Menu Fermer

Confinement – Découverte d’un amour véritable récit érotique Partie 8

Je me suis retiré, je lui ai donné quelques coups de pied dans la chatte, puis je l’ai poussée sur le côté, en lui faisant signe de rouler sur le dos. Elle a compris ce que je voulais et une fois qu’elle était sur le dos, elle a immédiatement écarté ses jambes pour moi et m’a tiré sur le dessus de son corps. Se mettant entre nous, elle a attrapé ma bite et l’a ramenée en elle.

J’ai attrapé ses jambes et je les ai levées haut. Les jambes sur mes épaules, j’ai commencé à la pomper rapidement et profondément. Je savais que je ne durerais plus longtemps. Ses doux gémissements m’ont dit qu’elle aussi approchait d’un autre orgasme. J’ai frappé sa chatte beurrée avec mes dernières forces, en faisant tout mon possible pour la faire jouir avant moi. J’ai senti mes couilles se resserrer, puis le premier jet a jailli dans mes tubes. En poussant profondément et en pressant mes lèvres dans son cou, j’ai tiré une deuxième fois dans sa chatte, juste au moment où elle arrivait aussi. Comme je me sentais couler dans son corps, nous ne faisions plus qu’un et nous avons atteint l’apogée ensemble.

Nous sommes restés comme ça pendant une période apparemment sans fin, à baiser et à jouir jusqu’à ce que je lui donne tout ce que j’avais et que ma bite dégonflée glisse de la chatte de mon amant. Nous sommes restés dans les bras l’un de l’autre longtemps après avoir cessé de bouger, couchés face à face pendant que nous nous câlinions et nous embrassions dans la lueur du meilleur sexe que j’ai jamais eu. Je me sentais complètement épuisée, aussi bien mentalement que physiquement, mais heureuse et complètement satisfaite.

Elle a reculé un peu la tête et m’a regardé, malgré l’obscurité totale.

« Je… je crois que je t’aime », murmura-t-elle.

« Petit agneau, je crois que je t’aime aussi », ai-je répondu en chuchotant.

Elle m’a donné un autre baiser. Comme tous ses baisers, c’était un baiser passionné et tendre, mais une fois de plus, son message était différent. Il y avait un sentiment d’abandon dans ce baiser, comme si elle me confiait la responsabilité de son bonheur. C’était une obligation énorme, mais que j’ai acceptée avec plaisir, car je savais que je ne pourrais plus jamais être heureux, à moins qu’elle ne le soit aussi.

Elle a posé sa tête sur ma poitrine et j’ai enroulé mes bras autour d’elle. La bouche près de mon oreille, elle a chuchoté qu’elle avait tellement de chance que j’avais choisi de revenir vers elle. J’ai dit que ce n’était pas un choix, que je devais être avec elle, et que j’étais le chanceux de la trouver encore en train de m’attendre. Elle m’a répondu qu’elle m’aurait attendu toute la nuit s’il le fallait. Pendant qu’elle prononçait ces mots, elle parlait lentement et sa voix se noyait dans le sommeil. Une dernière chose dont je me souviens, c’est d’avoir tiré une couverture de cheval sur nos corps nus, puis je me suis endormi moi aussi, rêvant d’un avenir long et excitant avec cette blonde sans nom.

Je me suis réveillé seulement quelques heures plus tard. La première chose que j’ai remarquée a été une intense sensation de démangeaison en m’allongeant nue dans le foin. Puis l’odeur des animaux de la ferme et des moteurs diesel m’est entrée dans le nez, et quand j’ai ouvert les yeux, j’ai découvert qu’il y avait une fille qui dormait dans mes bras. Il m’a fallu un certain temps pour comprendre où j’étais, puis tout m’est revenu. J’étais dans la grange de l’oncle Jim. La mystérieuse blonde dans mes bras, que j’avais rencontrée pendant le « sheepshaggin », m’avait demandé de passer la nuit avec elle. Nous avions fait l’amour passionnément dans le foin et exprimé notre amour avant de nous endormir dans les bras l’un de l’autre.

Maintenant que le matin était arrivé, il était enfin temps d’apprendre qui était vraiment cette déesse blonde inconnue.

Le soleil matinal brillait à travers les nombreuses fissures et trous dans les planches usées qui constituaient le toit et le revêtement de la vieille grange poussiéreuse, baignant tout à l’intérieur d’une lumière faible et jaunâtre. La jeune fille dormait encore paisiblement, la tête sur mon épaule et le bras enroulé autour de ma poitrine, sa respiration était régulière, profonde et lente. Comme elle était couchée, je ne voyais pas grand chose de son visage, et ce que je voyais était en grande partie masqué par les boucles des cheveux blonds.

Il était encore très tôt le matin, et le monde était encore calme et endormi. Je suis resté éveillé dans le foin pendant un certain temps, à l’écouter respirer et à apprécier la sensation de son corps chaud et nu contre le mien. En étudiant les traits de la jeune fille, j’ai réalisé qu’elle n’était plus un agneau. L’épais pull de laine était jeté dans le foin derrière elle, et bien sûr, elle m’avait déjà donné sa queue de mouton après notre première rencontre. Pendant la nuit, son bandeau avec les oreilles d’agneau s’était détaché, et même le maquillage noir avait déteint sur son nez et sa lèvre supérieure. Comme dans la légende, mon véritable amour s’était transformé d’un mouton en une vraie fille.

La couverture de cheval était étendue sur nos corps, la cachant de ma vue. Bien que je ne voulais pas la réveiller, je ne pouvais pas résister à l’envie de jeter un petit coup d’oeil sous la couverture. J’ai soigneusement soulevé notre couverture et j’ai pu voir pour la première fois son magnifique corps jeune. Je n’ai pas été déçu. Elle avait le physique d’une nageuse, ou peut-être d’une coureuse de fond. Maigre, tonique et extrêmement bien proportionné. Elle avait des fesses petites mais incurvées avec une jolie paire de fossettes à la base de sa colonne vertébrale et une taille fine qui lui donnait une silhouette de sablier agréable. Je ne pouvais voir qu’une partie de ses seins, mais j’ai aimé ce que j’ai vu. Les seins de la taille d’une pomme n’étaient rien de moins que la perfection, comme je l’avais toujours su qu’ils le seraient. Ils étaient pâles, avec de petits mamelons rose-rougeâtre qui pointaient légèrement vers le haut et suppliaient d’être embrassés et grignotés

Je me souvenais très bien de la douceur de la peau lisse de ses globes crémeux sous mes mains et de la façon dont ses petits mamelons s’étaient raidis entre mes lèvres. Ma queue se rappelait aussi et grandissait à nouveau. Mes boules avaient reconstitué leur réserve de sperme et mon corps se préparait à faire l’amour avec la fille une fois de plus.

Mais, même si je voulais ramper entre ces jambes bien toniques et renouveler quelques souvenirs de la nuit dernière, je ne pouvais pas le faire ; mon amour dormait trop bien. Je me suis consolée en sachant que j’aurais toute la journée et peut-être le reste de ma vie pour l’embrasser et l’admirer. J’ai remis la couverture sur ses épaules et lui ai donné un baiser sur la tête.

A chaque minute où j’étais allongée, le besoin de savoir qui était la fille dans mes bras devenait plus fort. Cela ne me dérangeait pas de devoir attendre qu’elle se réveille pour entendre le nom de mon amour, mais je ne pouvais pas supporter un autre moment sans savoir à quoi ressemblait son visage. J’ai soigneusement levé son bras de ma poitrine et j’ai essuyé les boucles de son visage. La fille marmonnait doucement dans son sommeil et inclinait un peu sa tête vers l’arrière en réaction à mon doux toucher. En regardant le visage angélique de la jeune fille, mon sentiment de bonheur s’est transformé en pure terreur. La déesse sans nom que j’avais rencontrée et avec laquelle j’avais fait l’amour passionnément dans le noir, la fille que je croyais être mon seul véritable amour, n’était autre que ma propre petite sœur Lizzy.

J’avais commis un inceste avec ma petite sœur, et ce qui était peut-être encore pire, c’est que j’avais énormément apprécié.

C’était irréel. Je ne savais même pas que ma jeune sœur allait participer à la « baise des moutons » cette année. Bien sûr, Lizzy était assez âgée, mais elle ne semblait jamais s’intéresser aux garçons. Elle semblait toujours préférer passer ses soirées à la maison et lire ses livres plutôt que de sortir et de rencontrer des gens. De temps en temps, ses amis lui faisaient pression pour qu’elle aille à un rendez-vous avec quelqu’un, mais ces rendez-vous n’ont jamais évolué en quelque chose de plus, et pour autant que je sache, elle était encore vierge. Jusqu’à ce soir, bien sûr.

En silence, j’ai maudit ma chance. Pas seulement parce que j’avais baisé un mouton qui s’est avéré être ma soeur, mais surtout parce que je savais que j’étais désespérément tombé amoureux d’elle. Même maintenant, j’avais envie de l’embrasser à nouveau, de lui montrer mon amour et de me sentir aimé en retour. J’étais tourmenté par les sentiments contradictoires qui m’habitaient. Je n’avais jamais rencontré quelqu’un qui me faisait ressentir ce que j’avais ressenti lorsque j’ai embrassé Lizzy pour la première fois, et je n’avais jamais pris autant de plaisir à faire l’amour avec quelqu’un qu’avec ma petite sœur. Le sexe avec elle n’était pas seulement physique ; nous étions connectés d’une manière que je n’avais jamais connue auparavant. Rendre Lizzy heureuse et lui donner du plaisir était le meilleur sentiment que j’ai jamais eu, meilleur même que la sensation charnelle de faire l’amour avec elle.

Pourtant, elle était ma petite sœur, et cela rendait impossible tout ce que je voulais. Les choses que nous avions faites quand nous étions des étrangers dans le noir étaient déjà assez mauvaises, le faire délibérément avec ma soeur serait… immoral.

histoirestaboues
recap
bandeau post content

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

Posted in Histoires taboues

Vous aimerez aussi :

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *