Menu Fermer

Confinement – histoire taboue d’un été très chaud entre jeunes gens – Chapitre 3

Evan et Jane ont déballé leurs affaires avant de se rendre à la Chambre, ce que les employés et les habitués ont appelé l’endroit. Jane n’a pas subi de pression la première nuit, car elle était seulement en formation. L’autre barman/chef, Scarlett, avait pris Jane sous son aile. Elle y travaillait depuis l’ouverture de l’établissement, 15 ans auparavant. C’était une femme plus âgée et dure comme l’acier ; Jane l’a admirée presque immédiatement.

Il y avait trois autres serveuses ce soir-là. Jenna, Cindy et Blair étaient toutes très accueillantes, même si Blair semblait particulièrement énervée avec elle. Evan courait partout, écoutant Mike lui expliquer les nouveautés ou les idées qu’il avait au fur et à mesure. Comme il était plus tard et qu’Evan était pris par les affaires, il l’a volée à Cindy qui montrait ses tables à Jane.

« Asseyez-vous. Qu’est-ce que vous prenez ? » Evan lui a demandé avant de se rendre derrière le bar.

« Quelle est votre boisson préférée ? » Jane lui a demandé quand il serait de nouveau devant elle.

« En fait, vous voulez connaître un autre secret sur moi ? »

« Oui, en effet, je le fais », répond-elle en jouant le jeu.

« Je ne bois de l’alcool fort que pendant l’été ; ici essentiellement. Et mon préféré est un rhum appelé Kraken ». Il a soulevé une bouteille pour montrer ce qu’il voulait.

« Je vais prendre ce que vous prenez alors », a-t-elle demandé.

Evan a versé leurs boissons et ils ont touché leurs verres ensemble avant de prendre leurs gorgées. « Alors, quelle est votre impression maintenant ? Tu penses que quelqu’un va te vendre comme esclave sexuel ? » Il a plaisanté.

Jane a regardé autour d’elle avec un sourire. « Cet endroit est meilleur que ce que j’avais imaginé », a-t-elle dit.

Evan l’a vue entrer soudainement dans le restaurant. Jane a suivi son regard pour voir une petite rouquine sexy et courbée qui scrutait l’endroit à la recherche de quelqu’un.

« Je reviens dans quelques minutes, d’accord ? » Evan l’a dit à Jane.

Elle a fait un signe de tête et il est parti rejoindre la fille. Jane ne s’est pas donné la peine de faire semblant de ne pas observer leur interaction, en tournant sur le tabouret. Dès que la rousse l’a repéré, elle a crié « Evan! », ce qui a amené Jane à se demander combien de filles allaient crier cela pendant la première semaine. Contrairement à la première fille, celle-ci était vêtue d’un short court et d’une chemise blanche transparente qui indiquait à tout le monde qu’elle portait un soutien-gorge vert. Elle lui a sauté dessus au milieu de quelques tables bondées, ce qui a semblé ennuyer Evan.

« C’est Maggie. 120 livres de salope, psychopathe, salope », a précisé Lisa de derrière le bar.

En regardant en arrière, Jane a demandé : « Alors quoi, elle est comme la petite amie d’été d’Evan ? »

« Pas question, Evan ne l’aurait pas. Si Maggie avait sa façon de faire, c’est ce qu’il serait. Ils s’entendent entre eux et avec d’autres garçons et filles. Mais Maggie surprend parfois une fille qui le regarde et elle lui saute dessus pour les effrayer ».

Jane a hoché la tête, connaissant plusieurs filles comme ça. « A quel point est-elle mauvaise exactement ? » a demandé Jane, qui comprend très bien les filles possessives et les ayants droit.

« Elle ne vous ferait pas ou ne pourrait pas vous faire de mal physiquement, mais elle peut faire une tête comme si elle allait se chier dessus », a dit Lisa en riant avant de terminer.

Jane a également ri. « Dois-je aller là-bas ? », demanda-t-elle, espérant plutôt qu’on l’ose.

Lisa se pencha sur le bar pour lui murmurer à l’oreille, de manière conspiratrice, « Demande-lui quels sont TES projets pour ce soir. »

Jane lui a fait un sourire diabolique avant de s’en aller vers Evan. Lisa a regardé depuis le bar Scarlett s’approcher d’elle. « Au moins, elle a des couilles », a dit Lisa, sachant qu’elle regardait aussi.

« Peut-être, mais si elle fait du mal à Evan, ils ne trouveront jamais le corps », a affirmé Scarlett.

Lisa a levé son poing et Scarlett l’a frappé avant de s’éloigner.

Jane s’est approchée d’Evan en ignorant délibérément Maggie ; elle lui a demandé : « Alors, quels sont nos plans pour la nuit ? » Elle a fait un clin d’œil pour que Maggie ne puisse pas voir pour lui assurer qu’elle ne faisait que déconner. Maggie la fixait, offensée, et faisait un bruit comme si elle s’éclaircissait la gorge pour lui cracher dessus. Jane l’a regardée avec une expression qui disait : « C’est quoi ton putain de problème ».

« Nous avons une fête de bienvenue pour nous en fait. J’ai oublié de vous le dire », répondit Evan en souriant.

Maggie s’est interposée entre eux. « Je peux juste te donner ton cadeau de bienvenue avant la fête alors. »

Sans même regarder Jane, il a dit : « Eh bien, oui, bien sûr. » Il sourit et elle surgit pour l’embrasser sur la joue.

« Envoyez-moi un SMS quand vous êtes prêt à descendre », a-t-elle dit avant de se retourner pour fixer Jane. Elle l’a regardée de haut en bas comme si elle évaluait la concurrence avant de partir.

« Tu es vraiment un mec », a dit Jane en toute connaissance de cause.

« Hé, pour ma défense, elle donne de très bons… cadeaux de bienvenue à la maison », a-t-il plaisanté.

« Je suis sûr qu’elle le fait. Y a-t-il vraiment une fête ? »

« Oui, mais ce n’est pas avant vendredi. C’est pour toi aussi, comme un accueil dans notre monde », lui a indiqué Evan.

Evan n’a pas eu besoin d’envoyer de message à Maggie, puisqu’elle attendait. Maggie n’était pas très évidente, mais Jane a quand même remarqué qu’ils se regardaient plus que d’habitude.

Alors qu’ils se rapprochaient, Evan s’est approché de Jane. « Tu seras bien sans moi ? » a-t-il demandé.

« Oui, Lisa m’a déjà invité à boire un verre dans l’autre maison. Je pense qu’elle m’aime bien. »

« Je suis heureux de l’entendre. Je vous verrai plus tard ou demain alors ».

« J’espère que vous apprécierez », Jane le taquinait. Elle a regardé Maggie le traîner pratiquement par la main.

Maggie l’a conduit à travers le terrain jusqu’à son domicile. Quand ils sont arrivés en haut des escaliers, elle lui a même pris ses clés pour ouvrir la porte elle-même. Ils sont entrés et elle est allée directement vers son frigo. Evan était un peu agacé par la façon dont elle lui faisait sentir qu’ils venaient d’entrer dans son appartement. Sachant ce qui allait se passer, il a décidé de ne pas en parler.

« Vous voulez une bière ? » a demandé Maggie.

« J’aimerais bien une bière, merci », a-t-il déclaré avec sarcasme.

« Eh bien, asseyez-vous », lui ordonna-t-elle.

Evan s’y est plié, assis sur son canapé. Il était habitué à ce que Maggie soit autoritaire. Il la fermait toujours lorsqu’elle devenait incontrôlable, mais il la laissait parfois s’en tirer à bon compte. Elle lui montrait toujours sa reconnaissance quand il le faisait.

Elle lui a tendu sa bière. Debout, elle a bu la moitié de la sienne sur place. Elle a placé la bouteille par terre, loin d’eux, et s’est agenouillée entre ses jambes. Elle ne pouvait pas attendre, en défaisant son short de cargaison. Elle a essayé de les arracher de manière à ce qu’Evan puisse se relever, ce qu’il a fait. Elle les a tirés, ainsi que les caleçons, vers le bas alors qu’il en sortait.

Maggie lui léchait le manche avant même qu’il ne s’assoie. Elle se frottait le visage contre lui alors qu’il le regardait atteindre sa dureté maximale. Elle léchait jusqu’en haut, juste quand il pensait qu’elle allait l’aspirer, elle léchait à nouveau en bas. Elle savait comment prendre soin de lui, alors il s’est simplement assis et s’est détendu. Elle lui a léché et sucé les couilles en le secouant, il n’a fait que gémir en réponse.

En remontant, elle est allée plus lentement pour le taquiner davantage. Evan savait que cela signifiait qu’elle était sur le point d’y arriver. En glissant sa main dans son sac, elle a fait le tour de la base avec son pouce et son index. Elle lui a souri avant d’encercler la tête avec sa langue, descendant jusqu’à sa longueur. Il a observé qu’à chaque fois qu’elle redescendait, sa langue sortait devant sa bouche, léchant partout où elle pouvait l’atteindre.

« Putain, j’avais besoin de ça », lui a dit Evan. Maggie lui avait donné la tête de bienvenue à la maison depuis des années maintenant, la suçant comme il lui avait appris. Il avait une tradition secrète qui allait de pair avec ça. Il gardait son sperme aussi longtemps qu’il le pouvait, en général une semaine, juste pour la regarder se débattre avec son gros chargement le premier soir. C’était une vengeance pour les nombreuses fois où elle l’avait volontairement baisé ou énervé pour une raison quelconque.

Elle l’a sorti de sa bouche assez longtemps pour dire : « Blondie ne le fait pas pour toi ? » Elle s’est rabattue sur lui pour qu’il soit moins susceptible de répondre.

Il a fallu quelques instants à Evan pour calculer ce qu’elle a dit, alors qu’elle le travaillait de plus en plus comme une distraction. « Jane est juste une vieille… euh… amie. Putain ouais. Elle avait besoin d’un travail, alors je l’ai aidée. »

Maggie s’est encore arrêtée, « Ouais, c’est ça », a-t-elle dit avant de redescendre.

À sa grande surprise, Evan la pousse par le front et lui retire sa bite de la bouche. « Écoute-moi. Ces pipes de bienvenue étaient ton idée. Bien que j’apprécie beaucoup les choses que tu me fais, ou que tu fais pour moi, ce n’est qu’une chose occasionnelle, pendant l’été seulement. Je l’ai déjà dit tellement de fois et apparemment, je dois le redire ; tu as un putain de petit ami ! » s’est exclamé Evan, très irrité. Tous deux ont été surpris de la vitesse à laquelle il s’est ramolli.

« Mais c’est différent. » Elle a essayé de protester, mais s’est arrêtée quand Evan a levé la main en disant qu’il n’avait pas besoin de l’entendre à nouveau.

« Je sais, tu es dans une relation ouverte, c’est la seule raison pour laquelle c’est cool que nous nous mettions ensemble. Mais le simple fait que tu aies un petit ami signifie que je ne peux pas prendre quelque chose entre toi et moi au sérieux. Tu baises avec d’autres mecs pendant l’été, tu sais que je baise avec d’autres filles. L’interrogatoire n’est pas ce que je veux gérer lors de ma première nuit de retour ; en fait, je ne veux pas du tout gérer ça pendant l’été. Alors pour la 248ème fois, tu peux être d’accord avec ça ? »

« Maggie s’est remise sur ses pieds avant de dire : « Je sais, je suis désolée, tu sais que je ne suis pas toujours heureuse avec Tom. Si je l’avais fait à ma façon, nous ne serions pas dans une relation ouverte, mais nous le sommes. Je suppose… que je me perds en toi, comme le fantasme que nous sommes ensemble pendant l’été même si nous ne le sommes pas. »

Evan a failli se défouler sur elle quand elle a dit cela, mais il n’a que trop bien compris. La navigation sexuelle et les relations sur le lac pourraient être particulièrement difficiles pour les habitants. Les vacanciers ne s’en souciaient pas, car ils étaient toujours sur le point de partir. Il avait vraiment des sentiments pour Maggie, même si son fantasme était malsain, parfois les gens avaient besoin d’un bon fantasme pour continuer à vivre.

« J’ai compris, Maggs. J’ai vraiment compris », a-t-il dit en enlevant quelques cheveux roux de son visage.

« Je vais essayer de faire marche arrière, d’accord ? » lui a-t-elle dit.

« Il n’y a pas d’essai », a-t-il plaisanté.

« Je vais reculer, je le promets. Mais, juste par curiosité, quel est le problème avec Jane ? » Elle a essayé d’avoir l’air mignonne et innocente pour qu’Evan sache qu’elle ne voulait vraiment rien dire.

Evan a roulé des yeux même s’il n’était pas vraiment bouleversé. « Je suis à l’école avec Jane depuis la première année et nous n’avons presque jamais parlé jusqu’à il y a une semaine. Elle veut désespérément gagner de l’argent cet été, alors je l’ai invitée. Et avant que vous ne posiez d’autres questions, je suis sûr qu’elle a l’intention de baiser ses propres touristes et les locaux, je ne l’intéresse pas du tout ».

Maggie a tendu la main pour saisir à nouveau sa queue flasque, en faisant courir ses doigts de haut en bas. Evan lui sourit d’un air approbateur alors qu’elle se penchait en avant pour tester si la conversation était terminée.

Avec ses lèvres mouillées sur son poteau, elle a demandé : « Puis-je continuer à le sucer maintenant ?

« S’il vous plaît » ? a demandé Evan avec joie.

Maggie ricanait avant d’attraper sa bite, de la pointer vers sa bouche et de la sucer. Il l’a regardé l’aspirer, la forçant à baisser le visage pour le pousser plus profondément, alors qu’elle le faisait facilement bander à nouveau. En fait, elle aimait donner la tête à Evan car elle était fan de sa bite. Il était mou, il mesurait peut-être 10 cm, mais dur, il faisait environ 15 cm. Quand il était plus excité, elle semblait aussi être deux fois plus épaisse.

Elle a dû ouvrir la mâchoire un peu plus grand à mesure que son plaisir s’accumulait. Le saisissant plus fermement à la base, elle le ramena en arrière pour lui lécher tout autour de la tête. Il était à pleine puissance, donc ça ne prendrait pas beaucoup plus de temps, à moins que Maggie ne décide de l’extraire. Tout ce qu’Evan avait à faire était de placer sa main à l’arrière de sa tête et elle s’est poussée sur lui. Elle n’avait jamais réussi à lui donner la gorge profonde à cause de sa grosse tête de bite, mais cela lui semblait toujours incroyable dans sa chatte.

Elle a reculé pour reprendre son souffle. Lorsqu’elle l’a repris, ses yeux ont brillé de désir avant de retomber sur lui. Evan ne pouvait pas retenir ses gémissements d’appréciation, pensant que c’était la définition de la tête. Il ressentait ce sentiment familier tandis que Maggie le sentait s’épaissir encore plus.

« Je suis proche », s’est exclamé Evan.

Le bobinage de Maggie a augmenté la vitesse avec n’importe quelle partie de sa bite, pas dans sa bouche qui a été secouée. L’œil d’Evan a roulé à l’arrière de sa tête, se préparant à lui souffler une charge de 8 jours dans la bouche.

« Maintenant », il l’a mise en garde. Elle a eu les mains libres, le suçant aussi fort et aussi vite qu’elle le pouvait. Evan a poussé un grand soupir en gémissant quand il a commencé à jouir. Maggie a dû reculer un peu à chaque giclée, son sperme lui remplissant la bouche si rapidement qu’elle a dû ouvrir ses lèvres autour de lui pour le faire sortir. Alors qu’Evan souhaitait toujours qu’elle avale, il y avait quelque chose de si sexy à la regarder sortir de sa bouche et s’écouler dans son corps.

Maggie a continué pendant une demi-minute après qu’il ait terminé. En l’arrachant, elle a pris sa bière, en a pris une gorgée et l’a fait tourner dans sa bouche. Puis elle a recraché le mélange bière-cum dans la bouteille, comme Evan l’avait déjà vu faire plusieurs fois.

Jane est rentrée dans sa chambre après sa douche, laissant tomber sa serviette dès qu’elle a fermé sa porte. C’était une tradition chez elle, si la porte de sa chambre était fermée à clé, elle était nue à l’intérieur. L’air lui semblait un peu vicié, alors elle a ouvert la fenêtre, a sorti son torse et a senti l’air du lac laver ses cheveux humides et sa forme nue. Soudain, elle a réalisé que quelqu’un à l’extérieur pouvait la voir et elle a regardé autour d’elle, paniquée. Heureusement, ce côté de la maison faisait face à son nouveau lieu de travail, et le parking était suffisamment éloigné pour qu’on ne puisse rien voir de toute façon.

Malgré la plaisanterie de Mike, elle a pris la chambre qui fait face au garage, car elle est la plus éloignée de l’escalier et la plus facile d’accès à la salle de bains. Elle voulait absolument voir l’intérieur de l’appartement d’Evan car elle était sûre d’avoir une vue magnifique, étant entourée de fenêtres. C’est alors qu’elle a remarqué qu’Evan était assis sur le canapé avec Maggie entre ses jambes. Elle était sur le point de leur donner leur intimité quand elle a remarqué que Maggie ne faisait rien et qu’ils se disputaient au lieu de cela. Jane se demandait s’il n’allait pas se faire chier pour l’avoir invitée à monter avec lui jusqu’à ce qu’elle commence à le sucer avec ferveur.

« Vas-y, Evan », l’encourageait Jane. Elle savait que c’était le moment de s’en aller, mais elle ne l’a pas fait, restant jusqu’à la toute fin. Après, elle était si excitée qu’elle savait qu’elle sauterait sur le premier mec mignon qui la regarderait ce week-end.

******

histoirestaboues
bandeau post content

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

Posted in Histoires taboues, Récit érotique

Vous aimerez aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *