Menu Fermer

Comment j’ai surpris mon fils en train de se masturber dans sa chambre avec ma culotte sale

Danielle était une mère célibataire de 32 ans, pour son fils de 14 ans. Yanis était un bon garçon… un peu introverti, mais un bon garçon honnête. Ce week-end, elle rattrapait son retard sur la lessive, allant de pièce en pièce pour remplir son panier.

Prise par ses corvées et ne réfléchissant pas, elle a posé le panier et a ouvert la porte de Yanis sans frapper, pour prendre ses vêtements.

« Ohhh », s’exclamait-elle en entrant chez Yanis. Il était debout, le pantalon défait, jouant assez vigoureusement avec sa main droite tout en pressant une paire de culottes sur son nez avec sa main gauche.

« Maman… » dit-il instinctivement en laissant tomber la culotte et en allant couvrir sa jeune érection, sachant que cela ne servirait à rien… elle le vit.

Immédiatement, elle lui a arraché les mains. « Yanis ! Est-ce que c’est ma culotte ? » demanda-t-elle sévèrement, en la montrant du doigt.

Il est allé se couvrir à nouveau, « err… » était tout ce qu’il pouvait sortir avant qu’elle ne lui arrache à nouveau les mains. Cette fois-ci, elle a baissé son pantalon et l’a mis à genoux d’un mouvement rapide.

« Yanis ! Vilain vilain garçon », gronda-t-elle alors qu’il se tenait là, le visage rouge, avec sa jeune bite dure en érection et un regard horriblement gêné. Il est allé remonter son pantalon et elle lui a de nouveau tapé sur les mains…

« Non, jeune homme. Répondez-moi. Est-ce que c’est ma culotte ? »

Il a regardé le sol, mourant d’embarras.Comment j’ai surpris mon fils en train de se masturber dans sa chambre avec ma culotte sale

« Réponds-moi Yanis », demanda-t-elle avec plus de force maintenant… bien qu’elle sache que c’était les siennes.

Yanis restait là, ne sachant pas quoi faire. Il était là, en train de se branler sur la culotte de sa mère, et toujours debout, le pantalon baissé jusqu’aux genoux.

« Enlève ton pantalon, jeune homme ». Elle avait un ton très autoritaire dans sa voix.

« Maintenant… enlève-le »

Yanis a commencé à sortir une jambe de son jean, en amenant à nouveau ses mains devant lui pour tenter de se couvrir. Et de nouveau, elle lui a arraché les mains, le laissant à découvert.

« Non… n’essayez pas de vous cacher maintenant. Mettez vos mains derrière votre dos, jeune homme… MAINTENANT ! »

Il a sorti son autre jambe, maintenant nue à partir de la taille, et a mis ses mains derrière son dos en regardant le sol, voulant juste être ailleurs qu’ici. Cela ne peut pas arriver, pensait-il.

« Regarde-moi Yanis », dit-elle, en s’efforçant d’attraper sa culotte sur le sol, en l’agitant devant son visage d’une manière qu’il ne pouvait ignorer. « Yanis, tu te branlais avec ma culotte, n’est-ce pas ? N’est-ce pas ? »

Il a levé lentement les yeux avec le regard le plus brisé sur son visage… il voulait juste mourir.

« Réponds-moi »

Il a répondu « Oui maman », « Je suis désolé » et a de nouveau baissé les yeux.

Elle en a profité pour regarder sa jeune bite encore en érection. Elle était stupéfaite de voir à quel point il était dur et épais pour un si jeune garçon. Elle avait oublié à quel point un garçon pouvait être dur.

Elle s’est assise sur son lit, lui a mis la culotte sur le visage et elle est tombée par terre. Sa jeune bite dure se balançait de haut en bas.

« Yanis… c’est bon chéri », dit-elle, et il commença à avancer ses mains, voulant à nouveau se couvrir.

« Oh non Yanis… arrête ça », ordonna-t-elle en lui retirant les mains. « Regarde… c’est bon. Je suis désolée de ne pas avoir frappé. C’est normal… »

« Maman… », dit-il, ne voulant pas être soumis à une telle gêne.

« Quoi ? Quoi Yanis ? Tu veux que j’oublie ce qui s’est passé ? Tu voudrais que j’ignore le fait que tu as pris ma culotte pour tes plaisirs sexuels. S’il te plaît Yanis, dis-le-moi. Crois-le ou non, j’ai été avec bien plus d’hommes que tu ne le penses et je sais ce que les hommes aiment. Tu t’excites en reniflant ma culotte sale… n’est-ce pas ? »

Il a regardé le sol. Ce n’est pas possible, il a réfléchi encore et encore.

« Réponds-moi, Yanis. »

« Oui maman » il a dit.

« Regarde-moi Yanis », lui dit-elle. Il a lentement porté ses yeux vers elle, ses yeux larmoyants au bord des larmes.

« Continue. Finis-en alors » dit-elle en le regardant droit dans les yeux.

« Quoi ? Non… Maman », supplia-t-il. Est-ce que ça pourrait être pire ? Qu’est-ce qui se passait ? !?

Elle s’est approchée pour lui botter le cul nu comme un petit garçon. « Yanis, tu as pris ma culotte pour pouvoir te branler... tu as visiblement besoin de te défouler. Alors, finis-le… maintenant »

« Je… » bégayait-il, les mains toujours derrière le dos.

« Tu obéis à ta mère. Tu sais que ce que tu fais est mal. C’est facile de le faire derrière des portes fermées, n’est-ce pas ? Attraper les culottes sales de ta mère, jouer avec ta bite dure… » il a tressailli quand il l’a entendue dire « bite ». Il n’avait jamais entendu sa mère parler comme ça avant.

Elle a continué, « … peut-être que le faire devant moi te fera réaliser à quel point tu es méchant. »

Yanis garda ses mains derrière son dos, incapable de se résoudre à faire ce qu’elle disait. Ses yeux étaient plus larmoyants. Sa jeune bite s’était un peu ramollie à cause de l’embarras.

« Oh non…. ne t’avise pas de me faire un numéro de pleurnichard. Tu es un grand garçon maintenant. Tu fais des choses de grand garçon ici, n’est-ce pas », gloussait-elle d’un ton moqueur.

« Prends ta main droite et tiens-toi… Tout de suite, Yanis. Tu fais ce que je te dis »

Il n’a pas osé lui manquer de respect, et même si chaque fibre de son être disait que c’était mal, il s’est empoigné… mais il s’est quand même éloigné de l’embarras.

« Allons Yanis… “elle l’a amadoué sévèrement, ‘fais-le… branle-le chéri.’

Il a lentement déplacé sa main d’avant en arrière sur la longueur de sa jeune bite, choqué par le regard de sa mère qui s’est penchée sur son entrejambe pour le regarder.

‘Tu fais ça souvent ?’ lui dit-elle… ‘Dis-moi Yanis.’

Il a regardé le sol et a commencé à se lâcher. ‘Maman… Je… ummm…’

‘Ne lâche pas tant que tu n’as pas fini Yanis’, gronda-t-elle en tendant la main pour frapper sa jeune bite dure. ‘N’agis pas comme si tu ne savais pas ce que tu faisais’

‘Maman…’ a-t-il supplié et elle a encore échangé sa jeune bite, la faisant durcir et se soulever.

‘Attrape-la, chérie ! Prends ta bite dure.’ Elle cracha et il obéit instinctivement.

‘Tiens’, dit-elle en lui tendant sa culotte en dentelle bleue.

‘Non maman…’ il a essayé de plaider à nouveau, mais elle n’a rien voulu entendre et il le savait. Il savait quand elle était en colère et elle semblait plus en colère qu’il ne l’avait jamais vu.

‘Yanis, continue ce que tu faisais… Allez, chéri. Montre à maman comment son petit garçon jouait avec lui-même’. Il était gêné d’entendre les mots ‘petit garçon’. Il a pris la culotte de sa main tendue.

‘Maman… je suis…’ il a commencé par s’excuser.

‘Non… Finis de branler Yanis, tu es gourmand maintenant, mais tu agis comme un petit vicieux. Tu as pris ma culotte pour la renifler en te branlant. C’est vrai ? Maintenant tu ne dis pas un mot et tu finis tout de suite… Yanis.’

Il ne l’avait jamais vue comme ça, mais il n’avait jamais été dans cette situation auparavant. Sa jeune bite battait maintenant très fort dans sa main. Il a recommencé à se branler lentement, en regardant toujours le sol.

‘Sens-les. Vas-y… sens-les chéri. Tu aimes ça. Je sais que tu aimes le faire, Yanis… n’est-ce pas ? Tu n’aimes pas ça ?’

‘Oui maman’ répondit-il à nouveau, en regardant sa culotte dans sa main, ne sachant pas quoi faire.

‘Sens ma culotte comme si tu étais…’

Il les a lentement ramenées sur son visage. Il était si excité et si embarrassé en même temps. Sa jeune bite était plus dure que jamais, car il continuait à la caresser lentement.

‘Je pense que tu étais un peu plus agressif que ça quand je suis entré. Tu la branlais plus fort que ça. Allez, viens. Fais-le comme tu le fais toujours.’

Ses mots l’embarrassèrent encore plus. ‘Maman… Je… ne sais pas…’ bégayait-il.

Aussitôt, elle le contourna et lui donna une nouvelle gifle. ‘Yanis… tu m’écoutes. Si tu veux te branler, c’est bien, chérie. Tu es un garçon. Euh… Jeune homme… et les jeunes hommes font ce genre de choses. Mais si tu veux me voler ma culotte, eh bien c’est une autre histoire. Je veux que tu te branles comme tu le ferais si je n’étais pas là. Tu peux fermer les yeux si ça t’aide, mais tu vas te branler, ici et maintenant, comme tu le fais quand tu es seul’

sachant qu’il n’allait pas s’en sortir, il a fermé les yeux et a commencé à se caresser de manière plus naturelle.

Le regard de Danielle était figé sur ses caresses. Mon Dieu, il a une belle bite bien dure, pensait-elle. Elle sentait ses sucs remuer et elle croisait les jambes par simple gêne.

Yanis continua à caresser, les yeux fermés. Il réalisa soudain qu’il reniflait encore sa culotte et il la baissa de son visage. Ses yeux se sont à nouveau ouverts et, d’un regard suppliant, il a demandé : ‘Est-ce que ça suffit maintenant, maman ? Je suis désolé…’

‘Allez, mon grand. Continue jusqu’à ce que tu jouisses.’

‘Waaa ? Maman !’, proclama-t-il, choqué de l’entendre dire ‘jouir’.

‘Écoute Yanis. Tu essayais de te faire jouir avant que j’entre, n’est-ce pas ?

Il n’a rien dit par gêne.

‘C’est vrai ? ‘Tu allais jouir Yanis ?’ demanda-t-elle à nouveau.

‘Oui…’ répondit-il faiblement.

‘Oui… qu’est-ce que tu allais faire Yanis ? Dis-le’… elle était immensément mouillée à ce moment-là. ‘Dis-le.’

‘Oui maman, je voulais jouir.’, il laissa échapper.

‘C’est ce que je pensais… ‘elle s’est approchée de sa main qui tenait encore la culotte et l’a poussée vers sa jeune bite dure.

‘Tiens. Jouis dans ma culotte chéri…’ dit-elle en changeant de ton et en émettant un son plus sensuel, ‘Joue avec ta bite dure et jouis dans la culotte de maman pour moi. Jouis pour maman, c’est bon chéri ?’

Yanis a trouvé ses mots extrêmement enivrants. Quelle situation incroyable. Il voulait juste finir pour pouvoir s’enfuir ou elle partirait. Il n’avait jamais ressenti autant d’humiliation de sa vie.

‘Voilà… c’est un bon garçon. Montre à maman comment tu aimes le faire maintenant…’ Elle l’a encouragé et elle a été surprise de la façon dont elle parlait. Cela lui plaisait vraiment. Elle n’avait pas vu de bite d’homme depuis longtemps et s’est retrouvée hypnotisée par sa grosse tête violette… sa tige épaisse avec ses veines saillantes… ses couilles lisses et gonflées. Ses yeux l’ont pris d’assaut.

‘Allez chérie… c’est ça… c’est un bon garçon… plus fort Yanis… plus fort… je veux que tu jouisses pour moi Yanis’. Les yeux encore fermés, il se mettait à battre de sa manière naturellement agressive.

‘C’est ça… c’est un bon garçon… Allez… jouis pour maman’, son ton maintenant presque suppliant.

Yanis sentit sa charge s’agiter dans ses couilles. Ses yeux fermés et perdus dans l’instant, il commença à se branler avec une plus grande vigueur… il voulait tellement jouir maintenant.

‘Mmmhmmm. Bon garçon…’ elle continuait à le cajoler, presque à roucouler vers lui. Elle se pencha doucement vers lui, les yeux toujours fixés sur sa jeune bite palpitante, à quelques centimètres d’elle. Elle se pencha et pressa sa culotte contre son gland. ‘Et voilà. Du sperme dans ma culotte, Yanis. Montre à maman comment tu aimes jouir dans sa culotte. Ouais. C’est bien. Branle cette belle bite pour maman. Allez, viens. Jouis pour maman…’

Il n’en pouvait plus d’entendre ses commandes sensuelles, et il a senti une explosion à la base de son jeune bâtiment à bites pour s’en sortir. Un épais cordon de sperme provenant du bout de sa jeune bite gonflée… il se sentait jouir plus qu’il ne l’avait jamais fait auparavant.

Il se tenait là, hébété… épuisé par la gêne et l’énergie vigoureuse qu’il venait de montrer… son hébétude était rompue lorsqu’il la sentit prendre la culotte de sa main et commencer à essuyer le bout de sa dure bite. Il s’est soudain senti à nouveau comme un enfant, nettoyé par sa maman.

Elle a continué à l’essuyer en levant les yeux pour lui parler d’un ton maternel : ‘Maintenant Yanis, je veux que tu saches que je ne suis pas contrariée par tout ça. Je suis en fait plus compréhensive que tu ne le penses. J’ai beaucoup plus d’expérience que tu ne le penses. Je sais ce que font les garçons. TOUS les garçons se masturbent. Et si tu as besoin de te masturber, c’est tout à fait naturel et compréhensible. Mais tu dois me demander si tu veux encore utiliser ma culotte, ok ?’

Yanis était assis là, toujours hébété et ne savait pas quoi dire. Mais avant que la situation ne devienne trop inconfortable, elle a jeté la culotte souillée dans le panier à linge et s’est exclamée : ‘Eh bien, j’ai du linge à laver…. nous en parlerons plus tard.’

Yanis ne savait pas qu’une fois le linge chargé, sa mère était dans sa chambre, se déshabillait et s’étalait sur le lit, frottant vigoureusement sa chatte poilue jusqu’à l’orgasme en revivant ce moment dans sa tête.

histoirestaboues
bandeau post content

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

Posted in Histoires taboues, Inceste

Vous aimerez aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *