Menu Fermer

Confinement – Education sexuelle de mon fils… l’histoire d’une mère Partie 2

Paul a poussé un grand soupir, mais sa déception ne l’a pas empêché de prendre sa fourchette et de déchirer son poulet comme si c’était son dernier repas de la semaine. Nous avons mangé en silence pendant presque tout le repas, puis il m’a finalement regardé avec des yeux embués et a dit : « Mince, maman… Je n’arrive pas à croire que tu aies cru que j’étais gay. »

Je l’ai juste regardé et j’ai dit : « Paul, je suis vraiment désolé. Je n’ai jamais vraiment pensé que tu l’étais, mais comme je l’ai dit, tu ne parles jamais des filles, ni même n’exprime aucun intérêt ».

« Maman… tu sais combien je suis timide », répond-il rapidement.

Je lui ai juste souri et dit : « Je sais, chérie », puis j’ai demandé : « Alors, comment la dispute a-t-elle commencé ? »

Il a pris une profonde inspiration et a dit : « Il y a une fille que je voulais inviter au bal du printemps, mais j’étais trop timide pour lui demander en personne, alors je lui ai écrit un mot. Je l’ai laissé sur la table du déjeuner et un abruti l’a ramassé et l’a lu. Puis lui et certains de ses amis qui se trouvent tous si cool ont commencé à le lire à haute voix après l’école et à se moquer de moi ». Puis j’ai vu sa lèvre inférieure se remettre à trembler lorsqu’il a dit : « Et puis l’un d’entre eux a dit : « Tu ne devrais pas inviter un gars à danser, puisque tu es pédé ? Et c’est alors que je l’ai perdu et que je l’ai frappé… et puis il m’a frappé et puis nous avons été séparés ».

Je l’ai regardé et j’ai dit : « Maintenant vous savez que je n’approuve pas le combat », mais j’ai rapidement ajouté : « Mais je suis fier que vous vous soyez défendu ».

Il a frotté l’humidité de ses yeux et a dit doucement : « Merci maman ».

En débarrassant la table avec Paul, je lui ai demandé s’il pensait toujours pouvoir inviter la fille à sortir. Il m’a dit qu’il ne savait pas puisqu’il était sûr qu’elle avait entendu ce qui s’était passé et qu’il lui rirait probablement au nez. Je lui ai demandé qui elle était, et il m’a dit que c’était une fille vraiment mignonne avec qui il partageait quelques cours. Comme Paul était dans toutes les classes avancées, je savais qu’elle devait être très intelligente. Puis il m’a dit que même si elle ne traînait pas avec les gens « populaires », ils l’aimaient bien parce qu’elle aidait à donner des cours particuliers à certains des sportifs, et il s’est dit que c’était comme ça qu’ils la connaissaient et qu’ils se moquaient de lui. Je lui ai dit qu’il devrait peut-être lui donner une chance, et qu’elle n’était peut-être pas si superficielle. Puis mon fils m’a souri et m’a remercié de toujours essayer de garder les choses aussi positives.

Après que nous ayons chargé le lave-vaisselle, Paul s’est excusé pour faire ses devoirs. J’ai décidé de me servir un deuxième verre de vin et d’aller prendre un bain chaud. En faisant couler l’eau et en commençant à me déshabiller, j’ai pensé à combien cela devait être dur pour mon fils, et comment il était devenu si petit et timide. Comme je l’ai dit plus tôt, son père avait été joueur de football à l’université. Il n’était pas une star, mais il jouait beaucoup. Et c’était vraiment un bel homme… plus d’1m80, environ 90 kg, avec une carrure très athlétique grâce à son entraînement.

J’ai été pom-pom girl au lycée et à l’université, et j’ai fait du mannequinat pour quelques catalogues pendant mes études. J’avais même été approchée par Playboy pour un de leurs numéros spéciaux « Girls of… » à l’université, que j’avais refusé de crainte que les amis de mon père et mon oncle Bill, qui est effrayant, ne le voient et n’essaient de me draguer encore plus qu’ils ne l’étaient déjà. Pourtant, d’une certaine manière, nos traits physiques semblaient contourner notre fils.

Ce n’est pas que Paul soit un beau gosse. Je suis peut-être partial, mais il est vraiment très mignon. Comme je l’ai dit, il a mes cheveux blonds et mes yeux bleus. Malheureusement, il n’a pas encore grandi, mais c’est parce qu’il est si petit et si fragile par rapport aux autres conards de sa classe. Sa petite taille et sa minceur lui donnent juste un air gêné. En plus, peu importe les efforts que je fais, il ne s’intéresse pas au style, ni aux vêtements qu’il porte. Bref, même s’il déteste ça, il s’est résigné au fait qu’il est un geek.

Après m’être déshabillée, je me suis regardée dans le miroir et j’ai dû admettre, sans vanité, que j’étais encore sacrément belle pour une femme d’une trentaine d’années. Mes cheveux étaient encore d’un blond naturel, mes yeux étaient encore aussi bleus… et heureusement mon visage n’avait pas commencé à montrer les fissures et les lignes que le stress du départ du père de Paul aurait pu provoquer. Mes seins de 34 C n’avaient pas du tout commencé à s’affaisser, et j’aimais toujours courir, alors mes jambes étaient toujours toniques, mon ventre était toujours serré, et mes fesses étaient toujours aussi belles dans un jean serré que lorsque j’avais vingt ans.

Une fois dans la baignoire, j’ai pris une grande gorgée de vin, puis je me suis allongée dans l’eau chaude et j’ai commencé à me demander combien d’expérience avec… ou même combien Paul connaissait vraiment les filles. Quelques années auparavant, son père lui avait donné un cours clinique sur les oiseaux et les abeilles. Mais même s’il était au lycée, je n’avais rien vu ou entendu qui indiquait qu’il était intéressé par les rencontres, à part la révélation qu’il voulait inviter une fille à une danse… et j’étais absolument certaine qu’il n’avait jamais embrassé une fille.

Alors que j’étais allongée dans la baignoire en pensant à mon fils, avec un deuxième verre de vin presque vide dans la main gauche, j’ai soudain réalisé que les doigts de ma main droite me caressaient le mamelon. J’ai également remarqué un picotement familier juste en dessous de mes poils pubiens soigneusement coupés. Au début, je me suis demandé pourquoi j’éprouvais ces sentiments au mamanent même où je pensais à Paul. Mais j’ai rapidement écarté tout lien avec mon fils, car un bain chaud et quelques verres de vin m’excitaient toujours un peu. Alors, une fois que j’ai résolu le mystère de ma libido croissante, j’ai laissé ma main libre glisser sous l’eau, sur mon ventre et entre mes jambes. Puis j’ai poussé un soupir quand mes doigts ont trouvé leur cible.

Alors que je commençais à caresser doucement les lèvres de ma chatte, qui étaient déjà glissantes à cause de l’huile de bain que j’avais mise dans l’eau et de mes propres sécrétions naturelles, j’ai fermé les yeux et commencé à évoquer certains de mes fantasmes favoris. Normalement, j’aurais apporté un bon roman d’amour… ou même quelque chose de ma propre réserve soigneusement cachée d’érotisme explicite pour l’utiliser dans ma « séance de dodle ». Mais comme je n’avais apporté ni l’un ni l’autre dans le bain, j’ai été laissé à ma propre imagination graphique.

J’ai donc commencé à parcourir mentalement une liste d’hommes, et même une certaine femme sur laquelle j’avais fantasmé dans le passé. Mais soudain, avant même que je ne m’en rende compte… mon fils était de retour dans ma tête. J’ai commencé à me demander s’il avait déjà embrassé une fille. Avait-il déjà touché une fille, ou une fille l’avait-elle déjà touché ? Savait-il à quoi ressemble une femme nue ? En avait-il déjà vu une nue ? M’avait-il déjà vue nue ? S’est-il masturbé ? S’est-il déjà masturbé en pensant à moi ? Alors que toutes ces pensées me traversaient l’esprit, j’ai posé mon verre de vin vide et j’ai utilisé une main pour jouer avec mes tétons pendant que l’autre frottait furieusement mon clito gonflé… et j’étais sur le point d’éjaculer en pensant à mon propre fils !

Je me suis assis si vite que l’eau s’est déversée sur le sol comme je l’ai fait. Mes seins se soulevaient de haut en bas alors que j’arrivais d’une manière ou d’une autre à arracher mes doigts de ma chatte tremblante, qui était au bord d’un orgasme explosif. Quelque chose m’était venu à l’esprit inconsciemment, et alors que je m’aspergeais d’eau au visage, j’ai essayé de me souvenir de ce que c’était. Quelle vision involontaire avais-je eue qui m’avait mis au bord d’un orgasme aussi bouleversant ? En la repassant dans mon esprit, j’ai réalisé que la vision que j’avais eue était celle de mon fils embrassant une femme alors qu’elle caressait lentement son pénis en érection… l’amenant vers son premier orgasme non provoqué par sa propre main. Et la femme dans ma vision, la femme qui donnait à mon jeune fils sa première branlette… c’était moi !!!

À ce mamanent, mon esprit était envahi par la confusion. Je ne savais pas si c’était l’eau apaisante, ou le vin, ou ce qui causait ces pensées à mon fils… mais j’avais besoin de sortir de la baignoire immédiatement. Je me suis rapidement levé, mais en essayant de sortir de la baignoire, j’ai glissé et je suis retombé dans la baignoire avec un bruit sourd. Ce bruit sourd a été suivi d’un grand cri de douleur lorsque je me suis cogné le genou sur la porcelaine dure.

Alors que je saisissais mon genou et gémissais à l’agonie, les larmes aux yeux, la porte de la salle de bain s’est ouverte et mon fils paniqué a couru en disant « Maman… tu vas bien ? » Mais dès qu’il a vu mes seins nus, il a dit : « Oh mince… Je suis désolé maman. »

Mais juste au mamanent où il reculait vers la porte… ses yeux étaient encore fixés sur mes seins, j’ai dit : « Paul, ne pars pas… Je suis tombé et je me suis fait mal au genou, et j’ai besoin que tu m’aides à sortir de la baignoire. »

Il a commencé à s’approcher de moi, et alors qu’il essayait de détourner ses yeux de mon corps nu, il a dit : « Veux-tu que je t’apporte une serviette ou un peignoir d’abord, maman ?

« Pas encore chérie, aide-moi d’abord à me mettre sur ma chaise de vanité », répondis-je encore dans la douleur.

Paul s’est approché de la baignoire et malgré ses efforts pour l’éviter, j’ai pu voir ses yeux qui balayaient mon corps. Mes seins nus flottaient maintenant au-dessus de l’eau, et ma chatte était facilement visible dans l’eau claire en dessous. J’ai une baignoire de jardin, alors j’ai commencé à tourner mon corps pour lui tourner le dos, puis je lui ai dit de mettre ses mains sous mes bras pour m’aider à me soulever. Au début, il a essayé de placer ses mains sous mes aisselles et de me soulever, mais il n’a pas pu me tenir car l’huile de bain avait rendu ma peau très glissante. Je lui ai donc dit qu’il aurait besoin d’une meilleure prise. Il a donc replié ses bras sous les miens, ce qui a fait que ses mains se sont immobilisées juste sous mes seins.

À ce mamanent, il ne faisait aucun doute dans mon esprit que mes seins étaient les premiers qu’il avait jamais touchés… même si ses doigts effleuraient à peine le dessous. Puis, alors que je m’accrochais à ma jambe non blessée, Paul a commencé à me soulever. Mais alors qu’il me soulevait à moitié, mon torse couvert d’huile a glissé le long de ses bras, faisant bouger ses mains vers le haut… et soudain les mains de mon fils se sont remplies de mes seins ronds et fermes. Alors qu’il m’aidait à me mettre debout, je sentais ses mains presser doucement la chair molle de mes seins, et j’étais sûre qu’il sentait mes tétons durs s’enfoncer dans ses paumes.

Une fois debout dans la baignoire, je sentais Paul relâcher sa prise, mais j’ai vite dit : « Ne me laisse pas partir, chérie… Je ne peux pas mettre de poids sur ma jambe droite, alors j’ai besoin que tu m’aides à sortir ».

Alors je suis restée là, nue et mouillée, avec mon fils derrière moi et ses mains serrant doucement mes seins tout ronds. Je ne pouvais pas voir son visage, mais je pouvais imaginer à quoi il ressemblait. J’ai aussi remarqué que le tremblement que j’avais ressenti dans ma chatte plus tôt était revenu. Une fois que j’ai été stable, j’ai dit à Paul que j’allais me tourner vers lui et qu’il pourrait m’aider à sortir de la baignoire. Au début, il m’a demandé si c’était le meilleur moyen. Alors quand je lui ai dit qu’il n’était pas assez fort pour me soulever, à moins que je puisse enrouler mes bras autour de son cou pour faire levier, il a accepté. La vérité était que la douleur diminuait, et que j’aurais probablement pu sortir de la baignoire sans son aide… mais je ne voulais pas.

histoirestaboues
recap
bandeau post content

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

Posted in Histoires taboues, Inceste

Vous aimerez aussi :

5 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *