Menu Fermer

Confinement – Education sexuelle de mon fils… l’histoire d’une mère Partie 1

Cet ouvrage est une biographie fictive, et est destiné à l’appréciation des adultes uniquement.

Ça m’a brisé le cœur de voir comment certains des enfants du quartier et ses camarades de classe le traitaient. Ils le traitaient de geek, de nerd, de bizarre, d’étrange, de mauviette, et même de chatte. Ce n’était pas sa faute s’il était douloureusement timide, incroyablement intelligent, peu sportif et maladroit… et s’il n’avait aucun intérêt ou talent pour le sport, quel qu’il soit. Cela m’a brisé le coeur de voir comment ils le traitaient parce que c’était un garçon doux et innocent qui ne pouvait pas s’empêcher d’être qui il était. Et ça m’a brisé encore plus le coeur quand j’ai vu la tristesse sur son visage, et ça m’a toujours donné envie de pleurer… parce qu’il est mon fils.

Ce qui aggravait encore les choses, c’est que, comme son père nous avait quittés alors que Paul était à peine au collège, j’étais devenu sa mère, son père, son mentor, son professeur, et quand je le pouvais… son ami. Et maintenant le voilà… un lycéen avec l’intelligence d’un professeur de collège, et les grâces sociales d’un moine cloîtré. J’ai essayé de lui faire rencontrer des amis, d’aller traîner, d’inviter une fille à un rendez-vous… mais ces choses ne l’intéressaient pas… ou alors elles lui faisaient mourir de peur. Au lieu de cela, il s’est plongé dans les livres et l’Internet… apprenant autant que possible tout ce qu’il pouvait.

Jusqu’à ce jour, je ne sais pas trop comment Paul est devenu le garçon… ou le jeune homme qu’il était devenu. Je suppose que parfois l’hérédité ne s’applique pas toujours. Ne vous méprenez pas… Je l’aime plus que n’importe quelle mère ne pourrait aimer son fils, et je suis si fière de lui. Mais on pourrait penser que le c***d d’un très beau joueur de football universitaire, et d’un séduisant (selon d’autres personnes) ancien pom-pom girl et modèle de catalogue pourrait reprendre certaines de nos capacités athlétiques et de nos traits de confiance en soi. Mais d’une certaine manière, cela ne s’est pas produit.

Ce qui m’a fait le plus mal, c’est que je n’ai rien pu faire pour mettre fin aux horribles taquineries et aux brimades qui se produisaient à l’école de Paul. Le lycée peut être une période traumatisante pour n’importe quel conards, mais c’est dix fois pire pour ceux qui sont considérés comme différents, étranges ou impopulaires. Même s’il était le meilleur de sa classe sur le plan scolaire, il semblait avoir un tel regard de tristesse sur son visage presque tous les jours. Je lui avais dit que j’allais appeler l’école et parler à son conseiller ou à son directeur, mais il me l’a absolument interdit, disant que cela ne ferait qu’empirer les choses. Je me sentais comme une mère terrible, en regardant mon doux fils se faire torturer… et je me sentais encore plus mal parce qu’il semblait que j’étais impuissante à faire quoi que ce soit pour y remédier. Mais un jour, quelque chose est arrivé pour changer tout cela.

Il était plus de quatre heures, et Paul était en retard… et il n’était jamais en retard sauf s’il allait à la bibliothèque, et alors il m’appelait toujours. J’avais appelé et laissé deux messages sur son téléphone portable, et je m’apprêtais à appeler l’école quand j’ai entendu la porte d’entrée s’ouvrir. Je me préparais à le réprimander pour ne pas m’avoir rappelé quand il est entré dans la cuisine, et quand je l’ai vu, mon cœur s’est enfoncé. Sa chemise était déchirée et sale, ses cheveux étaient en désordre, il y avait une coupure sur sa joue, et son visage était couvert de larmes… J’ai tout de suite su qu’il s’était battu.

« Paul chéri… qu’est-ce qui s’est passé » lui ai-je demandé en marchant vers lui et en mettant mes bras autour de lui.

Il a juste enfoncé sa tête dans mon épaule, et en étouffant les larmes, il a dit : « Rien maman… Je ne veux pas en parler. »

De toute évidence, ce n’était pas une réponse que j’allais accepter, alors je l’ai tenu à bout de bras et lui ai dit : « Paul, tu dois me dire ce qui s’est passé à l’instant même.

Sa lèvre inférieure tremblait et ses yeux s’humidifiaient lorsqu’il disait : « Je viens de me battre… ok. »

« Non, ce n’est pas bon Paul… quelqu’un t’a manifestement frappé et je vais appeler cette école tout de suite », ai-je dit sur un ton de colère en me dirigeant vers le téléphone. »

Mais avant de pouvoir composer, j’ai eu le choc de ma vie quand mon fils a dit : « Tu ne peux pas maman… je l’ai frappé en premier. »

Je suis resté figé, à fixer mon fils avec ma mâchoire autour des genoux. Paul était le conards le plus non-violent, le plus non-conformiste du monde. Même les sports de contact le mettaient mal à l’aise. En plus, il ne ressemblait guère à un bagarreur. Il m’a pris la plupart de ses traits physiques… il ne mesurait qu’environ 1,80 m, pesait environ 90 kg, trempé et mouillé, et partageait aussi mes cheveux blonds et mes yeux bleus. Ce n’est pas qu’il avait l’air d’une fille… il ressemblait simplement à la dernière personne au monde que vous pourriez imaginer dans une bagarre.

Je voulais dire quelque chose, mais j’étais trop abasourdi pour parler au début. Puis j’ai finalement retrouvé mon calme et j’ai demandé : « Qu’est-ce qui vous ferait ressentir le besoin de frapper un autre garçon ?

Alors qu’il répliquait aux larmes, il a répondu d’une voix craquante : « Il m’a traitée de maman pédé… et je n’en pouvais plus ». Et avec cela, mon fils doux, innocent et sensible s’est effondré en larmes, et s’est mis à sangloter de façon incontrôlable. Une fois de plus, je l’ai pris dans mes bras… son corps tremblait alors que je le tenais. Il m’a aussi pris dans ses bras en pleurant sur mon épaule, si fort que ses larmes se sont écoulées à travers ma chemise et ont mouillé mon épaule.

Après quelques minutes de chut et de lui avoir dit que tout allait bien se passer, j’ai fini par le calmer. Il a enlevé son sac à dos… rempli de livres comme d’habitude, et s’est assis à la table de la cuisine pendant que je lui prenais un gant de toilette et du Neosporin pour la coupure sur son visage. Après qu’il se soit lavé le visage, j’ai appliqué un peu de pommade sur la coupure. En le faisant, j’ai réfléchi à ce que j’allais dire ensuite. Évidemment, je n’approuvais pas le fait de me battre… mais il y avait aussi une petite partie de moi qui était fière qu’il se soit défendu. Puis j’ai commencé à me demander pourquoi quelqu’un qui le traitait d’homosexuel le dérangeait tant… après tout, nous avons toujours enseigné la tolérance et l’égalité. Alors j’ai dit : « Paul, si je te pose une question… tu me répondras honnêtement quoi qu’il arrive ? »

« Bien sûr maman, » répondit mon fils… enfin calmé et ne plus trembler. »

Je savais que Paul ne m’avait jamais menti, alors j’ai pris une grande inspiration et j’ai dit : « Paul, tu as l’air d’avoir une réaction très forte au fait qu’on te traite de « pédé »… es-tu, humm… es-tu gay ? »

« MAMAN », criait Paul en glissant sa chaise loin de moi avec un regard d’horreur sur son visage, « comment as-tu pu penser cela ?

J’ai rapidement réalisé mon erreur, et alors que mon fils me regardait avec des yeux furieux et blessants, j’ai dit : « Paul chéri, toi et ton père avez eu une discussion sur le sexe avant qu’il ne parte, mais depuis, tu ne parles jamais des filles, tu ne sembles pas t’intéresser à elles… et, bien, même si tu es un adolescent, je n’ai jamais trouvé de magazine pour filles caché dans ta chambre, ou je ne t’ai jamais surpris en train de regarder un porno, ou… » et puis j’ai essayé de m’arrêter, mais c’était trop tard.

Mon propre fils m’a juste regardé et m’a dit : « Vraiment maman… juste parce que je ne passe pas toute la journée à regarder du porno et à me branler… je dois être gay ? » Mais avant que je puisse m’excuser, il a dit : « Eh bien maman, je ne pense pas qu’il y ait quelque chose de mal à être gay, mais pour info… J’aime les filles, et je pense au sexe… Je ne parle pas constamment de ça comme les autres idiots de mon âge ! »

Et sur ce, mon fils blessé et en colère s’est précipité dans sa chambre et a claqué la porte. J’ai pensé à le suivre, mais j’ai réalisé qu’il était bien trop furieux contre moi pour avoir demandé s’il était peut-être gay, et j’avais juste besoin de le laisser tranquille. Je savais que tout ce que je disais à ce mamanent-là ne pouvait qu’empirer les choses.

Pendant l’heure qui a suivi, j’ai donc préparé le dîner et je me suis demandé comment se déroulait notre conversation habituelle à table ce soir-là. J’ai décidé de faire un de ses plats préférés, du poulet au barbecue, dans l’espoir que cela puisse aider à apaiser sa colère. Quand tout était prêt, je suis allé dans sa chambre, j’ai tapé sur sa porte et j’ai dit : « Allez, chérie… le dîner est prêt. »

« Je n’ai pas faim », lui répondit-il avec concision derrière la porte fermée.

J’ai soupiré de frustration et j’ai dit : « Paul, je veux que nous dînions et que nous parlions… s’il te plaît. »

Cette fois, sa réponse était plus sarcastique lorsqu’il a dit : « Bon sang, maman, un gars ne peut pas avoir un peu d’intimité… peut-être que je regarde des filles nues sur Internet ! »

Mon fils n’avait jamais utilisé ce ton avec moi, alors je suis passé à l’offensive et j’ai dit : « Ce n’est pas juste Paul… J’ai essayé de m’excuser pour mon erreur mais tu es parti en trombe. » Puis j’ai dit : « Regarde, j’ai fait du poulet au barbecue, je vais manger et tu es le bienvenu pour te joindre à moi. » Et avec ça, je suis parti à la cuisine.

Je savais qu’il ne tarderait pas à me rejoindre car il disait toujours combien il aimait l’odeur de mon poulet grillé, et malgré sa petite taille, le conards avait l’appétit d’un cheval. Au bout d’une dizaine de minutes, j’ai entendu sa porte s’ouvrir et un mamanent plus tard, il est entré dans la cuisine et s’est assis à table. Sans me regarder, il a dit : « Permission de manger dans ma chambre. »

Maintenant, c’était à mon tour d’être laconique et j’ai répondu : « Vous connaissez notre promesse de toujours dîner ensemble si nous sommes à la maison… permission refusée. »

histoirestaboues
recap
bandeau post content

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

Posted in Histoires taboues, Inceste

Vous aimerez aussi :

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *