sur elle au son délicieux de la chair. Une main la tenait par la hanche tandis que l’autre jouait avec ses tétons, lui permettant de faire ses mouvements.

« Vous pouvez… recommencer… n’est-ce pas ? » s’est-elle exclamée.

Oui, où… »

« En moi… C’est bien », a-t-elle dit.

« Vous êtes sûr », demanda-t-il, en priant pour qu’elle le soit.

« Uh huh », dit-elle, à moitié souriante.

À sa grande surprise, Evan a commencé à la baiser par le bas. Il l’a saisie par les hanches, la tenant immobile pendant qu’il la battait. Le laissant prendre le relais, elle a pincé et tiré sur ses tétons, ronronnant et gémissant fréquemment. Sans prévenir, Evan l’a forcée à se coucher, en lui faisant toucher le fond. Elle a crié « Putain ! » plus fort que tout ce qu’elle avait jamais entendu auparavant, alors que son orgasme le plus intense depuis très longtemps la transperçait.

Evan a laissé échapper un long gémissement continu alors qu’il se déchargeait profondément en elle au même moment. Son orgasme n’a fait qu’augmenter la puissance du sien alors qu’elle jurait, criait et couinait sur lui. Jane se berçait lentement alors qu’ils descendaient tous les deux avant de s’effondrer sur lui. Evan a enroulé ses bras autour d’elle au moment de l’impact. Lorsque Jane sentit son énergie commencer à revenir, elle s’assit et se releva de lui. Elle s’est rabaissée, la chatte contre lui et son sperme qui coulait sur ses couilles.

« Ça m’a vraiment touché, putain », lui a-t-elle assuré.

« Le mien aussi, au moins un que je ne savais pas que j’avais », a-t-il dit.

En regardant en bas, elle a commencé à frotter son humidité contre son membre à peine ramolli. « Tu veux toujours recommencer, n’est-ce pas ? » demanda-t-elle.

« Si je n’ai qu’une nuit avec toi, je vais faire en sorte que ça compte », promet-il, se penchant pour l’embrasser.

Evan a éteint le feu avec du sable et de la boue pendant que Jane rassemblait ses vêtements. Pendant l’été, la lune était dans la position idéale la nuit pour éclairer la place d’Evan. S’assurant que le feu ne s’allumerait pas à nouveau, il regardait le corps nu de Jane se déplacer au clair de lune.

Elle était sur le point de remettre son gilet quand il a crié un peu trop fort : « Ne faites pas ça !

Jane s’est figée avec un bras dans sa veste alors qu’Evan craquait, se rappelant qu’il était un peu défoncé et un peu éméché, tout en vivant un petit fantasme. Jane l’a rejoint, sachant ce qu’il traversait alors qu’elle se sentait elle-même les trois.

Quand il s’est calmé, il a suggéré : « Retournons chez moi. »

Jane l’a envisagé, clairement ouverte à l’idée. « Est-ce que quelqu’un nous verrait ? »

« J’en doute. D’ailleurs, n’est-ce pas le but ? » il l’a convaincue.

Jane a fait semblant d’y réfléchir, en regardant autour d’elle pour s’assurer qu’elle avait bien toutes ses affaires. Lorsqu’elle s’est préparée, elle a crié « Le dernier est en bas ! » en courant vers l’arbre, en s’esquivant et en disparaissant.

« Merde ! » dit-il, en s’élançant à sa poursuite.

Evan l’a rattrapée près de la porte de l’escalier. Il lui a donné une gifle sur ses jolies fesses nues pour faire diversion, Jane l’a fouettée, mais il a sauté dans la direction opposée. En arrivant par derrière, il l’a soulevée dans ses bras, la faisant tourner. Lorsqu’il l’a reposée, il lui a fait face, enfonçant sa langue directement dans sa bouche ouverte. Jane était perdue dans son jeu, et n’était pas préparée pour le moment où il s’est éloigné, a ouvert la porte et a couru dans les escaliers.

« Injuste ! » criait-elle, plus fort qu’elle ne le voulait. Réalisant qu’elle était toujours nue, avec son sperme qui coulait sur ses jambes, elle lui a couru après.

Lorsqu’elle est arrivée en deuxième position, il a dit : « Désolé, je voulais vraiment être au top cette fois. »

*******

Deux jours après que les nouveaux amis ont fait l’amour, plusieurs fois, ils ont réussi à garder les choses telles quelles. De temps en temps, l’un regardait l’autre de façon conspiratrice, comme s’ils s’étaient tirés d’affaire. Pour la plupart, ils étaient devenus encore plus proches, comme des amis. Evan s’est rendu compte que les choses en étaient arrivées au point où ils pouvaient même se retrouver la nuit sans aucune attente. Il l’a invitée à venir chez lui après le travail pour regarder un film et se détendre.

Jane a plaisanté sur le fait que c’était un scénario de Netflix & chill auquel il a dit qu’il avait HBO pour qu’il n’y ait pas de pression. Elle a failli ne pas comprendre sa réplique, quand elle a eu fini de rire, elle a accepté l’invitation avec joie. Les deux se sont séparés, comme le feraient deux amis qui ne manigancent rien, mais cela a quand même été remarqué par de nombreuses paires d’yeux à deux chiffres à l’intérieur du Lake House. C’est surtout Lisa qui a compris les changements subtils dans leur relation. Non pas qu’elle ait une opinion à ce sujet, elle était seulement curieuse de savoir s’ils voyaient ce qui se passait.

histoirestaboues
recap
bandeau post content

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

Posted in Histoires taboues, Récit érotique

Vous aimerez aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *