Menu Fermer

Confessions intimes d’un couple amateur sur leur jeunesse

Elle a étendu ses longues jambes sur le siège, pieds nus, alors qu’elle avait laissé ses sandales sur le plancher à l’avant. Il a admiré ses seins, son ventre lisse et plat, et le petit bout de tissu blanc autour de sa taille, cachant à peine ce qui se trouvait en dessous. Elle avait l’air si sensuelle, si sexy, baignée dans la lumière de l’après-midi. Ses cheveux s’étalaient autour de sa tête comme de la soie chatoyante, cuivrée et dorée. Il se déplaçait le long de son corps, les mains sur le siège de chaque côté de sa taille fine. Il a poussé sa jupe au-dessus de ses hanches et a immédiatement enfoui sa tête entre ses cuisses. Il a respiré l’odeur chaude et musquée de sa chatte, puis a plongé sa langue en elle. Elle était déjà mouillée.

« Jamais de toute votre vie ? » demanda Danielle, en regardant son mari avec incrédulité. « Même pas quand tu étais adolescente ? »

Lucas a ri et s’est assis pour prendre son verre. Ils se retrouvaient toujours pour boire un verre après le travail le vendredi après-midi, dans leur bar préféré. C’était une sorte de « soirée de rencontre », et après en avoir profité pour se détendre, ils se lançaient dans des discussions animées.

« Jamais », a dit Lucas. « Incroyable, n’est-ce pas ? Nous sommes mariés depuis trois ans et tu ne sais toujours pas tout sur moi. Je parie qu’il y a des choses que je ne sais pas sur toi aussi. »

Danielle s’est assise sur sa chaise, l’air perplexe. Une belle femme, sexy même dans sa tenue de travail, elle laissait tomber ses longs cheveux soyeux d’un blond fraise et enlevait sa veste pour que ses seins parfaits et guillerets poussent sur sa blouse blanche. Sa jupe conservatrice jusqu’aux genoux ne cachait pas la longueur de ses jambes. Lucas se demandait souvent comment il avait réussi à faire venir une femme aussi belle, intelligente et drôle. Il craignait qu’un matin, il se réveille et découvre que tout cela n’était qu’un rêve éveillé.

Danielle a secoué la tête. « Tu n’avais pas de voiture quand tu étais adolescente ? »

« Oui », a dit Lucas. « Mais je ne l’ai jamais utilisé pour ça. »

« Vous n’êtes donc jamais allé vous garer ou quoi que ce soit d’autre ? »

« Chérie ». Il s’est penché en avant. « Mes parents n’étaient jamais à la maison. Je pouvais faire entrer des filles en douce dans la maison. On avait mon lit pour le faire. »

Danielle a souri. Elle pouvait imaginer son mari faisant entrer des filles en cachette dans la maison de ses parents. Cette pensée la rendait un peu jalouse, mais seulement parce qu’elle aurait aimé qu’ils se connaissent depuis l’adolescence, afin qu’elle puisse se faufiler elle aussi. C’était un bel homme, suave et bien monté, avec des yeux verts et une mâchoire carrée, et une façon sournoise et savante de lui sourire qui mouillait instantanément sa culotte. Il était grand et avait de larges épaules et ses visites à la salle de sport le montraient. Elle aimait leur « soirée de rencontre », le voir dans son costume, sans cravate et la chemise déboutonnée. Sexy, en plus d’être sa meilleure amie, c’était tout ce qu’une fille pouvait demander.

« Alors vous ne l’avez jamais mis sur la banquette arrière d’une voiture », dit-elle. « C’est intéressant. »

« Je suppose que vous l’avez ? » Il a arqué un sourcil.

« Aucun de mes petits amis au lycée n’avait de parents qui travaillaient tout le temps. La chose la plus romantique que j’ai eue, c’est une couverture dans un champ. »

« On pourrait toujours aller chez mes parents et je pourrais te faire entrer dans mon ancienne chambre. »

Danielle a ri.

Alors que Lucas commandait une autre tournée de boissons, il a vu un scintillement familier et sournois dans son œil. Les roues tournaient dans sa tête, et il attendait avec impatience la surprise qu’elle lui préparerait.

***

Les samedis étaient consacrés au rattrapage des tâches ménagères. Maintenant que le printemps est arrivé, ces tâches comprennent les travaux de jardinage. Ce samedi-là, il ne faisait pas trop chaud, mais le soleil était au rendez-vous, et il n’y avait pas un nuage de pluie en vue. Lucas a donc fauché le jardin et taillé les haies. Danielle a fait un peu de ménage dans la maison, puis est partie faire des courses.

Alors qu’il s’attaquait à la pousse de mauvaises herbes le long de la maison, il a entendu une voiture gronder dans l’allée. Il a éteint son désherbeur et l’a appuyé contre la maison.

La voiture qui l’a accueilli dans l’allée n’était pas leur sensible et compacte voiture économique, mais une grande et ancienne Chevy Bel Air 57 à quatre portes. La voiture, peinte en bleu d’œuf de merle, n’était pas dans le meilleur état. Il y avait beaucoup de rouille sur le châssis et le chrome était terne. Le moteur n’avait pas un bon son non plus et l’échappement était bruyant. En traversant la cour, il a vu Danielle assise au volant. Il s’est penché près de la fenêtre ouverte du côté passager et a regardé à l’intérieur.

« Qu’est-ce que c’est ? » demande-t-il, en criant par-dessus le bruit.

Elle a arrêté la voiture et lui a souri, son bras s’est enroulé autour du grand volant bleu. Lucas a repris sa tenue : un haut décolleté et une jupe blanche courte et vaporeuse. Elle n’avait pas l’habitude de s’habiller de façon aussi sexy pour aller faire les courses.

« C’est la nouvelle voiture de papa », dit-elle. « Je me suis arrêtée pour dire bonjour et il m’a laissée la sortir. »

Le père de Danielle a acheté et restauré des voitures anciennes, son « passe-temps de retraite » comme il l’a appelé. Certaines qu’il a revendues, d’autres qu’il a gardées.

« Je suppose qu’il n’a pas encore commencé à travailler sur celui-là, hein ? » Lucas a passé sa main sur le cadre de la fenêtre.

« Mais l’intérieur est agréable. » Danielle a passé ses doigts sur la banquette avant en cuir. Le siège était bleu comme le reste de la voiture, avec des bandes de couleur beige. Le cuir avait toujours l’air bien, mais il avait besoin d’être rapiécé à quelques endroits.

« Je suis surpris qu’il vous ait laissé le sortir », a dit Lucas, en mettant sa tête plus à l’intérieur pour regarder autour de lui. « Je suppose qu’il ne peut pas être plus malmené, n’est-ce pas ? »

« Je l’ai supplié. Je lui ai donné le regard boudeur. Tu veux faire un tour ? »

Lucas a reculé par la fenêtre et l’a regardée. Il avait sur un débardeur blanc, taché de sueur, ses bras forts et musclés en évidence. Danielle voulait le lécher. Elle ne l’avait pas manqué non plus en regardant sa tenue.

« Oui, bien sûr », a-t-il dit. « Laissez-moi juste mettre un t-shirt et fermer la maison. »

Danielle a attendu dans la voiture, se tortillant presque d’impatience. Elle avait dit à son père qu’elle serait de retour dans une heure, après avoir expliqué qu’elle voulait montrer la voiture à Lucas. Le temps passait.

Lucas est retourné à la voiture, maintenant en t-shirt blanc, son jean moulant à bas prix. Elle pouvait encore sentir la sueur sur lui alors qu’il se glissait dans la voiture ; son odeur préférée, toute virile et brute. Elle a enfilé ses lunettes de soleil et s’est souri à elle-même en remontant la voiture.

Elle conduisait sur les routes de campagne autour de leur maison, l’air chaud du printemps se précipitant aux fenêtres. La voiture roulait étonnamment bien malgré le bruit qu’elle faisait. Les sièges étaient également profonds et confortables.

Lucas a été distrait par les cheveux de Danielle qui étaient tirés par le vent, sa jupe flottant sur ses cuisses lisses et bronzées. Il s’est penché et a tripatouillé les énormes cadrans de la radio à l’ancienne.

« Ce travail ? » a-t-il demandé.

Danielle a secoué la tête, repoussant ses cheveux en arrière de son visage. « Papa ne l’a pas encore branché. »

Au bout d’une dizaine de minutes, Danielle les a emmenés sur un chemin familier. Elle a ralenti la voiture et a tourné dans l’allée d’une grande maison avec un porche enveloppant et une énorme cour.

Lucas l’a regardée. « Pourquoi sommes-nous chez mon cousin ? Ils ne sont pas en ville en ce moment, tu te souviens ? Ils sont partis en vacances en Floride. »

« Je sais. » Elle a tiré la voiture sur un parking sous un grand chêne, à l’abri de la route. « Pour que personne ne sache qu’on est là. Et nous ne serons pas harcelés par les flics, puisque nous étions assis dans une allée privée. »

Il a gloussé quand elle a tué le moteur. « C’est comme ça ? J’aurais dû le voir venir. »

Elle a enlevé ses lunettes de soleil et s’est passé les doigts dans les cheveux pour les défaire. Elle a jeté ses lunettes de soleil sur le tableau de bord et s’est glissée en travers du siège vers lui, comme un chat.

« Oui », dit-elle. « Vous auriez dû le voir venir. »

Elle a rampé sur ses genoux et l’a chevauché. Il y avait beaucoup de place, même sur le siège avant, et le plafond était assez haut pour qu’elle n’ait qu’à se pencher un peu. Lucas ne pouvait pas s’empêcher de se demander si elle avait vu la voiture chez son père il y a quelques jours et si elle l’avait déjà préparée pour des sexcapades. Il l’a embrassée, et elle a couiné dans sa bouche alors qu’il rassemblait son cul dans ses mains, tout en le serrant fort, la soulevant presque de ses genoux.

Il a rompu le baiser et a demandé : « Depuis quand tu t’habilles comme ça pour aller au magasin ? »

Elle s’est tortillée contre lui. « Je ne suis pas allée au magasin. »

Il a glissé sa main sous sa jupe et n’a trouvé que de la peau lisse et nue. « Effronté ». Il a remonté le bas du haut de son licol. « Enlève ça, laisse-moi te regarder. »

Son commandement la faisait frissonner. Elle n’avait jamais été trop soumise au lit, mais elle aimait toujours quand il lui disait ce qu’elle devait faire. Elle a saisi le bas de son haut et l’a arraché au-dessus de sa tête. Elle a dû porter un soutien-gorge, malheureusement, car ses seins étaient trop gros pour ne pas le faire. Elle s’est penchée dans son dos pour le défaire. Elle a fait sauter les agrafes et a enlevé les bretelles, son regard sur elle tout le temps. Elle a enlevé le soutien-gorge d’un seul mouvement et ses seins sont sortis fiers et fermes devant elle. Ses mamelons étaient serrés et durs, lui faisant mal aux doigts ou à la bouche.

Elle a jeté son soutien-gorge sur le siège du conducteur puis a saisi le devant de son t-shirt. « Toi aussi. Ce n’est que justice. »

« Bien sûr. Vous me connaissez, j’aime être juste. »

Il s’est penché et a remonté sa chemise. Elle s’est assise pour qu’il puisse l’enlever.

Elle a failli baver à la vue de sa poitrine large et serrée. Il a jeté son t-shirt sur le siège avec son soutien-gorge. Elle n’a pas eu longtemps à la fixer, car il l’a tirée contre lui, et elle a haleté à la sensation de peau chaude et soyeuse contre peau, sa sensation préférée. Il a caressé sa main le long de la courbe de son dos et a coupé un de ses seins avec l’autre.

« Nous devrions nous mettre à l’arrière », a-t-elle dit. « C’est comme ça qu’on fait. »

« Vous êtes l’expert. » Il a abaissé sa bouche jusqu’au téton et l’a sucée fermement, puis il lui a arraché la bouche. « On va vraiment faire ça dans l’allée de mon cousin ? »

« Il ne le saura jamais. »

Elle s’est écartée de ses genoux et a grimpé sur le siège arrière. En chemin, sa jupe s’est relevée, lui permettant de voir son cul nu, somptueusement rond et délicieux, et même un éclair de sa chatte lisse qui lui sort entre les cuisses. Elle est tombée sur le siège arrière en ricanant. Lucas ne tarda pas à la suivre, bien plus excité maintenant qu’inquiet de savoir où ils se trouvaient.

« Ton père nous tuera s’il l’apprend », a dit Lucas, en se trémoussant sur le siège.

« Nous veillerons à nettoyer après. »

Elle a étendu ses longues jambes sur le siège, pieds nus, alors qu’elle avait laissé ses sandales sur le plancher à l’avant. Il a admiré ses seins, son ventre lisse et plat, et le petit bout de tissu blanc autour de sa taille, cachant à peine ce qui se trouvait en dessous. Elle avait l’air si sensuelle, si sexy, baignée dans la lumière de l’après-midi. Ses cheveux s’étalaient autour de sa tête comme de la soie chatoyante, cuivrée et dorée.

Il s’est déplacé le long de son corps, les mains sur le siège de chaque côté de sa taille fine. Il a poussé sa jupe au-dessus de ses hanches et a immédiatement enfoui sa tête entre ses cuisses. Il a respiré l’odeur chaude et musquée de sa chatte, puis a plongé sa langue en elle. Elle était déjà mouillée.

« Lucas ! » Elle s’est secouée les hanches.

Elle s’est penchée pour saisir ses cheveux. Il a travaillé sa langue en elle, la baisant avec, puis sur son clitoris, fermement mais pas trop brutalement, comme elle aimait. Ses poils de visage chatouillaient ses cuisses et elle les enfermait autour de sa tête, puis se détendait, se souvenant qu’il avait besoin de respirer. Elle gémissait, ses muscles intérieurs se crispant.

Il lui a enfoncé deux doigts dans le corps, comblant cette douleur, au moins un peu. Il l’a baisée profondément avec ses doigts, sa langue dessinant de lents cercles sur son clitoris. Elle s’est tortillée contre le siège, le cuir lui faisait transpirer le dos. Il a levé son autre main pour jouer avec ses seins, en serrant et en pinçant ses tétons.

« Vous êtes tellement douée pour cela », a-t-elle dit. « Tu vois, je t’avais dit que c’était amusant en voiture. » Elle lui a caressé le pied dans le dos. Il était en sueur aussi.

Elle aurait pu le laisser faire cela toute la journée, le laisser la faire jouir encore et encore avec sa bouche – mais malheureusement, elle devait récupérer la voiture rapidement et elle voulait encore plus quelque chose d’autre.

« Arrêtez », dit-elle, en poussant doucement sur sa tête. « Bébé, tu dois t’arrêter. »

Il s’est arrêté, et a levé la tête. Son menton était mouillé de ses sucs. « Tu vas bien ? » demanda-t-il.

Elle a fait un signe de tête. « Oui. C’est juste que je ne suis pas autorisée à garder la voiture toute la journée. Et je veux que tu sois nue et sur moi en ce moment. »

Il ricana, un son profond et guttural qui semblait vibrer sur sa chatte trempée et la fit frissonner. Il s’est mis à genoux, agenouillé entre ses jambes écartées. Elle était allongée là, tassée et brûlante d’excitation, l’air chaud caressant ses cuisses lisses, regardant comme il défait son jean et le fait descendre sur ses hanches. Il portait un caleçon noir qui lui serrait les hanches comme une seconde peau. Il poussait son jean jusqu’aux genoux et elle admirait ses cuisses épaisses et puissantes. Puis il a baissé ses sous-vêtements et sa grosse bite est sortie, dure et prête pour elle

Elle s’est assise et a attrapé ses hanches. Elle savait que si elle ne se dépêchait pas, son père l’appellerait en colère, mais elle n’a pas pu résister.

« Puis-je ? » demande-t-elle.

Il s’est penché et a caressé ses cheveux en arrière de son visage. « Tu pensais que tu me voulais nue et sur toi ? »

« Oui, mais j’ai besoin de goûter un peu avant. » Elle lui a fait la moue. Aucun homme ne pouvait lui résister, pour quelque raison que ce soit.

Elle a enroulé ses longs et fins doigts autour de la base de sa queue et l’a serré. Il aimait son toucher. Elle a tenu sa bite bien en place en y enfonçant ses lèvres. Sa bouche était veloutée et chaude et le faisait gémir.

Elle a posé son autre main sur sa hanche et s’est mise au travail en bougeant la tête. Il a rassemblé ses cheveux et les a retenus en arrière de son visage, en la regardant. Il aimait être dans sa bouche, étirer ses mâchoires, lui faire des câlins à l’arrière de la gorge. Il l’a sentie avaler, inspirer et l’emmener encore plus profondément, jusqu’à ce qu’elle ait des haut-le-coeur. Elle s’est rétablie et a recommencé à faire glisser sa bouche d’avant en arrière, caressant ce qu’elle ne pouvait pas entrer, le poing serré autour de lui.

Il a saisi le dossier du siège pour ne pas se renverser et a fermé les yeux, en prenant du plaisir.

Elle l’a sucé pendant quelques minutes, puis a glissé sa bouche. Il a ouvert les yeux. Elle a fait travailler sa mâchoire, en le regardant.

« Nous ferions mieux de le faire », a-t-elle déclaré. « Même si j’aimerais continuer. »

« Bonne idée. Parce que si vous continuez comme ça, j’aurai besoin de temps pour récupérer. Et je ne pourrai toujours pas faire l’amour dans une voiture. »

Elle s’est assise sur ses mains, l’air content d’elle. Sa bite était douloureuse, elle battait littéralement dans sa main pendant qu’il lui donnait quelques coups, sa queue étant léchée par sa salive. Il aurait pu se branler sur ses fabuleux nichons à ce moment-là, mais il voulait vraiment être en elle.

« Viens et prends-le », dit-elle, et s’allongea, sa jupe serrée autour de la taille, sa fente rose scintillante l’invitant.

Il s’est défait de son jean et de ses sous-vêtements, s’est tortillé et les a jetés par terre. La voiture était grande, mais il a quand même dû se contorsionner. Peut-être n’avait-il jamais fait cela auparavant, car il supposait à juste titre que ce n’était pas confortable.

Il a rampé sur elle et lui a donné un baiser profond. Elle se goûta sur ses lèvres, sur sa langue. Le contact de sa bite contre son ventre lui donnait mal au ventre, la pointe humide frôlant le nombril. Elle le regarda, lui tenant les yeux, en s’approchant et en glissant ses doigts autour d’elle, et guida la grosse tête contre sa chatte trempée.

« Si j’avais su que baiser dans une voiture te rendait aussi sexy, je l’aurais fait il y a longtemps », a déclaré Lucas.

« On a l’impression de faire quelque chose de mal, n’est-ce pas ? »

« Eh bien, c’est la voiture de ton père, donc… oui, en fait. »

Sans autre préambule, il se glisse en elle, la lisse et la pénètre rapidement aussi facilement qu’elle est mouillée, sa bite l’étire, la remplit d’une couche épaisse et dure. Elle halète et remue les hanches, puis gémit alors qu’il s’assoit en elle, aussi profond qu’il peut aller.

« Lucas ». Elle a saisi ses bras, ses ongles fléchissant contre les muscles tendus de son biceps. Elle a serré sa chatte autour de lui, sentant chaque centimètre épais en elle.

Il a de nouveau capturé ses lèvres, avant de se retirer et de commencer à pousser. Il a bougé lentement les premières fois, la laissant s’adapter, puis il a commencé à la frapper fort et rapidement, ce dont elle avait désespérément besoin.

Sa chatte était étonnante, encore mieux que sa bouche, brûlante, lisse et serrée. Il lui crochait les bras sous les genoux, les repoussant jusqu’à ce que ses jolis pieds nus soient au-dessus de ses épaules. Elle s’est accrochée à lui alors qu’il la claquait, gémissant de plaisir, ses gémissements et ses grognements se mêlant à son beau bruit. Il espérait vraiment qu’il n’y avait personne, car toutes les fenêtres étaient baissées. Elle était toujours bruyante au lit et il adorait ça.

« C’est ce que tu voulais ? » lui demanda-t-il.

« Oui ! » Elle a jeté sa tête en arrière, se cambrant sous lui. « Baise-moi bébé, baise moi plus fort. »

Il lui a donné tout ce qu’il avait, leur chair se giflant, sa bite la remplissant sans cesse. Ils balançaient la voiture, la faisant crisser sur les pneus. Il a tiré un de ses bras sous son genou et a commencé à presser ses seins rebondissants.

« Tu te sens à nouveau comme une adolescente, chérie ? » lui dit-il en ronronnant.

La question est restée sans réponse dans l’intensité du moment, la force de sa baise la faisant délirer. Elle s’approchait, et lui aussi, elle le sentait dans le rythme erratique de ses hanches, dans le resserrement de son ventre.

« Danielle ». Il s’est emmêlé la main dans ses cheveux, l’autre tenant toujours son genou en arrière. « Oh, putain. »

La pression s’est accumulée en elle. Sa bite frappait juste au bon endroit, envoyant une sensation comme des petits chocs électriques directement sur son clitoris. Son plaisir a atteint un pic aigu et elle a commencé à se serrer autour de lui. Elle cria lorsque la tension se brisa, des vagues frémissantes roulant sur son corps.

« Lucas ! »

Il l’a baisée, la faisant venir encore plus fort. Mais il n’a duré qu’un instant, avant qu’elle ne voie les signes évidents de son passage à l’acte. Elle aimait le voir arriver.

« Putain ! » Il a enterré son visage dans le siège à côté de sa tête, sa bite se trémoussant et palpitant à l’intérieur d’elle. La chaleur humide l’a remplie et elle a poussé ses hanches vers le haut, gémissant tandis que sa chatte encore serrée le trayait. Ils étaient tous les deux haletants et tremblants, pressés l’un contre l’autre par la chaleur et la nappe.

Elle s’est enfoncée contre le siège, bourdonnante, frémissante, vivante. Il s’est affaissé contre elle. Elle se serra autour de lui et soupira à la sensation de sa longueur de torsion encore si profonde en elle. Il gémit, près de son oreille.

« Ça va, bébé ? », a-t-elle demandé.

Il a glissé hors d’elle et s’est affaissé sur le côté. Ils étaient trempés de sueur. Les sièges en cuir étaient glissants. Tout sentait le sexe. Ils devaient absolument aérer l’intérieur.

« Je suis merveilleux », a déclaré Lucas. « Oh, mon Dieu. » Il a frotté sa main sur son visage.

Danielle a laissé tomber sa jambe alors qu’il glissait son bras par en dessous, puis l’a tendu et l’a drapé sur le siège avant. Elle s’est penchée et a joué un peu avec sa chatte négligée et dégoulinante, aimant la sensation de débordement que lui procurait sa libération. Elle se sentait délicieusement utilisée.

« Nos parents vont se demander où nous sommes », a-t-elle taquiné. « Tu devrais me ramener à la maison avant qu’on se fasse prendre. »

Il lui a souri. « Je vais te ramener à la maison, d’accord. Et te faire d’autres choses sales dans notre lit. Peut-être sur le canapé. Et sur le comptoir de la cuisine… »

« On ferait mieux de rendre cette voiture à mon père d’abord. » Elle l’a embrassé. « Après qu’on l’ait nettoyée. On a fait un gâchis. » Elle a gloussé.

« Je suis sûr que les adolescents qui nous ont précédés seraient fiers. »

histoires taboues
telephone rose amateur
afterpost

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

Posted in Histoires taboues

Vous aimerez aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *